L'heure à Erevan: 11:07,   3 Mars 2024

"Gardman-Shirvan-Nakhijevan" répond à l'hystérie systémique de Bakou concernant la protection du patrimoine culturel

"Gardman-Shirvan-Nakhijevan" répond à l'hystérie systémique de Bakou concernant la 
protection du patrimoine culturel

EREVAN, 29 NOVEMBRE, ARMENPRESS: L'Union panarménienne "Gardman-Shirvan-Nakhijevan" a réagi à l'hystérie systémique de l'Azerbaïdjan sur la question de la protection du patrimoine culturel arménien, notant qu'au cours de son siècle d'existence, l'Azerbaïdjan a réussi à devenir célèbre non seulement pour sa pratique impeccable du nettoyage ethnique, mais aussi pour le génocide culturel et d'autres crimes similaires, et pour sa volonté de refuser habilement la responsabilité de ces crimes.

 La déclaration publiée par l'Union se lit comme suit:

"Depuis la création de l'État azerbaïdjanais, le patrimoine culturel arménien dans les territoires historiques de Gardman, Shirvan et Nakhijevan a été confronté à une menace ontologique. Malheureusement, au cours des dernières décennies, nous avons été témoins de l'appropriation, de la mutilation ou de la destruction du patrimoine culturel chrétien arménien en utilisant les méthodes les plus brutales. C'est une conséquence de la profonde conscience discriminatoire raciale et religieuse que possède l'Azerbaïdjan au niveau de l'État.

L'Azerbaïdjan lance régulièrement des accusations sans fondement contre l'Arménie pour nier sa part de crime et de responsabilité. Entre-temps, une question importante se pose : L'Azerbaïdjan est-il prêt à répondre à la question de savoir où se trouvent plus d'un demi-million d'Arméniens des régions historiques de Gardman, Shirvan et Nakhijevan ? " Qu'est-il arrivé à leurs biens ? " Pourquoi et comment le patrimoine culturel arménien est-il constamment déformé ou détruit ?

"Entre 1998 et 2006, avec la participation directe d'unités de l'armée azerbaïdjanaise, des milliers de croix et de pierres tombales uniques du cimetière arménien de Jugha, qui étaient des exemples exceptionnels d'art matériel, ont été détruites, et le territoire du cimetière a été transformé en champ de tir. Si l'Azerbaïdjan ne reconnaît pas son crime, pourquoi ne permet-il pas aux organisations internationales d'étudier la situation sur le terrain ? La réponse est simple : lorsqu'il est impossible de nier la réalité, les méthodes dictatoriales d'interdiction et de falsification viennent à la rescousse".

Le 7 décembre 2021, la Cour internationale de justice a décidé d'appliquer des mesures provisoires, exigeant de l'Azerbaïdjan qu'il prenne toutes les mesures nécessaires pour prévenir et punir tous les actes de vandalisme et de profanation commis contre le patrimoine culturel arménien, y compris les églises et autres lieux de culte, les monuments, les objets naturels, les tombes et autres artefacts.

Cependant, même après une telle décision, l'Azerbaïdjan poursuit ses actions sans entrave. Ceci est évident dans la distorsion de l'identité par la "reconstruction" de l'église Ghazanchetsots de Chouchi, le vandalisme de Kanach Zham (église Saint Jean Baptiste), et la construction d'une route à travers le cimetière historique arménien de Chouchi, ce qui a entraîné un nombre inconnu de pierres tombales endommagées ou simplement détruites".

La liste pourrait se poursuivre longtemps jusqu'à ce que l'Azerbaïdjan surmonte ses politiques ethnophobes et adhère aux normes mondiales d'humanité et de respect mutuel".

 

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]