L'heure à Erevan: 11:07:36,   12 Août 2022

L'ingérence d'Erdoğan dans les affaires intérieures de la Grèce

L'ingérence d'Erdoğan dans les affaires intérieures de la Grèce

EREVAN, 3 JUILLET, ARMENPRESS. Par ses déclarations, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'immisce dans les affaires intérieures de la Grèce. L'agence russe "RIA Novosti" rapporte que c'est ce que disent les politiciens grecs.

Hier, Erdoğan a annoncé que "le peuple grec donnera démocratiquement un message et une leçon à ses gouvernants, qui tombent après les aventures qui se sont terminées de façon désastreuse pour le peuple grec".

Les responsables gouvernementaux parlent d'"ingérence flagrante dans les affaires intérieures du pays" et affirment officieusement qu'Erdoğan a ainsi exprimé son soutien au chef du parti d'opposition SYRIZA, Alexis Tsipras.

"Il est bien évident que le renforcement constant de notre pays sur tous les fronts, dans l'économie, dans la diplomatie, dans nos capacités de dissuasion, provoque un grand malaise chez M. Erdoğan.

"Et cela l'oblige à franchir toutes les frontières. Maintenant, il a essayé de s'immiscer grossièrement dans les affaires internes de notre pays. Il est tout à fait naturel que M. Erdoğan n'aime pas le gouvernement qui obtient des succès pour la patrie", a déclaré le représentant officiel du gouvernement, Yanis Ikonomou, à la chaîne de télévision Skai.

Selon lui, Erdoğan est irrité par le premier ministre qui a élevé la représentation internationale du pays à un nouveau niveau et "qui a été applaudi par l'ensemble du Congrès américain et qui a été reçu par le président américain à la Maison Blanche".

"La société grecque a à la fois la maturité et les connaissances historiques nécessaires pour fermer les yeux sur des défis aussi inimaginables. Tout ce que le pays a réalisé, tout ce qui dérange tant M. Erdoğan, c'est le mérite d'une politique réfléchie, sobre, significative et efficace. C'est le succès du Premier ministre Mitsotakis, c'est le succès du gouvernement", a déclaré M. Ikonomou.

Le premier vice-ministre des Affaires étrangères, Miltiadis Varvitsiotis, a fait une telle déclaration. "Nous ne fournirons pas de services à M. Erdoğan. Les Grecs eux-mêmes décideront qui ils veulent comme dirigeant et je pense qu'ils voteront à nouveau pour le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis", a déclaré M. Varvitsiotis dans une interview accordée à la chaîne de télévision Skai.

Le parti d'opposition SYRIZA a qualifié les déclarations du président turc d'inacceptables et a accusé "Nouvelle démocratie" de tenter de les utiliser pour ses propres intérêts partisans. "Le peuple grec n'accepte pas d'instructions de qui que ce soit concernant son élection démocratique. Toute tentative d'ingérence de la Turquie dans les affaires intérieures de la Grèce doit être totalement condamnée par tous et sans aucune arrière-pensée liée à des différends politiques internes. "Nouvelle Démocratie, en essayant d'utiliser les déclarations inacceptables du président turc dans ses intérêts partisans étroits, en fait un facteur de la politique interne du pays. C'est dangereux", a déclaré Iorghos Katrungalos, ancien ministre grec des affaires étrangères, chef du département de politique économique extérieure de SYRIZA.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]