L'heure à Erevan: 11:07:36,   29 Janvier

Allocution du Premier ministre Pashinyan à la séance du gouvernement

Allocution  du Premier ministre Pashinyan à la séance du gouvernement

EREVAN, 05 DÉCEMBRE, ARMENPRESS: Le Premier ministre Nikol Pashinyan a prononcé un discours inaugural au début de la séance  du gouvernement, dans lequel il a notamment dit: 


 « Chers collègues,

Avant de passer à l’ordre du jour de la séance du gouvernement, je voudrais aborder une  question. Le problème est que notre gouvernement est confronté à un certain nombre de problèmes sociopsychologiques ou de civilisation que je voudrais aborder ici aujourd'hui.



Nous nous concentrons sur la résolution de problèmes très concrets et visibles en République d’Arménie et et nous avons commencé à réussir dans cet affaire. Mais à quel problème sommes-nous confrontés?  Lorsque nous résolvons un problème d'un groupe, d'une commune, avec la logique d'un mauvais voisin, d'un autre groupe apparaît et dit pourquoi vous avez résolu ce problème, et pas le nôtre.


C’est en fait un problème de civilisation et de psychologie, et il semble parfois qu’il vaut mieux ne rien faire du tout pour que tout le monde soit cuit dans son jus, bien désespéré, comme vous le savez auparavant. En général, c’est un problème grave, car j'estime qu'il est évident qu’en République d'Arménie, les problèmes accumulés ne peuvent pas être résolus en une seule action, car si nous essayons de résoudre tous les problèmes en une seule action, très probablement, 100 pour cent de la probabilité que notre pays s'effondre et échoue.


Pourquoi est-ce que j’appelle cela un problème de civilisation, parce que quand je réfléchis à la base de ce phénomène, j’en suis venu à la conclusion que l’Arménie n’avait pas toujours été particulièrement forte dans un mécanisme de civilisation très primitif -faire la queue. Lorsqu'un service est offert quelque part, quelque chose est fait, tout le monde  essaye de tirer partie de ce service le plus rapidement possible. Il s’agit bien d’un problème de civilisation très grave et je suis heureux que des enregistreurs de file d'attente aient été introduites en République d’Arménie, en particulier dans le système bancaire et les douanes. Je veux dire, nous devons rendre obligatoire l'introduction et le fonctionnement des enregistreurs dans tous les endroits où il y a un tel problème.



Un autre problème de civilisation dont je me souvenais être passé de mon bureau à la salle de séance du gouvernement. Je ne comprends pas pourquoi en République d'Arménie le phénomène construire signifie répandre des ordures partout. Je ne peux pas comprendre, et  il y a de nombreux mois, monsieur Vermichian, je vous ai informé de ce problème et je ne comprends pas pourquoi les services d'inspection concernés ne sanctionnent pas et n'appliquent pas de sanctions à ces constructeurs. 


En premier lieu, le constructeur doit nettoyer son environnement tous les jours, du début à la fin des travaux. À cet égard, l'Inspection du développement urbain a un travail très concret à faire, car je ne le connais pas très bien, mais j'exclus qu'en conformité avec les normes de la République d'Arménie, il serait normal que là où il y a des travaux de construction, il y ait beaucoup d'accumulation de déchets.  Je ne parle même pas du sujet que j'ai abordé lors de ma visite à la région de Kotaik, je ne comprends pas pourquoi travailler dans la construction signifie travailler en portant de vieux vêtements. 

 

Ces personnes ont besoin d'uniformes, c'est comme si nous nous habillions de vieux vêtements usés à la séance  du gouvernement. N'est-ce pas une attitude définie envers le travail, les gens et l'environnement? Les entreprises de construction gagnent des millions, il est maintenant difficile d'en assigner un peu - en achetant les uniformes les moins chers pour les travailleurs. Et pourquoi l’Inspection du développement urbain n’effectue-t-elle pas un travail concret sur ces sujets?


Je pense que ces problèmes sont des problèmes psychologiques et politiques très graves en général. Par exemple, nous avons des informations selon lesquelles nos chers compatriotes d’Artsvachen vont protester à nouveau devant la maison du gouvernement. De jure, il est enregistré qu toutes ces personnes ont signé un engagement que l'Etat a rempli toutes ses obligations envers eux. Nous avons rencontré, discuté, dit aux gens qu'il y avait un tel problème, ils ont dit oui, auparavant le gouvernement nous a forcés à signer ce document. Bien, nous comprenons, mais quelle est la raison pour laquelle cette manifestation se reproduit? Il y a une raison simple pour laquelle nous avons fourni 1,2 milliard de drams aux réfugiés pour résoudre des problèmes concrets, mais les réfugiés ne les ont même pas reçus. 


Quel est ce phénomène - avec la logique d'un voisin malveillant, dire- pourquoi avez-vous résolu son problème? Ou qu’attend-on de nous, devons-nous être cruels aussi? La même chose concernait la situation à Amoulsar. Nous avons dit - cher peuple, tout cela se passait devant vos yeux depuis 5 ans, pourquoi ne vous êtes-vous pas élevé la voix? Il ont répondu, parce que nous craignions d'être emprisonnés, persécutés. 


Alors que voulez-vous dire, en République d'Arménie, vous ne pouvez établir des relations normales que par le recours à la force brutale, c'est ce que nous attendons, est-ce ce que nous voulons? Je dis que si nous devions résoudre des problèmes guidés par les pots-de-vin, la corruption, nos intérêts politiques ou personnels étroits, tout cela serait compréhensible. Mais en général, je dis que cette forme de relations est absolument inacceptable, car il s’agit d’une tentative de rouler l’Arménie dans une logique complètement différente.


Nous n’aurons pas peur de résoudre les problèmes, parce que un voisin malveillant  peut venir et nous demander pourquoi ne résolviez-vous pas notre problème? Faites la queue! Nous allons résoudre tous les problèmes, nous allons discuter de tous les problèmes, mais sortons de la logique de résoudre les problèmes par l'entêtement, car c'est le chemin qui mène à nulle part.


Maintenant, il y aura des problèmes avec la même zone sinistrée. Oui, nous disons clairement qu’en ce moment, l’obligation de jure de l’État est consignée à l’égard de 453 citoyens arméniens. Très bien, nous comprenons qu'il peut y avoir des problèmes techniques, il peut y en avoir d'autres, nous disons que nous allons examiner à nouveau, mais je répète pour montrer que cette question concerne 453 bénéficiaires lorsque nous la résolvons et que nous sommes confiants pour les résultats de 2020. Nous allons le résoudre, je suppose qu'ils seront ici aussi les gens, qui  diront pourquoi vous avez résolu leur problème, vous n'avez pas résolu notre problème.


Cette logique est devenue la règle des relations publiques en Arménie. C'est inacceptable, eh bien, tout doit avoir une limite, tout doit être logique.»




youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Haypost

New Xar

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page