L'heure à Erevan: 11:07:36,   6 Décembre

Lors de la séance du Conseil des chefs d'État de la CEI, Nikol Pashinyan a abordé la question des prisonniers de guerre

Lors de la séance du Conseil des chefs d'État de la CEI, Nikol Pashinyan a abordé la question 
des prisonniers de guerre

EREVAN, 15 OCTOBRE, ARMENPRESS. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a participé à la séance en ligne du Conseil des chefs d'État de la CEI, à laquelle ont également assisté les dirigeants des pays de la CEI, informe le bureau de presse du Premier ministre.

Le Premier ministre a prononcé un discours, évoquant la coopération au sein de la CEI, le règlement du conflit du Haut-Karabakh et les processus en cours dans notre région. Dans son discours, Nikol Pashinyan a particulièrement noté:

"Chers collègues,

En cette année de jubilé de la Coopération des États indépendants, la présidence est assurée par la Biélorussie, qui, malgré un certain nombre de contraintes épidémiologiques, n'a ménagé aucun effort pour promouvoir la coopération. Le 30e anniversaire est une bonne occasion d'échanger des points de vue sur les résultats du travail accompli, d'esquisser les voies du développement futur de l'organisation. Le rôle et la capacité de l'organisation ont été perçus différemment selon les étapes.

Nous soutenons la Déclaration à l'occasion du 30e anniversaire de la CEI. Elle ne se contente pas d'évaluer l'activité de l'organisation, mais esquisse également les orientations de son développement futur. Les voies de la coopération sont esquissées, notamment dans les domaines de l'économie "verte", de la numérisation, de la coopération industrielle, des technologies innovantes, de l'utilisation efficace des ressources naturelles et économiques, du soutien aux PME. L'un des côtés forts de la CEI a toujours été la coopération sur les questions humanitaires, qui permet notamment de faire le lien entre le passé et l'avenir. Une preuve en est, par exemple, le concours annuel pour les jeunes "100 idées pour les pays de la CEI", qui s'est récemment tenu dans le centre régional de la région arménienne de Syunik, dans la ville de Kapan. Nous sommes heureux de soutenir la décision de déclarer la ville moldave de Comrat capitale culturelle du Commonwealth en 2023.

Nous soutenons également les déclarations sur la sécurité biologique des citoyens, la migration et la protection des droits électoraux des citoyens, ainsi que les garanties de la souveraineté électorale des pays du Commonwealth.

Chers collègues,

Je profite de cette occasion pour partager avec vous mes évaluations de la situation dans notre région après la guerre de l'année dernière et vous présenter mes vues sur son avenir.

Comme vous le savez tous, grâce aux efforts de médiation de la Fédération de Russie, il a été possible de parvenir à une cessation des hostilités dans le Haut-Karabakh le 9 novembre 2020. Conformément à la déclaration trilatérale signée à la suite des efforts de médiation de Moscou, des soldats de la paix russes ont été déployés dans le Haut-Karabakh pour assurer sa sécurité. La Fédération de Russie et le président Poutine personnellement ont joué un rôle clé pour mettre fin à la guerre de 44 jours. Aujourd'hui, ils continuent à jouer un rôle important dans le maintien de la paix dans la région. Nous exprimons notre gratitude pour ces efforts et partageons pleinement la philosophie sur laquelle ils reposent.

Notre région est aujourd'hui à l'aube de transformations très importantes. En présence de volonté politique et de prudence, elles peuvent changer la situation actuelle et conduire à une paix et une stabilité réelles. Nous sommes prêts pour de tels changements. En outre, ils coïncident avec notre vision de l'avenir.

Dans son plan d'action, le gouvernement arménien a défini un objectif visant à ouvrir "une nouvelle ère de développement pacifique pour notre pays et notre région". Et nous avons reçu le mandat pour atteindre cet objectif fondamental en remportant les élections législatives anticipées en juin de cette année.

Cependant, de nombreux facteurs remettent en question la possibilité d'une paix dans notre région. Malgré tous les efforts politiques et la déclaration trilatérale, des personnes continuent de décéder dans le Haut-Karabakh et à la frontière arméno-azerbaïdjanaise. À cet égard, je propose de renforcer les mécanismes trilatéraux d'enquête sur les incidents et d'adhérer à la cessation de tous les types d'opérations militaires. La rhétorique de l'inimitié, de la haine, des menaces constantes et des provocations est devenue un lieu commun pour nous. Beaucoup non seulement ne croient pas, mais ne veulent pas de la paix et de la stabilité dans notre région. Et dans ces conditions, il est très difficile de faire avancer le programme de paix. Mais nous sommes déterminés et nous ferons de notre mieux pour parvenir à la paix et à la stabilité dans notre région, nous avons une idée précise de la manière d'atteindre ce but.

Le dialogue, le dépassement progressif de l'atmosphère d'hostilité qui existe malheureusement dans notre région, le déblocage de tous les transports régionaux et des communications économiques est la seule voie qui, à notre avis, peut mener à ce but. Dans ce contexte, il est très important de respecter les accords conclus dans les déclarations trilatérales du 9 novembre 2020 et du 11 janvier 2021.

Je tiens à vous informer que dans le cadre du groupe de travail trilatéral coprésidé par les vice-premiers ministres de Russie, d'Arménie et d'Azerbaïdjan, nous travaillons dans le sens de l'ouverture de toutes les communications de transport et espérons obtenir des résultats concrets dans un avenir proche. Cela signifie que l'Arménie aura une connexion ferroviaire et routière avec la Russie, une connexion ferroviaire avec l'Iran à travers le territoire de l'Azerbaïdjan, et que l'Azerbaïdjan aura une connexion ferroviaire et routière avec la République autonome du Nakhitchevan à travers le territoire de l'Arménie.

Il est très important de noter que nous soutenons les scénarios d'ouverture des communications de transport qui deviendront des symboles et des moyens d'établir la paix, plutôt que l'isolement et l'hostilité.

Chers collègues,

Pour réaliser tout progrès sur les questions économiques ou politiques, l'atmosphère dans laquelle elles sont discutées est cruciale. Je dois dire ici avec regret que malgré le 8ème point de la déclaration trilatérale du 9 novembre 2020, l'Azerbaïdjan n'a pas encore rendu tous les prisonniers de guerre, otages ou autres détenus arméniens. Je voudrais attirer votre attention sur le fait que cette déclaration fait référence non seulement aux prisonniers de guerre, mais aussi aux otages et autres détenus. Il s'agit d'une question à caractère purement humanitaire, et nous espérons la résoudre le plus vite possible.

Dans ce contexte, je tiens à vous assurer que l'Arménie est prête à achever le transfert à l'Azerbaïdjan des cartes des champs de mines qui se trouvent derrière les forces armées azerbaïdjanaises, c'est-à-dire qui représentent une menace humanitaire. Il existe d'autres facteurs qui affectent négativement la situation déjà tendue dans notre région. En particulier, je voudrais attirer votre attention sur l'existence du soi-disant "parc à trophées" dans la capDans ce contexte, je tiens à vous assurer que l'Arménie est prête à achever le transfert à l'Azerbaïdjan des cartes des champs de mines qui se trouvent derrière les forces armées azerbaïdjanaises, c'est-à-dire qui représentent une menace humanitaire. Il existe d'autres facteurs qui affectent négativement la situation déjà tendue dans notre réitale de l'Azerbaïdjan. Une telle pratique existait : Les visiteurs pouvaient "admirer les mannequins" représentant des soldats arméniens capturés, tués ou en sang. Il est d'autant plus décevant que des excursions y sont organisées pour les écoliers azerbaïdjanais, qui prennent fièrement des selfies et les postent sur les réseaux sociaux. Récemment, nous avons appris que les mannequins et les casques de nos soldats morts ont été retirés du parc, et au moins, ce n'est pas mal.

Une autre question importante pour parvenir à une paix durable est la démarcation et la délimitation des frontières entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Nous sommes prêts à commencer ce processus, et nous comptons sur le soutien de la Russie et de nos autres partenaires internationaux dans ce domaine. Je dois mentionner ici qu'une atmosphère favorable est très importante pour surmonter les difficultés existantes. Cependant, il est difficile d'imaginer un travail de démarcation et de délimitation des frontières qui ont été récemment violées par l'Azerbaïdjan, où des tirs sont entendus presque régulièrement. Je pense en particulier au tronçon Sotk-Khoznavar de la frontière arméno-azerbaïdjanaise.

Nous avons proposé à plusieurs reprises de procéder à un retrait simultané des unités armées dans cette zone, en tenant compte de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, qui est légalement définie et enregistrée sur les cartes de l'URSS. Des gardes-frontières russes et/ou des observateurs internationaux pourraient être déployés le long de cette frontière. Ce mécanisme a reçu le soutien de la Fédération de Russie, et nous attendons la reprise des travaux dans ce sens.

Chers collègues,

Bien sûr, la question principale est la signature d'un traité de paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. À cette fin, nous considérons qu'il est important de reprendre le processus de négociation dans le cadre des coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE. Au cours des derniers mois, les coprésidents n'ont cessé de rappeler dans leurs déclarations la nécessité de reprendre le processus de paix pour le règlement du conflit du Haut-Karabakh. Dans le contexte des activités des coprésidents, nous prenons note avec satisfaction de la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, qui a eu lieu à New York dans le cadre de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies. Nous saluons et prenons note avec satisfaction de la rencontre d'hier des ministres des Affaires étrangères, qui a eu lieu à Minsk grâce à la médiation du ministre russe des Affaires étrangères. La prochaine visite des coprésidents dans la région et dans le Haut-Karabakh constituera une étape importante.

Je voudrais souligner une fois encore que l'Arménie est prête à travailler dans toutes les directions que j'ai mentionnées. Nous sommes convaincus que la résolution de toutes ces questions permettra de réaliser des progrès significatifs dans la construction d'une paix durable dans notre région.

Et je dois dire que le début des pourparlers visant à normaliser nos relations avec la Turquie est un autre facteur qui peut jouer un rôle de catalyseur dans cette question. À cet égard, je dois dire que la Fédération de Russie a exprimé sa volonté de soutenir totalement ce processus.

Chers amis,

Je ne pense pas que cette plateforme soit un endroit approprié pour analyser notre histoire commune. Permettez-moi de vous informer que l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont intenté des actions en justice auprès de la Cour internationale de justice de La Haye, où le processus a maintenant commencé. Je pense que dans le cadre de ce processus, toutes les accusations portées par l'Arménie peuvent être exprimées.
En tout cas, nous allons le faire pour étayer notre position sur le conflit du Haut-Karabakh.

Je ne peux pas passer outre la déclaration sur le trafic de drogue, qui, comme il a été mentionné, est "organisé" par l'Arménie et l'Iran. Je tiens à souligner que nous travaillons en étroite collaboration avec les services répressifs iraniens et que nous luttons très efficacement contre le trafic de drogue. Je peux présenter des chiffres qui montrent que le nombre d'arrestations dans des affaires de trafic de drogue et le volume des drogues confisquées ont été multipliés par trois, par quatre, voire plus. Cela montre que les services répressifs arméniens et iraniens coopèrent très étroitement et efficacement contre le trafic de drogue.

Chers collègues,

En conclusion, compte tenu du transfert de la présidence de Minsk à Nur-Sultan, je voudrais souhaiter au Kazakhstan une présidence réussie, à laquelle, j'en suis sûr, tant les États membres que le Comité exécutif de la CEI dirigé par l'honorable Sergey Lebedev sont prêts à contribuer. Merci pour votre attention".

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]