Entretiens

Entretien exclusif de l'Ambassadeur de l'Inde en Arménie accordée à ARMENPRESS

49 minutes de lecture

Entretien exclusif de l'Ambassadeur de l'Inde en Arménie accordée à ARMENPRESS

EREVAN, 8 JUILLET, ARMENPRESS. L'Inde soutient la résolution du conflit du Haut-Karabakh par le biais du Groupe de Minsk de l'OSCE sous la présidence de trois coprésidents - les États-Unis, la France et la Russie, a déclaré S.E. Kishan Dan Dewal, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l'Inde en Arménie, dans une interview exclusive accordée à ARMENPRESS à l'occasion du 30e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Présentant la position de principe de son pays sur tout différend ou conflit bilatéral, l'ambassadeur déclare que tout différend bilatéral doit être résolu par des négociations pacifiques, par le dialogue diplomatique et par la compréhension mutuelle. "Il n'y a pas de place pour la guerre", dit-il. "Il n'y a pas de place pour la menace de la force, il n'y a pas de place pour l'utilisation de la violence, nous sommes strictement contre cela".

Abordant la possibilité de former un partenariat stratégique entre l'Arménie et l'Inde, Kishan Dan Dewal a déclaré que les relations politiques entre les deux pays sont étroites et vont se renforcer maintenant.

ARMENPRESS présente ci-dessous la 2ème partie de l'interview avec l'ambassadeur indien :

Pour lire la 1ère partie de l'interview, cliquez sur le lien suivant:

  • La liste est assez longue, mais je peux simplement dire que les deux pays ont un grand potentiel dans de nombreux domaines. Tout d'abord, la sphère politique, où nous devons améliorer, accroître notre interaction politique au plus haut niveau possible. Lorsque le ministre des Affaires étrangères s'est rendu en Inde, il a emporté avec lui une invitation du Premier ministre arménien Nikol Pashinyan pour notre Premier ministre. Nous nous efforçons donc de renforcer notre contexte politique. C'est le premier point.
  • Je suis désolé.
  • C'est une très longue liste.
  • Dewal, quels autres projets actuels et potentiels les deux pays peuvent-ils initier ou mettre en œuvre ensemble dans les domaines clés de la coopération, comme le dialogue politique, les transports, l'économie et le commerce, la culture et l'éducation ou d'autres sphères d'intérêt mutuel ?
Dans le domaine de l'éducation, comme je vous l'ai dit, l'Arménie a des limites en termes d'accueil d'étudiants, en raison du nombre de places qui pourraient être offertes aux étudiants étrangers et pour lesquelles davantage d'infrastructures sont nécessaires, mais en raison de la crise ukrainienne, nous attendons davantage d'étudiants indiens cette année.

Dans le domaine culturel, nous travaillons sur de nombreux projets et, comme je vous l'ai dit, je voudrais montrer plus d'Inde au peuple arménien et aussi plus d'Arménie à notre peuple indien. Voilà pour l'aspect culturel.

Enfin, je voudrais mentionner que nos échanges commerciaux entre l'Inde et l'Arménie s'élèvent actuellement à près de 180 millions de dollars US. C'est très peu comparé à nos autres partenaires commerciaux, mais il y a une tendance très positive qui s'est installée et il y a un énorme potentiel pour répondre aux demandes de la société arménienne sur le marché arménien de l'Inde, surtout quand nous voyons la crise dans le voisinage proche et nous sommes prêts à offrir tout type de soutien et tout type de produits qui peuvent être utiles pour l'économie arménienne et aussi nous aimerions avoir plus de produits arméniens sur le marché indien, actuellement il est très faible.

Troisièmement, les deux pays s'efforcent d'ouvrir des corridors commerciaux, de multiplier les contacts par le biais de nos projets de connectivité, notamment par le biais du corridor de transport international Nord-Sud et en utilisant le port de Chabahar en Iran, que l'Inde a développé. Nous travaillons donc également sur cet aspect.

  • Le commerce et l'économie sont toujours des éléments clés des relations bilatérales entre les pays, n'est-ce pas ?
  • Oui, ils sont stimulants. Vous voyez, si vous n'avez pas d'intérêt économique, les relations politiques ne bougent pas d'elles-mêmes. Donc, je dirais que l'économie est le stimulus de toute société. Je veux dire, vous et moi travaillons grâce à l'économie. Bien sûr, également à cause de l'amour du pays, mais l'économie est un stimulus très fort. Donc, si les relations économiques et commerciales ne sont pas fortes, s'il n'y a pas de potentiel, les autres domaines n'avancent pas aussi vite.
  • En général, les Arméniens et les Indiens sont considérés comme des peuples très culturels, anciens et historiques, mais d'un autre côté, ils ne peuvent pas vivre séparés du monde moderne, surtout lorsque nous parlons du développement des relations interétatiques. J'ai lu que selon le Comité d'État des statistiques d'Arménie, le chiffre d'affaires du commerce bilatéral arméno-indien en 2021 était d'environ 181 millions de dollars. C'est une très bonne dynamique, mais je ne connais pas le contenu de ces échanges, ce qui favorise, active le commerce entre les deux pays. Pouvez-vous mentionner des données spécifiques ?
  • Au cours des 3 ou 4 dernières années, l'économie arménienne se rend de plus en plus compte que l'Inde fournit au monde toutes sortes de produits, y compris des médicaments parmi les produits pharmaceutiques. Cette année, nous avons exporté des vaccins COVID, du textile, des produits alimentaires, tout ce que vous voulez et nous sommes là, ainsi que des services informatiques. Aujourd'hui, les hommes d'affaires arméniens s'intéressent de plus en plus à l'Inde et c'est pourquoi nous constatons une très bonne tendance à la hausse de nos chiffres commerciaux ces dernières années. Plus précisément, ces dernières années, les exportations de l'Arménie vers l'Inde ont été plus importantes que celles de l'Inde vers l'Arménie, et les exportations d'or en constituent une part importante.
  • Cette année est également remarquable pour la nation indienne, puisque l'Inde célèbre le 75e anniversaire de son indépendance. L'Inde a acquis un rôle de premier plan dans les relations internationales. Le Premier ministre Modi a mis en avant plusieurs initiatives au niveau national et international. Pourriez-vous nous présenter quelques-unes des plus importantes ?
  • Comme vous le savez, en août 2022, nous fêterons les 75 ans de notre indépendance ; c'est une étape très importante pour nous. Cela nous donnera également la satisfaction, en tant que nation, de constater que nous avons parcouru un long chemin depuis notre indépendance. Lorsque nous avons obtenu notre indépendance en 1947, le taux d'alphabétisation était de 12 %, alors qu'il atteint aujourd'hui 80 %. A cette époque, l'Inde était dans une situation économique très pauvre, aujourd'hui nous sommes la 6ème plus grande économie du monde. Nous luttions même pour fournir de la nourriture et des produits de première nécessité à nos compatriotes, aujourd'hui nous sommes un pays producteur d'excédents alimentaires, nous exportons de la nourriture dans le monde entier. Nous avons donc accompli beaucoup, beaucoup de choses au cours des 75 dernières années, y compris nos réalisations en matière de science et de technologie, de défense et dans d'autres domaines. Mais pour célébrer ces occasions, notre Premier ministre, Shri Narendra Modi, a pris l'initiative et nous a guidés pour lancer de nouvelles initiatives. Je vais en citer quelques-unes.

L'une d'entre elles s'appelle "Atmanirbhar Bharat" - l'Inde indépendante. Il y a un mouvement pour rendre l'Inde indépendante dans tous les domaines, tout ce que nous importons, nous essayons maintenant de le faire en Inde. Cela nous amène à notre prochain programme, qui s'appelle "Make in India". Ils sont liés, une fois que vous voulez devenir indépendant, alors le programme "Make in India" arrive, et dans "Make in India" nous essayons d'apporter des technologies du monde entier, de pays amis, qui sont prêts à partager avec nous, et aussi nous inventons nos propres idées innovantes, en fabriquant ces services et produits en Inde.

Troisièmement, nous avons parlé de ce que l'on appelle "Startup India", une nouvelle initiative du gouvernement indien visant à encourager les nouvelles idées commerciales, les idées innovantes, et à leur apporter un soutien, un soutien gouvernemental et toutes les autres facilités, pour les jeunes. Grâce à cette "Startup India", des progrès très positifs ont été réalisés. Au cours des trois dernières années, de nombreuses licornes sont apparues en Inde après le lancement de cette initiative.

Quatrièmement, notre Premier ministre Modi a mis l'accent sur la propreté dans notre pays, pour laquelle nous avons lancé "Swachh Bharat", le mouvement pour une Inde propre, et presque tout le monde fait maintenant partie de ce mouvement de masse, où nous essayons de faire en sorte que notre pays ne ressemble pas à n'importe quel autre pays en développement, mais à n'importe quel autre pays développé moderne, ce qui montre que l'Inde va de l'avant dans tous les domaines de la vie.

  • Comment se présente la situation pandémique en Inde en termes de lutte contre la COVID-19 ?
  • Comme vous le savez, la COVID-19 a touché le monde entier et nous n'y faisons pas exception, il est parti de Wuhan, en Chine, mais a gagné le monde entier et vous avez vu comment les situations étaient difficiles en Europe, en Italie, aux Etats-Unis, donc nous ne faisions pas exception. Lors de la première vague de la pandémie, nous avons pu la contenir dans une large mesure, mais la deuxième vague a été un peu plus difficile pour nous, mais avec nos propres ressources locales et notre gestion, nous avons pu surmonter cette période difficile. Nous n'avons pas seulement surmonté nos propres difficultés, mais nous avons exporté et fourni des médicaments, des produits pharmaceutiques et des vaccins au monde entier, nous avons également fait des dons à de nombreux pays amis, dans le cadre du programme "Vaccine Maitri", c'est-à-dire l'amitié des vaccins, dans le cadre duquel nous avons envoyé de l'aide à plus de 70 pays amis. Une fois que nous avons surmonté cette situation, la troisième vague est arrivée en Inde, mais grâce à nos préparatifs, il y a eu moins de pertes de vies et nous avons pu la contenir très très rapidement et à l'heure actuelle, alors que nous parlons, nous avons repris une vie normale, des activités économiques normales et tout est presque revenu dans son état normal, nous avons ouvert nos aéroports, les vols sont en cours et maintenant nous invitons également les touristes.
  • Donc, en général, nous pouvons dire que la situation s'est améliorée, mieux qu'il y a un ou deux ans en termes de coronavirus, n'est-ce pas ?
  • Je dirais que la situation en Inde s'est normalisée. Alors que nous parlons aujourd'hui, le nombre total de cas de COVID-19 s'élève maintenant à 2000 par jour, ce qui est minuscule pour la population indienne, ce n'est pas une menace. Grâce à notre programme de vaccination, qui a permis de vacciner la majorité de notre population éligible, la pandémie de coronavirus s'est atténuée et va diminuer. Nous espérons qu'elle ne reviendra pas.
  • - J'en viens aux questions de politique régionale : L'Inde a toujours été active et observatrice concernant le conflit du Haut-Karabagh et la sécurité régionale dans le Caucase du Sud. Le MAE indien en mai 2021 et le ministre Jaishankar lors de sa visite à Erevan en octobre 2021 ont fait d'importantes déclarations concernant l'empiètement militaire de l'Azerbaïdjan sur le territoire arménien et le soutien de l'Inde au règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh dans le cadre de la coprésidence du groupe de Minsk de l'OSCE. Il serait très intéressant de savoir quelles sont les principales priorités de l'Inde dans notre région et quelles sont les approches de votre pays en vue d'une résolution durable et globale du conflit du Haut-Karabagh?
  • Comme vous le savez, nous avons toujours soutenu le règlement pacifique de tout différend ou conflit bilatéral, le Haut-Karabagh ne fait pas exception pour nous. Officiellement, notre position a été et reste que tout différend bilatéral doit être réglé par des négociations pacifiques, par le dialogue diplomatique et par la compréhension mutuelle. Il n'y a pas de place pour la guerre, il n'y a pas de place pour la menace de la force, il n'y a pas de place pour l'utilisation de la force, nous sommes strictement contre cela. C'est la première chose.

Deuxièmement, nous avons toujours soutenu le format du groupe de Minsk de l'OSCE, parce que c'est le format internationalement reconnu, qui est acceptable pour l'Arménie et que nous soutenons également, et nous saluons leurs efforts pour trouver une solution durable à cette question. Nous continuons donc à soutenir la résolution par le biais du Groupe de Minsk de l'OSCE sous la présidence de trois coprésidents (États-Unis, France et Russie).

En dehors de cela, comme vous le savez, chaque fois que nous avons constaté une violation du droit international, nous avons publié des déclarations très claires, qui figurent sur notre site web, vous pouvez vous y référer, et nous avons publié des déclarations à plusieurs occasions. Lorsque notre ministre des Affaires étrangères s'est rendu en Arménie en octobre 2021, nous avons évoqué cette question et notre position a été très claire à ce sujet.

  • Et comme nous le voyons, nous sommes confrontés à des questions internationales et régionales dynamiques très difficiles. Dans quelle mesure les récents développements et processus autour de notre région ont-ils un impact sur ce type de questions, selon vous ? Comment voyez-vous ces processus dans le Caucase, autour du Caucase ?
  • Je dirais que le Caucase du Sud est pour nous un grand voisin. La paix et la stabilité dans cette région sont dans notre intérêt, c'est ce que nous attendons et nous espérons que cela restera ainsi. La paix et la stabilité ne sont pas seulement dans l'intérêt d'un pays, mais aussi dans l'intérêt de votre pays, dans l'intérêt de l'Arménie, si la paix, la tranquillité et la stabilité demeurent dans cette région. En ce qui concerne les nouveaux développements, notre gouvernement, notre ministère des Affaires étrangères est pleinement conscient de ce qui se passe dans la région, nous observons la situation, nous avons une position de principe sur la résolution des conflits, mais nous serions heureux qu'un processus de paix soit mis en place pour trouver une solution durable, nous soutiendrons certainement une telle position.
  • Erevan et New Delhi semblent partager des intérêts communs également dans les domaines régional, politique et sécuritaire. Comme nous le savons tous, il y a un conflit en cours autour de la région du Cachemire avec le rôle destructeur du Pakistan. À cet égard, l'Arménie a toujours soutenu l'Inde sur la question du Jammu-et-Cachemire, comme l'ont déclaré en permanence des responsables arméniens. D'autre part, l'autre fait bien connu est que le Pakistan est un proche allié de l'Azerbaïdjan et de la Turquie soutenant la partie azerbaïdjanaise dans le conflit du Haut-Karabagh, y compris la guerre de 2020 contre la République d'Artsakh. Par conséquent, l'Arménie apprécie grandement la position de principe de l'Inde et son soutien continu au règlement pacifique et global de la question du Haut-Karabagh. Selon vous, que peut-on faire pour construire un partenariat stratégique entre l'Arménie et l'Inde en termes de coopération politique et militaro-technique pour relever les défis communs et la perception des menaces ?
  • Bonne question. Une question difficile, mais je vais essayer d'y répondre. Tout d'abord, je remercie le gouvernement arménien et le peuple arménien pour le soutien qu'ils apportent à la question du Jammu-et-Cachemire, qui fait partie intégrante de l'Inde. Il est très important de le souligner. Dans un passé récent, nous avons adopté une législation nationale, par laquelle l'ancien État du Jammu-et-Cachemire est désormais un territoire de l'Union, c'est-à-dire administré par le Centre, le territoire de l'Union du Ladakh et du Jammu-et-Cachemire. En ce qui concerne le rôle du Pakistan, comme vous le savez et comme tout le monde le sait, le Pakistan a transporté des terroristes sur notre territoire, et nous avons été en mesure de contrecarrer ces efforts en permanence. Je suis heureux de vous dire qu'au cours des deux dernières années, lorsque le J & K est devenu un territoire de l'Union, avec le Ladakh, les incidents terroristes ont été contrôlés dans une large mesure et le soutien qu'ils recevaient auparavant n'existe plus, je veux dire, le soutien de certains éléments locaux acquis qu'ils recevaient, ils ne l'ont plus. Les habitants du Jammu-et-Cachemire comprennent parfaitement que leur prospérité repose sur la paix. Grâce à la nouvelle législation applicable à l'ancien État du Jammu-et-Cachemire qui a été promulguée pour le territoire de l'Union du Jammu-et-Cachemire, grâce à ce nouveau changement, il y a un changement positif, il y a une croissance économique, il y a la paix dans la région.

En ce qui concerne la deuxième partie de la question, je souhaite réitérer ce que j'ai mentionné, à savoir que nos relations politiques sont fortes, qu'elles vont se renforcer, que nous partageons beaucoup de préoccupations et d'intérêts communs et qu'il existe des plateformes pour échanger des points de vue sur ces préoccupations. L'une de ces plateformes est constituée par les consultations du ministère des affaires étrangères, que nous menons régulièrement et que nous avons menées cette année il y a quelques mois en Inde et en Arménie, ainsi que par les visites et les réunions de haut niveau, qui constituent également un signal très positif dans cette direction. En ce qui concerne les autres plates-formes et stratégies communes, je pense que les deux parties y travaillent et que nous serons prêts à le faire dès que nous aurons le sentiment d'avoir un tel dialogue. Nous travaillons actuellement très activement à engager l'Arménie sur le plan politique.

  • Dans ce contexte, l'une des nouvelles importantes récentes est que vous avez rencontré Suren Papikyan, le ministre arménien de la Défense. Si je me souviens bien, vous avez parlé du développement de la coopération dans le domaine de la défense. Pouvez-vous nous parler plus en détail de cette discussion, de la manière dont la coopération en matière de défense va être élargie entre l'Arménie et l'Inde ?
  • En ce qui concerne la coopération en matière de défense, il y a un intérêt du côté arménien à avoir plus de liens de défense, ce que nous comprenons, et comme vous le savez, nous avons déjà initié une telle coopération. J'ai rendu visite à M. Papikyan par courtoisie, alors qu'il venait de prendre ses fonctions de ministre de la Défense, il s'agissait plus d'une visite de courtoisie que d'une discussion détaillée, mais les deux parties évoluent dans une direction positive.
  • Existe-t-il déjà une coopération militaire substantielle entre les deux pays ou allez-vous la créer ? Autant que vous pouvez en parler publiquement.
  • Comme je l'ai dit, nous travaillons de manière positive, il n'est pas nécessaire de donner des détails dans cette interview, mais les deux parties travaillent pour sauvegarder les intérêts de l'autre, c'est très important, et deuxièmement, pour avoir un partenariat fort dans tous les domaines possibles, que j'ai mentionné plus tôt et quand nous disons tous les domaines possibles, la défense est aussi l'un d'entre eux, sur lequel nous travaillons.
  • L'Arménie participe à l'initiative iranienne du projet de corridor de transit international "Golfe Persique - Mer Noire" avec l'Iran, la Géorgie, la Grèce et la Bulgarie. Nous savons que l'intérêt de la partie indienne pour cette initiative a été l'un des sujets abordés avec la partie arménienne lors de la visite du ministre Jaishankar à Erevan. Pouvez-vous commenter cette information et présenter la position de l'Inde sur son éventuelle implication dans "Golfe Persique - Mer Noire" ?
  • Oui, bien sûr. Au cours de la visite de notre ministre des Affaires étrangères, la question de la connectivité a été discutée entre les deux parties, et l'Arménie a montré un grand intérêt pour une connectivité directe avec l'Inde, et nous apprécions votre position et votre préoccupation. En ce qui concerne notre position, nous sommes membres du corridor international de transport nord-sud, l'INSTC, qui passe par l'Iran, et nous aimerions que l'Arménie soit directement reliée à l'Inde, quelle que soit la méthode ou la façon dont cela est possible. En ce qui concerne le corridor Golfe Persique - Mer Noire, nous n'avons officiellement pas encore reçu de proposition de la part de l'Arménie, mais les discussions sont en cours. Comme vous le savez, nous avons développé le port de Chabahar en Iran avec des investissements indiens et le port de Chabahar peut être un atout très, très précieux pour l'Arménie pour le transit de ses marchandises, qui peuvent passer par le territoire iranien vers l'Arménie et ensuite vers la mer Noire. Dans ce sens, nous sommes positivement enclins et nous en discuterons avec vous.
  • Il y a donc une réelle possibilité que le port de Chabahar soit relié au golfe Persique et c'est ainsi que l'Inde peut être impliquée, n'est-ce pas ?
  • Oui, c'est ce que j'ai dit, nous avons développé le port de Chabahar avec des investissements indiens et nous aimerions que le port de Chabahar soit utilisé par l'Arménie pour le bénéfice des deux pays, pour le bénéfice de l'Arménie et de son peuple et pour le bénéfice de l'Inde et de son peuple. Si vous utilisez Chabahar pour établir une connexion entre ici et la mer Noire, nous serions plus qu'heureux de voir plus de connectivité entre l'Inde et l'Arménie.
  • Pouvons-nous supposer que grâce à ce type de projets, le marché indien va se connecter à l'Europe via notre région ? Je veux dire que nous parlons de la grande route de l'Est à l'Ouest, n'est-ce pas ?
  • Oui, l'objectif du corridor international de transport Nord-Sud était exactement le même, à savoir relier l'Inde à l'Europe par cette route, et l'utilisation du port de Chabahar va certainement rapprocher le marché indien de l'Europe, et le marché européen de l'Inde.
  • Vous voulez dire que l'Arménie peut également bénéficier de ce corridor, n'est-ce pas ?
  • Oui, c'est exactement ce que j'ai dit, vous êtes sur le chemin, vous êtes un pays de transit, donc vous ne devez pas seulement considérer l'Europe comme un marché de transit, mais vous devez aussi voir que vous pouvez importer des marchandises directement de l'Inde en utilisant cette route. Dans ce contexte, nous aimerions également connaître votre point de vue sur les activités et les projets de l'Inde dans le cadre du programme de corridor de transit international nord-sud, ainsi que sur son lien avec l'initiative "Golfe Persique - Mer Noire" mentionnée.Comme vous le savez, l'Inde est l'un des membres fondateurs du corridor de transit international Nord-Sud et l'idée est de relier les ports indiens par le golfe Persique et depuis le golfe Persique, en utilisant le territoire terrestre vers la Russie et vers le marché européen. Il y a eu beaucoup de discussions, de pourparlers et de travaux sur ce projet, qui est toujours en cours et nous attendons avec impatience la mise en service complète de cette route.
  • Nous avons beaucoup parlé de politique, d'économie, mais je vois beaucoup de photos intéressantes, et l'une d'entre elles est le Mont Ararat. Est-ce vous sur la photo ? Si je ne me trompe pas, vous avez atteint le sommet de l'Ararat, n'est-ce pas ? Pouvez-vous nous parler de ce que vous avez ressenti lorsque vous avez atteint le sommet ?
  • Sur cette photo, vous me voyez au sommet du Mont Ararat, en août 2021, je suis monté sur le Mont Ararat avec un groupe arménien, j'ai eu la chance de monter au sommet, et depuis l'Ararat, je pouvais voir Erevan.
  • Et vos impressions ?
  • Impression, je dirais, c'était un sentiment incroyable, quand vous atteignez le sommet, vous voyez le monde avec tout le monde en bas, donc vous vous sentez au sommet du monde. C'est la première chose. Deuxièmement, vous vous sentez si petit, parce que vous voyez d'énormes montagnes autour de vous et vous êtes un petit morceau de sang et de muscles au sommet d'une montagne. Cela vous rend très humble quand vous allez au sommet d'une montagne et vous pensez pendant un court moment, vous commencez à penser à la philosophie, mais je dois dire que c'était une expérience très unique, spirituelle, et aller au sommet et voir de là les environs, c'est difficile à exprimer avec des mots. Nous étions à 6 heures du matin au sommet et le soleil brillait comme s'il était 12 heures, il était si brillant, il était très brillant. Et j'ai pris mon drapeau indien et le symbole de l'Inde @75, car nous célébrons le 75e anniversaire de l'indépendance de l'Inde.
  • N'était-ce pas difficile de gravir l'une des plus hautes montagnes ?
  • Ce n'était pas trop difficile, mais c'était dur, le niveau de difficulté était, je dirais, que ce n'était pas pour les débutants, tout d'abord, vous devez vous préparer pour cela, la dernière partie de l'ascension était un peu difficile.
  • Quels sont vos autres loisirs, à part l'escalade et la nature ?
  • L'escalade des montagnes est l'un de mes principaux passe-temps, j'ai également été à votre point culminant - Aragats, 3 pics, un que je pense que je devrais faire cette année, en dehors de cela toutes vos autres petites montagnes, en dehors de la randonnée, je suis aussi un peu dans la musique, je joue d'un instrument.
  • Quel instrument ?
  • Je joue de la guitare et comme passe-temps, je chante un peu.
  • Les chansons de Raj Kapoor ?
  • Non, mes propres chansons. J'aime aussi courir, faire du sport, je vais courir un semi-marathon ce dimanche.
  • C'est aussi une bonne occasion de présenter les chansons d'autres musiciens, nous en connaissons certains, mais il y a peut-être d'autres musiciens ou chanteurs importants que nous ne connaissons pas en Arménie.
  • Oui, c'est pourquoi nous essayons maintenant de créer un forum culturel, où nous pourrions présenter à la population arménienne des aspects culturels indiens plus modernes, notamment de Bollywood. Il y a beaucoup de nouveaux artistes que les Arméniens ne connaissent pas encore.
  • Pourriez-vous partager vos connaissances sur la culture arménienne, la musique ou la littérature arménienne ? Avez-vous fait des recherches ?
  • Franchement, je n'ai pas lu beaucoup de littérature, bien que j'aie lu quelques traductions de Charents et comme la langue est une barrière, je n'ai pas pu lire l'original en arménien. En ce qui concerne la musique, j'entends votre musique traditionnelle arménienne, y compris les instruments sur duduk, etc. et certaines compositions de Komitas que j'ai entendues et elles sont assez impressionnantes.
  • Komitas est-il connu en Orient, en Inde ?
  • Je vais être très franc avec vous, si quelqu'un s'intéresse à la musique, seul celui-là connaît un maître de la musique ou d'un autre domaine. Ainsi, en Inde, ceux qui s'intéressent à la musique classique ou occidentale connaissent certainement Komitas, mais tout le monde ne le connaît pas. D'ailleurs, en Inde, beaucoup de gens ne connaissent pas non plus nos propres artistes.
  • Qu'en est-il des instruments traditionnels indiens ? Avez-vous déjà essayé de jouer d'un instrument traditionnel indien ?
  • Un instrument s'appelle le sitar, c'est un instrument à cordes. Je ne joue d'aucun instrument indien, mais dans notre centre culturel, nous enseignons certains instruments indiens et de nombreux Arméniens jouent du sitar, ce qui est très encourageant. Le sitar est un instrument à cordes, très classique, typiquement indien et comme je l'ai dit, nous avons donné un concert il y a quelque temps ici, au cours duquel un Arménien, Peter Davidian, d'origine arménienne mais citoyen australien, a joué du sitar pour nous.
  • Qui sont les meilleurs chanteurs, les chanteurs indiens ou les chanteurs arméniens ?
  • Les deux styles sont différents. Le style indien est typiquement indien, les deux sont uniques à leur manière, il est difficile de les comparer.
  • Nous arrivons à la fin de notre entretien, le sujet principal est l'anniversaire des relations diplomatiques, vous avez mentionné certains événements déjà mis en œuvre.
  • Un événement.
  • Quels autres événements seront organisés à l'occasion du 30e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre l'Arménie et l'Inde ?
  • Comme je l'ai mentionné, je vais le répéter, nous essayons d'organiser un concert de gala de musique et de danse indiennes en Arménie. Voilà pour le premier point. Deuxièmement, nous prévoyons d'accueillir un groupe arménien en Inde. Troisièmement, les deux parties essaient d'émettre des timbres commémorant le 30e anniversaire, des timbres émis par votre organisme postal et par notre bureau de poste. J'organiserai une réception à cette occasion, ou nous travaillerons avec vos collègues du ministère des affaires étrangères, peut-être ferons-nous une réception commune. Je dirais que cette année, quel que soit l'événement que nous organisons, il fait partie de la célébration de notre 30e anniversaire, y compris la visite de l'honorable ministre des affaires étrangères en Inde. Cela fait également partie de notre célébration.
  • Avez-vous quelque chose à dire au public arménien à cette occasion et sur les relations arméno-indiennes au sens large ?
  • Bien sûr, à notre public arménien, je voudrais dire que tout d'abord, je voudrais les remercier de m'avoir accueilli pendant ces trois dernières années, c'est un pays très amical, des gens très amicaux, et j'aime beaucoup ce pays et j'ai été partout, j'ai vu la nature de l'Arménie, j'ai vu les montagnes, le premier sentiment est la gratitude envers l'Arménie et son peuple.

Deuxièmement, je voudrais dire que beaucoup d'Arméniens, qui n'ont pas visité l'Inde, leur impression de l'Inde est principalement tirée des films de Bollywood, alors je vous demande d'aller en Inde, de visiter l'Inde et de voir de vos propres yeux, il y a beaucoup plus de choses qui ne sont pas vues dans les films de Bollywood, il doit visiter l'Inde, donc j'invite les Arméniens à aller en Inde, à y rester, ce n'est pas très cher, les vols ne sont malheureusement pas directs maintenant, mais à l'avenir, une compagnie aérienne arménienne prévoit de commencer des vols directs, alors le voyage deviendra très facile, ce sera seulement 4. 5 heures de vol, vous pouvez le croire, seulement 4,5 heures de vol pour l'Inde. Et de notre côté, l'ambassade, nous délivrons normalement les visas en un jour, nous sommes très flexibles, très amicaux, si quelqu'un voyage réellement pour le tourisme ou pour toute autre raison, nous délivrons des visas et des e-visas sont également disponibles, si quelqu'un veut voyager, il fait directement une demande en ligne et il est accordé, et s'ils nous demandent, nous leur accordons dans un délai très court.

Troisièmement, je voudrais mentionner qu'en Arménie, beaucoup de gens ne sont pas conscients que l'Inde est un pays très développé dans le domaine médical, et maintenant nous promouvons ce qu'on appelle le tourisme médical, pour lequel nous recevons beaucoup de personnes souffrant de problèmes de santé pour un traitement en Inde, les meilleurs hôpitaux sont disponibles pour un traitement en Inde et ils sont 1/5 moins chers que n'importe quel pays européen ou occidental, des hôpitaux comparables et leurs traitements. Et depuis la région de la CEI, de nombreux pays se rendent en Inde pour cela. Je voulais que vous fassiez savoir aux gens qu'en Inde, nous avons des installations médicales très développées et que s'ils ont besoin d'une assistance médicale, ils peuvent se rendre en Inde pour cela.

Quatrièmement, je veux dire que l'Inde est bien plus que le yoga, les éléphants, le thé et Bollywood. Ces 4 choses sont importantes, mais l'Inde est mille fois plus que ces 4 choses, pour voir vraiment ce qu'est l'Inde, il faut voir une fois l'Inde et je vous invite, vous et votre peuple, vos collègues et tous nos amis arméniens à voir l'Inde incroyable.

  • M. Dewal, merci pour cette chance exceptionnelle et exclusive de vous rencontrer, merci pour cette conversation très intéressante et utile sur l'Inde et l'Arménie, et les relations arméno-indiennes. Merci.
  • Merci beaucoup, c'était un plaisir pour moi que vous êtes venu et que nous avons parlé de presque tout.

Interview réalisée par Aram Sargsyan

Caméraman: Hovhannes Mkrtchyan

Photographe: Gevorg Perkuperkyan

Directeur du son: Tatevik Zakaryan

Monteur vidéo: Vahagn Galstyan
AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone

fbtelegramyoutubexinstagramtiktokspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT