L'heure à Erevan: 11:07,   24 Février 2024

Les États-Unis ne toléreront aucune tentative de nettoyage ethnique à l'encontre du peuple arménien du Haut-Karabakh

Les États-Unis ne toléreront aucune tentative de nettoyage ethnique à l'encontre du 
peuple arménien du Haut-Karabakh

EREVAN, 14 SEPTEMBRE, ARMENPRESS: Les États-Unis ne toléreront aucune action ou effort - à court ou à long terme - visant à procéder à un nettoyage ethnique ou à commettre d'autres atrocités contre la population arménienne du Haut-Karabakh, a déclaré Yuri Kim, secrétaire adjoint par intérim du département d'État des États-Unis pour les affaires européennes et eurasiennes, lors de l'audition de la commission des affaires étrangères du Sénat américain sur le Haut-Karabakh.

"Dans le cadre de toute discussion de paix, nous avons clairement indiqué que les droits et la sécurité des Arméniens de souche du Haut-Karabakh doivent être protégés. Il s'agit d'un élément essentiel de tout accord de paix durable et digne. L'Azerbaïdjan doit fournir des garanties internationalement vérifiables du respect de leurs droits et de leur capacité à rester chez eux et à vivre sans crainte", a déclaré Yuri Kim. Elle a ajouté que les États-Unis ont travaillé intensément au cours des derniers mois pour faire face à la détérioration de la situation humanitaire dans le Haut-Karabakh. "Nous avons toujours dit que le corridor devait être ouvert au trafic commercial, humanitaire et privé. Nous avons transmis ce message à tous les niveaux du gouvernement azerbaïdjanais, tant en public qu'en privé, à de nombreuses occasions", a déclaré la représentante du département d'État.

"Je tiens à être clair sur un point essentiel : les États-Unis ne toléreront aucune action ou effort - à court ou à long terme - visant à procéder à un nettoyage ethnique ou à commettre d'autres atrocités à l'encontre de la population arménienne du Haut-Karabakh. La situation humanitaire actuelle est inacceptable", a ajouté Yuri Kim.

Vous trouverez ci-dessous la transcription intégrale du témoignage de Mme Kim devant la commission sénatoriale.

"Je vous remercie de m'avoir invitée à vous parler aujourd'hui des efforts de l'administration dans le Caucase du Sud, notamment concernant la situation humanitaire au Haut-Karabakh. J'apprécie cette opportunité de vous informer sur notre travail et d'entendre votre point de vue sur ces questions urgentes. Nous avons travaillé intensément au cours des derniers mois pour faire face à la détérioration de la situation humanitaire dans le Haut-Karabakh. Nous sommes profondément préoccupés par le maintien de la fermeture du corridor de Latchine et par l'impact de ce blocage sur les habitants du Haut-Karabakh. Je tiens à préciser que nous considérons le statu quo comme totalement inacceptable. Nous ne cesserons pas de travailler tant que nous n'aurons pas trouvé de solution. Nous avons toujours affirmé que le corridor devait être ouvert au trafic commercial, humanitaire et privé. Nous avons transmis ce message à tous les niveaux du gouvernement azerbaïdjanais, tant en public qu'en privé, à de nombreuses reprises. L'accès à la nourriture, aux médicaments, au lait maternisé et à l'énergie ne doit jamais être pris en otage. Le secrétaire d'État Blinken, le conseiller principal pour les négociations sur le Caucase Louis Bono, les collègues de l'USAID et de nombreuses autres personnes, dont moi-même, se sont engagés intensément sur cette question avec un large éventail de contacts à tous les niveaux pour faire pression en vue de l'ouverture immédiate et simultanée du corridor de Latchine ainsi que d'autres routes au trafic humanitaire, commercial et privé afin de permettre le passage des fournitures humanitaires dont on a un besoin urgent. Nous avons accueilli avec satisfaction la nouvelle selon laquelle une cargaison transportant environ 20 tonnes de fournitures humanitaires a emprunté la route d'Aghdam pour entrer dans le Haut-Karabakh le 12 septembre. D'autres fournitures humanitaires du Comité international de la Croix-Rouge sont positionnées depuis des semaines juste à côté des points de contrôle de Latchine et d'Aghdam. Le conseiller principal Bono est à nouveau dans la région pour exiger que ces fournitures soient autorisées à entrer dans le Haut-Karabakh immédiatement et simultanément. Le président Aliyev et les représentants du Haut-Karabakh ont déclaré publiquement qu'ils avaient accepté cet arrangement. La mise en œuvre de cet accord ne doit plus être retardée. Il est essentiel que ces fournitures - qui sont prêtes à être acheminées depuis des semaines - soient livrées à la population du Haut-Karabakh dès maintenant. Il est également essentiel de parvenir à un arrangement plus durable pour les hommes, les femmes et les enfants du Haut-Karabakh. Dans ce contexte, nous demandons instamment au gouvernement azerbaïdjanais de rétablir rapidement le libre transit des véhicules commerciaux, humanitaires et de passagers à l'entrée et à la sortie du corridor de Latchine, tout en reconnaissant l'importance d'autres itinéraires. L'un des nombreux obstacles à une solution est la profonde méfiance qui règne dans la région après des décennies de conflit et d'instabilité. Nous devons continuer à encourager toutes les parties à travailler de manière constructive et à encourager les habitants du Haut-Karabakh à accepter l'aide humanitaire provenant de sources internationales réputées telles que le Comité international de la Croix-Rouge.

Quel que soit le compromis auquel on parviendra, la seule voie à suivre est celle du dialogue et du compromis pour instaurer la confiance. Il faut s'attaquer aux causes profondes de l'instabilité et des conflits qui frappent cette région depuis si longtemps. L'administration reste convaincue que la paix dans le Caucase du Sud est susceptible de transformer la région et de faire progresser les intérêts des États-Unis. Nous avons aujourd'hui une opportunité stratégique de combattre l'influence néfaste dans la région d'acteurs tels que la Russie, la Chine et l'Iran en instaurant une paix durable qui développera notre coopération bilatérale en matière d'économie et de sécurité et offrira une plus grande sécurité énergétique à nos partenaires européens et à nos alliés. Depuis novembre dernier, le secrétaire d'État Blinken a organisé trois séries de négociations de paix avec les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, et son leadership a porté ses fruits. Les parties ont progressé sur la voie d'un accord de paix susceptible de stabiliser la région. Les commissions frontalières de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan ont entamé des discussions sur la question complexe de la délimitation de la frontière. Nous continuerons à soutenir les progrès vers un accord de paix entre les parties. Les progrès ne seront ni faciles ni rapides, mais nous sommes déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir une paix digne et durable - un objectif qui est impératif dans le plus large contexte régional. Nous avons investi dans cet effort parce que nous pensons que la paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan aurait des avantages pour la région qui sont dans l'intérêt de la sécurité nationale des États-Unis. Une paix digne et durable pourrait faciliter la sécurité énergétique régionale et stimuler les liaisons de transport régionales, améliorant ainsi les perspectives économiques de tous les pays de la région et la vie de millions de personnes. Les États-Unis pourraient accroître leur coopération en matière de sécurité dans la région et renforcer la confiance et la capacité de chaque pays à préserver et à protéger sa souveraineté et son indépendance. Dans le cadre de toute discussion de paix, nous avons clairement indiqué que les droits et la sécurité des Arméniens de souche du Haut-Karabakh doivent être protégés. Il s'agit là d'un élément essentiel de tout accord de paix durable et digne. L'Azerbaïdjan doit fournir des garanties internationalement vérifiables du respect de leurs droits et de leur capacité à rester chez eux et à vivre sans crainte. Pour conclure, je tiens à être clair sur un point essentiel : les États-Unis ne toléreront aucune action ou effort - à court ou à long terme - visant à procéder à un nettoyage ethnique ou à commettre d'autres atrocités à l'encontre de la population arménienne du Haut-Karabakh. La situation humanitaire actuelle est inacceptable. L'accès humanitaire par le corridor de Latchine et d'autres voies doit être rendu possible dès maintenant. Nous avons également indiqué très clairement que le recours à la force n'était pas acceptable. Nous donnons à cette commission l'assurance que ces principes continueront à guider nos efforts dans cette région. Nous vous remercions à nouveau de nous avoir donné l'occasion de discuter de nos priorités et de nos efforts pour contribuer à l'instauration d'une paix juste et durable dans le Caucase du Sud", a déclaré le représentant du département d'État américain.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]