L'heure à Erevan: 11:07:36,   18 Mai

La CEDH reconnaît les violations des droits de Nikol Pashinyan après les élections de 2008

La CEDH reconnaît les violations des droits de Nikol Pashinyan après les élections de 2008

EREVAN, 18 JANVIER, ARMENPRESS. La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a rendu le 18 janvier un arrêt dans l'affaire Pashinyan c. Arménie, reconnaissant des violations de la liberté, de la sécurité, ainsi que du droit à la liberté de réunion pacifique de Nikol Pashinyan dans la période post-électorale de 2008 par les autorités arméniennes.

 

Nikol Pashinyan a poursuivi l’Arménie en 2010 pour son arrestation et sa condamnation à la suite de la répression meurtrière de 2008 contre les manifestants antigouvernementaux.

Le gouvernement de Pashinyan, en tant qu’intimé dans l’affaire, n’a pas commenté devant le tribunal les allégations portées contre lui par le premier ministre.

Dans un jugement du 18 janvier, la CEDH a jugé que les autorités arméniennes avaient violé les droits de Pashinyan à la liberté d’expression, à la liberté de réunion pacifique, à la liberté et à la sécurité.

Nikol Pashinyan n’a exigé aucune compensation matérielle dans sa demande.

L’État était représenté dans cette affaire par Yeghisheh Kirakosyan, qui a été nommé représentant de l’Arménie à la CEDH par le gouvernement de Pashinyan en 2018, après avoir brièvement été conseiller du Premier ministre.

Cette décision était la dernière d’une série d’arrêts rendus par la CEDH contre l’Arménie au sujet de la répression de 2008 pour de nombreuses violations de la Convention européenne des droits de l’homme.

Nikol Pashinyan a été arrêté en juillet 2009 pour tentative de « renversement de l’ordre constitutionnel ». Il a été condamné à sept ans de prison mais a été libéré en 2011 grâce à l’occasion du 20e anniversaire de l’indépendance de l’Arménie.

Il a été condamné pour son rôle dans le soutien aux manifestations contre les résultats de l’élection présidentielle de 2008, qui a vu Robert Kocharyan arriver au pouvoir.

À l’époque, Pashinyan était un militant de l’opposition et le rédacteur en chef de Haykakan Zhamanak (le Times arménien).

Les manifestations ont été organisées fin février par le premier président arménien, Levon Ter-Petrosyan, qui a perdu contre Kotcharian dans ce que l’opposition a qualifié d’élections truquées.

Au moins dix personnes sont mortes,dont deux policiers, lorsque les autorités ont dispersé les manifestations le 1er mars 2008.

Après son arrivée au pouvoir en 2018, Pashinyan est revenu sur les événements du 1er mars. En juillet 2018, les autorités ont porté des accusations contre Kocharyan et ses alliés en vertu du même article utilisé pour arrêter Pashinyan en 2009 : renversement de l’ordre constitutionnel.

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]