L'heure à Erevan: 11:07:36,   16 Mai

Le CCAF appelle les autorités françaises à exiger des explications de la part de l'Azerbaïdjan

Le CCAF appelle les autorités françaises à exiger des explications de la part de l'Azerbaïdjan

EREVAN, 15 JANVIER, ARMENPRESS. Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) a publié une déclaration le 13 janvier concernant les menaces du président azéri Ilham Aliyev contre Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Île-de-France et candidate à la présidence française.

 

Dans un entretien mercredi à des médias locaux, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a reproché à Mme Pécresse et M. Barnier de s'être rendus "secrètement" à cette occasion dans le Haut-Karabakh. "En cas de visites illégales (au Karabakh) nous exprimons officiellement notre mécontentement auprès de la partie russe", qui est chargée des opérations de maintien de la paix dans la région. "On nous a répondu  qu’on n’a rien vu, on ne savait pas, on n’a pas fait attention. Mais nous ne pouvons pas croire (cette version des faits). Dans le cas présent, il s’agissait d’une visite organisée", a-t-il déclaré.

"Si nous avions su qu’ils étaient là-bas, il est évident que nous ne les aurions pas laissés revenir (en Arménie). Le couloir de Latchine est sous notre contrôle. Nous pouvons y arrêter n’importe quelle voiture et personne ne peut rien nous dire", a ajouté M. Aliev.

Le CCAF a appelé le gouvernement français à exiger des explications et des excuses du gouvernement azerbaïdjanais pour avoir fait des déclarations aussi terrorisantes à propos d'une candidate à la présidence française. La CCAF-FCVI a déclaré que le gouvernement français devrait rappeler son ambassadeur de Bakou et expulser l'ambassadeur azéri de Paris si les autorités azéries ne fournissent pas d'explications et d'excuses.

La candidate de la droite à l'élection présidentielle Valérie Pécresse a dénoncé vendredi depuis Athènes, où elle est en déplacement, des "menaces" du président azerbaïdjanais Ilham Aliev après son voyage en Arménie, affirmant qu'elles ne l'"intimident pas".

Mme Pécresse a dénoncé devant la presse la "gravité de cette menace sur une candidate à la présidentielle qui ne serait pas libre d'aller où elle veut" et a jugé "le silence assourdissant du gouvernement français très choquant". "Ces menaces ne m'intimident pas et j'aurais aimé une réponse solennelle du gouvernement français à cette menace d'un chef d'état étranger sur une candidate à la présidentielle française", a-t-elle affirmé.

La candidate Les Républicains s'est rendue avant Noël en Arménie, peu après le passage du candidat d'extrême droite Eric Zemmour, pour une visite destinée à illustrer son soutien aux Chrétiens d'Orient dans ce pays du Caucase. Elle était notamment accompagnée de l'ex-commissaire européen et ex-ministre des Affaires étrangères français Michel Barnier, un de ses conseillers de campagne.

Ara Toranian et Mourad Papazian coprésidents du CCAF et Patrick Karam président de la CHREDO dénoncent ces déclarations télévisuelles qui constituent autant de menaces et d’incitations à la haine contre Valérie Pecresse.
Ils appellent la France à exiger des explications et des excuses pour cet acte d’intimidation envers cette candidate à l’élection présidentielle et à défaut, de rappeler son ambassadeur à Bakou et d’expulser celui d’Azerbaïdjan en France.

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]