Opinions

L'initiative de Macron sera un compromis, bien que de nouveaux facteurs puissent entrer en jeu: politologue

6 minutes de lecture

L'initiative de Macron sera un compromis, bien que de nouveaux facteurs puissent entrer en jeu: politologue

EREVAN, 29 AOÛT, ARMENPRESS: Le politologue, Norayr Dunamalyan, estime que dans le contexte du conflit arméno-azerbaïdjanais, la nouvelle initiative du président français Emmanuel Macron sera essentiellement un compromis, et s'il s'agit de faire pression sur l'Azerbaïdjan, des mécanismes tels que l'ouverture immédiate du corridor de Latchine peuvent être discutés. De nouveaux facteurs pourraient également apparaître, a-t-il déclaré.

Le président français, Emmanuel Macron, discutera de la situation dans le corridor de Latchine avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev dans les prochains jours. Il a également déclaré qu'il lancerait une nouvelle initiative diplomatique pour résoudre le conflit du Haut-Karabakh, ce qui accroîtra la pression sur la partie azerbaïdjanaise.

Dans un entretien accordé à "Armenpress", M. Dunamalyan a noté que les dirigeants français ont présenté à plusieurs reprises des positions pro-arméniennes sur le conflit du Karabakh, à l'intention d'audiences internes et externes, mais que jusqu'à présent, les initiatives échouent ou se heurtent à une forte résistance de la part de l'Azerbaïdjan, devenant ainsi l'objet de diverses manipulations.

Selon M. Dunamalyan, outre le conflit arméno-azerbaïdjanais, la France est confrontée à certaines circonstances contraignantes, telles que la dissolution de facto du groupe de Minsk de l'OSCE, la crise ukrainienne et les positions contradictoires de divers pays au sein de l'UE. De plus, le Paris officiel n'agit pas seul.

"Tout cela prouve que la France dispose actuellement d'un ensemble limité d'outils pour influencer l'Azerbaïdjan en termes de pression efficace et qu'elle ne peut utiliser que le mécanisme des sanctions économiques, et ce en son nom propre, et non au nom de l'UE, dont de nombreux membres ont des relations plus étroites avec l'Azerbaïdjan. "La France ne peut pas forcer d'autres pays à se joindre aux sanctions, d'autant plus qu'aucune décision sur les sanctions n'a encore été prise, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de consensus sur cette question", a déclaré M. Dunamalyan.

Évoquant également la déclaration de Robert Menendez, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, qui a qualifié de comportement méprisable l'enlèvement par l'Azerbaïdjan de trois jeunes hommes de l'Artsakh à un poste de contrôle illégal situé dans le corridor de Latchine, M. Dunamalyan a souligné que les positions présentées par les différentes plateformes sont considérées comme faisant partie intégrante de la politique mise en œuvre par les centres géopolitiques.

"Les mêmes États-Unis ont reconnu le génocide arménien, mais cette mesure n'a eu aucune conséquence juridique et l'ordre du jour des relations turco-américaines n'a pas changé pour autant, et la Turquie n'a pas été soumise à des sanctions. Néanmoins, de telles déclarations peuvent devenir une ressource certaine que le gouvernement arménien peut utiliser contre l'Azerbaïdjan. Les dirigeants arméniens devraient coopérer plus étroitement avec les représentants pro-arméniens de l'élite politique américaine. La combinaison des deux facteurs mentionnés peut garantir l'efficacité des étapes suivantes", a déclaré notre interlocuteur.

Selon M. Dunamalyan, il ne faut pas s'attendre à des sanctions de la part des États-Unis, car l'Azerbaïdjan est un partenaire très important pour les États-Unis et l'Union européenne en termes d'approvisionnement énergétique. D'autre part, selon lui, l'Azerbaïdjan est plus indépendant en termes de discussion des questions à l'ordre du jour dans les négociations avec la Russie et l'Occident et peut se présenter aux centres géopolitiques avec des approches différentes, alors que dans le cas de l'Arménie, les possibilités de manœuvre sont limitées. Il y a aussi le facteur Turquie, car l'Azerbaïdjan est un allié de la Turquie, et cette dernière est un allié des États-Unis, dont les relations avec la partie américaine sont très respectées.

Manvel Margaryan

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone
fbtelegramyoutubexinstagramtiktokdzenspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT