L'heure à Erevan: 11:07,   27 Mai 2024

Si l’Azerbaïdjan n’était pas une menace, pourquoi les Arméniens du Haut-Karabakh ont-ils quitté leur patrie historique

Si l’Azerbaïdjan n’était pas une menace, pourquoi les Arméniens du Haut-Karabakh ont-ils 
quitté leur patrie historique

EREVAN, 19 AVRIL, ARMENPRESS: Si l'Azerbaïdjan ne représente pas une menace pour la population arménienne du Haut-Karabakh, pourquoi plus de 100 000 personnes ont-elles quitté leur patrie historique en septembre dernier ? Comme le rapporte Armenpress, cette question a été soulevée par Sean Murphy, représentant de la délégation arménienne auprès de la Cour internationale de justice des Nations unies, lors des audiences de la Cour dans l'affaire "Arménie c. Azerbaïdjan".

Dans son discours, Murphy a noté qu'après avoir examiné les preuves dans le cadre de l'affaire, les représentants de l'Azerbaïdjan, de manière assez surprenante, ne voient pas de preuves confirmant la discrimination raciale contre les civils arméniens.

Faisant référence à la haine anti-arménienne répandue en Azerbaïdjan et aux déclarations faites par le président du pays Ilham Aliev au peuple arménien, Murphy a déclaré : « Je n’examinerai pas toutes les déclarations du président Aliev qui ont été faites et qui font finalement partie de nos preuves. Mais, à notre avis, ces déclarations montrent qu’une animosité raciale, ou du moins à ce stade de la juridiction, peut être interprétée comme telle.
Par exemple, l’Azerbaïdjan a affirmé que la déclaration du président Aliev selon laquelle les Arméniens du monde sont leurs principaux ennemis n’était pas une manifestation d’inimitié raciale. L’Azerbaïdjan affirme que cette expression fait référence à ceux qui critiquent l’Azerbaïdjan ou à ceux qui n’aiment pas l’Azerbaïdjan. Mais
l'expression « Arméniens du monde » ne fait certainement pas référence à un pays spécifique ni à ses dirigeants et à son armée. L’expression fait évidemment référence à l’ensemble d’un groupe ethnique, où qu’il se trouve dans le monde ».

M. Murphy a ajouté que « le gouvernement azerbaïdjanais propage généralement la haine contre les Arméniens de souche. Le Comité consultatif de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales du Conseil de l’Europe n’accepte pas les commentaires de l’Azerbaïdjan sur les déclarations de son gouvernement... Si l’Azerbaïdjan n’est pas une menace, alors pourquoi en septembre 2023 plus de 100 000 Arméniens de souche, dont 30 000 enfants, en combien de jours ont-ils fui leur patrie ancestrale ? », a demandé le représentant de l’Arménie.

Sean Murphy a ajouté qu’il est clair que les propos des responsables azerbaïdjanais ont été correctement compris par l’ensemble des Arméniens de souche du Haut-Karabagh. Ils ont compris que ces menaces ne visent pas seulement les anciens dirigeants de l’Arménie et du Haut-Karabakh, mais avant tout eux-mêmes.
« C’est pour cela qu’ils ont quitté leurs maisons. La raison en est cette menace et la perception qu’elle crée, qui a été développée au fil des décennies par le gouvernement azerbaïdjanais », a conclu Murphy.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: contact@armenpress.am