L'heure à Erevan: 11:07,   24 Mai 2024

L'ANIF a gagné la confiance des grands investisseurs institutionnels - Dominique De Villepin

L'ANIF a gagné la confiance des grands investisseurs institutionnels - Dominique De 
Villepin

EREVAN, 29 MARS, ARMENPRESS:  Dominique De Villepin, membre indépendant du conseil d'administration du Fonds des intérêts nationaux arméniens (ANIF), estime qu'il est encore trop tôt pour donner une évaluation significative des activités du Fonds. Toutefois, il affirme qu'en moins de quatre ans, l'ANIF a gagné la confiance de certains grands investisseurs institutionnels et a réalisé un certain nombre d'opérations fructueuses.

Dominique De Villepin, ancien Premier ministre français et ancien ministre des Affaires étrangères, a déclaré à ARMENPRESS lors d'une interview que l'ANIF était sans aucun doute sur la bonne voie.

M. de Villepin, quels sont vos liens avec l'Arménie et comment a débuté votre coopération avec la Fondation arménienne d'intérêt public, comment êtes-vous devenu membre du Conseil d'administration de l'ANIF ?

L'Arménie et la France ont toujours eu des relations historiques et culturelles privilégiées. La France a accueilli des milliers d'Arméniens, surtout après le génocide de 1915. De nombreux Arméniens ont réussi en France et certains, comme Charles Aznavour, Henri Verneuil ou Michel Legrand, sont devenus des symboles de la culture française contemporaine. Les liens étroits entre la France et l'Arménie après l'indépendance de cette dernière étaient donc une évidence. En tant que Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la France, j'ai tenu à ce que les liens franco-arméniens se développent et s'approfondissent, et j'ai toujours entretenu de bonnes relations avec mes amis arméniens après avoir quitté mes fonctions. J'ai reçu une invitation à rejoindre le Conseil d'administration de l'ANIF en 2019 et j'ai accepté avec plaisir. La création du Fonds souverain d'investissement arménien m'a semblé opportune et constructive.

M. de Villepin, quelles sont les opportunités d'investissement en Arménie ? Quels sont les défis et les opportunités auxquels l'Arménie est confrontée en tant que destination d'investissement ?

Je pense que le plus grand défi pour les économies émergentes, et en particulier pour les petits pays post-soviétiques comme l'Arménie, est qu'il s'agit d'une destination peu connue des investisseurs potentiels et que beaucoup d'entre eux peuvent considérer qu'investir dans ce pays est risqué ou sont tout simplement incapables de mesurer les risques associés. L'Arménie possède de nombreux avantages concurrentiels, dont le moindre n'est pas son peuple créatif et travailleur, son statut démocratique et sa volonté, en tant que nation, de s'intégrer au marché mondial.  La capacité à présenter ces atouts aux investisseurs potentiels déterminera sa capacité à attirer et à retenir les investisseurs.

Dans ce contexte, quel est le rôle et l'importance de l'ANIF en Arménie ?

Le Fonds souverain d'investissement joue un rôle important dans l'orientation et la conduite des investissements et de la vie économique d'un pays, et l'ANIF peut jouer un rôle décisif en fixant les bons repères et en choisissant des voies durables pour le développement économique du pays. Le modèle choisi par l'ANIF est un modèle testé et viable et je suis convaincu que l'Arménie a besoin d'une orientation institutionnelle pour les investisseurs que l'ANIF fournit. C'est l'un des nombreux rôles que jouent les institutions comme l'ANIF.

L'ANIF est active depuis le printemps 2019 et a réussi à mettre en œuvre plusieurs projets fructueux. Comment évaluez-vous l'activité de l'ANIF, comment évaluez-vous le travail de l'équipe exécutive ?

Il est encore tôt pour une évaluation significative. Cependant, au cours de cette période de moins de 4 ans, je pense que l'ANIF a gagné la confiance de certains grands investisseurs institutionnels et a effectivement mis en œuvre un certain nombre d'opérations réussies. Cela signifie sans aucun doute que nous sommes sur la bonne voie. Comme je l'ai dit, les gens sont le capital de l'Arménie et je pense que l'équipe de l'ANIF est la quintessence de cet avantage concurrentiel. Il est extrêmement important d'avoir les bonnes personnes au bon endroit, armées de la bonne stratégie et de la bonne gouvernance pour conserver la confiance des investisseurs. Je pense que l'ANIF et l'Arménie ont encore de beaux jours devant eux et j'ai bon espoir qu'elles sauront relever les défis et saisir les opportunités de la meilleure façon possible.

Dans quels domaines de l'économie voyez-vous la nécessité d'une présence active de l'ANIF ?

Je pense que l'Arménie, comme toute autre économie en développement, devrait être ouverte à toutes sortes de partenariats pour attirer des investissements dans pratiquement tous les domaines de son économie, bien sûr dans le respect de normes ESG élevées. Comme je l'ai déjà mentionné, de nombreux investisseurs préfèrent bénéficier d'un soutien institutionnel lorsqu'ils investissent dans une destination peu connue comme l'Arménie, et beaucoup souhaitent que l'État partage la responsabilité du projet. Je pense également que les connaissances et l'expérience institutionnelles que l'ANIF a accumulées au cours de cette courte période seront utiles à l'Arménie dans tous ses exercices liés à l'investissement, à divers titres.

M. de Villepin est un homme politique et un diplomate français dont la carrière s'étend sur plusieurs décennies. M. de Villepin est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'École nationale d'administration, où il a obtenu une licence en Droit et en Lettres. En 1980, il a été nommé à la direction des Affaires africaines et malgaches du Quai d'Orsay. Il a ensuite servi à l'ambassade de France à Washington DC de 1984 à 1989. Il a ensuite conseillé l'ambassade de France à New Delhi de 1989 à 1992. En 1993, M. de Villepin devient directeur du cabinet du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, avant d'être nommé par le président Jacques Chirac secrétaire général de l'Élysée de 1995 à 2002. M. de Villepin fut chargé du ministère des Affaires étrangères de mai 2002 à mars 2004, période durant laquelle, confronté à la crise irakienne, il exprima les positions françaises en faveur de la paix à l'ONU. En 2004, il est nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement Raffarin, puis Premier ministre un an plus tard, poste qu'il occupe jusqu'en 2007. M. de Villepin est l'auteur de plusieurs essais historiques sur Napoléon Ier, sur la diplomatie, l'Europe et les relations internationales, ainsi que de textes sur des poètes et des peintres, dont Zao Wou- Ki.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: contact@armenpress.am