L'heure à Erevan: 11:07:36,   19 Avril

Le Premier ministre a évoqué le processus de règlement du conflit du Haut-Karabakh


EREVAN, 15 AVRIL, ARMENPRESS: Le Premier ministre Nikol Pashinyan a répondu aux questions des journalistes après sa visite à l'Université agraire d'Arménie et a abordé le processus de règlement du conflit du Haut-Karabakh, informe le cabinet du Premier ministre.

Question: Aujourd'hui est la rencontre des ministres des Affaires étrangères. La dernière fois que vous avez dit que vous avez commencé les négociations d'un nouveau point. Dans ce contexte, quelles sont vos attentes de la rencontre?

Premier ministre Nikol Pashinyan: Nous nous attendons de la rencontre à ce que la recommandation que nous avons donnée aux ministres des affaires étrangères avec le Président de l'Azerbaïdjan, soit accomplie. Et cette recommandation consiste à discuter de la portée des questions discutées à Vienne et des ordres du jour et à essayer de rapprocher les positions.

Question: Le ministre russe des Affaires étrangères participe également à la rencontre, quelle en est la raison?

Premier ministre Nikol Pashinyan: Il n'y a rien d'étrange parce que la Russie est l'un des pays co-présidents du groupe de Minsk de l'OSCE et je pense qu'une telle pratique a existé et continuera d'être. Il peut y avoir une rencontre et sous l'égide du ministre russe des Affaires étrangères, et sous l'égide du ministre des Affaires étrangères de la France et sous l'égide du ministre des Affaires étrangères des États-Unis, je ne vois donc rien d'extraordinaire et d'étrange.

Question: Dans votre discours à Strasbourg, vous avez mis l'accent sur les dispositions de la partie arménienne sur le règlement du Haut-Karabakh, et Bakou a encore réagi et encore la vieille chanson: «Les territoires occupés et le retrait des forces armées arméniennes». Dans de telles circonstances, comment la partie arménienne voit-elle la poursuite des négociations?

Premier ministre Nikol Pashinyan: Lors de mon discours à la conférence de l’Union des volontaires Yerkrapah, j'ai déclaré que l'un des plus grands problèmes est que les déclarations postérieures ou antérieures de la rencontre ne correspondent parfois pas à l'esprit de la conversation. À Vienne et avant cela, maintenant et à l'avenir, mon appel sera que si nécessaire, ne parlons pas beaucoup des négociations mais disons quelque chose d’important que les gens comprennent qu’un travail sérieux est accompli, parce que vous pouvez imaginer une telle situation peu sérieuse quand les leaders de deux pays parlent dans une pièce pendant deux heures et après la rencontre, la société est incapable de comprendre ce dont ils ont discuté et comment. C’est le principal problème du processus de négociation, car il y a une inertie qui existe depuis longtemps. Je ne suis pas dans cette inertie et je n’ai donc aucun problème à sortir de cette inertie. Mais il existe une vieille inertie qui veut qu'après chaque déclaration, un parti tente de prouver qu'il a gagné, et que l'autre tente de prouver qu'il a gagné. C'est une fausse logique.

Question: De nombreux analystes disent que la partie arménienne prêche constamment la paix.

Premier ministre Nikol Pashinyan:
 Nous ne prêchons pas constamment, les mots sont très importants, nous ne prêchons pas la paix constamment. Nous prêchons la paix dans un certain cadre. Ce sont des choses très différentes.

Question: Dans ce cas, dans le cas de contradictions, quelle position la partie arménienne devrait-elle adopter lorsqu'il y a toujours une rhétorique agressive de l’autre partie ?

Premier ministre Nikol Pashinyan: Nous continuons les négociations et, ici aussi c’est la même logique que dans la question précédente. Les parties doivent être à la même fréquence. Nous essayons de changer même notre fréquence afin d'amener nos partenaires à la même fréquence parce que l'esprit général de la conversation de Vienne, la conversation de Davos, la conversation de Saint-Pétersbourg et la conversation de Douchanbé, c'est que nous devons travailler à la solution de ce problème et à un règlement pacifique du problème. Et j'espère que nous sommes tous sincères dans nos motivations, parce que si une partie essayait de tromper l'autre partie à la table des négociations, rien ne serait fait, il est très important que nous ne prêchions rien sans fin, que nous ne prêchions rien du tout, que nous ne prêchions pas la paix, nous faisons des propositions sur la mise en place d'une plate-forme concrète pour résoudre le problème. Il y a un chemin vers la guerre et il y a un chemin vers la paix. Nous avons dit qu'il est impossible de nous effrayer avec la guerre, il n'y a pas besoin d'effrayer, et nous ne faisons peur à personne, décidons enfin si nous voulons résoudre ce problème sur la plateforme de la paix ou non. Mais je pense que toute personne rationnelle devrait essayer de résoudre le conflit sur une plate-forme de paix. Sinon, quel est le sens du processus de négociation?




Dernières nouvelles

Toutes les nouvelles    

  Demain



Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
Яндекс.Метрика
Configrations de la page