Entretiens

Interview exclusive de l'Ambassadrice Wiktorin à ARMENPRESS

54 minutes de lecture

Interview exclusive de l'Ambassadrice Wiktorin à ARMENPRESS

EREVAN, 22 AOÛT, ARMENPRESS. Les relations entre l'Arménie et l'Union européenne sont passées par différentes phases au cours des 30 années de coopération.

Aujourd'hui, l'Arménie et l'UE ont défini un cercle de coopération très large, et l'accord de partenariat global et renforcé (CEPA) signé en 2017 offre la possibilité de coopérer dans tous les domaines.

À l'occasion du 30e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la République d'Arménie et l'Union européenne, l'agence de presse ARMENPRESS a réalisé une interview avec la Chef de la délégation de l'Union européenne en Arménie, S.E. l'Ambassadrice Andrea Wiktorin.

Dans l'interview, l'Ambassadrice Wiktorin a parlé des relations entre l'Arménie et l'UE et a également présenté son point de vue sur les perspectives de règlement du conflit du Haut-Karabakh, les négociations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et le processus de normalisation entre l'Arménie et la Turquie.

L'interview a été réalisée le 18 juillet 2022.

ARMENPRESS : Mme Wiktorin, merci pour cette chance. Nous avons beaucoup de questions intéressantes à discuter sur l'agenda Arménie-Union européenne. Permettez-moi de commencer par vous demander comment vous vous sentez en Arménie et comment vous avez passé ces 3 années de votre mission diplomatique en Arménie par rapport à votre travail ailleurs ?

Ambassadrice Wiktorin: Comme vous le savez peut-être, j'ai déjà eu une mission diplomatique en Arménie. J'étais l'ambassadrice allemande ici entre 2007 et 2009. Lorsque je suis revenue en 2019, je pense qu'il y a eu un grand changement dans l'atmosphère du pays et l'humeur des gens. Il y a aussi beaucoup de mesures positives que nous avons prises ensemble en coopération avec l'Arménie. Donc, c'était globalement très positif et j'ai eu un excellent début, en visitant de nombreuses régions, en voyant beaucoup de projets. Par la suite, nous nous sommes tous retrouvés dans la même situation difficile. Tout d'abord, la pandémie de COVID-19 a commencé et nous avons eu le lockdown avec toutes les conséquences que cela a eu sur le contact direct, mais aussi sur la façon d'améliorer la coopération. Puis la guerre du 27 septembre 2020, ses conséquences, les élections de 2021... C'était donc toujours une période très chargée. Naturellement, j'ai aussi été touchée par les sentiments des Arméniens dans cette période difficile. Cependant, je reste globalement optimiste. J'aime l'Arménie, la campagne. Je suis heureuse que nous puissions repartir en mission après cette longue période d'interruption due au COVID. Je me suis rendu plusieurs fois à Syunik au cours des derniers mois, sans parler des autres régions d'Arménie. C'est toujours une très bonne occasion de rencontrer les gens, d'entendre leur évaluation directe et de connaître leurs besoins directs. C'est un élément très important de mon travail ici.

ARMENPRESS : Qu'est-ce que vous aimez le plus en Arménie et qu'est-ce que vous pensez que l'Arménieest le plus ?

Andrea Wiktorin : L'Arménie a des traditions et une culture anciennes. C'est un pays chrétien avec de nombreux monuments culturels impressionnants. Pour moi, le plus impressionnant, ce sont les gens, la variété des caractères, et la scène culturelle dynamique, que j'apprécie beaucoup. Hier, j'ai assisté à la cérémonie de clôture du festival du film Golden Apricot. Il y a tellement de choses en cours ici, et j'aime découvrir de nouveaux sites, de nouveaux événements culturels. C'est quelque chose qui crée une image positive de l'Arménie, et je l'apprécie beaucoup.

ARMENPRESS : Comme vous le savez, 2022 est une année très importante pour la diplomatie arménienne car la République d'Arménie marque des anniversaires diplomatiques avec de nombreux partenaires internationaux. L'Arménie et l'Union européenne célèbrent le 30e anniversaire de l'établissement de relations diplomatiques en tant que partenaires internationaux en 1992, après l'émergence de l'Arménie en tant que nouvel État indépendant dans la région. Comment évaluez-vous le niveau actuel du partenariat entre l'Arménie et l'Union européenne, où en sommes-nous en termes de développement de la coopération entre l'Arménie et l'Union européenne ?

Andrea Wiktorin : C'est le 10 août 1992 que les relations diplomatiques entre la République d'Arménie et l'Union européenne ont été formellement établies. Naturellement, nous sommes passés par différentes phases. Au début, nous avons eu beaucoup de coopération via Tacis (le programme d'assistance technique de la Commission européenne à la Communauté des États indépendants). J'étais là lorsque nous avons ouvert cette délégation de l'UE. C'était en février 2008, et la commissaire européenne chargée des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage, Benita Ferrero-Waldner, est venue en Arménie. J'étais invitée, car j'étais l'ambassadrice d'Allemagne à l'époque. L'ouverture d'une délégation à part entière a été une étape importante, car nous couvrons tous les domaines des relations. Avec le traité de Lisbonne, qui est entré en vigueur en 2009, la création du Service européen pour l'action extérieure, qui est désormais responsable des relations extérieures, a constitué une étape importante.

En 2017, nous avons signé l'accord de partenariat global et renforcé (CEPA). Il a ouvert les portes d'une nouvelle voie dans nos relations. Pourquoi ? Nous avions travaillé sur un accord d'association, qui n'a pas pu être réalisé en 2013, et maintenant nous avons vraiment un cadre pour nos relations bilatérales dans tous les domaines. Avec l'entrée en vigueur en mars 2021, l'Arménie et l'Union européenne ont la possibilité de coopérer dans tous les domaines. C'est très important, car ce n'est pas seulement la base juridique de notre coopération, mais c'est aussi, comme l'a dit le gouvernement arménien, le "plan directeur du processus de réformes arménien".

ARMENPRESS : Sur le plan commercial et économique, par exemple. Si je ne me trompe pas, le régime SPG+ de l'UE pour l'Arménie a pris fin l'année dernière. Ce changement a-t-il eu un impact significatif sur les relations commerciales et qu'en est-il maintenant ?

Andrea Wiktorin : Le développement économique de l'Arménie au cours des dernières années a été tel que le pays est passé d'un niveau de revenu moyen inférieur à un niveau supérieur, selon la classification de la Banque mondiale. C'est une très bonne nouvelle, car cela montre que l'économie arménienne se développe.

Au cours de la période précédente, le SPG+ avait pour but de soutenir le développement durable du pays. Selon les règlements et les dispositions du règlement SPG de l'UE, dès lors que vous êtes un pays à revenu intermédiaire supérieur pendant trois ans, plus une période de transition d'un an, vous perdez le statut de bénéficiaire du SPG+, qui est une concession commerciale unilatérale de l'UE, ce qui signifie que depuis janvier de cette année, l'Arménie ne peut plus bénéficier de ces tarifs d'importation préférentiels.

En termes de conséquences, il est encore trop tôt pour dire quelles seront les conséquences de la fin du SPG sur le commerce entre l'UE et l'Arménie. De plus, il sera difficile de distinguer les conséquences de la fin du SPG des autres facteurs macroéconomiques majeurs qui affectent actuellement l'économie mondiale.

Permettez-moi de souligner que seuls les produits arméniens sont concernés, c'est-à-dire les importations de produits arméniens dans l'UE, mais grâce au CEPA, nous ouvrons la porte à d'autres directions, ce qui, je l'espère, aura un effet positif sur l'économie arménienne et les relations commerciales entre l'Arménie et l'UE.

À l'heure actuelle, l'UE est le deuxième plus grand partenaire commercial après la Russie. De nouveaux mécanismes sont inclus dans notre coopération, dans le but de disposer d'un meilleur environnement réglementaire, de meilleures normes de produits, de créer un meilleur climat commercial, ce qui profitera aux producteurs européens et arméniens. Nous encourageons les entreprises arméniennes à vendre davantage de biens et de services, ce qui contribuera à la croissance économique et à la création d'emplois en Arménie.

Le CEPA prévoit également plusieurs autres dispositions, par exemple un système solide de protection des droits de propriété intellectuelle. Cela signifie que les entreprises arméniennes et les artistes (ce qui est également très important pour les produits culturels, créatifs et innovants de haute qualité) peuvent désormais compter sur un système solide de protection des droits de propriété intellectuelle en Arménie, tout comme dans l'Union européenne. Cela contribue également à attirer les investissements directs étrangers en Arménie.

Nous ouvrons également les échanges de services, ce qui signifie que cela ouvre de nouvelles possibilités, la libéralisation du commerce bilatéral dans de nombreux secteurs de services, par exemple dans les services de location/location-bail, le conseil, l'ingénierie, la photographie, l'emballage, les services postaux, financiers et de transport. Cela signifie que les entreprises arméniennes pourront fournir des services dans l'UE et vice-versa.

Le CEPA ouvre également les marchés publics entre l'UE et l'Arménie, donnant aux entreprises arméniennes la possibilité de participer aux appels d'offres de marchés publics dans l'UE et vice versa. Un accès mutuel supplémentaire au marché est prévu pour les concessions de travaux, par exemple l'approvisionnement en eau et d'autres services publics.

Le fait que l'UE ouvre le marché des services et la possibilité de participer aux appels d'offres pour les marchés publics pourrait avoir un impact très positif sur l'économie arménienne.

ARMENPRESS : L'Union européenne est l'un des principaux partenaires commerciaux de l'Arménie. Selon les statistiques de la partie arménienne, côté européen, le chiffre d'affaires commercial entre l'Arménie et l'UE s'est élevé à environ 1,2 milliard d'euros en 2021. Voyez-vous des perspectives pour renforcer les sphères de coopération commerciale et économique entre les parties, notamment en utilisant les instruments que le CEPA pourrait fournir ?

Andrea Wiktorin : Oui, comme je l'ai expliqué. Le CEPA prévoit de nouvelles réglementations qui, d'une part, protègent les producteurs de l'UE et d'Arménie et, d'autre part, ouvrent de nouveaux marchés. Je pense que nous nous dirigeons vraiment vers de nouveaux domaines de coopération, par exemple les industries créatives. Elles sont également très importantes dans l'UE. La semaine dernière, nous avons signé le contrat du programme d'accélération créative KATAPULT, qui soutient les industries créatives en Arménie. Le secteur des technologies de l'information est un autre domaine dans lequel je vois un énorme potentiel pour les entreprises arméniennes sur le marché européen. Je pense donc qu'il y a tellement de domaines de coopération que cela aura un impact positif sur les relations commerciales et économiques.

ARMENPRESS : Quelles autres sphères significatives pouvez-vous indiquer dans le CESP ? Les réformes politiques, les droits de l'homme, la démocratie...

Andrea Wiktorin : Le CEPA ouvre la coopération dans tous les domaines. Comme l'Union européenne est fondée sur des valeurs, nous avons une forte coopération dans le domaine de la bonne gouvernance, ce qui signifie que l'UE soutient le processus de réforme en Arménie, en particulier dans le domaine de l'État de droit, des droits de l'homme, qui sont un élément central de notre coopération. Nous sommes engagés dans le plan d'action pour les droits de l'homme 2020 - 2022, qui prendra fin cette année. Nous avons eu une discussion en juillet sur la coopération dans ce domaine et nous attendons avec impatience le prochain plan d'action pour les droits de l'homme - 2023-2025. La délégation de l'UE coopère non seulement avec les ministères concernés, mais aussi, comme je l'ai déjà mentionné, avec la société civile. Nous soutenons les ONG qui travaillent dans le domaine des droits de l'homme. Nous avons un projet avec la défenseuse arménienne des droits de l'homme et nous coopérons étroitement avec elle. Je suis en contact permanent avec elle sur les questions qui nous préoccupent.

L'Arménie a déclaré que la LCPE était le plan directeur du processus de réforme. Nous sommes donc très engagés dans la réforme judiciaire, la lutte contre la corruption et la réforme de la police. Nous avons transféré la prochaine tranche de soutien budgétaire pour la réforme judiciaire de plus de 8 millions d'euros. Pourquoi est-ce important ? Il s'agit d'un label de qualité pour le travail effectué dans le secteur de la justice. C'est une décision des institutions européennes de poursuivre la coopération dans le secteur de la justice, ce que nous ne faisons que si nous pensons que la coopération a été fructueuse jusqu'à présent. L'UE a un système très strict de règles et de conditions pour obtenir un soutien budgétaire. Ce paiement montre que nous avons confiance dans la réforme du secteur de la justice. Il existe des défis, on ne peut le nier, et des efforts supplémentaires sont nécessaires, mais l'Arménie met en œuvre ces réformes. Nous préparons actuellement un nouveau programme d'appui budgétaire sectoriel dans ce domaine et nous espérons qu'il sera approuvé avant la fin de l'année.

Il y a quelques semaines, nous avons lancé un nouveau projet de jumelage, axé sur la lutte contre la corruption, avec le comité de prévention de la corruption et le ministère de la justice, ainsi qu'avec des experts d'Allemagne et de Lettonie. L'UE et l'Arménie ont une coopération très large et utilisent différents outils et instruments.

ARMENPRESS : D'un point de vue plus général. Autant que je m'en souvienne, l'orientation européenne ou l'intégration européenne a toujours été l'une des principales priorités de la politique étrangère de l'Arménie nouvellement indépendante, au moins pendant les 20 dernières années ou plus. Les partis ont mis en œuvre de nombreux projets et programmes, notamment les politiques de voisinage et d'élargissement de l'UE, le partenariat oriental, etc. Voyez-vous une destination finale pour un pays comme l'Arménie sur cette longue route de l'intégration européenne ou s'agit-il d'un processus continu, sans fin ?

Andrea Wiktorin : Eh bien, je pense que c'est la décision de l'Arménie. C'est l'Arménie qui fixe le rythme de notre coopération... 2013 n'a pas été si facile, mais je pense qu'avec le CEPA nous avons une très bonne base pour nos relations. Il y a un principe, qui est important pour l'Union européenne : nous voulons intensifier notre coopération avec nos partenaires de l'Est, mais nous le ferons en fonction de leurs propres souhaits. Il s'agit donc du principe "plus pour plus et moins pour moins", ce qui signifie que les pays partenaires décident eux-mêmes du niveau de coopération. C'est très important : l'UE n'essaie pas d'être en concurrence avec d'autres partenaires. Je pense qu'il est très important de voir les résultats positifs de notre coopération au cours des dernières années. L'accord CEPA montre que nous avons réussi à avoir des relations étroites alors que l'Arménie est en même temps membre de l'Union économique eurasienne. À mon avis, avec cet accord, nous avons trouvé une possibilité de gérer cette situation et de répondre aux aspirations de l'Arménie. Le gouvernement arménien et les citoyens arméniens doivent décider de ce qu'ils veulent. Si vous me demandez s'il est utile de renforcer les liens avec l'Union européenne, il va de soi que je soutiendrai toujours cette initiative, car je suis une Européenne convaincue. L'UE et ses États membres travaillent ensemble dans le cadre de l'initiative "Team Europe", et nous sommes très actifs. C'est un signe clair de notre engagement et de l'esprit de coopération - l'UE plus les États membres. Nous avons de bons antécédents dans ce domaine : pendant le COVID, le soutien aux groupes vulnérables après la guerre, lorsque les États membres ont rejoint nos initiatives, et maintenant dans les futurs programmes de coopération avec l'Arménie, en particulier l'initiative Team Europe dans le sud, à Syunik.

ARMENPRESS : Nous entendons souvent des déclarations au cours de diverses discussions et conférences et à différents niveaux politiques sur l'importance d'approfondir l'intégration européenne et la coopération avec l'Union européenne, nous entendons de nombreux messages sur l'Union européenne en tant qu'espace fondé sur des valeurs, nous entendons des déclarations sur les valeurs européennes que l'UE essaie de promouvoir. En outre, à cet égard, je pense qu'il serait très intéressant d'entendre de votre côté ce qu'est l'Union européenne dans un sens général. S'agit-il plutôt d'un espace commercial et économique, donc de coopération économique et de prospérité sociale dans une large mesure ; s'agit-il plutôt d'un espace de civilisation, donc d'un choix civilisationnel dans son noyau principal ou peut-être s'agit-il d'un pôle géopolitique, donc d'un choix géopolitique ? Je veux dire, en quoi consiste le choix européen ?

Andrea Wiktorin: Eh bien, je suis née dans les années 50. Je suis née à une époque où l'Europe souffrait encore des conséquences de la Seconde Guerre mondiale. Je suis Allemande. J'ai grandi avec le sentiment que nous devons empêcher une autre guerre, que nous devons aller vers la réconciliation. Je fais partie de la génération qui est un Européen convaincu. Je suis la génération du traité de l'Élysée entre la France et l'Allemagne, qui visait à la réconciliation après la Seconde Guerre mondiale. Par conséquent, je pense que l'Union européenne est une union de valeurs. C'est ce qui nous a réunis, depuis l'histoire des années 1950 jusqu'à aujourd'hui, pour éviter que quelque chose comme la Seconde Guerre mondiale ne se reproduise. C'est également la raison pour laquelle l'UE et ses États membres soutiennent l'Ukraine contre l'agression de la Russie. Naturellement, nous sommes aussi une union économique. Néanmoins, le fondement de l'Union européenne est la compréhension que nous voulons assurer la paix et la stabilité en Europe, avec tous nos partenaires dans un effort commun. En raison des défis mondiaux, l'engagement et la coopération de l'UE se renforcent. Nous sommes profondément convaincus que nous devons travailler ensemble pour surmonter les problèmes mondiaux, nous devons défendre nos principes et nos valeurs. Et l'UE tend la main aux pays qui partagent cette conviction et qui veulent travailler avec nous dans cette direction. C'est l'idée qui sous-tend notre principale approche stratégique, le Global Gateway, selon laquelle nous souhaitons réellement travailler avec nos partenaires, y compris dans les secteurs des infrastructures et des investissements économiques, afin de réaliser des progrès pour nous tous.

ARMENPRESS : Y a-t-il des événements prévus ou peut-être déjà mis en œuvre à l'occasion du 30e anniversaire de l'établissement des liens diplomatiques entre l'Arménie et l'UE ?

Andrea Wiktorin: Nous avons déjà commencé. Chaque année, après le 9 mai, nous célébrons la Journée de l'Europe. Nous l'avons célébrée cette année ici à Erevan, nous avons tenu une conférence de presse, nous avons organisé différents événements pour différents groupes de personnes, nous l'avons célébrée à Gyumri, nous l'avons célébrée à Goris, et nous avons célébré la Journée de l'Europe et les 30 ans de relations diplomatiques.

ARMENPRESS : Y a-t-il des programmes ou des projets clés que l'UE met actuellement en œuvre en Arménie ou qu'elle prévoit de mener et que vous souhaitez partager avec nous ?

Andrea Wiktorin: Tout d'abord, l'Union européenne est le plus grand donateur en Arménie. Nous coopérons dans de nombreux secteurs. Comme je l'ai déjà mentionné, l'UE soutient le processus de réformes en Arménie, ce qui signifie que nous sommes très actifs dans la coopération dans le domaine de la réforme de la justice, de la réforme de la police et de la lutte contre la corruption. L'UE soutient de nombreux programmes qui favorisent le développement économique, au bénéfice des citoyens arméniens, en particulier dans les régions. L'Arménie n'est pas seulement Erevan, il est important de développer les régions. Depuis plusieurs années, l'UE a concentré certains domaines de coopération sur trois régions - Lori, Shirak et Tavush - avec des programmes dans le domaine de l'innovation, du tourisme et de l'agriculture. L'UE soutient activement l'agriculture verte en collaboration avec l'Agence autrichienne de développement. Autre exemple : le programme LEAD soutient les régions, et en particulier les zones rurales, en encourageant la coopération entre les autorités locales, le monde des affaires et la société civile afin de développer des projets communs, qui permettent aux communautés de favoriser le développement des zones rurales, à nouveau à Lori, Tavush et Shirak. Depuis l'année dernière, à la demande du gouvernement arménien, nous nous dirigeons vers le sud, en mettant en œuvre plusieurs projets à Syunik afin de soutenir le développement socio-économique des citoyens de Syunik.

Un autre domaine de coopération est le Green Deal. Le Green Deal est le mantra de l'Union européenne, car nous avons appris que nous ne pouvions lutter contre le changement climatique et développer l'économie de manière durable que si nous pensons écologiquement et soutenons les entreprises vertes. L'efficacité énergétique est un secteur important de la coopération ; avec les États membres de l'UE et la BEI, nous rénovons des jardins d'enfants à Erevan, pour les rendre parasismiques et efficaces sur le plan énergétique. Un autre projet important est EU4Sevan, mis en œuvre par la GIZ.

Le soutien à la société civile est un élément très important de notre coopération. Nous finançons des organisations de la société civile dans le domaine des droits de l'homme, de la protection des groupes vulnérables et des médias indépendants en Arménie.

L'éducation est un autre secteur important de la coopération. L'UE soutient le ministère de l'éducation dans le cadre de la stratégie éducative, et nous espérons avoir un nouveau programme de soutien budgétaire important pour l'éducation dès que la stratégie sera adoptée par le Parlement. Nous coopérons dans le domaine de la culture avec l'Europe créative, en lançant des projets culturels ici. L'UE offre des bourses d'études aux étudiants dans le cadre d'Erasmus +.

ARMENPRESS : Le commissaire européen Olivér Várhelyi a fait une annonce très intéressante et largement discutée en Arménie l'année dernière, déclarant que l'Union européenne est en mesure de mobiliser près de 2,6 milliards d'euros pour les programmes clés en Arménie visant à assurer la croissance économique et à augmenter le nombre d'emplois. Je suis sûr que cette déclaration vous a déjà été demandée à de nombreuses reprises, mais nous aimerions vous demander de la commenter une fois de plus. Je veux dire que les gens se demandent : "Pourquoi nous donneraient-ils tant d'argent ?" Quelle est la raison ou l'incitation à fournir une aide aussi importante à l'Arménie ?

Andrea Wiktorin: Permettez-moi tout d'abord d'expliquer à nouveau la conception du plan d'investissement économique. Le plan économique et d'investissement, accessible à tous les pays du Partenariat oriental, vise à tirer parti des investissements privés et publics pour stimuler la reprise socio-économique post-pandémique, créer des emplois décents, stimuler l'innovation et accélérer la transition verte et numérique. Il convient de souligner que le montant de 2,6 milliards d'euros n'est pas une aide financière allouée par l'UE, mais correspond au potentiel d'investissements totaux qui peuvent être mobilisés dans le pays dans le cadre du plan d'investissement économique du Partenariat oriental, approuvé par les dirigeants de l'UE et du Partenariat oriental lors du sommet de décembre dernier. Comme pour tous les investissements à effet de levier prévus dans le plan d'investissement économique, la majeure partie de ces investissements potentiels proviendraient de prêts des IFI et d'investissements du secteur privé. Actuellement, nous collaborons avec la BERD et la BEI pour utiliser d'autres instruments financiers tels que les garanties ou les mélanges afin d'assurer des investissements plus importants ici en Arménie. Nous sommes actuellement très actifs dans le développement de plusieurs initiatives phares. L'une d'elles consiste à soutenir les PME.

L'UE discute avec les banques de la manière dont nous pouvons contribuer à l'infrastructure de la liaison routière nord-sud. L'UE et la BERD ont déjà soutenu l'étude de faisabilité de ce grand projet. Nous aurons ensuite d'autres grands programmes à Syunik. L'un d'entre eux, qui est presque au stade final de préparation, consiste à soutenir deux centres COAF à Syunik conjointement avec la BEI. Nous combinons cela avec l'initiative Team Europe de l'UE pour faire plus pour les petites et moyennes entreprises, la protection sociale et différents projets à Syunik.

Un autre projet phare important est Green Yerevan. Le premier contrat a été signé à la fin de l'année 2021, avec la livraison de bus verts pour Erevan. Nous sommes dans la phase finale de l'acquisition de ces bus et nous travaillons également ensemble dans le domaine de la gestion des déchets pour Erevan.

ARMENPRESS : Une autre question dans un contexte plus politique concerne les critiques de l'opposition politique arménienne sur les politiques et les approches de l'UE en Arménie, car ils vous reprochent un soutien politique évident au gouvernement actuel. La même chose s'est produite pour l'ambassadrice des États-Unis en Arménie, Lynne Tracy, mais je m'adresserai plus particulièrement à vous. En d'autres termes, lorsque vous dites que le peuple arménien, ou la majorité d'entre eux, a choisi la voie de la démocratie et des réformes démocratiques en Arménie, en optant pour la révolution de velours en 2018 ou à la suite des élections parlementaires de 2018 et 2021, l'opposition affirme que ces changements n'étaient pas réellement liés à la démocratie et aux réformes démocratiques ou au choix d'une vie meilleure, mais à des développements et des changements politiques et géopolitiques plus profonds dans la région, liés au Haut-Karabakh et à la récente guerre des 44 jours en 2020. Comment réagissez-vous

Andrea Wiktorin : Tout le monde est libre d'exprimer son opinion. Je n'étais pas encore ici en 2018, mais les gens sont descendus dans la rue, car ils voulaient un changement. Ils exprimaient le souhait d'avoir la démocratie et de lutter contre la corruption.

Je ne pense pas que certaines évolutions dépendent d'une coopération plus étroite avec l'UE. Nous avons réussi à avoir un très bon pronostic, lorsque je suis arrivée en 2019. L'économie et le tourisme étaient en plein essor, et les choses allaient vraiment dans la bonne direction. Puis nous avons tous dû faire face au COVID et ensuite à la guerre. Je prends note des critiques ; cependant, je pense qu'il est important de chercher une résolution constructive du conflit. C'est la tâche du gouvernement arménien et de la société civile de faire une évaluation de l'évolution des choses et de la façon dont ils les jugent. Je sais qu'une enquête est en cours à l'Assemblée nationale sur la guerre, je pense que les résultats doivent être examinés et qu'une discussion doit ensuite avoir lieu au sein de la société arménienne.

Je suis convaincue que la coopération entre l'UE et l'Arménie était dans l'intérêt des deux parties. Je répète ma phrase : la coopération de l'Union européenne n'est jamais dirigée contre des tiers et l'UE ne demande pas à l'Arménie de faire un choix. à ce type de critique et quels sont vos commentaires sur le point mentionné ?

ARMENPRESS : Vous voulez dire qu'en termes de politique étrangère, cela ne contredit pas les relations avec les autres partenaires internationaux.

Andrea Wiktorin: Non. C'est également la philosophie du Partenariat oriental. Là, nous avons une indication claire que chacun de nos partenaires décide du niveau d'intégration, de la vitesse du processus en fonction de ses souhaits.

ARMENPRESS : Vous voulez dire qu'en termes de politique étrangère, cela ne contredit pas les relations avec les autres partenaires internationaux.

Andrea Wiktorin : Non. C'est également la philosophie du Partenariat oriental. Là, nous avons une indication claire que chacun de nos partenaires décide du niveau d'intégration, de la vitesse du processus en fonction de ses souhaits.

ARMENPRESS : Madame l'Ambassadrice, quel genre de perspectives voyez-vous pour un établissement de la paix à long terme dans la région, y compris le règlement durable et complet du conflit du Haut-Karabakh et la résolution des relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans un sens plus large, comme nous voyons certains processus de négociation par la médiation russe, par la médiation européenne sur les questions humanitaires d'après-guerre, le déblocage des transports et des communications économiques dans la région, la délimitation et la démarcation des frontières de l'État entre la République d'Arménie et la République d'Azerbaïdjan.

Andrea Wiktorin : Tout d'abord, l'UE est intéressée par la réconciliation et une solution durable. Nous regrettons tous les incidents qui se sont produits. Il est important de s'assurer qu'un environnement approprié est en place pour garantir des progrès dans les plusieurs domaines que vous avez mentionnés. Dans ce contexte, je dois dire qu'il faut faire davantage pour obtenir le retour des prisonniers restants, garantir des progrès dans le domaine du déminage ainsi que la recherche des personnes disparues.

En effet, nous saluons tous les efforts déployés pour parvenir à une normalisation entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, et nous sommes favorables à un règlement global de toutes les questions liées au conflit. L'UE soutient fermement les pourparlers actuels et futurs sur les questions frontalières, le déblocage des voies de communication dans la région, le traité de paix et les efforts de réconciliation. Depuis la fin de la guerre de 2020, nous avons été engagés au plus haut niveau par le Président Michel pour contribuer, en plus des autres efforts existants, à la normalisation des relations arméno-azerbaïdjanaises. Notre objectif est de voir des succès dans tous ces domaines.

ARMENPRESS : L'une des questions clés est le format des négociations diplomatiques pour parvenir à un règlement politique de tout conflit. Je veux dire, avant la guerre de 2020, le format était beaucoup plus clair autour du conflit du Haut-Karabakh : les trois co-présidents du groupe de Minsk de l'OSCE, la Russie, la France, au nom de l'UE, et les Etats-Unis, coopéraient de manière constructive pour assurer une médiation entre les parties en conflit. Aujourd'hui, une certaine incertitude plane sur la situation d'après-guerre, car Moscou affirme que les partenaires occidentaux ont refusé de travailler avec la Russie au sein du groupe de Minsk. Bien que la France et les États-Unis ne cessent de répéter qu'ils sont prêts à travailler sur cette question, notamment dans le cadre de leur rôle de coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE. Dans ce contexte, nous constatons des efforts diplomatiques très actifs de la part du président du Conseil européen, M. Charles Michel, qui a organisé récemment trois ou quatre réunions entre les dirigeants de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan. Cette médiation s'inscrit-elle dans la logique de la coprésidence du Groupe de Minsk de l'OSCE ou s'agit-il d'une initiative diplomatique un peu plus distincte ou parallèle ?

Andrea Wiktorin : La position de l'UE a été très claire avant et pendant la guerre : nous soutenons pleinement les efforts du processus mené par le Groupe de Minsk de l'OSCE. Ce sont les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE qui ont pris la tête du processus. Oui, vous avez raison de dire que l'Union européenne a adopté une position plus active et joue un rôle visible au plus haut niveau possible, par l'intermédiaire du Président Michel, ainsi que lors des consultations et visites régulières du représentant spécial de l'UE pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie, Toivo Klaar. Il était encore ici les 13 et 14 juillet. Nous avons donc des contacts très réguliers, le Président Michel est personnellement engagé.

Ces efforts ne sont en aucun cas en concurrence ou contre d'autres acteurs ; je dois le souligner car nous voyons beaucoup de spéculations à ce sujet. Nous devons parler de complémentarité, pas de concurrence.

Les trois réunions trilatérales, qui ont eu lieu en décembre à Bruxelles, en avril et le 22 mai, avaient toutes pour but de soutenir une solution durable. Dans le même temps, et je pense que les dirigeants l'apprécient également, Toivo Klaar, le représentant spécial de l'UE, a initié des réunions de haut niveau, également organisées à Bruxelles, entre le secrétaire du Conseil national de sécurité de l'Arménie Armen Grigoryan et Hikmet Hajiyev, conseiller du président de l'Azerbaïdjan Aliyev. Ces interventions de haut niveau, la qualité des échanges sont la contribution que nous pouvons apporter et l'UE est vraiment engagée à poursuivre nos efforts dans ces formats. Naturellement, nous sommes à l'écoute de ce que veulent les deux pays. Mais je le répète encore une fois - il ne s'agit pas d'une compétition, mais d'une complémentarité avec d'autres efforts. Nous avons salué le contact direct qui a eu lieu le 16 juillet à Tbilissi. L'UE se félicite de la communication directe qui a été établie entre les deux ministres des affaires étrangères. Je pense que tous ces éléments se rejoignent et qu'il y a des efforts pour trouver une solution durable entre les deux pays.

ARMENPRESS : Et la dernière question. Voyez-vous de réelles chances de normalisation des relations diplomatiques entre l'Arménie et son autre voisin, la Turquie, alors qu'un nouveau dialogue entre Erevan et Ankara a officiellement débuté récemment ? Quel est le point de vue de l'UE sur cette question, notamment en ce qui concerne la possibilité d'ouvrir la frontière arméno-turque ?

Andrea Wiktorin : L'Union européenne est un partisan des processus de normalisation. Il y a eu des déclarations publiques soulignant que nous soutenons l'initiative de discussions directes entre l'Arménie et la Turquie. Nous espérons que cela mènera à la normalisation. L'appel téléphonique entre le Premier ministre arménien Pashinyan et le Président turc Erdogan a été un pas en avant important. Depuis des années, l'UE est active et soutient le processus de normalisation entre l'Arménie et la Turquie. Nous voulons voir des progrès, car nous pensons que c'est dans l'intérêt du peuple et que cela ouvrira davantage de possibilités.

Interviewé par Aram Sargsyan

Photographe: Hayk Badalyan

Le Secrétaire du Conseil d'Arménie a reçu la délégation de l'Union judéo-chrétienne «Save Armenia»

Arménie

Le Secrétaire du Conseil d'Arménie a reçu la délégation de l'Union judéo-chrétienne «Save Armenia»

Le chef de la diplomatie des Pays-Bas a salué la décision du Conseil de l'UE d'apporter son soutien à l'Arménie

Nouvelles politiques

Le chef de la diplomatie des Pays-Bas a salué la décision du Conseil de l'UE d'apporter son soutien à l'Arménie

Washington envisage de soutenir Erevan dans l'amélioration de la gestion du secteur de la sécurité, annonce l'ambassade des États-Unis en Arménie

Etats-Unis

Washington envisage de soutenir Erevan dans l'amélioration de la gestion du secteur de la sécurité, annonce l'ambassade des États-Unis en Arménie

La députée européenne a salué les décisions du Conseil de l'UE concernant l'Arménie

Nouvelles politiques

La députée européenne a salué les décisions du Conseil de l'UE concernant l'Arménie

Josep Borrell: « Les décisions du Conseil de l'UE resserreront notre partenariat avec l'Arménie »

Nouvelles politiques

Josep Borrell: « Les décisions du Conseil de l'UE resserreront notre partenariat avec l'Arménie »

La Lettonie estime que le lancement du dialogue sur la libéralisation des visas entre l'Arménie et l'UE est une démarche significative.

Nouvelles politiques

La Lettonie estime que le lancement du dialogue sur la libéralisation des visas entre l'Arménie et l'UE est une démarche significative.

Message de félicitations du Premier ministre arménien adressé au Président égyptien

Afrique

Message de félicitations du Premier ministre arménien adressé au Président égyptien

Matthew Miller: «L'Arménie et l'Azerbaïdjan continuent à faire des progrès significatifs sur la voie de l'accord de paix»

Nouvelles politiques

Matthew Miller: «L'Arménie et l'Azerbaïdjan continuent à faire des progrès significatifs sur la voie de l'accord de paix»

Mirzoyan a félicité son homologue estonien

Nouvelles politiques

Mirzoyan a félicité son homologue estonien

Politologue : Les décisions du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE sont d'une importance vitale pour l'Arménie

Nouvelles politiques

Politologue : Les décisions du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE sont d'une importance vitale pour l'Arménie

L'Estonie a salué la décision de l'UE d'entamer un dialogue sur la libéralisation du régime des visas en Arménie

Nouvelles politiques

L'Estonie a salué la décision de l'UE d'entamer un dialogue sur la libéralisation du régime des visas en Arménie

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone
fbtelegramyoutubexinstagramtiktokdzenspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT