L'heure à Erevan: 11:07:36,   16 Octobre

Le Premier ministre a présenté le nouveau Ministre de la Défense aux officiers les plus hauts gradés des Forces armées

Le Premier ministre a présenté le nouveau Ministre de la Défense aux officiers les plus hauts 
gradés des Forces armées

EREVAN, 3 AOÛT, ARMENPRESS. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a présenté le nouveau ministre Arshak Karapetyan au personnel du ministère de la Défense et aux officiers supérieurs des Forces armées. Nikol Pashinyan a remercié l'ancien ministre Vagharshak Harutyunyan pour son travail et a félicité Arshak Karapetyan pour sa nomination au poste de Ministre,indique le bureau de presse du Premier ministre.

Le Premier ministre a noté que, comme Vagharshak Harutyunyan en son temps, Archak Karapetyan prend ses fonctions dans une situation très difficile. "Je parle de la situation dans la région, qui, malheureusement, ne peut être considérée comme stable. Cependant, je considère que c'est une bonne raison pour faire quelques remarques à ce sujet.

Tout d'abord, je voudrais dire que nous avons aujourd'hui une situation assez tendue autour de la République d'Arménie. Vous savez que depuis le 12 mai, des unités des forces armées d'Azerbaïdjan franchissent illégalement la frontière de la République d'Arménie. Et pendant ce temps, de nombreuses critiques ont été formulées quant aux raisons pour lesquelles les forces armées arméniennes ne prennent pas de mesures pour surmonter cette situation. Je tiens à préciser qu'au départ, notre position était la suivante : tant qu'il existe une possibilité de résoudre la situation par la diplomatie et la politique, nous suivrons cette voie. Et tant que nous verrons une possibilité, nous dirigerons le processus de cette manière", a noté Nikol Pashinyan.

Le Premier ministre a considéré la réunion d'aujourd'hui comme une bonne occasion et a partagé ses points de vue et ses informations avec le commandement des Forces armées sur les processus en cours. "Je tiens à préciser qu'en fait, l'Azerbaïdjan continue de mener une certaine politique agressive à l'égard de l'Arménie. Et la particularité de cette politique est la suivante : L'Azerbaïdjan tente de faire croire qu'il a créé un agenda dans la région et autour de l'Arménie, et il dicte essentiellement cet agenda. Il veut créer une telle impression.

Nous devons déclarer que nous avons notre propre agenda, et la République d'Arménie, en fait, a été et continue d'être dans le cadre de ses obligations internationales. Et je dois vous informer d'une nuance: l'Azerbaïdjan essaie de présenter ses propres commentaires sur cet ordre du jour, et comme je l'ai dit à plusieurs reprises, l'objectif est de perturber la résolution des questions sur cet ordre du jour. En fait, on tente d'empêcher la résolution de questions qui sont également à l'ordre du jour du gouvernement de la République d'Arménie", a déclaré le Premier ministre et a abordé plusieurs points concrets.

"Vous savez que pendant la période pré-électorale, j'ai parlé à plusieurs reprises de l'ouverture des communications dans la région. Et c'est l'un des points clés de la déclaration tripartite du 9 novembre. Je veux que cela soit très clair, et je pense que vous avez également conclu des déclarations publiques que l'ouverture des communications régionales est l'une des priorités du gouvernement de la République d'Arménie. Et que fait l'Azerbaïdjan ? Elle tente d'ajouter à ce sujet des éléments qui, dans leur contenu, sont inacceptables pour la République d'Arménie. Je fais notamment référence aux discussions sur le corridor. Chacun doit savoir qu'il n'y a jamais eu d'accord sur un corridor traversant le territoire de la République d'Arménie. Et la République d'Arménie non seulement n'a pris aucun engagement verbal ou écrit à ce sujet, mais a également exprimé clairement sa position dans tous les cas où de telles propositions ont été formulées. Et les accords que nous avons, en fait, sont indiqués dans les déclarations du 9 novembre et du 11 janvier.

De nombreuses rumeurs circulent dans la sphère politique quant à l'existence de protocoles et d'accords secrets liés à ces déclarations. Il n'y a rien de tel. Et je pense qu'il est très important pour vous tous de le savoir.

Y a-t-il un accord pour ouvrir les communications ? Oui, il y a un tel accord. Et c'est clairement mentionné, formulé dans la déclaration du 11 janvier. Que dit cette déclaration? Cette déclaration indique que la République d'Arménie devrait être en mesure d'assurer le transit de marchandises par le territoire de l'Azerbaïdjan. L'Azerbaïdjan devrait être en mesure de faire transiter des marchandises par le territoire de l'Arménie. Je veux attirer votre attention sur le texte de l'annonce du 11 janvier: il est très clairement indiqué que les accords sur les douanes, les frontières, les contrôles sanitaires et phytosanitaires doivent être discutés et conclus. C'est-à-dire qu'il y a une déclaration précise selon laquelle, comme cela est logiquement accepté et comme cela se passe, si le territoire de l'Arménie est utilisé comme territoire de transit, comme dans tous les autres cas, ce passage doit avoir lieu conformément à ces règles. Par exemple, comment les citoyens de Géorgie ou de la République islamique d'Iran traversent-ils la frontière aujourd'hui? C'est-à-dire, selon les mêmes règles. Bien sûr, nous avons adopté cet agenda.

Pourquoi avons-nous accepté cet agenda ? Je voudrais également dire, parce que depuis près de 30 ans, la politique de l'Azerbaïdjan a été de bloquer l'Arménie. C'est-à-dire que l'ouverture des communications est en fait notre agenda, et non celui de l'Azerbaïdjan. Parce que nous pensons qu'en ouvrant les communications, nous surmontons la politique de blocus de la République d'Arménie par l'Azerbaïdjan. Et c'est précisément pour cette raison que l'Azerbaïdjan avance la logique du corridor, comprenant que c'est inacceptable pour nous. Il souhaite que les événements se déroulent de telle sorte qu'il n'y ait pas d'ouverture des communications. C'est-à-dire qu'il n'y aura aucun moyen pour l'Arménie de sortir du blocus. C'est une logique très simple. Et il est très important pour nous tous de régler ces nuances", a noté Nikol Pashinyan.

Le Premier ministre a ensuite abordé la question de la démarcation et de la délimitation des frontières. "Pendant la période préélectorale, j'ai dit à plusieurs reprises que c'était notre agenda. Et vous vous souvenez que dans les conditions et les jours de la fuite du document dit "terrible", j'ai annoncé lors d'une réunion du gouvernement que nous acceptons cet agenda et que nous l'accepterions. C'est aussi notre agenda, car avoir des frontières délimitées et démarquées revient presque à avoir des murs de forteresse autour de son propre pays. Et je continue à à rester sur cette position.

Et auparavant, lorsque nous discutions de ce document, nous avons dit qu'il était inacceptable pour nous d'avoir des troupes azerbaïdjanaises sur notre territoire et de mener le processus de démarcation et de délimitation dans ces conditions. Et puis nous fixons exactement ces conditions pour résoudre le problème et avancer sur cette voie.

Je pense que la position de l'Arménie est conforme à la position de la communauté internationale, qui se reflète dans plusieurs déclarations faites par les coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE après novembre 2020. Il est également très important de noter que les coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE, notamment dans leur déclaration du 13 avril, ont noté la nécessité d'un règlement basé sur les principes et les éléments connus des parties. Pourquoi est-ce que je dis ça ? Pour que nous puissions affirmer clairement que la communauté internationale reconnaît elle-même la nécessité de résoudre le conflit et déclare donc qu'il y a un conflit.

Dans ce contexte, je dois noter que nos approches et positions concernant l'existence du conflit coïncident avec les approches et positions de la communauté internationale", a noté le Premier ministre.

Nikol Pashinyan a déclaré que lors des élections législatives anticipées du 20 juin 2021, les autorités ont reçu un mandat des citoyens arméniens pour ouvrir une ère de développement pacifique pour notre région et la République d'Arménie. "Nous sommes déterminés à nous engager dans cette voie, mais nous devons affirmer que, malheureusement, cela ne dépend pas uniquement de la République d'Arménie. C'est là tout le problème. Malheureusement, la paix ne dépend pas seulement de nous, elle dépend de nos efforts et des efforts de la communauté internationale pour amener les pays qui sont une menace pour la paix dans la région dans un environnement constructif, mais d'un autre côté, nous devons accepter l'ordre du jour selon lequel, de notre côté, nous devons être aussi constructifs que possible afin de mettre en œuvre le mandat donné par le peuple, certainement pas au détriment des intérêts nationaux et étatiques de la République d'Arménie", a déclaré Nikol Pashinyan.

Le Premier ministre a souligné que la tâche la plus importante est de mener le processus de réforme des forces armées le plus rapidement possible. "Nous portons tous une grande responsabilité et devons assumer cette responsabilité. Le fait est que le destin nous a confié la mise en œuvre de cet agenda et nous devons surmonter ces défis avec honneur. Le rôle du ministre de la Défense à cet égard ne peut être surestimé. M. Karapetyan, je vous souhaite de réussir à mettre en œuvre et à faire progresser cet agenda. Bien sûr, nous travaillons ensemble depuis longtemps, en fait, depuis plus de 2 ans maintenant, et j'espère que l'histoire de notre travail commun nous aidera, afin que le Ministère de la Défense et les autres organes de l'Etat et les Forces Armées agissent en synchronisation. Je nous souhaite à tous de réussir sur cette voie", a déclaré le Premier ministre.

A son tour, Vagharshak Harutyunyan a noté que la situation militaire et politique actuelle oblige à avoir une armée prête au combat. "La tâche la plus importante aujourd'hui est d'achever nos réformes. C'est le garant qui assurera la sécurité de notre État. Je tiens à vous remercier tous pour votre service commun et vous souhaite de bons services. Je reste dans vos rangs", a-t-il dit.

Le nouveau ministre de la Défense, Arshak Karapetyan, a déclaré: "Monsieur le Premier ministre, en notre nom à tous, du soldat au ministre, permettez-moi de vous féliciter d'avoir assumé le poste de Premier ministre pour la deuxième fois et pour le mandat que vous avez reçu de notre peuple. Je tiens à vous assurer que nous comprenons la situation, nous comprenons les conditions dans lesquelles nous occupons ces postes et nous ne les considérons pas comme des postes.

J'ai parlé aux commandants de corps qui nous écoutent maintenant, j'ai parlé au commandant de l'Armée de Défense. Nous pensons que c'est le devoir d'un homme Arménien, d'un officier Arménien de défendre son pays. Nous ferons tout pour garantir la paix dans notre pays contre les empiètements de l'ennemi, nous ferons tout pour protéger nos frontières, nous restaurerons les ressources de l'armée arménienne grâce aux investissements déjà réalisés et aux réformes déjà engagées, afin que les Forces armées de la République d'Arménie soient l'une des Armées les plus puissantes de la région. Je vous remercie de votre confiance et je nous souhaite à tous de réussir dans cette tâche. Que Dieu nous bénisse. "

Pour résumer la réunion, Nikol Pashinyan a déclaré : " Que Dieu nous donne la force et la volonté pour que nous puissions atteindre les objectifs de notre peuple, de notre État. "

 

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]