L'heure à Erevan: 11:07,   25 Avril 2024

Entretien de Nikol Pashinyan et Emmanuel Macron à l'Élysée

Entretien de Nikol Pashinyan et Emmanuel Macron à l'Élysée

EREVAN, 21 FÉVRIER, ARMENPRESS: Le Premier ministre Nikol Pashinyan et le Président français Emmanuel Macron ont fait des déclarations aux médias avant leur rencontre au palais de l'Élysée. Information du service de presse du cabinet du Premier ministre.

Le Président français a déclaré:

"Monsieur le Premier Ministre, 
Mesdames et Messieurs les ministres, 
Mesdames, Messieurs,

Merci Monsieur le Premier Ministre Nikol d'être à Paris aujourd'hui en ce jour important. Le 21 février était la date à laquelle, en effet, Missak Manouchian et ses camarades de résistance, tombaient dans la clairière du Mont-Valérien ; ce sera désormais jour où la patrie les a pleinement reconnus et celle de leur entrée au Panthéon. 

En effet, tout à l'heure avec son épouse Mélinée, Missak Manouchian entrera au Panthéon, là où la France met ses grands destins. C'est aussi une reconnaissance de la contribution des Arméniens à la nation française, à l'esprit de résistance et à la lutte pour la liberté. Votre présence en cette journée est très importante pour nous tous. Je tiens à le redire devant vous. 

En ce moment, vous pouvez compter sur le soutien de la France à l'Arménie, à son indépendance, à son intégrité territoriale, à son cours démocratique, et au fond, à son aspiration à la paix. Et je veux saluer ici, Monsieur le Premier Ministre, cher Nikol, votre courage personnel et votre détermination à maintenir ce cap. Cet engagement vient encore de se matérialiser à travers l'adhésion de l'Arménie à la Cour pénale internationale et au moment où nous célébrons en effet la mémoire de Missak et Mélinée Manouchian. 

Et alors que des crimes de guerre continuent d'être perpétués sur notre continent européen, le combat pour la liberté passe plus que jamais par la lutte contre l'impunité. Notre réunion permettra d'évoquer l'état des discussions en vue de la normalisation des relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Des incidents survenus récemment dans la région arménienne de Syunik montrent que le risque d'escalade sur le terrain reste réel. La France déplore justement le tir arménien qui a causé un blessé du côté azerbaïdjanais le 12 février, comme l'ont fait les autorités arméniennes elles-mêmes avec beaucoup de transparence. Mais nous regrettons très fermement la riposte disproportionnée de l'Azerbaïdjan, qui a fait 4 morts et un blessé dans les rangs arméniens. 
La France continuera à soutenir les efforts en faveur d'une paix juste et durable. Notre conviction est qu'il ne peut y avoir de paix juste et durable, précisément que dans le respect du droit international, de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'inviolabilité des frontières. À Prague, en 2022, vous aviez réaffirmé avec le président ALIYEV votre attachement commun au respect de la déclaration d'Almaty. C'est l'une des pierres angulaires pour la signature d'un traité de paix entre les deux pays. À cet égard, il importe que l'Azerbaïdjan lève toute ambiguïté. Ça me paraît plus nécessaire que jamais s'agissant du respect de l'intégrité territoriale de l'Arménie et en particulier toute ambiguïté sur les cartes de référence pour un travail de bonne foi sur la délimitation et la démarcation de ces frontières qui devront aussi servir de base pour le nécessaire retrait des forces de part et d'autre de la frontière. Nous appelons également à ce que l'ordonnance de la Cour internationale de justice du 17 novembre 2023 soit mise en œuvre. Aux termes de cette ordonnance, je la cite, la République d'Azerbaïdjan doit veiller à ce que toute personne qui aurait quitté le Haut-Karabakh après le 19 septembre 2023 et qui souhaiterait y retourner, soit en mesure de le faire en toute sécurité, librement et rapidement. 

Nous souhaitons que le Sud Caucase soit un espace de paix, d'intégration, de coopération avec des frontières ouvertes. Il importe à ce titre que les projets de connectivité soient des facteurs d'intégration et non de fracture. Je me suis rendu à l'automne dernier en Asie centrale pour réaffirmer tout l'intérêt que la France porte au déploiement justement d'une connectivité entre l'Asie centrale, le Caucase du Sud et l'Union européenne. Et je salue la contribution qu'apporte votre initiative des carrefours de la paix à cette ambition commune. 

Nous évoquerons également les voies et moyens du renforcement de nos coopérations bilatérales dans le prolongement des échanges très riches que nous avons eus le 9 novembre dernier. Nous avons beaucoup de choses très concrètes. Nous continuerons à appuyer le développement d'infrastructures stratégiques pour la résilience de l'Arménie avec la participation de nos entreprises, qu'il s'agisse du transport, de l'énergie, de l'eau. Nous poursuivrons aussi le développement de notre coopération de défense avec l'Arménie : elle a donné son accord à la conclusion de contrats pour la livraison de matériel militaire à vocation défensive et la France continuera à agir dans ce domaine dans un esprit de responsabilité et sans volonté d'escalade. La France poursuit par ailleurs le renforcement de son engagement humanitaire en faveur de l'Arménie et des réfugiés du Haut-Karabakh, avec une aide qui s'élève désormais à 29 millions d'euros en 2023. 

La France continuera également à soutenir résolument le développement des relations entre l'Union européenne et l'Arménie dans toutes leurs dimensions. Là aussi, les choses avancent au service de nos intérêts stratégiques communs. La mission d'observation de l'Union européenne a d'ores et déjà été renforcée et son action est essentielle pour contribuer à la stabilité, à l'information impartiale de la communauté internationale et à la réassurance des populations vulnérables des zones de contact militaire. Les discussions sont en cours pour que l'Arménie bénéficie de la facilité européenne de paix, c'est important. L'Union européenne et l'Arménie ont en outre décidé d'établir un nouvel agenda de partenariat que nous voulons le plus concret, le plus ambitieux possible. 

Voilà les quelques mots que je voulais ici rappeler pour vous dire que de toute façon, vous le savez, au-delà des mots, la France se tient aux côtés de votre pays parce que c'est là qu'est le camp de la justice, de l'indépendance, de la liberté et du droit international. 

Et je salue une fois encore, Monsieur le Premier ministre, le courage avec lequel vous menez tous ces combats et vous redit en ce jour si particulier le soutien de la France et le soutien à tous les Arméniens."

Pour sa part, le Premier ministre Nikol Pashinyan a déclaré:

"Merci, Monsieur le Président, cher Emmanuel. Tout d'abord, je voudrais vous remercier pour l'invitation d'aujourd'hui et pour la présence de la délégation de la République d'Arménie et de moi-même à cet événement historique et émotionnel.

Nous serons présents aujourd'hui à la cérémonie d'entrée au Panthéon de Missak Manouchian, l'un des héros de la Résistance française, notre compatriote Misak Manouchian, au panthéon des plus grands hommes de France, et c'est un grand honneur pour nous d'être présents à cet événement et à cette cérémonie. Je pense que l'événement d'aujourd'hui montre également la profondeur des relations existantes entre nos pays et nos peuples, parce qu'elles ne sont pas seulement politiques, économiques, humanitaires, culturelles, mais je pense que nous sommes liés par un lien émotionnel profond. Je tiens également à vous remercier pour votre décision, car celle-ci souligne une fois de plus non seulement notre amitié et la profondeur de nos relations, aussi une évaluation unique et particulière des Arméniens qui ont contribué à la création de la France, ce qui est un honneur et une grande fierté pour nous.

Je tiens à exprimer ma gratitude pour avoir souligné cette contribution. Avec votre permission, je voudrais également souligner que cette année, il y aura un événement qui aura lieu dans un contexte très profond. Cette année est celle du 100e anniversaire de Charles Aznavour, et j'espère qu'en septembre, à Erevan, nous participerons ensemble au concert de gala dédié au 100e anniversaire d'Aznavour. Et je voudrais, Monsieur le Président, réitérer mon invitation à effectuer une visite d'État en République d'Arménie.

Je tiens également à souligner que les relations entre l'Arménie et la France se trouvent dans un état particulièrement dynamique. Et là, bien sûr, votre rôle personnel est primordial, Monsieur le Président, et je voudrais le souligner et vous remercier pour votre approche du développement et de l'approfondissement de nos relations. Nos liens s'approfondissent sur le plan économique, sur le plan politique. Je voudrais également souligner votre contribution à la création d'un climat favorable autour de l'Arménie.

Vous avez mentionné la réunion quadripartite qui s'est tenue à Prague le 6 octobre 2022, au cours de laquelle les principes fondamentaux de la paix et de la stabilité régionales ont été mis en exergue. Je suis convaincu que si ces principes sont respectés, la paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan est effectivement réalisable et réaliste. Et une fois de plus, je souligne notre respect des accords conclus.

Monsieur le Président, je tiens à vous exprimer ma gratitude pour le soutien que vous avez apporté à la résistance de l'Arménie. Vous avez souligné que nous avons effectivement établi de nouvelles relations dans le domaine de la défense, qui sont nécessaires pour assurer la sécurité et la stabilité dans la région. À cet égard, on connaît les critiques, et je voudrais souligner que la République d'Arménie, comme je l'ai déjà dit, reconnaît l'intégrité territoriale de tous ses voisins. En ce sens, le développement de la capacité de défense de la République d'Arménie ne peut préoccuper personne, car notre seule tâche est de trouver un juste équilibre dans la région et de protéger le territoire, les frontières, l'intégrité territoriale et l'indépendance de la République d'Arménie. La République d'Arménie est légitime, souveraine, reconnue par la communauté internationale et elle renforce la durabilité de notre pays.

Je tiens également à vous remercier tout particulièrement pour votre soutien aux réformes démocratiques en Arménie. Dans ce contexte, nous entrons en effet dans une nouvelle étape dynamique de nos relations avec l'Union européenne. Et je dois souligner ici le soutien personnel de la France et de vous-même dans ce cas, parce que l'Union européenne est également essentielle au développement des réformes démocratiques et de la capacité institutionnelle de notre pays.

Bien entendu, aujourd'hui, j'aurai également l'occasion de partager avec vous mes idées sur notre région et sur la situation internationale. La dernière fois que que nous avons eu une discussion, c'était à Grenade, et certains développements ont eu lieu depuis. J'aimerais également partager avec vous certaines informations sur la réunion et les autres discussions qui ont eu lieu à Munich il y a quelques jours. Bien entendu, de nombreuses questions sont à l'ordre du jour et, heureusement, notre agenda bilatéral et notre coopération sur les plateformes internationales sont très bons et très étendus. Il est important d'avoir cette opportunité ici, même si nous n'oublions pas que notre mission principale aujourd'hui est d'honorer la mémoire de tous les héros qui ont donné leur vie et contribué à l'indépendance et à la création de l'État français.

Je vous remercie. "

La rencontre entre le Premier ministre arménien et le Président français a ensuite eu lieu, au cours de laquelle le développement et le renforcement de la coopération multisectorielle entre l'Arménie et la France, les processus en cours dans la région du Caucase du Sud et d'autres sujets d'intérêt mutuel ont été abordés.

 








youtube

AIM banner Website Ad Banner.jpg (235 KB)

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]