L'heure à Erevan: 11:07:36,   25 Septembre

L'Ombudsman arménien a informé Nathalie Loiseau des actes criminels commis par les forces armées azéries

L'Ombudsman arménien a informé Nathalie Loiseau des actes criminels commis par les forces 
armées azéries

EREVAN, 21 JUILLET, ARMENPRESS. Le Défenseur des droits de l'homme d'Arménie Arman Tatoyan a reçu la députée européenne, représentant la France Nathalie Loiseau, qui est également la présidente de la sous-commission "sécurité et défense" de la commission des affaires étrangères du Parlement européen et chef de délégation du parti « La République en marche » à la Parlement européen, a indiqué le bureau du médiateur arménien à Armenpress.

Arman Tatoyan a présenté les faits des violations des droits sur les citoyens frontaliers de l’Arménie par les forces armées azéries. En particulier, le Défenseur des droits de l'homme  a présenté des preuves prouvant qu’il ne devrait pas y avoir de soldats, de drapeaux et de panneaux azéris sur les routes entre les villages de Syunik et de Gegharkunik deux régions d’Arménie.

Le médiateur a noté que les militaires azéris causent régulièrement des obstacles à la récolte des villageois Arméniens, organisent des vols d’animaux des éleveurs Arméniens proches de la frontière arméno-azérie et menacent la population civile des régions frontalières.
Ces actes criminels des militaires azéris visent à priver les citoyens de la République d’Arménie de la possibilité de vivre, de posséder des biens, d’avoir d’autres droits vitaux, de s’adonner à l’élevage et de gagner un revenu familial.

Au cours de la réunion Le Défenseur des droits de l'homme a parlé en détail de l’urgence du retour des prisonniers de guerre Arméniens détenus en Azerbaïdjan. Bakou les présentant comme des « terroristes » ou des « saboteurs », ces éléments fabriqués de toute pièce par l’Azerbaïdjan violant gravement les exigences internationales.
Le Défenseur a également présenté les crimes de guerre commis par les forces armées azéries pendant la guerre en Artsakh ainsi qu’en novembre-décembre 2020. Arman Tatoyan a présenté des preuves de la haine anti-arménienne des soldats Azéris, avec des meurtres qui sont encouragés par les autorités azéries. L’une des preuves de cette haine étant l’ouverture du soi-disant « parc-exposition » lié à la guerre de septembre-novembre 2020 à Bakou.
A l’issue de la réunion, les parties sont parvenues à un accord de coopération dans le domaine de la protection des droits de l’homme.

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]