L'heure à Erevan: 11:07:36,   29 Novembre

Entretien du Premier ministre au directeur général de l'agence d'information «Russia Today»

Entretien du Premier ministre au directeur général de l'agence d'information «Russia Today»

EREVAN, 15 OCTOBRE, ARMENPRESS. Le Premier ministre, Nikol Pashinyan, a accordé une interview au directeur général de l'agence de presse «Russia Today» Dmitri Kiselev, qui est représentée par "Armenpress".

Russia Today – Monsieur le Premier ministre, bonjour. Merci beaucoup d'avoir accepté de répondre à nos questions en cette période difficile pour l'Arménie et le monde entier. Comment évaluez-vous les résultats des hostilités depuis le 27 septembre? Quelles sont les pertes des parties et y a-t-il beaucoup de prisonniers?

Premier ministre Nikol Pashinyan - La situation est très difficile. Il y a beaucoup de victimes des deux côtés. L’Armée d’autodéfense du Haut-Karabakh garde la défense, organise la défense et j’estime que la situation est plutôt difficile.

Russia Today - Autrement dit, il est encore impossible d'évaluer les pertes des parties et le nombre de prisonniers?

Premier ministre Nikol Pashinyan - De nombreux experts disent qu'il s'agit d'une guerre sans précédent au 21e siècle. Parce que tous les types d'armes sont impliqués ici: chars, drones, avions et hélicoptères, véhicules blindés, artillerie, artillerie de roquettes, etc. Et beaucoup de soldats et de troupes sont impliqués dans ces hostilités. Autrement dit, des batailles féroces et à très grande échelle sont en cours, et pour le moment l'armée d'autodéfense du Haut-Karabakh est sur la défensive. Et en fait, nous pouvons dire que les plans de la Turquie et de l'Azerbaïdjan pour prendre le contrôle du Haut-Karabakh avec une blitzkrieg ont échoué pour le moment.

Russia Today - Monsieur le Premier ministre, nous entendons souvent parler de mercenaires et de terroristes étrangers qui combattent aux côtés de l'Azerbaïdjan. En avez-vous la preuve, et les étrangers se battent-ils aux côtés de l'Arménie?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Le monde entier en parle déjà. C'est une nuance très importante et c'est très importante parce que cela aidera à comprendre qui a déclenché ces hostilités et pour quelles raisons. Bien sûr, il existe des preuves concrètes que des combattants terroristes de Syrie sont impliqués dans la guerre contre le Haut-Karabakh. Ces preuves vidéos ont déjà été publiées sur les réseaux sociaux et dan les médias. Et maintenant, il est évident que la Turquie est le principal sponsor de cette guerre. La Turquie a engagé et transféré ces combattants terroristes dans la zone de conflit du Haut-Karabakh. Et par décision et sous le patronage de la Turquie, il a été décidé de déclencher une guerre, une attaque contre le Haut-Karabakh.

Il est important de comprendre pourquoi? Parce qu'il était évident que l'armée azerbaïdjanaise à elle seule n'est pas capable de lutter contre l'armée d'autodéfense du Haut-Karabakh. Et c'est pourquoi la Turquie a décidé d'impliquer des terroristes, des troupes turques - ils sont impliqués non seulement dans la direction des opérations militaires, mais aussi directement dans les forces spéciales de l'armée turque. Selon certaines informations, les forces spéciales de l'armée pakistanaise sont également impliquées dans les hostilités. Et je pense qu'en ce qui concerne au moins la participation de militants de Turquie, cela a déjà été prouvé dans le monde entier, car de nombreux médias internationaux écrivent déjà à ce sujet.

Des informations très intéressantes sont arrivées ces derniers jours de Russie, du Caucase du Nord, lorsque des militants ont été détruits en Tchétchénie et au Daghestan, et il y avait des informations selon lesquelles ces militants sont venus en Russie de l'étranger, de Syrie. Et je vois ici un lien direct dans ce processus: les militants syriens ont été transférés par la Turquie dans la zone de conflit du Haut-Karabakh pour déclencher une guerre contre le Haut-Karabakh, et maintenant ils apparaissent déjà dans le Caucase du Nord. C'est un fait très remarquable, qui montre que cette situation ne concerne plus seulement le conflit du Haut-Karabakh, mais l'a dépassée, dans son sens local. Il s'agit déjà d'un conflit régional à grande échelle qui affecte les intérêts concrerts des pays de la région. Et je pense qu'en particulier en Russie, il faut être très attentif à ce fait. Du côté arménien, bien sûr, il n'y a pas d'étrangers à combattre du côté du Haut-Karabakh. Certains Arméniens sont peut-être venus de la diaspora pour soutenir leurs compatriotes. Mais, bien sûr, ils ne peuvent pas être considérés comme des mercenaires.

Russia Today - Les accords de Moscou du 10 octobre mentionnent les principes de base du règlement, veuillez déchiffrer ces principes, tels que vous les comprenez?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Ces principes sont bien connus: c'est le droit à l'autodétermination des peuples, c'est le non-recours à la force ou la menace de l'usage de la force, l'intégrité territoriale. Le problème est de savoir comment ces principes sont interprétés par les parties. Parce qu'au cours du processus de négociation, il s'est avéré que différentes parties interprétaient ces principes différemment. Et maintenant, nous nous trouvons dans une situation où l'un de ces principes très importants a déjà été violé. J'en ai déjà parlé - il s'agit du non-recours à la force ou de la menace de la force pour résoudre le problème du Haut-Karabakh.

Russia Today - Monsieur le Premier ministre, si nous parlons de compromis, à quel compromis êtes-vous prêt? Et y a-t-il une ligne au-delà de laquelle vous ne reculerez en aucun cas?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Oui, bien sûr, il y a une telle ligne, et cette ligne est le droit à l'autodétermination du peuple du Haut-Karabakh. Et toujours à tout moment, l'Arménie était prête pour un tel compromis. Et l'initiative la plus célèbre est l'Initiative de Kazan, lorsque l'Arménie était prête pour un compromis concret. Mais l'Azerbaïdjan a refusé de signer ces accords, car l'Azerbaïdjan ne voulait pas et ne veux pas accepter le droit à l'autodétermination du peuple du Haut-Karabakh, des Arméniens du Haut-Karabakh. Et le droit à l'autodétermination du Haut-Karabakh est une ligne pour nous, bien sûr, c'est une ligne pour nous, une «ligne rouge» au-delà de laquelle nous ne pouvons pas franchir.

Russia Today - Excusez-moi, je vais clarifier de quel type de compromis parlez-vous?

Premier ministre Nikol Pashinyan - J'ai dit que l'Arménie était prête pour des compromis. Et vous avez demandé s'il y avait une «ligne rouge» sur laquelle nous ne passerions pas. Et j'ai dit oui - c'est le droit à l'autodétermination du peuple du Haut-Karabakh.

Russia Today - Nous venons de parler de la ligne, mais d'un compromis concret? Vous n'aimeriez pas donner des exemples d'un tel compromis, est-ce que je comprends bien?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Vous savez, maintenant, la déclaration de Moscou a convenu de mesures concrètes sur la manière de reprendre le processus de négociation concret. Et des mesures concrètes ont déjà été décrites dans le cadre de cet accord, et nous sommes prêts à prendre de telles mesures pour résoudre le problème du Haut-Karabakh. Et nous sommes prêts pour de tels compromis, nous sommes prêts pour des compromis proportionnels, pour lesquels l'Azerbaïdjan est prêt.

Russia Today - Merci, monsieur le premier ministre. Nous avons vraiment dit que cette guerre se distingue par une cruauté inhabituelle, cette cruauté est déjà entrée dans l'histoire et les deux dirigeants sont entrés dans l'histoire en tant que participants à la guerre la plus brutale. Et comment aimeriez-vous rester dans l'histoire après cela?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Ce n’est pas une question d’ambition personnelle. Je voudrais que le conflit du Haut-Karabakh soit enfin résolu à la suite de ce conflit. Basé sur des compromis. Pour que nous trouvions une solution acceptable par toutes les parties – l’Arménie, le Haut-Karabakh et l’Azerbaïdjan. Et ce serait la solution finale.

Russia Today - Monsieur le Premier ministre, j'ai posé toutes les questions prévues. Souhaitez-vous faire des ajouts?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Bien sûr. En réponse à votre première question, j'ai dit qu'il était très important de attirer attention aux objectifs de la Turquie dans ce processus. Je suis sûr qu'après les événements bien connus du début du XXe siècle, la Turquie est revenue dans le Caucase du Sud pour poursuivre la politique du génocide arménien dans le Caucase du Sud. Il est très important de comprendre qu'il s'agit d'un objectif pragmatique pour la Turquie. Pas un objectif émotionnel, mais un objectif pragmatique, car les Arméniens du Caucase du Sud sont la dernière barrière pour la Turquie, pour l'expansion vers le nord, pour l'expansion vers l'est et pour l'expansion vers le sud-est, parce que je suis sûr qu'il s'agit d'une continuation de la politique impériale de la Turquie. Et tout ce qui se passe actuellement dans le Caucase du Sud doit être considéré dans le contexte de la politique que la Turquie mène en Méditerranée, en Libye, en Syrie, en Irak, en Grèce et en Chypre.

 Comme je l’ai déjà dit, ce qui se passe actuellement, ce processus est déjà allé au-delà du conflit local du Haut-Karabakh, maintenant un changement est en cours. La Turquie veut redistribuer le Caucase du Sud, plus précisément, prendre le contrôle de tout le Caucase du Sud et en faire un tremplin pour une nouvelle expansion en direction du nord, de l'est et du sud-est. Je pense que dans cette situation, les intérêts de sécurité nationale de nombreux pays sont déjà concrètement  affectés, y compris, tout d'abord, la Fédération de Russie. Ce n’est pas par hasard que j’ai rappelé les informations provenant de Tchétchénie et du Daghestan. D'où venaient ces militants en Tchétchénie et au Daghestan, les militants syriens? Il est évident pour moi qu'ils venaient de la zone du conflit du Haut-Karabakh. Et la question est de savoir s'il s'agit d'un accident ou d'une action planifiée visant à déstabiliser le Caucase du Nord afin de détourner l'attention de la Russie des événements qui se déroulent actuellement dans le Caucase du Sud - dans la zone du conflit du Haut-Karabakh. C'est une nuance très importante qui devrait être appréciée en Russie.

 





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page