L'heure à Erevan: 11:07,   16 Avril 2024

L'interview exclusive de l'ancien commandant de la Station Spatiale Internationale à "Armenpress"

L'interview exclusive de l'ancien commandant de la Station Spatiale Internationale à 
"Armenpress"

EREVAN, 12 SEPTEMBRE, ARMENPRESS: Vous êtes-vous déjà demandé comment font les astronautes pour se raser, se doucher, se brosser les dents et accomplir d'autres activités qui ne demandent aucun effort particulier ici sur Terre ?

Dans l'espace, dans des conditions de microgravité, vous ne pourrez tout simplement pas essorer une serviette humide, et pour dormir confortablement, vous n'aurez même pas besoin d'un matelas ou d'un oreiller. Et s'il vous arrive d'être émotif et de pleurer dans l'espace, vous devez vous dépêcher d'essuyer vos larmes avec une serviette, car sinon les gouttes de larmes s'accumuleront et gêneront votre vision, car la faible gravité ne les laissera pas couler.

C'est grâce à l'astronaute canadien et ancien commandant de la Station spatiale internationale Chris Hadfield que la vie quotidienne des astronautes est devenue accessible et visible pour nous, ici sur Terre.] Chris Hadfield, le premier Canadien à avoir effectué une activité extravéhiculaire dans l'espace et qui a passé plus de 160 jours dans l'espace, a montré, grâce à ses nombreuses vidéos captivantes, ce que l'on ressent en orbite.

L'astronaute retraité Chris Hadfield s'est rendu en Arménie pour participer au festival STARMUS VI à Erevan.

ARMENPRESS a eu la chance unique d'avoir une interview exclusive avec le commandant Hadfield pour discuter de l'espace et du futur de l'exploration spatiale, des peurs humaines, de la musique et des arts.

ARMENPRESS : Qu'est-ce qui vous a motivé à devenir astronaute ?

Chris Hadfield : C'était d'abord la science-fiction. Les bandes dessinées, puis les livres d'Arthur C. Clarke, Robert A. Heinlein et Isaac Azimov - des auteurs de science-fiction. Ensuite, il y a eu la science-fiction à la télévision, avec Star Track, puis au cinéma avec 2001 : Odyssée de l'espace. Mais ce qui l'a fait passer de la fantaisie à la réalité, c'est que des gens allaient réellement dans l'espace pour la première fois. Gagarine, puis Alan Shephard, et enfin John Glenn et Aleksey Leonov. Cela a transformé le fantasme en une possibilité. L'été 1969, j'avais presque 10 ans. C'est quand ils ont marché sur la Lune. Et ça a été le déclencheur pour moi. J'ai vu que les gens s'étaient préparés pour aller sur quelque chose qui n'était qu'un fantasme. J'ai pensé - wow, si c'est possible, c'est ce que je veux faire. Mais au Canada, à cette époque, il n'y avait pas d'astronautes, pas de NASA, pas d'agence spatiale. Mais je me suis dit que les choses changeaient, et que je devais commencer à me préparer. J'ai donc décidé d'être astronaute le 20 juillet 1969, le jour où ils ont marché sur la Lune.

ARMENPRESS : Quel est le moment le plus effrayant d'un vol spatial ?

Chris Hadfield : Les moments ne sont pas effrayants, c'est juste que parfois les gens ont peur. Les moments ne sont que des moments, c'est à nous d'avoir peur ou pas.  Les gens ont presque toujours peur lorsqu'ils ne sont pas préparés à quelque chose. Si vous n'êtes pas prêt pour quelque chose, alors vous avez peur. Mais si vous êtes prêt, alors vous n'avez pas peur. L'événement s'en moque. Comme si vous appreniez à faire du vélo, le vélo ne change jamais, mais quand vous apprenez, vous n'avez plus peur. Les vols spatiaux sont donc comme le vélo. Si vous savez comment faire et que vous étudiez, même si c'est dangereux, vous n'avez pas à avoir peur. La partie la plus dangereuse de mes vols spatiaux a donc été le lancement. Mon premier lancement de la navette ... les chances de mourir étaient de 1/38.... Ce sont de meilleures chances. Mais je me suis entraîné toute ma vie, comme ingénieur, pilote de chasse, puis pilote d'essai, et je me suis entraîné pendant des années comme astronaute. Et donc, même si c'était la chose la plus dangereuse que j'ai faite dans ma vie, j'avais beaucoup plus à faire que d'avoir peur. Et la marche dans l'espace est dangereuse, mais c'est aussi magnifique et spectaculaire. Et je préfère traverser la vie en étant prêt pour les choses, plutôt qu'en ayant peur. Je n'ai donc jamais eu peur dans l'espace, mais c'était vraiment dangereux.

ARMENPRESS : Comment était-ce de voir la Terre depuis l'espace pour la première fois ?

Chris Hadfield : C'est d'une beauté bouleversante. On peut voir si loin. Depuis le ciel d'Erevan, on peut voir toutes les Alpes, on peut voir Copenhague, on peut voir Rome, on peut voir Moscou - en un seul coup d'œil par le hublot. Pouvoir voir autant de choses, c'est d'une beauté stupéfiante. Au début, tout ce que vous pouvez vraiment voir est ce que vous vous attendez à voir. Vous cherchez des pierres de touche de familiarité, vous cherchez des choses que vous connaissez, parce qu'alors vous pouvez commencer à essayer de rationaliser tout le reste. Mais j'ai fait le tour du monde 2650 fois ou quelque chose comme ça. Donc à chaque fois que vous faites le tour du monde, vous devenez de plus en plus doué pour le regarder. Jusqu'à ce que, à la fin, tu aies, comme, une relation avec le monde. Et tu arrives vraiment à voir la beauté. Le monde est généreusement, puissamment beau. Et j'ai beaucoup de chance de le voir de la façon dont je l'ai vu.

ARMENPRESS : Où conduira l'exploration spatiale dans les décennies à venir ?

Chris Hadfield : Nous venons juste d'installer le télescope spatial James Webb et il regarde très loin dans le passé. Il remonte jusqu'à 250 millions d'années après le Big Bang. Nous avons trouvé une galaxie, UNE GALAXIE ! Des milliards d'étoiles qui se sont déjà formées seulement 250 millions d'années après le Big Bang. Nous pouvons le voir. Donc, quand vous demandez où les voyages spatiaux nous mènent, ils nous ramènent au début des temps. Il nous emmène aussi au-delà des limites de notre compréhension. Ça va aussi nous amener à découvrir si nous sommes seuls dans l'espace ou pas, seuls dans l'Univers ou pas.  Est-ce la seule vie qui existe ? Y a-t-il une autre vie intelligente quelque part ? Nous ne connaissons pas la réponse à cette question pour le moment. Et nous ne serons pas capables d'y répondre en restant simplement assis. Mais nous forons sur Mars en ce moment pour essayer de trouver des fossiles. Et le télescope James Webb peut analyser l'atmosphère d'autres planètes. Donc si nous pouvons trouver une atmosphère qui montre une production industrielle, alors il y a de très bonnes chances qu'il y ait de la vie intelligente là-bas. Mais surtout, cela nous entraîne dans un voyage sans fin de découvertes. Découverte de la façon dont tout fonctionne, et donc découverte de nous-mêmes. Et cela nous apprend énormément de choses sur la Terre. Comment la Terre fonctionne comme un système fermé, comme un vaisseau spatial qui prend soin de nous tous. Quelle est son histoire ? Pourquoi Vénus est-elle si différente ? Pourquoi Mars est-elle si différente ? Pourquoi notre planète est-elle comme elle est ? Et qu'est-ce qui est important pour que la vie reste saine sur Terre ? Les vols spatiaux font tout cela pour nous.

ARMENPRESS : Que diriez-vous aux jeunes qui veulent s'engager dans l'exploration spatiale ?

Chris Hadfield : Je pense qu'il est vraiment important d'être curieux. Mais pas seulement d'être curieux comme un enfant de 2 ans qui dit simplement pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Mais de travailler dur pour comprendre la réponse à sa curiosité et faire en sorte que cette réponse fasse partie de sa personnalité. Parce que plus vous comprenez de choses, plus vous avez de capacités. Et aussi plus vous verrez clairement le monde qui vous entoure. Je pense donc qu'il est très important d'être perpétuellement curieux de savoir comment les choses fonctionnent. Deuxièmement, vous avez besoin d'un corps sain pour voler loin des hôpitaux, loin des médecins. Vous devez rester en bonne santé. Et c'est un choix personnel. Vous pouvez choisir tout ce que vous mangez. Et vous pouvez choisir la quantité d'exercice que vous faites, alors gardez un corps sain. Troisièmement, il faut : les vaisseaux spatiaux sont compliqués et techniques, donc il faut prévoir de comprendre comment les choses techniques fonctionnent. Donc une éducation technique avancée. Mais c'est ce que vous voulez de toute façon, c'est un monde technique avancé. Mais je pense que la dernière chose est d'apprendre à prendre des décisions et à s'y tenir. C'est facile de dire "Ah", et de blâmer quelqu'un d'autre, c'est au-dessus de mes compétences... ou autre. Mais tout le monde, aussi jeune soit-il, peut commencer à prendre des décisions et à s'y tenir. Comme en septembre : vous pouvez dire - ok, chaque jour de septembre je vais faire 100 pompes, ou chaque jour de septembre je vais apprendre 5 mots de japonais, ou chaque jour de septembre je vais manger cinq Big Macs. À la fin du mois de septembre, vous serez une personne différente. Et il est vraiment important d'apprendre que vous pouvez changer qui vous êtes en un mois, simplement en prenant des décisions et en vous y tenant. Alors pensez à ce que vous pouvez faire de votre vie entière. Et si vous voulez faire voler des fusées, vous devez savoir comment prendre des décisions et vous y tenir.

ARMENPRESS : Que considérez-vous comme la plus grande réalisation scientifique du 21ème siècle ?

Chris Hadfield : Mon Dieu... il y en a eu tellement. Je pense que la façon dont nous communiquons sur Internet est probablement notre plus grande réalisation. Notre niveau de partage de la pensée est sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Le rythme des inventions s'accélère parce que nous pouvons partager nos pensées et nos inventions si facilement dans le monde entier. Notre capacité à résoudre des problèmes est plus élevée que jamais. Je pense donc que la communication a été notre plus grande invention jusqu'à présent dans ce siècle, car elle nous permet de faire tellement d'autres choses.

ARMENPRESS : Votre interprétation de Space Oddity dans Space était si mémorable. Si vous aviez la chance d'interpréter une autre chanson dans l'Espace, quelle serait-elle ?

Chris Hadfield : J'ai écrit et enregistré un album entier de musique dans l'espace. J'ai fait une chanson intitulée " Is Somebody Singing " et je l'ai interprétée en direct de l'espace avec sept cent mille étudiants simultanément. Des étudiants de tout le Canada et du monde entier ont simultanément chanté cette chanson avec moi. SEPT CENT MILLE ÉTUDIANTS AU MÊME MOMENT ! Tous chantant la même chanson. Et c'est une chanson qui parle d'idées, de devenir une meilleure personne et de se transformer en ce dont on rêve. J'ai écrit cette chanson avec un célèbre groupe canadien, je l'ai coécrite avec leur chanteur Ed Robertson. C'était une belle façon pour les gens de partager leur expérience de ce qui se passait. Et c'est ce qu'est la musique. La musique est juste un autre moyen de communiquer. Vous pouvez faire pleurer quelqu'un juste en jouant de la musique. On peut faire rire quelqu'un. Même si vous ne parlez pas la même langue qu'eux. C'est de l'art, c'est pourquoi j'ai écrit de la musique sur le vaisseau spatial, enregistré de la musique et joué de la musique. Je connais des centaines et des centaines et des centaines de chansons, je joue avec des symphonies, je fais des tournées avec un groupe. Nous avons joué au Texas le mois dernier. La musique m'accompagne donc partout, même lorsque je suis dans l'espace.

ARMENPRESS : Qu'est-ce qui vous a le plus manqué sur Terre pendant votre séjour dans la Station spatiale internationale ?

Chris Hadfield : Je ne passe pas ma vie à manquer des choses. Je passe ma vie à essayer d'être attentif et d'apprécier où je suis. On peut passer toute sa vie à souhaiter être ailleurs, je suppose, mais c'est une façon insensée de vivre.

Parfois, les gens me manquent, surtout ceux qui sont morts jeunes. Certaines personnes me manquent, j'aimerais qu'elles soient encore là. Mais les choses ne me manquent pas. Ce n'est pas que tout ce que vous pouvez désirer se trouve à bord du vaisseau spatial, mais vous ne passez pas votre temps sur un vaisseau spatial à souhaiter être ailleurs ou à regretter certaines choses. Il y a de la nourriture, de l'eau, de l'air, le monde entier défile toutes les 92 minutes, vous êtes en apesanteur et vous faites 200 expériences. Et si vous regardez de l'autre côté, vous êtes dans l'Univers. Je n'ai pas passé de temps à rater des choses.

 

Entretien réalisé par Araks Kasyan

 








youtube

AIM banner Website Ad Banner.jpg (235 KB)

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Digital-Card---250x295.jpg (26 KB)

12.png (9 KB)

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]