L'heure à Erevan: 11:07:36,   24 Avril

Le Secrétaire d’Etat des Affaires étrangères d’Arménie est convaincu que la nouvelle secrétaire de l’OIF fera attention à la question de l’intégration des jeunes à la Francophonie


EREVAN, LE 12 OCTOBRE, AREMENPRESS: Jean-Baptiste LEMOYNE, la Secrétaire d’Etat auprès du Ministère des Affaires étrangères estime très important le 17e Sommet de la Francophonie tenue en Armenie et exprime la conviction que la nouvelle Secrétaire pourra développer l’organisation francophone. Comme le rapporte «Armenpress», c’est ce qui a été rapporté par le Secrétaire d’Etat du Ministère  au cours de la conférence de presse finale du 17e Sommet.

«C’est un moment très important pour nous tous qui  avons vécu cette semaine et c’était surtout important pour l’Arménie». Il a ajouté que c’était très symbolique le fait que le 50e anniversaire  de l’Organisation internationale de la Francophonie  se passe en Tunisie car Habib Bourguiba,  l’un des pères fondateurs de la Francophonie a été de Tunisie et aujourd’hui c’est Louise Moushikiwabo,  la Ministre des Affaires étrangères de ce pays qui  présidera l’organisation.

Il a souligné que le Président de la République Emmanuel Macron travaillera main à la main avec tous les Etats membres ainsi que la nouvelle Secrétaire générale.

Lemoyne a salué la présidence précédente : la Secrétaire générale Michaëlle Jean et l’Administrateur du Conseil permanent de la Francophonie Adama Ouane.

Il a également évoqué la question de l’augmentation des crises en notant que la Francophonie était dans tel ou tel pays pour trouver des remèdes à ces situations et ces remèdes-là étaient proposés en coopération avec des structures telles que l’ONU ou d’autres organisations régionales.

Il a également souligné que les Etats avaient choisi de s’approcher plus de la Francophonie et de la rendre plus accessible aux jeunes. Il a estimé que c’était aussi important pour Louise  Moushikiwabo et elle croyait qu’elle pourrait y arriver grace à l’education, au travail et aux échanges.

Il a conclu en citant le groupe breton Tri Yann, qui dans sa chanson dit : «La Francophonie n’a pas de papiers, elle n’existe que si à chaque génération des hommes et des femmes se reconnaissent francophones».




A ce même sujet

… dernière nouvelle "La Francophonie"
Dernières nouvelles

Toutes les nouvelles    

  Demain



Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
Яндекс.Метрика
Configrations de la page