L'heure à Erevan: 11:07:36,   17 Août 2022

Plusieurs législateurs français demandent au président Emmanuel Macron d'exiger des excuses d’Ilham Aliev à Mme Pécresse

Plusieurs législateurs français demandent au président Emmanuel Macron d'exiger des excuses 
d’Ilham Aliev à Mme Pécresse

EREVAN, 17 JANVIER, ARMENPRESS. Plusieurs législateurs français demandent au président Emmanuel Macron d'exiger, au nom de la France, des excuses du président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, à Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Île-de-France et candidate à la présidence française, qui s'est rendue en Arménie et en Artsakh en décembre 2021.

Alors que le président de l'Azerbaïdjan s'en est pris à Valérie Pécresse, les responsables de la droite parlementaire réclament à Emmanuel Macron d'agir dans une lettre publiée par le JDD et cosignée par la majorité des parlementaires LR.

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron , les chefs de fils parlementaires des Républicains (LR) - le député Damien Abad, le sénateur Bruno Retailleau et le député européen François-Xavier Bellamy - demandent au Président d'exiger, au nom de la France, des excuses du président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, à Valérie Pécresse après ses "propos scandaleux", le 12 janvier dernier, après la visite en Arménie de la candidate LR à l'élection présidentielle. "Si nous avions été au courant de la dernière visite illégale de Valérie Pécresse, nous ne l'aurions pas laissé repartir", avait en effet déclaré le chef d'Etat. Voici leur lettre : 

"Monsieur le Président de la République,

Le 12 janvier dernier, suite au déplacement de Valérie Pécresse en Arménie, le Président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, a fait cette déclaration : 'Si nous avions été au courant de la dernière visite illégale de Valérie Pécresse, nous ne l'aurions pas laissé repartir.' Ces propos scandaleux ne peuvent rester sans réponse de la France.

Car non seulement cette déclaration vaut appel à la haine contre une responsable publique française, Présidente de Région et candidate à l'élection présidentielle, mais elle constitue une menace à peine voilée contre notre nation, son gouvernement et ses représentants, compte tenu des liens qui unissent notre pays à l'Arménie.

Monsieur le Président de la République, pouvons-nous tolérer qu'un gouvernement étranger interdise aux élus de la nation française de se rendre sur un territoire qui, rappelons-le, n'est pas le sien, sous peine de porter atteinte à leur liberté voire leur intégrité physique?

N'en déplaise au Président Aliev, les Français sont libres et la France est souveraine. Elle ne peut accepter aucune menace. Elle ne doit plier devant aucune intimidation. Et encore moins venant d'un autocrate qui, ayant qualifié les Arméniens de "chiens", employé des armes prohibées et des mercenaires djihadistes lors du conflit avec l'Arménie, aura constamment montré le peu de cas qu'il fait de la dignité humaine.

Aussi, Monsieur le Président de la République, nous vous demandons d'exiger, au nom de la France, des excuses solennelles de la République d'Azerbaïdjan, mais également d'envisager, si celles-ci n'étaient pas formulées dans les plus brefs délais, un rappel de notre ambassadeur. Il en va des valeurs françaises comme de l'honneur de la France.

Il en va aussi du soutien que nous devons au peuple arménien qui malgré les agressions, les provocations et les humiliations de l'Azerbaïdjan, demeure debout et digne dans l'épreuve. L'attitude de la France doit être à la hauteur du magnifique exemple que donne l'Arménie du fond de sa souffrance.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de notre haute considération."

Plus tôt le 13 janvier, le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) a publié une déclaration similaire appelant Macron à prendre des mesures.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]