L'heure à Erevan: 11:07:36,   3 Décembre

Le Premier ministre a reçu une délégation de parlementaires Français

Le Premier ministre a reçu une délégation de parlementaires Français

EREVAN, 25 OCTOBRE, ARMENPRESS. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a reçu la délégation de parlementaires Français arrivée en Arménie.

Comme "Armenpress" a été informé par le Département de l'information du Cabinet du Premier MinistreLe Premier ministre les a remerciés pour leur visite en cette période difficile pour l'Arménie et pour le soutien du peuple arménien." Bien sûr, nous ressentons votre présence et votre soutien non seulement lorsque vous êtes physiquement avec nous, mais aussi lors de vos activités en France amicale. Je voudrais également exprimer ma gratitude pour les activités du président français Emanuel Macron, qui a été le premier dirigeant international à parler de cette situation dans le langage de la vérité, affirmant précisément  que des mercenaires syriens participent à la guerre contre le Karabakh et que la Turquie est la principale instigateur de cette guerre." a déclaré Nikol Pashinyan, ajoutant qu'il était en contact permanent avec le président français.

Evoquant la situation au Haut-Karabakh, le Premier ministre a noté qu'elle restait tendue sur le long de la ligne de contact. "En fait, l'Azerbaïdjan rejette les efforts internationaux liés au cessez-le-feu, pour diverses raisons. Dans l'ensemble, la situation est la suivante : un compromis acceptable pour l'Arménie, devient inacceptable pour l'Azerbaïdjan. Ce n'est pas une nouvelle, nous voyons cette situation dans le processus de négociation depuis longtemps. Je peux apporter l'exemple de 2011 pour montrer  évidement qu'il ne s'agit pas d’une nouvelle approche.

En 2011, alors que se déroulait le processus bien connu de Kazan, la République d'Arménie a accepté une certaine option de compromis et il y a eu un texte de règlement convenu, mais l'Azerbaïdjan a refusé de le signer au dernier moment, renforçant ainsi sa position ", a déclaré Nikol Pashinyan, soulignant qu'il s'agissait d'une nuance très importante.

Selon le Premier ministre, toute la communauté internationale attend une solution au problème du Haut-Karabakh par un compromis, ce qui est compréhensible. " Le compromis signifie que les parties doivent faire preuve d'une certaine flexibilité par rapport à leurs lignes directrices d'origine, mais le problème est que lorsque l'Arménie fait sa part de la concession, en abaissant la barre, la situation devient immédiatement inacceptable pour l'Azerbaïdjan, et elle exige plus. C'est cette tendance et ce processus qui ont conduit à la guerre. La même chose se produit pendant la guerre, à commencer par la déclaration de Moscou. Un autre accord a été conclu avec la médiation du président Macron, mais l'Azerbaïdjan viole constamment et systématiquement les accords de cessez-le-feu", a déclaré le Premier ministre, ajoutant que la Turquie joue également un rôle important et décisif ici, car chaque fois qu'il y a des discussions sur un cessez-le-feu,  on entend  une déclaration de la Turquie au niveau du ministre des Affaires étrangères ou du Président, selon laquelle, l’Azerbaïdjan ne doit pas arrêter de se battre.  

"C'est une nuance très importante, car, en fait, nous pouvons dire qu'au plus un tiers des hostilités est contrôlé par le président de l'Azerbaïdjan, parce que des soldats turcs sont impliqués dans ces actions, ainsi que des terroristes et des mercenaires qui sont contrôlés par du personnel militaire turc situé Azerbaïdjan ", a noté Nikol Pashinyan.

Le Premier ministre a ajouté que les vues de l'Arménie sur le règlement du conflit du Haut-Karabakh restent les mêmes. " Nous pensons qu'il n'y a pas de solution militaire au problème et qu'un compromis doit être trouvé. L'Arménie, comme auparavant, est prête pour un compromis, mais le principal obstacle au progrès ici est que toute situation acceptable pour l'Arménie dans la logique du compromis devient immédiatement inacceptable pour l'Azerbaïdjan, et chaque fois, bien sûr, avec le soutien de la Turquie, ils commencent à exiger plus. Et dans ce cas, on ne sait pas où se trouve la limite de leurs besoins et de leur appétit. Par conséquent, dans cette logique, la première tâche reste l'autodéfense du Haut-Karabakh et de son peuple, de sorte qu'une solution de compromis véritablement diplomatique soit possible ", a déclaré Nikol Pashinyan.

Ensuite, le Premier ministre a répondu à un certain nombre de questions des parlementaires Français, abordé les discussions avec les chefs des pays Coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, la politique destructrice de la Turquie et ses aspirations régionales, la participation indirecte d'Israël au conflit Karabakh-Azerbaïdjanais et les attentes du peuple arménien vis-à-vis de la communauté internationale.

Le Premier Ministre a souligné que le statut de l'Artsakh et l'application du droit des peuples à l'autodétermination restaient un problème important pour le peuple arménien.

Les membres de la délégation parlementaire Française ont remercié pour la discussion détaillée et ont déclaré qu'ils allaient se rendre au Haut-Karabakh pour prendre connaissance sur place de la situation.





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page