L'heure à Erevan: 11:07,   29 Février 2024

Les Européens commencent à voir que l'Azerbaïdjan est allé trop loin - l'ambassadrice d'Arménie

Les Européens commencent à voir que l'Azerbaïdjan est allé trop loin - l'ambassadrice 
d'Arménie

BRUXELLES, 21 AOÛT, ARMENPRESS: L'ambassadrice d'Arménie en Belgique et chef de la mission d'Arménie auprès de l'Union européenne, Anna Aghadjanian, a salué le dialogue politique de très haut niveau entre l'Arménie et la Belgique.

Dans une interview accordée à ARMENPRESS avant la visite en Arménie de la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib, l'ambassadrice Aghadjanian a parlé des relations actuelles entre les deux pays et des domaines susceptibles de faire l'objet d'une coopération.

Récemment, l'Arménie et la région ont fait l'objet d'une attention particulière de la part de l'UE et de ses États membres, comme en témoigne la décision de la Belgique d'ouvrir une ambassade en Arménie.

"Il existe actuellement un dialogue politique de haut niveau. La Belgique a manifesté un intérêt actif pour nous ces derniers temps", a déclaré l'ambassadrice à la correspondante d'ARMENPRESS à Bruxelles, Lilit Gasparyan.

La visite de la ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, en Arménie vise à renforcer les liens, a-t-elle déclaré.

"L'objectif principal de la visite est de renforcer les relations, de développer le dialogue politique et d'identifier de nouveaux domaines de coopération. Une délégation de la chambre de commerce belge prévoit d'effectuer une visite exploratoire en Arménie en octobre. D'une certaine manière, la visite du ministre Lahbib jettera les bases politiques des relations économiques et commerciales. Aujourd'hui, la Belgique s'intéresse beaucoup à la région. Dans le passé, elle avait l'habitude de dire "nous faisons partie de la position de l'UE, nous n'avons pas de position individuelle, nous ne faisons pas de déclarations". Mais l'ouverture d'une ambassade en Arménie est un signal sérieux, d'autant plus que ces dernières années, ils disaient qu'ils n'avaient pas de ressources matérielles et qu'ils étaient obligés de fermer des ambassades. Mais je dois souligner que Mme Lahbib a joué un rôle très important dans la décision d'ouvrir une ambassade de Belgique en Arménie", a déclaré l'ambassadrice arménienne.

"Je pense que la décision d'ouvrir une ambassade est le résultat d'un engagement plus sérieux dans la région et d'une volonté d'être impliqué dans les processus, le résultat d'une compréhension que l'Arménie pourrait être un point d'ancrage dans la région", a-t-elle ajouté.

Notant que la Belgique a reconnu le génocide arménien non seulement au niveau législatif mais aussi au niveau exécutif, l'ambassadrice arménienne a déclaré que la Belgique avait eu le courage de le faire en la personne du Premier ministre de l'époque, Charles Michel.

"Aujourd'hui, nous pouvons dire la même chose du conflit de l'Artsakh. Les parlements fédéral et régionaux et le Sénat ont été très actifs pendant la guerre, ils ont adopté des résolutions sérieuses, une résolution urgente a été adoptée concernant le retour des prisonniers de guerre. L'année dernière, le groupe d'amitié s'est rendu en Arménie quelques jours après l'invasion militaire azerbaïdjanaise en Arménie. Le député George Dallemagne a visité l'Arménie et l'Artsakh pendant la guerre. L'Artsakh a fait l'objet d'une attention particulière, au moins pendant mon mandat", a ajouté l'ambassadrice, qui a salué la volonté des représentants du gouvernement belge d'être informés en détail sur l'Artsakh.

Un mois après la fin de la guerre de 2020, le ministère belge des Affaires étrangères a fait don d'une importante somme d'argent au centre de réhabilitation Zinvori Tun ("Maison du Soldat") afin de soutenir le rétablissement des combattants arméniens, dans un geste que l'ambassadrice a qualifié de "très beau et très émouvant". La ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, effectuera une visite à la Maison du soldat lors de son prochain déplacement.

Soulignant le grand potentiel de coopération dans les domaines politique et économique, l'ambassadrice Aghadjanian a déclaré que les domaines de partenariat potentiel dans l'économie comprennent les technologies de l'information, les services, l'agriculture de haute technologie, les produits pharmaceutiques et d'autres secteurs.

Le mandat de l'ambassadrice Aghadjanian s'achèvera en septembre.

Interrogée sur les difficultés et les défis rencontrés au cours de son mandat, elle a déclaré : "Pendant de nombreuses années, nous avons été considérés comme un pays pro-russe, un pays dépendant de la Russie. Il ne s'agit pas de savoir si cela est justifié ou non. Mais c'est devenu un point de vue stéréotypé dans l'UE, notamment parce que nous n'avons pas signé l'accord d'association avec l'UE au dernier moment. Bien sûr, cela avait ses raisons, mais ce n'est pas à moi d'en juger. Mais c'était un "désastre" pour un politicien européen qui pensait à l'intérieur d'un cercle clairement défini, comme "regardez, ils se sont tournés vers les Russes, ils sont mauvais, ils sont pro-russes". Toutefois, lorsque nous examinons notre coopération de manière objective, nous constatons qu'elle a toujours été très large. Dans certains domaines, nous étions même en avance sur d'autres pays considérés comme plus proches de l'UE. Mais comme nous ne nous sommes jamais exprimés contre la Russie, nous avons été perçus comme un pays dépendant de la Russie. Nos réformes sérieuses nous ont aidés à briser le stéréotype selon lequel l'Arménie n'a pas choisi la voie européenne. Certains législateurs qui nous critiquaient en prétendant que nous n'étions pas démocratiques appellent aujourd'hui à aider l'Arménie parce qu'elle progresse sur la voie de la démocratie. C'est pour moi l'évaluation la plus importante. D'autre part, le fait que notre région n'était pas une priorité pour l'UE a constitué un défi. Les approches ont changé lorsque la guerre en Ukraine a commencé, et maintenant notre région est plus importante pour l'UE. Je dois mentionner que l'UE elle-même est dans une situation difficile aujourd'hui. Pratiquement toutes les ressources financières sont dirigées vers l'Ukraine, et si elle trouve des ressources pour nous aujourd'hui, nous devrions l'apprécier. Nous devons également comprendre que parallèlement à la question de l'Ukraine, qui est d'une importance capitale pour l'UE, l'UE s'occupe de notre région et de ses conflits. Ce n'est pas à nous d'évaluer si elle a fait du bien ou du mal. Ces dernières semaines, les Européens ont adopté une approche "trop c'est trop", estimant que l'Azerbaïdjan était allé trop loin. Il y a des choses que nous disons, mais qu'ils ne croient pas. Nous prévenions que l'Azerbaïdjan allait déclencher une guerre, ils nous disaient de ne pas réagir de manière excessive et de ne pas exagérer. Maintenant, nous en sommes arrivés à un point où ils tentent de parler dans une langue stricte".








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]