L'heure à Erevan: 11:07:36,   20 Avril

Le Premier ministre de la République d'Arménie et le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe ont tenu une conférence de presse conjointe


EREVAN, 11 AVRIL, ARMENPRESS: Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland, ont fait une déclaration pour les représentants des médias après la rencontre et ont répondu aux questions des journalistes.

Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland: Je vous salue encore une fois, Monsieur le Premier Ministre. Chers participants, lors de notre rencontre, le Premier ministre a raconté ce qui s’est passé en Arménie et comment un changement pacifique du pouvoir a eu lieu conformément à la Constitution et aux lois. Nous sommes heureux que cela a vraiment fonctionné. Les élections, qui ont eu lieu en décembre, ont achevé ce changement pacifique. Je voudrais également saluer le Premier ministre pour ses démarches qui sont dirigées vers l'avant.

Nous avons récemment approuvé un nouveau plan d'action pour l'Arménie. C'est un programme très large et nous continuerons à avancer au même rythme. Cela permettra également à l’Arménie de progresser et de renforcer la démocratie.

La lutte contre la corruption est notamment louable, et je vous félicite, Monsieur le Premier Ministre, pour tout ce que vous avez pu réaliser. C’est une vérité absolue que l’Arménie est membre du Conseil de l’Europe à part entière .

Premier ministre de la République d’Arménie, Nikol Pashinyan: Merci, Monsieur le Secrétaire Général. Oui, nous avons discuté d'un large éventail de questions et avons confirmé que pendant la révolution, l'Arménie est à nouveau restée attachée aux valeurs européennes.

Le fait qu’une révolution démocratique ait eu lieu est très important. C'était un processus interne et personne, aucune partie n'a fait pression sur l'Arménie. Tout ce qui s’est passé prouve une fois de plus que la démocratie est dans les esprits et les cœurs de notre peuple. Le gouvernement arménien est attaché aux valeurs démocratiques et à l’ordre du jour de la démocratie.

Je voudrais également dire que le plan d'action mis en œuvre par le Conseil de l'Europe en Arménie contribue aux changements démocratiques.

Nous pouvons maintenant affirmer avec certitude que l’Arménie est déjà un État démocratique. La grande expérience du Conseil de l'Europe nous a été utile pour procéder à des changements démocratiques, instaurer l'état de droit, obtenir l'indépendance de la justice et mener à bien nos autres démarches. Nous coopérons pleinement avec le Conseil de l'Europe.

Question au Premier ministre Nikol Pashinyan: Ne voyez-vous pas des contradictions entre les déclarations du ministre de la Défense de la République d'Arménie Davit Tonoyan et vos déclarations?

Premier ministre Nikol Pashinyan: Je ne pense pas qu'il y a des contradictions entre mes déclarations et les déclarations de David Tonoyan. C'est une question d'interprétation. Notre proposition est d’arrêter le recours à la force, la menace et la rhétorique belliqueuse, que l'Azerbaïdjan utilise dans le problème du Karabagh.

Nous voulons que nos sociétés se préparent à la paix et espérons que nos partenaires en Azerbaïdjan feront de même. Et s’ils le font, nous serons dans une situation différente.

Question au Secrétaire Général du Conseil de l'Europe Thorbjørn Jagland: Il y a deux jours, le Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a déclaré qu'il est impossible de visiter les zones grises. Selon vous, quelles mesures pratiques peuvent être prises pour résoudre ce problème?

Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland: Nous ne pouvons pas effectuer de surveillance dans ces zones car ce ne sont pas des territoires européens. Le Haut-Karabakh est une zone grise et je propose que le Commissaire aux droits de l'homme se voit confier un mandat et le droit de visiter ces zones. Je pense que c’est possible et pour cela, une déclaration politique devrait être faite par les gouvernements européens. Je suis convaincu que le Commissaire aux droits de l'homme devrait avoir la possibilité de travailler dans une dimension non politique à des fins humanitaires.

Question au Secrétaire Général du Conseil de l'Europe Thorbjørn Jagland: Monsieur Jagland, avez-vous de nouvelles propositions pour l'Arménie, qu'attendez-vous de l'Arménie post-révolutionnaire en matière de droits de l'homme et de changements démocratiques?

Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland: Nous avons déjà vu que le nouveau gouvernement a un ordre du jour de réformes, ce qui est très important pour nous. Nous soulignons en particulier l’importance des réformes judiciaire. Le fonctionnement des institutions démocratiques est également important.

Il est important de voir comment l'opposition traite ces changements, comment les médias y réagissent et couvrent ces changements, notamment la lutte contre la corruption.

Les médias indépendants, le système judiciaire indépendant sont très importants. Je pense que c'est l’ordre du jour du nouveau gouvernement et nous ferons de notre mieux pour le soutenir.

Après la conférence de presse conjointe, le Premier ministre de la République d'Arménie a remis au Secrétaire Général du Conseil de l'Europe la décision concernant le changement de nom de la place située dans la partie intermédiaire de l'avenue du Nord d'Erevan, qui deviendrait la place de l'Europe.




Dernières nouvelles

Toutes les nouvelles    

  Demain



Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
Яндекс.Метрика
Configrations de la page