L'heure à Erevan: 11:07,   17 Avril 2024

Je considère que le format actuel de la lutte contre le trafic de drogue est insuffisant - Procureure générale

Je considère que le format actuel de la lutte contre le trafic de drogue est insuffisant - 
Procureure générale

EREVAN, 21 JUILLET, ARMENPRESS: La Procureure générale de la République d'Arménie, Anna Vardapetyan, ne considère pas que le format actuel de lutte contre le trafic de drogue est suffisant, tout en assurant que des efforts sont faits dans cette direction, notamment pour changer la tactique et la qualité de l'enquête, mais il est trop tôt pour parler des résultats.

A l'occasion du 105ème anniversaire de la création du Bureau du Procureur, ARMENPRESS s'est entretenu avec la Procureure Générale de la République d'Arménie, Mme  Anna Vardapetyan. Au cours de l'entretien, Mme Vardapetyan a parlé de ses réalisations en tant que procureure générale, de ses projets à venir, de la justice "tardive" et de l'augmentation des crimes. Elle a également évoqué les résultats de ses rencontres avec le procureur général de l'Azerbaïdjan, Kyamran Aliyev, et de la conférence consacrée à la création du Bureau du Procureur.

 - Madame Vardapetyan, vous êtes Procureure générale depuis près d'un an. J'aimerais vous interroger sur les principales tâches que vous avez accomplies au cours de cette année.

- Je vous remercie de m'avoir toujours invitée à un entretien. Bien que dix mois n'est pas une longue période pour parler de résultats tangibles, d'autant plus que les résultats ne devraient pas être bruyants, mais tangibles pour chaque membre de la société, donc dans ce contexte, je vais souligner quelques changements fructueux qui sont importants pour nous.

Tout d'abord, il s'agit de la réforme législative adoptée par l'Assemblée nationale en mars 2023, par laquelle le Bureau du procureur s'est vu conférer le pouvoir d'initier un litige d'intérêt public devant les tribunaux. Cela signifie que le Bureau du Procureur a le droit de faire appel devant les tribunaux des ordres et des décisions des dirigeants des gouvernements locaux sur la base desquels des parcs publics, des jardins d'enfants et d'autres biens immobiliers similaires ont été illégalement saisis. Ce pouvoir de poursuite n'a qu'un seul objectif : restituer au public les biens immobiliers illégalement expropriés. Deux mois après que le mandat a été confié au Bureau du Procureur, le nombre de poursuites engagées pour protéger l'intérêt public a atteint 235. Dans l'un des procès, nous contestons devant les tribunaux le processus d'aliénation de la parcelle de terrain sur le territoire occupé par le complexe sportif "Reebok" en faveur une personne physique, dans un autre - le processus de légalisation des bâtiments construits volontairement dans le parc "Vardavar" et leur aliénation à des personnes physiques et morales. Nous avons des procès liés à l'aliénation de territoires de parcs qui ne sont pas soumis à l'aliénation. Il s'agit notamment du parc " Étudiant " et du parc " Komitas ", d'une parcelle de 533,4 mètres carrés du territoire du parc " Nansen " du district administratif de Nork. Le 26 avril 2023, une décision très importante a été rendue par le tribunal administratif, qui a satisfait la demande du Bureau du Procureur général contre l'hôtel Golden Palace et les sociétés Golden Palace JV. Le procès portait sur la restitution à l'État du terrain de 17 077,6 kilomètres carrés illégalement aliéné par l'hôtel Golden Palace dans le parc de la Victoire. L'acte du tribunal administratif a fait l'objet d'un appel par le biais d'un réexamen. Le Bureau du Procureur attend l'acte de la Cour Administrative d'Appel. Le processus de défense des intérêts publics par le Bureau du Procureur est à un stade actif non seulement dans la capitale, mais aussi dans les régions. Par exemple, le Bureau du Procureur de la région de Shirak, dans le cadre du pouvoir d'initier une affaire sur la protection des intérêts publics, a envoyé 22 actions en justice au tribunal. Dans l'une de ces actions, le Bureau du procureur de la région de Shirak demande à l'État de lui restituer les parcelles de terrain n° 2, 2/5, 2/4 de la rue Shchorsa dans la zone du parc central de la ville de Gyumri et les terrains occupés par la piscine n° 2/3, 2/2 de la même rue, qui sont le territoire de la réserve de monuments "Kumairi", ont le statut de monument d'importance républicaine et ne peuvent pas être aliénés. J'ai déjà mentionné le nombre total d'appels pour la défense des intérêts communautaires depuis deux mois. Plus de 60 d'entre eux proviennent des Bureaux des procureurs régionaux.

Le Bureau du Procureur continuera à remplir cette fonction de manière cohérente, et je suis sûr que dans un avenir proche, peut-être, et en répondant une fois de plus à vos questions, je parlerai objectivement non pas des poursuites judiciaires, mais des actes judiciaires et des biens restitués.

Le prochain domaine de réforme est le personnel. J'en ai parlé à plusieurs reprises. En ce qui concerne le personnel, mon approche est inchangée. En tant que Procureure générale, je veux partager ma responsabilité et mon succès avec les procureurs qui sont honnêtes, qui ont un haut niveau de connaissances professionnelles, qui travaillent dur, qui sont honnêtes, qui améliorent leurs qualités et, surtout, qui sont dévoués à leur profession et à leur pays.

En termes de personnel, j'attache une grande importance au travail avec les jeunes, les étudiants et les élèves. En termes d'orientation professionnelle, nous donnons aux étudiants la possibilité de faire des stages chez nous, d'avoir des réunions régulières avec les procureurs, de travailler dans le Bureau du procureur avant d'être inclus dans la liste des procureurs.

On m'interroge souvent sur la participation des femmes. Prévoyant cette question, je note que les femmes intelligentes et déterminées ont certainement leur place au sein du ministère public, y compris à des postes élevés. Les femmes connaissent les règles du Parquet : nous travaillons dur et nous traitons notre travail avec une responsabilité particulière.

J'ai mentionné l'intégrité et je tiens à souligner qu'au cours de ces dix mois, environ un tiers du nombre total de procureurs a passé le test d'intégrité. Tous les changements de personnel au sein du Bureau du procureur - nominations et licenciements - sont publiés sur le site web officiel. Les postes vacants sont également publiés sur le site web.

La logique des réformes est la même : laisser une empreinte institutionnelle dans le système au sens positif du point d'irréversibilité.

Je voudrais également parler des défis et des problèmes. Il y en a beaucoup, depuis le retard des procédures pénales, des audiences judiciaires, jusqu'à la faillite, en passant par l'amélioration de l'efficacité de la lutte contre la corruption et de la qualité des enquêtes sur les délits de corruption. Je suis sûr que vous avez également des questions à ce sujet.

- Madame Vardapetyan, vous avez parlé de la prolongation de l'examen des affaires pénales, du "retard" de la justice. Comment voyez-vous la solution à ce problème, alors que de nombreux citoyens perdent confiance dans le système d'application de la loi à cause de ce même problème ?

- La justice " tardive " continue d'exister. J'ai parlé de ce problème pour la première fois l'année dernière, lorsque j'ai été nommé au poste de Procureur général.

Dans le Rapport sur les performances du Bureau du Procureur général 2022, nous avons consacré un chapitre distinct à la question des retards dans les poursuites pénales, où les préoccupations que j'ai exprimées au sujet de la justice "tardive" sont présentées à l'aide d'exemples. Les raisons du retard dans l'examen des affaires pénales sont multiples: elles ont des aspects objectifs et subjectifs. Du côté objectif, il s'agit de l'augmentation du nombre de procédures pénales ; du côté subjectif, il s'agit de l'attitude déloyale des autorités chargées des procédures à l'égard de leurs fonctions, des changements fréquents de juges dans la même affaire, de l'absence de mesures administratives pendant une longue période, de l'application incomplète des mécanismes de supervision et de contrôle du Parquet, etc.

Depuis que j'ai pris mes fonctions de Procureure générale, j'ai demandé à toutes les agences de mettre fin à l'absence irrespectueuse des procureurs aux audiences des tribunaux.

Au début de cette année, la procédure et les délais d'examen des raisons du retard des affaires pénales de plus de 6 et 8 mois ont été déterminés. Deux mois après ma nomination, j'ai été informé qu'environ 1 200 affaires avaient été examinées par les procureurs adjoints et les services, et que des instructions avaient été données pour mener les affaires à leur terme. Le processus de synthèse des résultats de la mission est périodique. La question de l'opportunité des affaires est au centre de mon attention quotidienne.

On m'interroge souvent sur la participation des femmes. Prévoyant cette question, je note que les femmes intelligentes et déterminées ont certainement leur place au sein du ministère public, y compris à des postes élevés. Les femmes connaissent les règles du Parquet : nous travaillons dur et nous traitons notre travail avec une responsabilité particulière.

J'ai mentionné l'intégrité et je tiens à souligner qu'au cours de ces dix mois, environ un tiers du nombre total de procureurs a passé le test d'intégrité. Tous les changements de personnel au sein du Bureau du procureur - nominations et licenciements - sont publiés sur le site web officiel. Les postes vacants sont également publiés sur le site web.

La logique des réformes est la même: laisser une empreinte institutionnelle dans le système au sens positif du point d'irréversibilité.

Je voudrais également parler des défis et des problèmes. Il y en a beaucoup, depuis le retard des procédures pénales, des audiences judiciaires, jusqu'à la faillite, en passant par l'amélioration de l'efficacité de la lutte contre la corruption et de la qualité des enquêtes sur les délits de corruption. Je suis sûr que vous avez également des questions à ce sujet.

- Madame Vardapetyan, vous avez parlé de la prolongation de l'examen des affaires pénales, du "retard" de la justice. Comment voyez-vous la solution à ce problème, alors que de nombreux citoyens perdent confiance dans le système d'application de la loi à cause de ce même problème ?

- La justice " tardive " continue d'exister. J'ai parlé de ce problème pour la première fois l'année dernière, lorsque j'ai été nommé au poste de Procureur général.

Dans le Rapport sur les performances du Bureau du Procureur général 2022, nous avons consacré un chapitre distinct à la question des retards dans les poursuites pénales, qui illustre par des exemples mes préoccupations concernant la justice "différée". Les raisons du retard dans l'examen des affaires pénales sont multiples : elles ont des aspects objectifs et subjectifs. Du côté objectif, il s'agit de l'augmentation du nombre de procédures pénales ; du côté subjectif, il s'agit de l'attitude déloyale des autorités chargées des procédures à l'égard de leurs fonctions, des changements fréquents de juges dans la même affaire, de l'absence de mesures administratives pendant une longue période, de l'application incomplète des mécanismes de supervision et de contrôle du Parquet, etc.

Depuis que j'ai pris mes fonctions de Procureure générale, j'ai demandé à toutes les agences de mettre fin à l'absence irrespectueuse des procureurs aux audiences des tribunaux.

Au début de cette année, la procédure et les délais d'examen des raisons du retard des affaires pénales de plus de 6 et 8 mois ont été déterminés. Deux mois après ma nomination, j'ai été informé qu'environ 1 200 affaires avaient été examinées par les procureurs adjoints et les services, et que des instructions avaient été données pour mener les affaires à bonne fin. Le processus de synthèse des résultats de la mission est périodique. La question de l'opportunité des affaires est au centre de mon attention quotidienne.

- Madame Vardapetyan, vous avez déjà rencontré à deux reprises le procureur général d'Azerbaïdjan, Kyamran Aliyev, grâce à la médiation du procureur général de Russie, Igor Krasnov. Comment évaluez-vous ces rencontres, quels résultats significatifs pouvez-vous mettre à jour, y aura-t-il d'autres rencontres de ce type dans un avenir proche ?

- Fin 2022, le procureur général de la Fédération de Russie m'a proposé de rencontrer le procureur général de l'Azerbaïdjan dans un format trilatéral, ce que j'ai accepté, car chaque discussion dans un tel format est l'occasion de parler objectivement de la mise en œuvre des engagements stipulés dans la déclaration trilatérale des dirigeants de l'Arménie, de la Russie et de l'Azerbaïdjan du 9 novembre 2020. Le point 8 de la déclaration sur les engagements humanitaires est une priorité pour la poursuite. La réunion trilatérale qui s'est tenue fin 2022 a porté sur la question des prisonniers de guerre arméniens toujours détenus par l'Azerbaïdjan.

Une autre réunion trilatérale s'est tenue en juin de cette année, toujours à l'initiative du procureur général de la Fédération de Russie. Dans ce contexte, je tiens à souligner les efforts déployés par mon collègue russe pour résoudre cette question douloureuse, mais il n'en demeure pas moins que ces réunions n'ont toujours pas abouti à des résultats tangibles.

Je ne cesserai de soulever cette question au sein de la communauté des procureurs. Vous me demandez s'il y aura de telles réunions dans un avenir proche, oui, il y en aura, parce que si ma participation à des réunions de ce format crée une opportunité pour le retour de nos compatriotes dans leur patrie, alors oui, je participerai, je parlerai, je soulèverai la nécessité pour l'Azerbaïdjan de respecter les exigences humanitaires internationales et je ne permettrai pas à la partie azerbaïdjanaise d'ignorer cette question.

- Dans le rapport sur l'activité du Bureau du Procureur pour 2022, il est noté qu'en République d'Arménie, le nombre d'affaires pénales a augmenté de 24,4 %. Existe-t-il une analyse des raisons de l'augmentation du nombre de crimes ? Y a-t-il d'autres explications, la raison en est-elle la nouvelle loi ou y a-t-il d'autres circonstances ?

- En 2022, environ 37 000 délits ont été enregistrés en République d'Arménie. Ce chiffre a augmenté d'environ 24 % par rapport à 2021. L'analyse montre que l'une des raisons est la modification de la loi de procédure pénale. Vous savez probablement que le nouveau code élimine l'étape de la préparation des documents, et qu'une affaire pénale est engagée sur chaque rapport, qui peut être raisonnablement considéré comme une évaluation juridique préliminaire de la conformité avec tel ou tel acte stipulé dans le code pénal.

Outre les changements dans la législation pénale, il ne faut pas oublier que la criminalité est un phénomène systémique qui se reproduit de lui-même. Il existe parfois des connexions inattendues dans ce système. Par exemple, certains cas de violence domestique sont causés par la haine et l'agression non réciproques accumulées chez une personne, un adulte ou un mineur dans une atmosphère d'agression ou de violence cherche à "s'échapper", et le moyen le plus facile de "s'échapper" est à travers les objets d'addiction : jeux d'argent, alcool, jeux d'ordinateur, drogues. En d'autres termes, la haine mène à l'agression, et l'agression mène à la dépendance.

En parlant de crime, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une personne qui commet un crime. Une place importante dans le profil psycho-émotionnel d'une personne qui commet un crime est occupée par l'anxiété, qui est une peur inconsciente du statut sociobiologique. La peur du statut biologique conduit à des actes de violence, la peur du statut social conduit à la corruption et à la criminalité spéculative.

En résumé, l'indicateur que vous avez mentionné doit être considéré comme un tout, qui inclut les circonstances que j'ai mentionnées et la diminution du taux de détection des crimes.

- À propos des liens inattendus avec les criminels, vous avez brièvement mentionné les drogues, et la consommation et le trafic de drogues en Arménie ont augmenté ces dernières années, et vous convenez que la raison n'en est pas seulement l'agression. La lutte contre le trafic de drogue est-elle suffisante et comment les parents peuvent-ils protéger leurs enfants de ce fléau ?

- Vous soulevez une question très importante. J'ai le regret de vous dire que non, je ne considère pas que la forme actuelle de la lutte contre le trafic de drogue est suffisante. Des efforts sont faits, des tentatives sont faites pour changer la nature et la qualité des enquêtes, mais il est trop tôt pour parler des résultats.

La nécessité de garantir la confidentialité de l'enquête préliminaire ne me permet pas de divulguer les détails du processus d'enquête dans des cas spécifiques, mais je dois mentionner que dans le cadre de l'assistance juridique internationale, un travail actif est mené contre l'importation de grandes quantités de drogue, y compris l'extradition de criminels présumés vers l'Arménie.

En termes de prévention de la toxicomanie chez les mineurs, la lutte systémique pénale et juridique contre le trafic de drogue est d'une importance capitale, mais la famille peut également jouer un rôle important dans la prévention. Pour un mineur, la drogue est un "bonheur" trompeur, une "expérience intéressante". En règle générale, c'est lors de la première tentative que l'on entend parler de cette escroquerie. Je crois qu'il faut parler aux enfants des effets négatifs des drogues, il ne faut pas les effrayer, il faut leur dire de manière raisonnée que la drogue vous privera de votre énergie vitale en échange d'un bonheur momentané. Il est nécessaire de passer du temps avec les enfants, non pas virtuellement, mais dans la vie réelle. Je ne parle pas de la présence physique du parent, mais du temps de qualité et significatif passé avec l'enfant, comme jouer au football ensemble, jouer aux échecs, dessiner, faire des activités de plein air, etc. Les analyses confirment qu'un enfant qui entretient un véritable lien affectif avec ses parents est moins enclin à "s'échapper" vers les jeux vidéo, la drogue, l'alcool, etc. dans les situations problématiques. Dans la société de consommation actuelle, où le manque de lien émotionnel est compensé par des objets matériels, les enfants ont tendance à penser que tout peut s'acheter, et ils sont donc facilement séduits par l'offre de drogues qui créent l'illusion de la "joie, du bonheur". Au niveau personnel, je pense que la façon de protéger un enfant est d'établir un lien de confiance émotionnel avec le parent.

- Madame Vardapetyan, le Bureau du Procureur général a célébré cette année son 105e anniversaire. Comment évaluez-vous les résultats de la conférence organisée à cette occasion ?

- Il y a quelques jours, les 1er et 2 juillet, le Bureau du Procureur a célébré son 105e anniversaire. Avec le soutien de nos partenaires internationaux, le Conseil de l'Europe et l'Union européenne, une conférence a été organisée sur le thème "L'indépendance du Bureau du Procureur comme garant de la légalité". Les chefs des autorités exécutives et judiciaires de l'Arménie, les ambassadeurs accrédités en Arménie, les chefs des structures chargées de l'application de la loi, les procureurs en chef des cinq États membres du Conseil de l'Europe, les hauts représentants du Conseil de l'Europe, de l'Association internationale des procureurs et poursuivants et de l'Agence de justice pénale de l'Union européenne ont participé à la conférence. À la fin de la conférence, un document résumant les résultats des discussions et des rapports a été adopté.

Ce fut un grand honneur pour moi d'organiser une conférence d'un tel niveau en Arménie et d'y accueillir mes collègues européens. Je suis convaincue que les participants à la conférence ont quitté notre pays en ayant découvert l'Arménie et en souhaitant y revenir. Je suis heureuse qu'en plus des discussions professionnelles, nous ayons réussi à faire connaître à nos partenaires européens la richesse culturelle et nationale de l'Arménie.

Grâce aux réactions positives sur l'efficacité de cette conférence, nous avons déjà un accord préliminaire avec nos collègues du Conseil de l'Europe pour organiser une autre conférence dans un futur proche, qui aura une géographie plus large et sera consacrée à l'institution de la confiscation des biens d'origine illégale.

 

Interview réalisée par: Karen Khachatryan

Photo: Hayk Manukyan

 








youtube

AIM banner Website Ad Banner.jpg (235 KB)

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]