L'heure à Erevan: 11:07,   15 Avril 2024

L'Iran et l'Arménie ont des intérêts et des préoccupations communs – Ambassadeur

L'Iran et l'Arménie ont des intérêts et des préoccupations communs – Ambassadeur

EREVAN, 11 JUILLET, ARMENPRESS: L'initiative "Questions à l'ambassadeur" est mise en œuvre sur la plateforme du centre analytique "Orbeli", qui relève du centre de relations publiques et d'information du bureau du Premier ministre arménien. Dans le cadre de cette initiative, des entretiens sont organisés avec les chefs des missions diplomatiques accréditées en Arménie, les ambassadeurs arméniens à l'étranger, les représentants d'organisations internationales, etc.

Dans le cadre de cette initiative, l'invité du centre analytique "Orbeli" est l'ambassadeur d'Iran en Arménie, Abbas Badakhshan Zohouri, qui achève sa mission en Arménie.

- Excellence, l'année 2022 a été une année importante et efficace en termes de développement de la coopération entre l'Arménie et l'Iran dans presque tous les domaines. Dans la sphère politique, il y a eu suffisamment de réunions importantes, de visites mutuelles et de négociations de haut niveau. Le consulat général de la République islamique d'Iran a été inauguré à Kapan, et le chiffre d'affaires du commerce bilatéral a enregistré une progression sans précédent, dépassant les 700 millions de dollars. Comment évaluez-vous la coopération bilatérale au cours de l'année écoulée, et quelles sont les attentes et les références pour les années à venir ?

- Nous avons assisté à la croissance et au développement des relations dans divers domaines. Plus important encore, sur les questions politiques et stratégiques, nous avons assisté à la poursuite de contacts réguliers au plus haut niveau et au renforcement de la confiance et du respect mutuels. L'un des événements importants de l'année dernière a été l'ouverture du consulat général de la République islamique d'Iran à Kapan. La coopération bilatérale dans le domaine des infrastructures, y compris les infrastructures énergétiques et de transport, a également connu une évolution positive. L'année dernière, le chiffre d'affaires commercial entre les deux pays a également augmenté de plus de 40 % et a franchi le seuil des 700 millions d'USD. L'augmentation du chiffre d'affaires commercial s'est poursuivie au cours des premiers mois de cette année. Nous avons également observé des tendances intéressantes en termes de contacts humains et d'opinion publique l'un envers l'autre.

- Monsieur l'Ambassadeur, le monde entier, y compris notre région, est confronté à de graves menaces politiques et sécuritaires. Les peuples arménien et iranien, en tant que peuples autochtones de cette région, voisins et amis depuis plusieurs milliers d'années, et leurs États tentent de faire face à de nouveaux défis, en affichant souvent des positions assez proches. À votre avis, comment la coopération bilatérale peut-elle être rendue plus efficace pour faire face aux défis communs ?

- Le préservation et le renforcement de l'atmosphère de confiance et de respect mutuel entre les autorités et les peuples des deux pays a été l'un des domaines importants au centre de l'attention de l'ambassade au cours des dernières années. Je pense qu'aujourd'hui, plus que jamais, on se rend compte de l'importance de la coopération bilatérale et qu'il y a une réelle volonté d'élargir la coopération dans les deux pays. Il faut s'efforcer de maintenir cette dynamique. Un autre point important est d'attirer l'attention sur le fait que des développements profonds et sérieux ont lieu aux niveaux international et régional, ce qui peut conduire à la création d'opportunités et de défis inattendus. C'est pourquoi je considère que la continuité des contacts et le consensus entre les autorités et les cercles d'experts des deux pays sont très importants. En particulier, la communication entre experts et professionnels peut contribuer à favoriser la compréhension mutuelle, à prévoir correctement les défis et à planifier correctement la saisie des opportunités.

- Monsieur Zohouri, cela fait plus de quatre mois que l'Azerbaïdjan a fermé le corridor de Latchine, à la suite de quoi les 120 000 Arméniens de l'Artsakh se sont retrouvés en état de siège. L'Azerbaïdjan a également placé un point de contrôle dans le corridor. Ces actions de Bakou constituent une autre violation flagrante de la déclaration tripartite du 9 novembre 2020 et violent le droit des Arméniens de l'Artsakh à vivre librement et en toute sécurité dans leur patrie. Quelle est la position de Téhéran sur cette question et comment l'Iran peut-il soutenir la résolution de la crise ?

- Nous avons toujours conseillé à toutes les parties à la déclaration du 9 novembre et aux accords ultérieurs d'adhérer à la lettre et à l'esprit de ces accords et engagements. Les pays ont également des obligations claires en vertu du droit international, l'une d'entre elles étant de protéger les droits et la sécurité des habitants de la région. Nous notons que la question des droits et de la sécurité des résidents de la région mentionnée est une question complexe et délicate.

- Les experts arméniens et iraniens évoquent souvent la nécessité de développer la coopération en matière de sécurité entre les deux pays. Selon vous, quelles sont les perspectives de coopération bilatérale dans ce domaine ?

- La République islamique d'Iran et la République d'Arménie ont des intérêts et des préoccupations communs dans le domaine de la sécurité nationale. Vous savez qu'en plus des contacts périodiques entre les chefs d'État des deux pays, des réunions et des contacts réguliers ont eu lieu entre les secrétaires des conseils de sécurité nationale des deux pays au cours de l'année écoulée. Les institutions responsables de la sécurité nationale dans les deux pays coopèrent également étroitement. C'est la voie à suivre à différents niveaux. Le processus régulier de consultations politiques sérieuses entre les ministères des Affaires étrangères et le dialogue stratégique entre les deux pays est une autre direction à suivre et à laquelle il faut prêter attention dans le domaine de la sécurité nationale. À cet égard, en mars de cette année, nous avons assisté à la visite du vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des affaires politiques, M. Bagheri, en Arménie.

- M. Zohouri, comme nous le savons, l'autoroute Nord-Sud est en cours de construction en Arménie, grâce à laquelle l'Arménie peut devenir l'une des routes clés du corridor international Nord-Sud. Le 20 octobre 2022, le ministre iranien des Affaires étrangères, Amir Abdollahian, a annoncé lors de son déplacement en Arménie qu'une plateforme Arménie-Iran-Inde devrait être créée pour une coopération efficace en marge du corridor Nord-Sud. Par ailleurs, il est à noter que des consultations politiques tripartites se sont tenues récemment au ministère arménien des Affaires étrangères. Dans le même temps, certains cercles d'experts sont sceptiques quant à la mise en œuvre du projet de corridor international Nord-Sud. Quelle est l'importance de ce corridor pour l'Iran, quels sont les obstacles matériels à sa mise en œuvre et quelles sont les attentes concrètes de l'Arménie pour mettre en œuvre cet important programme régional le plus rapidement possible ?

- La plupart des échanges entre l'Iran et l'Arménie se font par la route terrestre de Nurduz à Erevan, qui passe par la province arménienne de Syunik. Dans le cadre du projet de route "Nord-Sud" en Arménie, le gouvernement arménien envisage sérieusement d'améliorer l'infrastructure de cette route et d'en faire une route de transit internationale. Nous attachons également une grande importance à la mise en œuvre complète de ce projet sur le territoire de la République d'Arménie, et les entreprises iraniennes sont prêtes à participer activement à la mise en œuvre de ce projet. La mise en œuvre de ce projet contribuera au lancement du corridor de transit Golfe Persique-Mer Noire à travers le territoire de l'Iran et de l'Arménie, qui a également attiré l'attention d'autres pays. Le projet de route Nord-Sud est un projet de grande envergure, tant sur le plan économique que sur le plan de la mise en œuvre. La mise en œuvre d'un projet de cette envergure est l'un des plus grands projets économiques de l'histoire de l'Arménie. Les travaux doivent être menés avec beaucoup de soin en termes de financement, d'appels d'offres, de mise en œuvre du projet et de suivi des délais. Je pense qu'aujourd'hui les perspectives de mise en œuvre du projet se sont nettement améliorées.

- Enfin, puisque votre activité diplomatique en Arménie s'achève, au cours de celle-ci, quels obstacles importants avez-vous rencontrés pour le développement des relations bilatérales, qui auraient pu être résolus par les structures de l'État de la République d'Arménie, et qui continuent d'exister ? Et quelles sont les réalisations les plus impressionnantes de votre mandat en République d'Arménie ? 

- Lors de la réunion d'adieu avec M. Pashinyan, j'ai hautement apprécié la coopération dont lui, le gouvernement de la République d'Arménie et le système étatique ont fait preuve dans le développement des relations à différents niveaux. Je considère qu'il est nécessaire de remercier une fois de plus la partie arménienne pour toute la coopération dont elle a fait preuve au cours de ma mission. Sans la volonté et la coopération des deux parties, il ne serait pas possible de faire avancer les travaux. Bien sûr, cela ne signifie pas que la situation ne pourrait pas être meilleure ou qu'il n'y a pas d'obstacles et de problèmes. Je crois comprendre qu'une meilleure prise de conscience des capacités et du potentiel de chacun, la réduction des obstacles bureaucratiques, l'accélération et la facilitation de la coopération, et en particulier la concentration sur les questions clés, sont d'une importance primordiale et peuvent contribuer à un développement plus poussé des relations. Le développement des relations dans tous les domaines est la réalisation commune des autorités et des peuples des deux pays au cours des dernières années.








youtube

AIM banner Website Ad Banner.jpg (235 KB)

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]