L'heure à Erevan: 11:07,   29 Février 2024

Entretien exclusif avec un Représentant de l'UE

Entretien exclusif avec un Représentant de l'UE

BRUXELLES, 17 NOVEMBRE, ARMENPRESS: Peter Stano, porte-parole principal de la Commission européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a commenté la décision de l'UE de lancer des négociations sur la libéralisation des visas avec l'Arménie et de soutenir le pays par le biais de la Facilité européenne de soutien à la paix.

Dans un entretien exclusif avec la correspondante d'Armenpress à Bruxelles, Peter Stano a également commenté la récente déclaration de l'Azerbaïdjan accusant l'UE de "saper la paix et la stabilité" dans la région.

Le porte-parole de l'UE a également parlé de l'importance du retour des Arméniens déplacés de force dans le Haut-Karabakh sous des garanties internationales.

Armenpress : La Haute représentante a évoqué les possibilités de libéralisation des visas. Dans quelle mesure ce projet est-il réaliste et de quels processus dépend-il pour être mis en œuvre ?

Stano: L'Union européenne a dit très clairement au niveau des dirigeants de l'Union européenne, lors de leur réunion d'octobre, que nous voulions explorer les moyens de soutenir davantage l'Arménie et d'approfondir notre coopération avec elle, puis, lors des discussions de suivi de cette semaine par les ministres des Affaires étrangères, le ministre des Affaires étrangères a dit que l'un des moyens que nous envisageons est la libéralisation des visas. Nous allons donc étudier les possibilités de libéralisation des visas avec l'Arménie. Cela signifie que nous allons entamer le processus pour voir si c'est faisable, si c'est possible. La libéralisation des visas est quelque chose de très important parce qu'elle est tangible et visible pour les gens. Mais c'est aussi une chose sur laquelle tous les États membres doivent finalement se mettre d'accord et où il y a aussi des tâches à accomplir du côté du pays partenaire, en l'occurrence l'Arménie, mais encore une fois, il est important qu'il y ait un accord. Nous voulons commencer à examiner les options et à explorer la possibilité d'une libéralisation des visas. Nous lançons donc un processus. C'est le début du processus, mais c'est un processus qui, à terme, si tout se passe bien, pourrait apporter beaucoup d'avantages aux citoyens arméniens.

Armenpress: Quel type de tâches ? Pouvez-vous donner un ou deux exemples ?

Stano: En général, pour la libéralisation des visas, il y a des exigences techniques, comme les passeports biométriques, mais aussi des exigences politiques pour s'assurer que le cadre politique du pays empêche les gens d'abuser du système d'asile. Tout d'abord, les personnes ne doivent pas être forcées de quitter le pays et de demander l'asile. C'est en effet l'une des principales priorités en matière de visas. Les régimes de visas gratuits ne doivent pas entraîner d'augmentation soudaine du nombre de demandeurs d'asile et doivent empêcher l'utilisation abusive des régimes de visas gratuits ou des régimes de voyages libéralisés. Il faut donc des critères politiques et des critères techniques et logistiques de la part du demandeur et ensuite, bien sûr, les États membres doivent être convaincus, doivent être assurés que tout a été fait du côté du pays partenaire pour que la libéralisation des visas dans ce cas ne soit pas utilisée à mauvais escient.

Armenpress : Le deuxième point de la conférence de presse de la Haute représentante a été le soutien via le mécanisme de la Facilité européenne de paix. Que représente exactement le soutien à l'Arménie dans le cadre de la Facilité européenne de soutien à la paix ? Cette notion est interprétée de différentes manières en Arménie, comment l'expliquez-vous ?

Stano: Il serait peut-être bon d'expliquer ce que signifie la Facilité européenne de soutien à la paix. La Facilité européenne à la paix est un instrument financier de l'Union européenne par le biais duquel nous soutenons les pays. Lorsqu'il s'agit de renforcer leur résilience, leur capacité à renforcer leur stabilité et leur sécurité, et la Facilité européenne à la paix a deux niveaux, je dirais, par exemple, qu'en Ukraine nous l'utilisons beaucoup pour aider l'armée à défendre le pays contre l'agression illégale de la Russie. Mais dans d'autres pays, nous utilisons la FEP, par exemple, pour financer nos missions de paix ou nos missions d'observation ou de surveillance. C'est également le cas de l'Arménie. Ainsi, par exemple, la mission de l'UE, qui se trouve actuellement en Arménie, est également financée par le FPE. Il existe donc de nombreuses façons de soutenir, en particulier, la sûreté, la sécurité, la stabilité et la résilience du pays. Les États membres ont donc déclaré qu'il s'agissait d'un autre moyen de montrer notre soutien ou notre volonté de soutenir l'Arménie, d'examiner également comment nous pourrions soutenir la résilience de l'Arménie par l'intermédiaire de la FEP. Encore une fois, il s'agit du début du processus. Nous sommes donc en train d'étudier les moyens de soutenir l'Arménie, et avec quels moyens. Il n'y a donc pas encore de proposition concrète sur la forme que pourrait prendre ce soutien. Mais si vous regardez d'autres pays, ce que nous faisons, par exemple, nous aidons les pays, dans le cas de la Moldavie, à améliorer leur capacité à contrer l'ingérence étrangère, nous aidons les pays à améliorer leurs capacités à lutter contre les cyber-attaques. Ce sont donc des moyens qui sont soutenus par la Facilité européenne à la paix, mais encore une fois, dans le cas de l'Arménie, tout est possible. Les États membres commencent donc à discuter de la meilleure façon d'utiliser la Facilité européenne à la paix pour aider l'Arménie.

Armenpress: Le ministère des Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan a critiqué les déclarations de M. Borrell lors de la conférence de presse et a déclaré que "les tentatives de l'UE de fournir à l'Arménie des armes et de soutenir ainsi sa politique insidieuse de militarisation qui sape la paix et la stabilité dans notre région, encourage une politique conduisant à de nouvelles confrontations dans la région, ce qui fait peser une responsabilité sur l'UE. Les projets d'utilisation de la Facilité européenne de soutien à la paix, qui implique notamment le renforcement des capacités militaires, ne font qu'exacerber les tensions dans la région". En fait, l'Azerbaïdjan menace non seulement l'Arménie, mais aussi l'UE. Quel est votre point de vue à ce sujet ? L'Azerbaïdjan critique l'armement de l'Arménie, alors que son budget militaire est trois fois plus élevé et que les cargaisons d'armes ne cessent d'atterrir à l'aéroport de Bakou. Comment interprétez-vous cette rhétorique de l'Azerbaïdjan ?

Stano: Je pense qu'il est logique que chaque pays prenne des mesures, des mesures souveraines et indépendantes pour se protéger. Cela signifie également qu'il doit renforcer son armée et obtenir de l'aide militaire là où il le décide. C'est ce que font tous les pays. Nous n'avons pas besoin de citer de noms, mais tous les pays le font. C'est la doctrine de base pour se défendre ou avoir une armée capable de se défendre. Les pays reçoivent donc un soutien militaire de leurs partenaires, de leurs marchés. Ils peuvent l'obtenir en fonction de leurs relations. C'est le droit de tout pays indépendant et souverain, et personne n'a le droit de s'en occuper tant que toutes les lois et tous les accords internationaux sont respectés. Mais encore une fois, le soutien ou ce que l'Union européenne a dit en termes de soutien à l'Arménie n'a rien à voir avec l'armement de l'Arménie. Nous voulons simplement aider l'Arménie à renforcer ses institutions démocratiques et sa capacité à se protéger contre tout type de menace. Nous avons dit très clairement que nous soutenions fermement l'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Arménie. C'est l'une des pierres angulaires non seulement de nos relations avec l'Arménie, mais aussi des relations internationales. C'est pourquoi nous aidons l'Ukraine, car l'Ukraine se bat précisément parce que son voisin, la Russie, a violé de manière flagrante la charte des Nations unies, les lois internationales et les accords bilatéraux et veut refuser à l'Ukraine le droit d'exister et le droit d'être un pays sûr et indépendant qui prend ses propres décisions. Dans le cas de l'Arménie, la situation est différente, bien sûr, mais en termes de principes, la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Arménie doivent être respectées et si elles ne le sont pas, il y aura des conséquences pour quiconque les violera. C'est une position très claire de l'Union européenne. Deuxièmement, notre soutien à l'Arménie concerne les institutions démocratiques, afin d'aider le pays dans sa situation actuelle à renforcer les institutions démocratiques et la capacité, la résilience des institutions démocratiques, et non l'armement de l'Arménie. Ainsi, tous ceux qui critiquent l'Union européenne pour ce qu'elle fait vis-à-vis de l'Arménie devraient peut-être y réfléchir à deux fois et essayer de comprendre ce que nous faisons et ce que nous disons, car ce que nous faisons avec l'Arménie n'est en aucun cas dirigé contre quelqu'un d'autre. L'Union européenne a l'habitude d'être un partenaire très transparent qui fournit une aide, quelle qu'elle soit, politique, économique ou militaire, de manière très transparente. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter car c'est pour le bien de l'Arménie, du peuple arménien et pour renforcer les institutions démocratiques et le respect de la souveraineté, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de l'Arménie.

Armenpress: Comment cette déclaration, ou plus précisément cette menace, a-t-elle été accueillie par les institutions européennes ?

Stano : L'Union européenne est très transparente dans la gestion de ses relations avec les pays tiers, avec ses partenaires. Nous n'avons rien à cacher et, encore une fois, notre coopération bilatérale avec l'un n'est pas dirigée contre l'autre. C'est juste entre nous deux, en accord avec les politiques et les principes européens et l'Union européenne est en fait l'un des rares acteurs dans le monde où ces principes sont très transparents, très inclusifs et très ouverts. Nous ne faisons donc pas, vous le savez, des accords au noir ou quelque chose derrière la table avec un agenda caché et ce n'est pas l'Union européenne qui provoque l'instabilité. Ce n'est pas l'Union européenne qui prend des mesures militaires unilatérales. Mais ce que nous avons vu dans le cas du Haut-Karabakh, ce sont des mesures militaires unilatérales, le lancement d'une opération militaire en dépit des assurances données précédemment que la question ne serait pas résolue militairement. Il faut donc faire preuve d'un peu d'introspection lorsqu'on pointe les autres du doigt. Mais nous répétons qu'il n'y a absolument aucune raison de critiquer ce que l'Union européenne dit ou fait à l'égard de l'Arménie. C'est très transparent. Elle n'est dirigée contre personne et nous travaillons sincèrement et honnêtement pour apporter plus de stabilité dans la région, pour empêcher les mesures unilatérales et les actions militaires, parce que nous croyons, sur la base de notre propre expérience, que les questions, les problèmes et les conflits sont mieux résolus en parlant, en s'engageant et en s'asseyant à la table des négociations. C'est pourquoi nous sommes toujours heureux et prêts à faciliter ou à continuer à faciliter le processus de normalisation entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, qui est également un autre élément issu de l'Union européenne, du Conseil d'octobre, et de la réunion des ministres de cette semaine, nous avons appelé l'Arménie et l'Azerbaïdjan à reprendre les négociations et à résoudre toutes les questions en suspens en vue de conclure le traité de paix, si possible d'ici à la fin de l'année. Nous sommes là pour les soutenir. Nous ne pouvons bien sûr pas imposer, nous ne pouvons pas forcer qui que ce soit. Mais encore une fois, l'UE est un médiateur honnête qui n'a pas d'intentions cachées. Notre seul objectif est la paix, la stabilité et la prospérité pour tous.

Armenpress : La partie azerbaïdjanaise a d'abord rejeté au dernier moment la réunion à Grenade, puis celle prévue fin octobre à Bruxelles. Comment interprétez-vous ces refus de la part d'Aliyev ? Dans quelle mesure l'UE considère-t-elle les démarches de l'Azerbaïdjan comme constructives ?

Stano : Notre rôle en tant que facilitateur ou médiateur n'est pas vraiment de féliciter le comportement d'une partie ou d'une autre. Notre rôle et nos efforts sont axés sur la présence des deux parties, tant qu'elles le souhaitent, afin de les aider à trouver des solutions. Nous sommes des facilitateurs. Nous ne pouvons pas imposer, nous ne pouvons pas forcer. Nous faisons de notre mieux. Nous offrons nos capacités, notre énergie, notre temps, parfois aussi nos ressources, pour faire en sorte que l'engagement se poursuive. Et lorsque les parties sont prêtes, nous assurons la médiation des réunions concrètes. Mais même si vous avez mentionné l'annulation des réunions au niveau supérieur, l'engagement se poursuit, vous savez. Nous avons donc de nombreux engagements bilatéraux, tant avec les partenaires arméniens qu'avec les partenaires azerbaïdjanais, à la fois à Bruxelles et sur le terrain à Bakou et à Erevan. Nous essayons donc de faire de notre mieux. Encore une fois, nous encourageons les parties à se réunir, à tenir des réunions, le plus tôt étant le mieux, et je pense que cela a également été exprimé, cette attente politique de l'Union européenne a été exprimée dans l'appel du Conseil des affaires étrangères cette semaine, lorsque le Haut Représentant a déclaré que nous appelons à la reprise des négociations et que nous voulons les voir se poursuivre et que nous sommes prêts à continuer à offrir nos services dans ce processus, parce qu'en fin de compte, ce sont les deux parties qui se sont tournées vers nous après avoir réalisé que la Russie n'est pas un médiateur impartial, après avoir réalisé que l'on ne peut pas vraiment compter sur la Russie, parce que la Russie a son agenda caché. Et dans le cas de l'Arménie, la Russie n'a absolument pas respecté ses engagements envers l'Arménie. Nous sommes donc là parce que nous sommes un intermédiaire honnête, nous ferons de notre mieux parce que notre meilleure motivation, ou notre motivation la plus forte, est notre propre histoire. Nous savons que l'histoire des relations entre les pays d'Europe a été mouvementée. Nous nous battions les uns contre les autres. Nous nous entretuions, mais nous avons trouvé une solution pour créer cette communauté unique qu'est l'Union européenne et nous voulons partager cette expérience, les meilleures pratiques avec les populations du Caucase du Sud et de la région à l'est, car nous savons qu'en fin de compte, les seuls à souffrir sont les gens ordinaires, et nous voulons empêcher cela. Nous sommes donc là, prêts à aider, à conseiller, à encourager. Mais encore une fois, nous n'imposerons pas, nous ne pouvons pas imposer et nous ne forcerons personne.

Armenpress : Comme vous le dites, après toutes ces attaques militaires et ces calculs politiques, ce sont les gens ordinaires qui paient la facture, et c'est le cas de la population du Haut-Karabakh. Qu'est-ce que l'UE envisage de faire pour protéger les droits des résidents du Haut-Karabakh déplacés de force, en dehors d'un soutien financier ?

Stano : Tout d'abord, l'UE n'est pas restée silencieuse à ce sujet. Nous sommes tout à fait conscients de la déception ou de la critique selon lesquelles l'UE n'en a pas fait assez, mais je dois rappeler à tout le monde que l'UE n'est pas une force interventionniste. Les instruments dont nous disposons sont politiques et diplomatiques et nous les utilisons en termes d'instruments politiques ou diplomatiques. Il y a eu des déclarations, des déclarations publiques condamnant très, très rapidement l'opération militaire unilatérale menée par l'Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh. Je ne me souviens que de deux déclarations très fermes du haut représentant et des États membres sur cette question. Je me souviens de la session extraordinaire du Conseil de sécurité des Nations unies, au cours de laquelle le haut représentant, au nom de l'Union européenne, a délivré publiquement des messages très forts condamnant cette opération, exprimant notre choc face au déplacement soudain et au départ en masse de personnes du Haut-Karabakh. L'Union européenne s'est donc exprimée haut et fort, non seulement dans le domaine public, car nous avons fait de même dans les forums internationaux, qui ne sont peut-être pas aussi bruyants et pas aussi visibles pour le grand public, et nous avons fait de même au niveau bilatéral, en délivrant des messages aux partenaires concernés dans ce contexte, non seulement à l'Azerbaïdjan, bien sûr, mais aussi aux alliés de l'Azerbaïdjan, car, comme je l'ai dit, l'UE est très transparente et il est important pour nous de nous exprimer lorsque les principes sont enfreints. Ensuite, nous exigeons très clairement que les habitants du Haut-Karabakh aient des garanties pour un retour en toute sécurité. Vous savez, leurs biens ne peuvent pas être réoccupés, confisqués ou réinstallés par quelqu'un d'autre. Il doit y avoir des garanties pour le retour en toute sécurité de ces personnes si elles décident de rentrer. Nous avons également augmenté notre aide humanitaire à ceux qui ont fui vers l'Arménie. Nous continuons à exiger un accès international et une présence internationale dans le Haut-Karabakh dans le cadre de ces garanties pour la population. Nous encourageons également les autorités azerbaïdjanaises à entamer un dialogue sérieux et crédible avec les Arméniens du Karabakh, car la situation doit être résolue et la solution ne peut pas être que ces personnes, plus de 100 000 personnes, quittent simplement leurs maisons et leur foyer. Nous continuons donc à travailler avec l'Azerbaïdjan et l'Arménie, mais aussi avec des partenaires internationaux, car c'est une tâche qui incombe à la communauté internationale. Encore une fois, ce n'est pas l'UE qui viendra imposer une solution à quelqu'un. Nous devons donc utiliser des moyens diplomatiques et politiques par le biais de forums internationaux et de la coopération avec les partenaires internationaux pour nous assurer qu'il y a suffisamment de garanties pour que les gens, s'ils le décident, puissent rentrer chez eux.

Lilit Gasparyan
  

 









youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]