L'heure à Erevan: 11:07:36,   25 Janvier

Pashinyan a participé au forum anticorruption organisé par «Transparency International»

 Pashinyan a participé au forum anticorruption organisé par «Transparency International»

EREVAN, 09 DÉCEMBRE, ARMENPRESS: Le Premier ministre Nikol Pashinyan a participé aujourd'hui au Forum d'experts sur «La lutte contre la corruption pour les objectifs de développement durable». Le 9 décembre a été déclaré par l'ONU comme la Journée internationale de la lutte contre la corruption  et a été célébré dans de nombreux pays à travers le monde depuis 2003.


Saluant les participants au forum, le Premier ministre Pashinyan a déclaré: «Peu de temps après avoir été élu Premier ministre de la République d'Arménie, j'ai déclaré qu'il n'y avait plus de corruption systémique en République d'Arménie. Je voudrais réaffirmer cela aujourd'hui et clarifier ce que j'entends en disant la corruption systémique. À mon avis, la corruption systémique, c'est quand chaque revenu dans les cercles de corruption monte dans une certaine proportion et atteint le plus haut niveau. Je suis heureux et fier d'affirmer que, oui, il n'y a pas de corruption systémique en Arménie. Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de phénomène de corruption en République d'Arménie, mais il est très important de constater qu'en République d'Arménie, il existe une volonté politique d'éradiquer la corruption, non seulement de lutter, mais de l'éradiquer.


Avec votre permission, je voudrais partager quelques réflexions, préoccupations et faits. Lors d'une récente séance du Conseil d'administration du parti «Contrat civil», nous avons abordé à plusieurs reprises des problèmes de corruption et enregistré que même les membres de notre équipe les plus proches et même nos amis politiques les plus proches n'auraient aucune grâce s'ils s'impliquent dans des affaires de corruption. Il s'agit de la première remarque importante. 


Mais la deuxième constatation que nous avons fait et que nous faisons est, comme je l'ai dit à plusieurs reprises, que la corruption n'est pas un visage si terrible. Parfois, la corruption est assez attrayante, agréable et même tentante, et à cet égard le problème devient encore plus compliqué. Nous avons enregistré au plus haut niveau politique que le fait d'imposer des interdictions de corruption directe sous les formes dites connues et évidentes ne signifie pas être garanti d'être impliqué dans la corruption.»


Le Chef du gouvernement a noté que la corruption se construit parfois, pour ainsi dire, à travers de belles phrases et un manque d'informations, et que cette constatation a été  faite récemment lors d'une discussion de travail avec le ministre de l'Industrie des Haute technologies Hakob Archakian. «Nous avons enregistré qu'il existe des institutions dites étranges dans le système d'administration publique: ce sont «nous vous en avons parlé» ou  «nous vous avons annoncé». Par exemple, il peut y avoir des moments où quelqu'un peut s'approcher et dire quelque chose sur le chemin ici, dont le sens entier ne peut même pas être compris entre-temps. Et puis une situation peut survenir lorsque vous vous demandez comment cette situation s'est produite et la réponse serait:  «Je vous en ai parlé», a noté le Premier ministre, et à titre d'exemple - abordé la question de la fourniture de produits plus abordables et de haute qualité aux institutions de l'administration publique.  


«Si quelqu'un dit que nous voulons fournir au système d'administration publique des produits beaucoup moins chers et de bien meilleure qualité, qui dira non. Mais ensuite, dans le processus d'appel d'offres, certains processus peuvent vous surprendre et peuvent revenir plus tard sous la forme de cette phrase: «Nous vous en avons parlé.» Je veux dire, en général, des phénomènes parfois très intéressants peuvent être rencontrés en République d'Arménie dans le contexte de la corruption, et en général, je suis convaincu dans de nombreux autres pays également.


J'ai, par exemple, récemment constaté que le fait de saluer le Premier ministre est une monnaie librement convertible au sens de la corruption.  Par exemple, rencontrer le Premier ministre est une monnaie librement convertible qui peut, bien entendu, être utilisée dans tous les domaines, y compris la corruption. C'est pourquoi, chers compatriotes, lorsque vous remarquez que je suis devenu sobre en ce qui concerne les salutations et les réceptions, ne pensez pas que je suis hautain. Cela fait un peu plus d'un an et demi de cette activité que je me suis rendu compte que même dans les salutations et les réceptions, il faut d'abord être très prudent. Je dis tout cela pour montrer que, oui, il ne fait aucun doute que notre gouvernement et moi personnellement, la volonté politique, semblent même très faible dans cette logique, car la volonté politique est un slogan qui ne dit pas grand-chose. Permettez-moi de dire que je me considère comme un politicien génétiquement incompatible avec la corruption, humain, individuel, et bien sûr, tout ce que je présentais pour montrer qu'il faut toujours garder à l'esprit que même les mutations génétiques peuvent théoriquement être possibles. Il peut y avoir des systèmes qui peuvent vous garder attirés par ces mutations génétiques, mais je suis sûr que vous savez tous que cela ne se produira pas. »


Parlant d'une autre constatation  politique importante, le Premier ministre a déclaré: « Lorsque nous parlons de lutte contre la corruption, elle est perçue politiquement comme une lutte contre les autorités corrompues précédentes. Je trouve très important de déclarer qu'il n'y a pas de gouvernement précédent ou actuel dans le domaine de la lutte contre la corruption,  parce qu'il est deux fois plus inacceptable d'être impliqué dans la corruption aujourd'hui par que par d'anciens fonctionnaires. J'espère que cela est visible pour tout le monde, car au cours des 1,5 dernières années, 4 hauts fonctionnaires, peut-être plus que cela, au moins 4 hauts fonctionnaires ont été accusés d'articles de corruption, et ce processus se poursuivra. Il est simplement exclu que nous ayons un compromis avec la corruption, et la corruption en République d'Arménie devrait être complètement éradiquée. 


Récemment, il y a eu beaucoup de discussions au sujet de ma décision, que j'ai mise en place et qui a fixé un salaire assez élevé avec un financement conditionnel des ministres et des vice-ministres, des hauts fonctionnaires, un salaire conditionnel, un salaire assez élevé par rapport aux normes arméniennes, et l'interprétation était que c'est aussi une lutte contre la corruption ou vise à prévenir la corruption. En fait, en termes de contenu, ce n'est probablement pas faux, mais je voudrais que ce soit plus clair en présentant des excuses à tous les membres de notre gouvernement et à tous les fonctionnaires auxquels cette décision a été adressée. Je veux simplement faire cette déclaration afin que les motifs soient plus clairs pour notre communauté et les personnes présentes. L'augmentation de ces salaires ne visait pas à prévenir la corruption, car la personne impliquée dans la corruption pour 1,5 million de drams, ainsi que notre expérience le montre, ne sera pas satisfaite. Cela a été fait dans un sens complètement différent. Lorsque nous arrêtons et condamnons ces personnes pour s'être engagées dans de possibles affaires de corruption, nous n'éprouvons pas des remords à ce moment-là  que nous avons payé si peu l'homme que nous ne lui avons laissé d'autre choix que de s’engager dans la corruption. Bien sûr, ce n'est peut-être pas un acquittement, mais je pense que c'est une composante morale et psychologique très importante dans la lutte contre la corruption. Encore une fois, je voudrais dire que cette décision est justifiée par cette logique selon laquelle nous ne nous sentons pas coupables de tous les fonctionnaires qui seront impliqués dans des affaires de corruption et seront tenus pour responsables par la loi.  


Je voudrais faire quelques remarques en ce qui concerne les deux événements  récents. Vous savez qu'il y a quelques jours, Serge Sarkissian a été accusé de corruption. A vrai dire, j'ai été surpris par certaines des réactions quand ils disent que c'est ridicule, Serge Sarkissian est accusé d'avoir abusé de 400 millions de drams. Je comprends qu'il y a des gens en République d'Arménie qui imaginent la lutte contre la corruption comme un concert à la demande des téléspectateurs, quand il est dit qu'à la demande du gouvernement ou du Premier ministre, je demande une affaire pénale contre Serge Sarkissian pour 400 millions de drams. D’ailleur, la mentalité de la corruption et cette perception de la lutte contre la corruption sont, à mon avis, une continuation l'une de l'autre, c'est-à-dire qu'elles ont en fait la même origine, comment la lutte contre la corruption est perçue et comment la nécessité de lutter contre la corruption est perçue. »


Dans son discours, le Chef du gouvernement a également fait référence à la déclaration faite il y a quelques jours à l'Assemblée nationale selon laquelle le Premier ministre ne vole aucun sou du budget de l'État. Selon le Premier ministre, cette déclaration présente un certain élément de moitié, et elle devrait être complétée par le fait que les fonds publics de la République d'Arménie ne sont pas encore dépensés à 100% efficacement, y compris les dépenses liées aux activités du Premier ministre. Nikol Pashinyan a noté que, bien que la priorité soit parfois accordée à la résolution de problèmes urgents de plus grand volume, la question de garantir une efficacité à 100% des dépenses publiques est toujours au centre de son attention. Le Premier ministre a souligné que la réalisation de l'efficacité des dépenses publiques au niveau de 1 000 drams est une question quotidienne, et le gouvernement suivra  cette voie de manière suivie.


Soulignant l'importance de la tenue de ce forum contre la corruption, Nikol Pashinyan a remercié toutes les organisations, individus, groupes et forces qui jugent important de lutter contre la corruption et n'ont jamais cessé de lutter contre la corruption. « J'attache une grande importance au travail de ces institutions, groupes, organisations, y compris les médias, et je tiens à vous assurer que la lutte contre la corruption au niveau pénal et juridique est, oui, inévitable aujourd'hui. Mais à long terme, notre objectif devrait être différent: nous ne devons pas, pour ainsi dire, créer des conditions de corruption afin de pouvoir ensuite découvrir, arrêter, détenir , mais plutôt de créer des institutions qui empêchent la corruption, ce qui la rend impossible ou presque impossible. C’est d’abord et avant tout la démocratie, la transparence, l’état de droit et l’ordre et la liberté d’expression et, bien sûr, un mécanisme de contrepoids, qui est une orientation stratégique pour nous. Nous sommes prêts à coopérer et à coopérer avec toutes les parties, organisations et forces intéressées, et nous sommes convaincus que nous réussirons sérieusement sur cette voie », a-t-il souligné

 

 

 

***

Le Centre anti-corruption «Transparency International» est l'organisateur du Forum «Lutter contre la corruption pour les objectifs de développement durable». 




youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Haypost

New Xar

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page