L'heure à Erevan: 11:07,   3 Mars 2024

Un cas de décès d'un enfant à naître a été enregistré dans l'Artsakh en raison de l'inaccessibilité de l'ambulance

Un cas de décès d'un enfant à naître a été enregistré dans l'Artsakh en raison de 
l'inaccessibilité de l'ambulance

EREVAN, 16 AOÛT, ARMENPRESS:  La Défenseure des droits de l'homme d'Arménie, Anahit Manasyan, a publié une déclaration condamnant fermement les violations flagrantes des droits fondamentaux des Arméniens vivant dans le Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan.

Le texte intégral de la déclaration d'Anahit Manasyan est disponible ci-dessous.

"La crise humanitaire s'aggrave chaque jour dans le Haut-Karabakh: La Défenseure des droits de l'homme condamne fermement les violations flagrantes des droits fondamentaux des Arméniens vivant dans le Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan.

Cela fait 247 jours que les Arméniens du Haut-Karabakh sont soumis à un blocus et deux mois (depuis le 15 juin) qu'ils sont privés de toute forme d'aide humanitaire, y compris de produits de première nécessité et de nourriture. La Défenseure des droits de l'homme note que le blocus du corridor de Latchine par l'Azerbaïdjan a entraîné une violation flagrante des droits fondamentaux des résidents du Haut-Karabakh, y compris les droits à la vie, à la dignité, à la santé physique et mentale et aux soins de santé, à la liberté de mouvement, à l'alimentation et à un niveau de vie adéquat, au logement et à d'autres droits socio-économiques et culturels.

Le blocus a un impact particulièrement négatif sur les droits des représentants des groupes vulnérables, tels que les enfants, les femmes, les personnes handicapées, etc. Notamment, 9 000 personnes handicapées, 20 000 personnes âgées et 60 000 femmes sont soumises au blocus. La catastrophe humanitaire causée par le blocus se manifeste dans toutes les sphères de la vie normale des résidents, notamment :

Le niveau de vie de la population s'est détérioré. Depuis le 15 juin, l'interruption totale de l'aide humanitaire a créé une situation de crise, y compris un risque de faim et de famine. Les habitants des communautés de Yeghtsahogh, Hin Shen, Mets Shen et Lisagor de la région de Chouchi au Haut-Karabakh sont dans une situation particulièrement terrible puisqu'ils sont soumis à un blocus complet suite à l'établissement du point de contrôle azerbaïdjanais. Les produits agricoles saisonniers produits localement dans différentes régions et communautés du Haut-Karabakh ne sont plus livrés dans les zones densément peuplées - Stepanakert, Martuni et Martakert. Dans toutes les épiceries, l'absence totale ou la rareté de la nourriture, des produits de première nécessité et des articles d'hygiène a été constatée, et l'acquisition de ces derniers se fait à travers d'énormes files d'attente.

Dans ce contexte, il est également nécessaire d'aborder l'impossibilité de fournir une aide humanitaire de la République d'Arménie au Haut-Karabakh. Depuis le 15 juin, les autorités azerbaïdjanaises ayant bloqué la possibilité de fournir de l'aide humanitaire, celle-ci est restée en attente jusqu'à aujourd'hui. Elle est arrivée au village de Kornidzor en provenance d'Erevan le 26 juillet. Le 28 juillet, les représentants du bureau du Défenseur ainsi que les représentants du corps diplomatique accrédité en Arménie et des organisations internationales sont arrivés à Kornidzor, le secteur du convoi humanitaire, et ont pris connaissance de la situation sur place.

En raison de la détérioration quotidienne de l'état de santé des personnes et de la malnutrition, les cas d'évanouissement continuent d'augmenter. Selon les informations enregistrées par le bureau du Défenseur des droits de l'homme, une personne est morte de faim au Haut-Karabakh. Un résident de Stepanakert, K. Hovhannisyan, est décédé des suites d'une malnutrition chronique et d'une carence en protéines et en énergie.

Le blocage du corridor de Latchine a un impact négatif sur la réalisation du droit aux soins de santé de la population, compte tenu des interdictions de transfert vers l'Arménie de patients ayant besoin de soins médicaux. Le transport des patients et des fournitures médicales s'effectue avec l'intervention du CICR et des forces de maintien de la paix russes. Parallèlement, depuis le 15 juin, la partie azerbaïdjanaise a complètement bloqué l'acheminement de l'aide humanitaire par les forces de maintien de la paix russes et le CICR, ce qui a entraîné une aggravation de la situation humanitaire. Il y a eu des cas de pénurie de médicaments, et dans certains cas, l'absence totale de médicaments.

Parallèlement, en l'absence de nourriture suffisante, le nombre de naissances prématurées a augmenté au Haut-Karabakh. Un cas de décès d'un enfant à naître a également été enregistré dans le village de Haterk, dans la région de Martakert. La femme enceinte n'a pas pu se rendre à l'hôpital à temps en raison d'une pénurie de carburant pour les véhicules d'urgence.

Depuis le 25 juillet, en raison d'une grave pénurie de carburant, les transports publics ne fonctionnent pas du tout. - Le 29 juillet, les autorités azerbaïdjanaises ont commis des violations fondamentales lors du transfert de patients vers l'Arménie par l'intermédiaire du CICR. En particulier, l'Azerbaïdjan a enlevé Vagif Khachatryan, 68 ans, au poste de contrôle situé à proximité du pont de Hakari, qui était transporté en Arménie pour un traitement médical accompagné par le CICR. Les résultats de l'étude du Défenseur prouvent que l'ingérence illégale dans les droits fondamentaux d'une personne est effectuée en violation des garanties et des normes juridiques internationales.

Des problèmes liés à l'approvisionnement en eau potable en raison de pannes d'électricité ont également été enregistrés, affectant à la fois la quantité et la qualité de l'eau fournie aux résidents de NK. La Défenseure estime nécessaire de souligner à nouveau que la catastrophe humanitaire actuelle est une manifestation directe de la politique de nettoyage ethnique et de génocide menée par les autorités azerbaïdjanaises, incitées et encouragées par l'arménophobie, dont le but ultime est de vider le Haut-Karabakh de sa population arménienne autochtone, en la terrorisant, en la soumettant à des attaques et des pressions physiques et psychologiques constantes, en la privant de sa vie normale et en créant des conditions de vie désespérées. La Défenseure des droits de l'Homme souligne tout particulièrement l'urgence de mettre un terme à l'évolution irréversible et à l'intensification de la catastrophe humanitaire, ainsi que l'extrême nécessité de fournir des opportunités réelles pour la mise en œuvre de missions humanitaires. Dans le même temps, le bureau du Défenseur continue de collecter et d'analyser quotidiennement les faits relatifs à la politique arménophobe des autorités azerbaïdjanaises, ainsi que les violations flagrantes et continues des droits de l'Homme au Haut-Karabakh résultant du blocage du corridor de Latchine, et de les présenter de manière exhaustive aux organisations internationales dotées d'un mandat en matière de droits de l'Homme. J'attache une grande importance à la réaction appropriée des organisations internationales ayant pour mandat de protéger les droits de l'homme et de prendre des mesures efficaces de toute urgence".








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]