L'heure à Erevan: 11:07:36,   3 Décembre

Une séance du Conseil sur la politique anticorruption a eu lieu

Une séance du Conseil sur la politique anticorruption a eu lieu

EREVAN, 28 OCTOBRE, ARMENPRESS. Une séance du Conseil de la politique de lutte contre la corruption a eu lieu au gouvernement, sous la présidence du Premier ministre Nikol Pashinyan, informe le bureau de presse du Premier ministre.

Le Conseil a d'abord approuvé l'ordre du jour de la séance, après quoi le vice-ministre de la Justice d'Arménie, Suren Grigoryan, a présenté la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la corruption et son programme d'exécution pour 2019-2022.

Il a été rapporté que dans le cadre de la mise en place du système institutionnel de lutte contre la corruption au cours de la période de référence, l'Assemblée nationale a adopté un paquet législatif visant à établir le Comité de lutte contre la corruption. Afin d'assurer la formation de ce dernier, un concours pour le poste de président du comité a été organisé, à la suite duquel le président du comité a été nommé par la décision gouvernementale n° 1479-A du 16 septembre 2021. Dans le même temps, 30 enquêteurs du Service d'enquêtes spéciales ont été nommés à des postes autonomes au sein du Comité de lutte contre la corruption, en tant que fonctionnaires par intérim, jusqu'à ce que ces postes soient pourvus par voie de concours. Les fondements juridiques de la création d'une unité opérationnelle et d'enquête du comité de lutte contre la corruption sont en cours de mise en place. En parallèle, des travaux sont en cours pour mettre en place les conditions de bureau pour le travail du Comité anti-corruption.

Le 14 avril 2021, l'Assemblée nationale a adopté la loi "sur les amendements et les ajouts à la loi constitutionnelle sur le " Code judiciaire de la République d'Arménie" et les lois connexes visant à créer un tribunal spécialisé dans la lutte contre la corruption. La mise en œuvre des actes législatifs est actuellement prévue.

En particulier, dans un délai d'une semaine après l'entrée en vigueur des actes législatifs, le Conseil supérieur de la magistrature demandera au gouvernement d'augmenter le nombre de juges : 1) de quinze juges à la Cour anticorruption, 2) de six juges à la Cour d'appel pénale,  3) de six juges à la Cour d'appel civile,  4) de deux juges à la Chambre pénale de la Cour de cassation. Le Conseil judiciaire suprême augmentera le nombre de juges dans un délai d'une semaine après avoir obtenu le consentement du gouvernement, qui doit être donné dans les cinq jours.

Le paquet législatif sur la création de la Cour anti-corruption comprend une loi approuvée par l'Assemblée nationale "sur les amendements à la loi sur le bureau du procureur", en vertu de laquelle une unité distincte du bureau du procureur général, qui sera créée à la suite de la réorganisation du département de supervision des infractions de corruption au sein du bureau du procureur général, exercera un contrôle distinct sur la légalité des procédures préalables au procès dans les affaires pénales de corruption qui sont entendues par le Comité anti-corruption, fonctionnant dans le cadre de l'initiative de la Cour anti-corruption. Une structure d'évaluation éthique est envisagée pour les procureurs de la subdivision mentionnée. En outre, la loi prévoit des structures chargées de vérifier l'intégrité  des candidats des procureurs, y compris pour les candidats procureurs et ses adjoints.

Les principaux travaux suivants ont été réalisés dans le domaine de la prévention de la corruption au cours de la période considérée : suite aux modifications législatives visant à améliorer le système de déclaration des biens personnels, le cercle des déclarants a été élargi, l'obligation de déclarer les biens effectivement détenus par une personne et ses dépenses a été introduite. Une obligation à déclaration les biens acquis au nom, pour le compte ou aux frais du déclarant, mais appartenant à un tiers ayant le droit de propriété, ainsi que les biens effectivement utilisés ou gérés par le déclarant a également été introduite. Le seuil monétaire des biens onéreux soumis à déclaration a été réduit de 8 millions de drams à 4 millions de drams.

Afin d'identifier les bénéficiaires réels des personnes morales, un paquet législatif a été adopté, dans le cadre duquel un registre ouvert et public a été créé, une exigence obligatoire d'identification des bénéficiaires réels, étape par étape, pour toutes les personnes morales opérant en Arménie a été introduite.

Afin de révéler les délits de corruption, un nouveau code pénal a été adopté, dans lequel les infractions de corruption ont été révisées et l'institut de la responsabilité pénale des personnes morales a été introduit.

Dans le cadre du suivi de la stratégie de lutte contre la corruption, le ministère de la Justice a élaboré et publié un rapport sur la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la corruption au cours du premier semestre 2021, dans le cadre duquel ont été présentés le processus de mise en œuvre des mesures, la participation du public à ces travaux, les circonstances entravant la mise en œuvre des travaux.

Le ministère de la Justice a élaboré et soumis aux débats publics un projet d'amendement de la stratégie de lutte contre la corruption, qui a également amélioré les règlements de surveillance actuels. En particulier, une nouvelle procédure de suivi et des structures d'évaluation ont été mises en place. Avec le soutien d'organisations internationales partenaires, une nouvelle plateforme de suivi électronique est en cours de développement, dont le lancement permettra de numériser le processus de suivi et d'évaluation, le processus de préparation des rapports par le ministère de la Justice et les organisations de la société civile, le processus de téléchargement et de présentation des informations par les organes de mise en œuvre.

La question suivante à l'ordre du jour était liée aux questions enregistrées dans les rapports sur la deuxième conformité de la 4ème phase du GRECO, et la cinquième phase pilote du réseau anti-corruption de l'OCDE à Istanbul pour les pays d’Europe de l'Est et en Asie centrale. Un rapport a été présenté sur "Un certain nombre de questions en marge de la transformation des organes d'application de la loi et d'enquête dans le cadre des réformes anticorruption".

Un échange de vues a eu lieu sur les questions susmentionnées. Le Premier ministre Pashinyan a demandé la création d'un groupe de travail correspondant, qui présentera au Conseil de la politique de lutte contre la corruption des solutions aux problèmes soulevés dans les rapports dans un bref délai.

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]