L'heure à Erevan: 11:07,   23 Mai 2024

L'Arménie nie avoir utilisé le corridor de Latchine pour le transfert de mines terrestres: Interview d'Ararat Mirzoyan

L'Arménie nie avoir utilisé le corridor de Latchine pour le transfert de mines terrestres: 
Interview d'Ararat Mirzoyan

EREVAN, 20 JANVIER, ARMENPRESS: Le ministre des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan affirme que l'Arménie n'a jamais stoppé  les négociations sur le traité de paix avec l'Azerbaïdjan.

Dans une interview accordée à ARMENPRESS, le ministre des Affaires étrangères Mirzoyan a déclaré que l'Arménie, comme précédemment, adopte une approche constructive et de bonne foi dans le processus de négociation, car l'objectif définitif de l'Arménie est d'établir la sécurité et la paix dans la région.

Question : Quels sont les développements en termes de processus de normalisation des relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan ? Selon certaines opinions, le processus est dans l'impasse.

Réponse : L'Arménie n'a jamais arrêté les négociations sur le traité de paix avec l'Azerbaïdjan. Indépendamment des actions illégales de l'Azerbaïdjan dans le corridor de Latchine et du report de la réunion de Moscou, nous avons transmis nos nouvelles propositions et leur justification pour le projet d'accord à la partie azerbaïdjanaise il y a plus d'un mois, mais nous n'avons pas encore reçu de réponse. La balle est donc maintenant dans le camp de l'Azerbaïdjan.

Comme précédemment, l'Arménie adopte une approche constructive et de bonne foi dans le processus de négociation, car notre objectif ultime est d'établir la sécurité et la paix dans la région. Nous tenons également compte des appels de la communauté internationale et sommes prêts à négocier avec une plus grande intensité.

Question : Y compris l'ouverture du corridor de Latchine ?

Réponse : Nous avons déclaré à plusieurs reprises que le paragraphe 6 de la déclaration trilatérale du 9 novembre, qui régit les questions relatives au corridor de Latchine, ne prévoit aucune fonction de l'Arménie pour assurer le fonctionnement sans entrave du corridor. Il incombe à l'Azerbaïdjan et au contingent de maintien de la paix de la Fédération de Russie d'assurer le fonctionnement normal du corridor. Et les questions relatives à la vie intérieure du Haut-Karabakh relèvent de la compétence des autorités du Haut-Karabakh, et les autorités de la République d'Arménie n'ont aucune fonction ici non plus.

Je voudrais également ajouter que la crise humanitaire dans le Haut-Karabakh résultant du blocus du corridor de Latchine devient déjà une catastrophe humanitaire et que si le corridor n'est pas débloqué immédiatement, l'intervention humanitaire de la communauté internationale, y compris, en premier lieu, des Nations unies, est d'une extrême urgence.

Question : Récemment, l'Azerbaïdjan a commencé à argumenter le blocus du corridor de Latchine par le prétendu transport de munitions, notamment de mines militaires, de l'Arménie vers le Haut-Karabakh. Lors de sa conférence de presse, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré qu'ils examinaient les informations fournies par la partie azerbaïdjanaise sur cette question.

Réponse : Je voudrais noter que la partie azerbaïdjanaise semble être confuse dans son discours sur le blocus du corridor de Latchine. L'Azerbaïdjan insiste souvent sur le fait que le corridor n'est pas bloqué, puis affirme que le corridor est bloqué pour des raisons environnementales, et lorsqu'il a été annoncé que l'exploitation de la mine en question avait cessé, des personnes se prétendant "éco-activistes" ont exigé des inspections des véhicules de la Croix-Rouge et du fret humanitaire passant par le corridor. Puis, ils ont fait irruption dans le véhicule qui transportait des enfants vers le Haut-Karabakh accompagnés de casques bleus russes et les ont soumis à une terreur psychologique. Maintenant, ces actions sont justifiées par le transfert fictif de mines militaires.

Je voudrais souligner une fois de plus que la République d'Arménie a effectué des travaux de minage exclusivement sur le territoire souverain de la République d'Arménie et uniquement à des fins d'autodéfense, car elle a fait face à une agression militaire de l'Azerbaïdjan en mai 2021, novembre 2021 et septembre 2022.

La menace d'une nouvelle agression militaire contre le territoire souverain de la République d'Arménie reste toujours élevée.

Les mines militaires que la partie azerbaïdjanaise expose à des fins de propagande et déclare avoir été fabriquées en 2021 et récemment transportées d'Arménie vers le Haut-Karabakh par le corridor de Latchine, ont en fait été prises par l'Azerbaïdjan sur le territoire occupé de l'Arménie à la suite de l'agression azerbaïdjanaise contre la République d'Arménie en 2021-2022.

Question : Il y a une autre controverse sur la situation autour du corridor de Latchine : les autorités de l'Azerbaïdjan déclarent que le corridor est ouvert, et les autorités de l'Arménie et du Haut-Karabagh déclarent que le corridor est bloqué. Cette situation peut prêter à confusion pour la communauté internationale.

Réponse : C'est également la raison pour laquelle nous proposons d'envoyer une mission d'enquête de l'ONU, de l'OSCE ou de toute autre organisation internationale dans le corridor de Latchine et nous continuerons à promouvoir cette proposition.

Question : Le Président de l'Azerbaïdjan Ilham Aliyev a annoncé que Erevan a rejeté la proposition d'établir un format trilatéral Arménie-Géorgie-Azerbaïdjan. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Réponse : L'Arménie est très intéressée par le développement du dialogue trilatéral entre les pays du Caucase du Sud. Nous considérons l'éventuelle plate-forme de Tbilissi dans la perspective de discussions trilatérales régionales, plutôt que de réunions bilatérales entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Il existe maintenant une proposition de rencontre entre les Premiers ministres d'Arménie et de Géorgie et le Président d'Azerbaïdjan.

La partie arménienne a exprimé sa volonté et est actuellement prête pour une telle réunion, mais vous devez admettre qu'une telle réunion ne semble pas particulièrement efficace et prometteuse lorsque même une simple déclaration commune exprimant l'engagement à éliminer les discours de haine et l'hostilité ne peut être convenue.

Question : Que pouvez-vous dire du processus d'ouverture des communications régionales ? Récemment, le ministre des Affaires étrangères de la Turquie a également exprimé l'espoir que l'Arménie s'engage dans les mécanismes régionaux Est-Ouest, en coopérant avec le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, l'Azerbaïdjan, la Turquie et la Géorgie.

Réponse : L'Arménie est définitivement intéressée à la fois par le déblocage complet des infrastructures de transport et économiques dans la région, conformément aux principes stipulés dans les déclarations trilatérales du 9 novembre 2020 et du 11 janvier 2021, mais aussi par la participation à des projets de transport plus importants. Vous savez probablement que le projet " Carrefour arménien " a été présenté par le gouvernement arménien, qui combine des mécanismes nord-sud et est-ouest.

Nos propositions d'ouverture de communications régionales sont toujours actuelles et nous pouvons les mettre en œuvre à tout moment, dans le cadre de la souveraineté et de la juridiction des pays sur les voies de transport et du respect de la législation nationale. En substance, le seul et principal obstacle ici est la demande infondée de l'Azerbaïdjan concernant le corridor extraterritorial.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: contact@armenpress.am