L'heure à Erevan: 11:07:36,   12 Août 2022

Le patrimoine historique et culturel ne doit pas devenir un outil politique: l'UNESCO envoie une mission en Artsakh

Le patrimoine historique et culturel ne doit pas devenir un outil politique: l'UNESCO envoie 
une mission en Artsakh

EREVAN, 15 FÉVRIER, ARMENPRESS. L'UNESCO travaille à l'envoi d'une mission technique indépendante au Haut-Karabakh dans le cadre de la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé. Armenpress en a été informé par le service de presse de l'UNESCO qui commente les cas alarmants de profanation, déformation et destruction continues du patrimoine historico-culturel arménien dans les territoires occupés de l'Artsakh, désormais sous le contrôle des forces armées azerbaïdjanaises après la guerre de 44 jours en 2020.

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture espère que l'envoi d'une mission d'enquête de l'UNESCO sera possible dans un avenir proche.

"Nous continuons à travailler sur l'envoi de la mission technique indépendante de l'UNESCO dans le Haut-Karabakh dans le cadre de la Convention de 1954. Nous espérons que cela sera possible dans un avenir proche, mais pour l'instant les conditions nécessaires ne sont pas réunies. C'est pourquoi les discussions se poursuivent", a déclaré Thomas Mallard du service de presse de l'UNESCO à l'agence "Armenpress".

À la question suivante : compte tenu de l'arrêt rendu le 7 décembre 2021 par la Cour de La Haye dans l'affaire Arménie contre Azerbaïdjan concernant les mesures d'urgence contre le gouvernement azerbaïdjanais, comment l'organisation évalue-t-elle les actions du gouvernement azerbaïdjanais concernant le patrimoine historico-culturel arménien dans le Haut-Karabakh, ainsi que la récente déclaration d'Anar Kerimov, ministre de la Culture d'Azerbaïdjan, concernant la formation d'un groupe de travail composé de soi-disant "experts en histoire et en architecture (caucasiennes)" chargés de supprimer les inscriptions arméniennes et autres marques "phylogéographiques" ?

"Le patrimoine culturel et l'histoire ne doivent pas faire l'objet d'une quelconque instrumentalisation politique. Nous appelons tous nos États membres dans le monde à respecter ce principe", a souligné l'UNESCO.

" Un groupe de travail composé de spécialistes de l'histoire et de l'architecture albanaises [caucasiennes] a été mis en place pour supprimer les traces fictives écrites par les Arméniens", a déclaré le ministre azerbaïdjanais de la Culture, Anar Kerimov.

Le ministère des Affaires étrangères de la République d'Artsakh a fermement condamné la décision de l'Azerbaïdjan de créer la commission spéciale, soulignant qu'il s'agit d'une violation flagrante de la décision de la Cour internationale de justice du 7 décembre 2021 sur l'application de mesures provisoires dans l'affaire "Arménie contre Azerbaïdjan". Le ministre des affaires étrangères de l'Artsakh, David Babayan, a qualifié la politique de l'Azerbaïdjan de génocide culturel.

Le 7 décembre 2021, la Cour internationale de justice (La Haye) a rendu un arrêt d'urgence dans l'affaire opposant la République d'Arménie à l'Azerbaïdjan en vertu de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, obligeant notamment la République d'Azerbaïdjan "à prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir et punir les actes de vandalisme et de profanation du patrimoine culturel arménien, y compris les églises et autres lieux sacrés, les monuments, les sites, les cimetières, les artefacts".

Le ministère arménien des affaires étrangères a aussi fermement condamné l'initiative azerbaïdjanaise susmentionnée, notant que non seulement elle constitue un défi ouvert à la décision du Tribunal de La Haye, mais qu'elle contredit également les déclarations de l'Azerbaïdjan sur sa volonté de réconciliation et crée de sérieux obstacles sur la voie de la paix dans la région. Dans cette situation, le Yerevan officiel considère comme une priorité la mise en œuvre de la mission d'enquête de l'UNESCO dans la zone de conflit du Haut-Karabakh, comme l'a proposé la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, conformément à la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et à ses deux protocoles annexés.

 

Aram Sarkisian, Angela Hambardzumian

Lire le texte intégral en arménien sur armenpress.am :

https://armenpress.am/arm/news/1075608/








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]