L'heure à Erevan: 11:07,   27 Mai 2024

Le Premier ministre a participé à l'événement organisé à l'occasion de la Journée de la Police

Le Premier ministre a participé à l'événement organisé à l'occasion de la Journée de la 
Police

EREVAN, 16 AVRIL, ARMENPRESS: Le Premier ministre Nikol Pashinyan a participé à la session solennelle du collège consacré au 106e anniversaire de la Police au ministère de l'Intérieur. Avant la session, Nikol Pashinyan et le ministre de l'intérieur Vahé Ghazaryan ont déposé des fleurs sur la plaque commémorative placée dans la cour du bâtiment de la Police et ont rendu hommage à la mémoire des policiers qui ont sacrifié leur vie pour la patrie.

Lors de la session, le Premier ministre a prononcé un discours, félicité tous les officiers de la Police et les a remerciés pour leur travail: "Je tiens également à vous remercier pour le soutien que la Police dans son ensemble et chaque policier apportent au programme de réforme que nous mettons en œuvre au sein de la Police et du Ministère de l'Intérieur en général.

Lorsque nous avons entamé les réformes de la Police, de nombreuses personnes ont dit qu'avant de les mettre en œuvre, nous devions procéder à des changements massifs de personnel au sein de la Police parce qu'il y a des personnes différentes, qui ont travaillé à des moments différents et de manière différente, etc. et qui ne permettront pas et montreront de la résistance au processus de réforme. Mais nous n'étions pas de cet avis, et nous ne le sommes toujours pas aujourd'hui, parce que nous estimons qu'il est tout d'abord très important de procéder à des changements et à des réformes sur la base de l'expérience accumulée précédemment. Car rien ne se crée à partir de rien ou ce qui se crée à partir de rien est beaucoup plus compliqué, beaucoup plus inefficace que d'aller de l'avant en connaissant toutes les informations, en connaissant à la fois nos fautes, nos avantages et nos manques.

Deuxièmement, nous pensons qu'en cette période de changement général, chacun d'entre nous devrait avoir la possibilité de changer, de se réformer, de devenir plus professionnel, parce qu'aucun d'entre nous n'est parfait, pas seulement nous, mais en général, personne, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur de cette salle, n'est parfait. Et, en général, il convient de noter qu'il existe aussi une réalité objective selon laquelle changer quoi que ce soit est la tâche la plus difficile. Et il y a deux raisons à cela.

La première raison est que, même si la situation actuelle présente de nombreux aspects négatifs, voire tous, beaucoup ont déjà accepté cette situation et se sont installés confortablement dans cette situation qui n'est pas parfaite. Et il est toujours difficile de partir de ce point pour atteindre un autre objectif.

Deuxièmement, et c'est une circonstance objective, nous devons l'admettre : on ne peut jamais être sûr que le changement que l'on opère aboutira à un meilleur résultat que celui que l'on a maintenant, parce que lorsque l'on change quelque chose, il y a toujours un risque que l'on s'aperçoive en cours de route ou à la fin que l'on n'a pas vraiment atteint son objectif, que l'on a fait beaucoup de bruit, beaucoup de changements, mais qu'il n'y a pas eu de résultat. C'est pourquoi le processus de changement est en fait très compliqué. Aussi, je pense que nous, en tant que public, ainsi que moi-même, en tant que Premier ministre, et le gouvernement, à cet égard, apprécions les approches des officiers de police concernant ces changements et ces processus. La chose la plus importante que j'apprécie est qu'aujourd'hui, la police et ses représentants n'ont pas la possibilité de montrer à chaque étape que ces réformes ne vont pas bien, même si je répète qu'aucun changement n'est parfait et que tout changement comporte des risques. Je tiens à ce que vous sachiez que j'apprécie hautement cette approche et cette compréhension.

Nous voyons aussi des problèmes, le ministre de l'Intérieur a parlé du nombre d'officiers de police qui ont passé le processus de certification. Le nombre est en fait faible, et nous pouvons ici donner deux approches. Du point de vue de la police, il peut sembler que ce processus est quelque chose de formel, qu'ils ont fait tout ce bruit juste pour augmenter le salaire de, disons, 191 officiers sur des milliers. Ce point de vue a le droit d'exister, mais d'un autre côté, la plus grande signification de ces réformes est que nous avons en nous un stimulus constant pour le progrès et une poussée pour le progrès, non pas par commandement, par instruction, mais par un mécanisme fonctionnant en permanence.

C'est peut-être un peu grossier, mais nous voulons que l'enfant d'un policier encourage son père ou sa mère en lui disant : pourquoi ton salaire n'est-il pas deux fois plus élevé ? En d'autres termes, le gouvernement ne devrait pas pousser à des actions continues, à des décisions administratives, mais les policiers le font entre eux, et nous savons aussi qu'un bon exemple est toujours contagieux. J'espère que ceux qui ont été reçus avec les honneurs ne deviendront pas un motif de tentation ou de division parmi les collègues, mais au contraire, qu'ils deviendront un nouveau stimulant. Il ne s'agit pas d'une action ponctuelle, mais notre décision politique est que de temps en temps, apparemment tous les cinq ans, un policier devrait savoir, après le cycle de chaque cinq ans, combien son salaire peut être, après 20 ans, combien il peut être, parce que tout le monde veut planifier sa vie à long terme.

Il s'agit d'un processus important, et nous ne faisons pas cela pour montrer ou créer des problèmes en disant que nous ne voulons pas payer ce salaire immédiatement et directement, nous voulons établir des institutions dans la République d'Arménie, et mettre des mécanismes de développement continu et des motivations à la base de la mise en place, de sorte que même sans volonté politique, ce mécanisme fonctionnera, et nous serons convaincus que ce mécanisme de développement est placé à la base de l'activité du service et des organes du ministère en général.

Il est également très important que le public, le gouvernement et la police eux-mêmes reviennent constamment sur le sens et le contenu de leur service. Pour moi, par exemple, c'est une question très importante, parce qu'elle semble triviale, mais par exemple, à quoi sert la police, en général ? De telles questions ne sont pas posées parce qu'on se demande pourquoi elles le seraient, si l'on ne sait pas clairement à quoi elles servent. Et lorsque vous arrivez à ce point, il s'avère, disons, que dans un public très respectable, ils disent que c'est très clair, qu'est-ce qu'il y a à demander, mais lorsqu'on leur demande de le formuler en une phrase, il s'avère qu'il y a beaucoup de complexité dans la formulation de cette phrase. Mais il est très important d'aborder cette question à chaque fois. Par exemple, à la veille de la Journée de la Police, je me suis demandé quelle était la fonction de la police, en dehors de la loi et de l'ordre dans la législation, de l'ordre public, mais quelle était la couche suivante qu'il fallait aborder, approfondir jusqu'au niveau moléculaire ? J'ai enregistré, et cela peut paraître étrange, par exemple, que la police, dans sa fonction, dans un certain sens, remplit la fonction d'un garde-frontière interne, inter-sociétés.

Quelle est donc la signification et la fonction d'un policier, d'un garde-frontière ? La police protège et maintient les limites de la liberté des citoyens. En même temps, la police surveille les frontières de la liberté et des droits des citoyens de deux côtés. Premièrement, la police doit veiller à ce que personne ne viole et n'empiète, c'est-à-dire que la frontière de la liberté et du droit d'un citoyen n'empiète pas sur le territoire de la liberté et du droit d'un autre, et en même temps, le citoyen lui-même ne viole pas la frontière de sa liberté et de ses droits et n'envahit pas le territoire des droits et de la liberté d'un autre. Il est très important que le public et nous tous comprenions cela, car certaines personnes essaient parfois de donner une image négative des services de police.

Malheureusement, nous avons de grandes traditions en la matière. Une partie dans le contexte de la sous-culture criminelle, l'autre dans un contexte différent, mais il est très important pour nous que chaque personne comprenne que c'est elle qui a besoin des services de police, tout le monde. Même ceux qui sont satisfaits ou insatisfaits des services de police, car si vous imaginez un instant ce qui se passera dans un pays s'il n'y aura pas de police et si aucun service ne sera fourni, la police doit avoir un effet de levier. Par conséquent, la police doit disposer d'un levier pour protéger la frontière des libertés des citoyens des deux côtés.

Ce n'est pas un hasard si la police est l'une des structures, et la principale, que l'on appelle communément structure d'application de la loi. Mais cela ne signifie pas que la force est l'outil principal de la police. Non, la force est le dernier outil de la police. Mais s'il n'y a pas de possibilité d'influence du pouvoir dans un processus, les conditions habituelles peuvent ne pas s'appliquer. Et nous devons comprendre cela aussi, car si, par exemple, la police n'est pas une structure d'exécution ou si elle n'a pas le droit et la possibilité d'utiliser la force, ce service sera vide de sens dans son contenu, mais il doit être fondé sur la loi et le droit. C'est très important. J'ai remarqué ces dernières années qu'il y a une période où la police est accusée d'être trop douce, une période où elle est accusée d'être trop dure, et ainsi de suite. Mais la bonne chose à faire dans ce processus est de trouver le bon équilibre du point de vue de la loi et de la justice.

Et bien sûr, l'objectif premier de la police devrait être de tout faire, de prendre toutes les mesures possibles et impossibles, afin qu'il ne soit pas nécessaire de recourir à la force. C'est d'ailleurs une question de professionnalisme. Récemment, un incident s'est produit au poste de police de Nor Nork, et je tiens à remercier les policiers qui ont fait usage de la force et l'ont en grande partie neutralisé. Mais ils n'ont pas utilisé les méthodes les plus extrêmes de la force, ils ont pu l'éviter. Cela témoigne également du niveau de professionnalisme, et dans nos processus de certification, nous devons également développer ces compétences, car il est clair, pas toujours, mais dans certains cas, qu'il est possible de neutraliser une menace directement en parlant à une personne, par le biais d'un contact psychologique, d'un contact humain.

Je suis sûr et je sais qu'il existe des dizaines, voire des centaines et des milliers de cas de ce type dans la police tout au long de son histoire. Mais il est également important que l'action de la police soit entièrement fondée sur la loi et le droit, mais le problème ici est que parfois, même lorsque l'action de la police, y compris la force, est fondée sur la loi et la force, elle ne produit pas toujours un tel encouragement universel.

Je voudrais parler ici d'un problème fondamental qui n'a absolument rien à voir avec la police. Je remarque parfois que les citoyens de la République d'Arménie ne se considèrent pas comme la source du droit et de la justice. En d'autres termes, ils ne considèrent pas qu'ils ont créé la loi et le droit, directement ou indirectement, mais il s'agit déjà d'un problème d'un niveau politique et socio-psychologique différent, qui est largement lié à la question de savoir si l'ordre juridique a finalement été formé par la libre expression de la volonté du citoyen, ou s'il n'a pas été formé par l'expression de la libre volonté.

Je veux revenir ici sur l'histoire de nos Constitutions, et la question est finalement la suivante : lorsque le lendemain nous publions les résultats des référendums constitutionnels, le citoyen assis devant la télévision se dit-il que c'est moi qui ai pris cette décision ou non ? S'il ne le dit pas, c'est là que se posent les problèmes liés au système juridique. Mais je le répète, cela n'a rien à voir avec l'activité de la police, ou du moins en grande partie.

Et je voudrais conclure en vous félicitant et en vous remerciant tous pour votre service. Le ministre a souligné, et je pense que c'est une circonstance très importante, que je tiens particulièrement à remercier les membres de votre famille. Aujourd'hui, en général, il est très difficile de faire un travail sans le soutien de la famille, en particulier le travail d'un policier.

Et l'on peut imaginer les désagréments que cela engendre pour les familles des fonctionnaires de police, lorsque les fonctionnaires peuvent laisser des événements familiaux inachevés ou ne pas se présenter du tout. Cette tolérance, si l'on peut dire, mérite vraiment d'être appréciée et respectée. Une fois de plus, je tiens à féliciter et à remercier les policiers et les membres de leur famille. Bon service et bonne chance à nous tous", a déclaré Nikol Pashinyan.

À l'occasion de la Journée de la Police, un groupe d'employés du ministère de l'intérieur a reçu la médaille commémorative du Premier ministre et une lettre de remerciement pour leur contribution à la protection de la loi et de l'ordre.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: contact@armenpress.am