L'heure à Erevan: 11:07,   25 Mai 2024

Pashinyan: les premiers bénéficiaires de la paix sont l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Pashinyan: les premiers bénéficiaires de la paix sont l'Arménie et l'Azerbaïdjan

EREVAN, 22 AVRIL, ARMENPRESS. Lors de l’interview accordée aux médias britanniques, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a abordé la question de l'influence que certains pays peuvent avoir sur l'Azerbaïdjan dans le contexte du rétablissement de la paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, soulignant que les premiers bénéficiaires de la paix sont l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Le journaliste a donné l'exemple de « British Petroleum », qui a fourni pour 35 milliards de dollars de pétrole et de gaz à l'Azerbaïdjan au cours des quatre dernières années, et a demandé si le gouvernement arménien souhaiterait que le Royaume-Uni utilise cet effet de levier.

“ Tout d'abord, je ne voudrais pas commenter les activités commerciales et les investissements qui ont lieu dans les pays voisins. Je peux dire une chose, je pense qu'en général, tout investissement devrait être intéressé par le fait qu'il y aura une paix dans l'environnement de l'investissement et dans la région, et que la paix sera établie.

De manière générale, je pense que le rétablissement de la paix est dans l’intérêt de la communauté internationale et aussi des investisseurs. Mais je tiens bien entendu à souligner que les premiers bénéficiaires de la paix sont l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Et cette thèse théorique, qui, bien sûr, semble très théorique, peut progressivement prendre une expression objective. Il est particulièrement important qu'au cours des cinq derniers mois, nous ayons conclu deux accords majeurs avec l'Azerbaïdjan. Et il dit qu'en fin de compte, ce sont les peuples d'Arménie et d'Azerbaïdjan qui bénéficient de la paix” , a déclaré Pashinyan.

Le Premier ministre a ajouté qu'un certain nombre de déclarations en provenance d'Azerbaïdjan concernant les réformes et la modernisation de l'armée arménienne inquiètent les autorités arméniennes. "Pourquoi ? Parce que si l'on regarde le ratio des budgets militaires de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie, il y a là un déséquilibre important, et oui, ce ratio est également façonné par les revenus de l'Azerbaïdjan à travers les transactions que vous avez mentionnées. Mais ce qui nous inquiète, c'est que même dans les conditions de ce déséquilibre, l'Azerbaïdjan réagit de manière très agressive aux réformes des forces armées arméniennes et à l'acquisition d'armes et d'équipements, même si nous comprenons tous que ces réalisations ont une signification exclusivement défensive", a déclaré Pashinyan. 

Le Premier ministre a souligné: “ J'ai dit à plusieurs reprises qu'aucun pays ne peut s'opposer au droit d'un autre pays à disposer d'une armée prête au combat.Je pense que nous devons affirmer qu'une armée compétente est parfois utilisée pour faire la guerre, mais qu'elle est également importante pour la paix, pour créer un bon équilibre des forces. Et c'est aussi la raison pour laquelle, lorsque l'Azerbaïdjan soulève ces questions, en particulier nos achats d'armes, qui ne représentent pas plus de 15 à 20 % des armes achetées par l'Azerbaïdjan, à la fois financièrement et en termes de volume, et qui sont principalement de nature défensive et ont une importance défensive, nous ne laissons pas ces déclarations sans réponse.

C'est-à-dire, les investisseurs, oui, bien sûr, la stabilité économique mondiale, oui, mais avant tout, nous sommes les bénéficiaires de la paix. À cet égard, nous sommes préoccupés par un certain nombre de déclarations faites par l'Azerbaïdjan concernant les réformes et la modernisation de l'armée arménienne. Après tout, vous l'avez noté à juste titre, si nous examinons le rapport entre les budgets militaires de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie, il y a un grave déséquilibre, et oui, ce déséquilibre se forme également aux dépens des revenus de l'Azerbaïdjan par le biais des opérations que vous avez mentionnées.

Mais ce qui nous inquiète, c'est que même dans ces conditions de déséquilibre, l'Azerbaïdjan réagit de manière très agressive aux réformes des Forces armées arméniennes et à l'acquisition d'armes et d'équipements, bien que nous comprenions tous que ces réalisations ont une signification purement défensive.

Nous avons proposé à l'Azerbaïdjan la mise en place d'un mécanisme bilatéral de contrôle mutuel des armements. En d'autres termes, afin de pouvoir fournir nos armes dans le cadre de ces accords mutuels et de ne pas provoquer une course aux armements dans notre région.", a souligné Pashinyan.

Il a rappelé que le gouvernement de la RA a proposé et continue de proposer un retrait miroir des troupes des frontières fixées par la déclaration d'Alma-Ata de 1991. " Cette déclaration, cette proposition est toujours d'actualité. Nous avons proposé de signer un traité de non-agression avant même que le traité de paix ne soit conclu, car il s'agit d'un accord très simple que nous pouvons signer, surtout maintenant que nous avons décidé de faire de la déclaration d'Alma-Ata la base de notre processus de démarcation et de démarcation, c'est un document très simple, qui stipule que nous ne nous attaquerons pas l'un l'autre sur la base du fait que nous avons reconnu l'intégrité territoriale de l'autre et que nous n'avons pas d'ambitions territoriales l'un envers l'autre.

Sur la base de cette logique, je pense que nous devrions continuer à travailler, et l'accord conclu vendredi dernier par les commissions de démarcation des deux pays, de tels accords en eux-mêmes peuvent contribuer à la stabilité.

D'une manière générale, vous savez quoi, posons une question similaire. Nous parlons de budgets militaires, mais, bien sûr, une paix stable et à long terme nous donnera à tous la possibilité de dépenser ces moyens au moins dans une moindre mesure, et les moyens restants pourront être investis dans la résolution des problèmes socio-économiques de notre pays.

C'est vrai, cette année, nous avons fait beaucoup de progrès en termes de produit intérieur brut par habitant, mais dans notre pays comme en Azerbaïdjan, il y a beaucoup de problèmes sociaux. Lorsque cela sera possible et que la paix régnera, cela permettra, premièrement, aux gouvernements des deux pays de réaliser ces investissements dans le développement social et économique et, deuxièmement, à un moment donné, nous pourrons également penser au développement économique régional.

Dans le cadre du développement économique régional, nous avons également approuvé et mis en œuvre le programme " Carrefour de la paix ", que vous connaissez bien, je l'espère. Nos réflexions vont dans ce sens. C'est-à-dire que nous ne nous préparons pas à la guerre, nous nous préparons à la paix, mais d'un autre côté, tant que nous n'aurons pas la certitude que la République d'Arménie ne sera pas attaquée, nous devrons naturellement développer nos capacités de défense. En outre, j'ai dit que la République d'Arménie n'avait aucune ambition dans aucune direction: ni au sud, ni à l'ouest, ni au nord, ni à l'est, sur un territoire de 29 743 kilomètres carrés. Et nous pensons que c'est sur cette base que nous devons construire et développer notre souveraineté et notre indépendance." a souligné Nikol Pashinyan.

 

 

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: contact@armenpress.am