L'heure à Erevan: 11:07:36,   18 Juin

Nikol Pashinyan tient une réunion du Conseil de sécurité

Nikol Pashinyan tient une réunion du Conseil de sécurité

EREVAN, 13 MAI, ARMENPRESS. Le Premier ministre par intérim, Nikol Pashinyan, a présidé une séance extraordinaire du Conseil de sécurité, a indiqué le bureau de presse du Premier ministre . Le Conseil a discuté de la situation dans la section frontalière du lac Noir dans la région de  Syunik en Arménie et des mesures à prendre à cet égard.

Dans son discours, Nikol Pashinyan a notamment déclaré: "La séance du Conseil de sécurité d'aujourd'hui est consacrée aux événements qui se déroulent dans la section frontalière proche de Sev Lich (lac Noir) dans la région de Syunik et dans les environs. Plus tôt dans la journée, les forces armées azerbaïdjanaises ont franchi la frontière nationale de la République d'Arménie et ont avancé jusqu'à 3,5 kilomètres dans cette section. En fait, elles tentent d'encercler et d'assiéger le lac Noir. Bien entendu, cette situation est inacceptable pour la partie arménienne, car elle représente un empiètement sur le territoire souverain de la République d'Arménie. Il reste encore à savoir pourquoi une telle action a été possible, mais il convient de noter qu'il s'agit d'un acte d'infiltration subversive.

Il convient également de préciser que nos forces armées ont réagi tôt ce matin par des manœuvres tactiques appropriées et d'autres mesures nécessaires. Toutefois, il convient de noter que ces actions des forces armées azerbaïdjanaises n'ont pas été combinées à l'utilisation d'armes à feu ou de toute autre arme. Ils tentent de justifier leur action par de fausses cartes. Nous avons toujours en notre possession une carte approuvée par le gouvernement central à l'époque soviétique, qui montre clairement où passe la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Cependant, la situation actuelle est inacceptable pour nous, la République d'Arménie ne peut pas simplement l'accepter, mais compte tenu de ce que nous avons maintenant, notre tâche principale est de régler la question par des négociations, par des moyens diplomatiques. C'est l'une des options possibles.

Je veux que nous disions clairement que nous ne pouvons en aucun cas tolérer et accepter la situation actuelle. Aujourd'hui, le Conseil de sécurité se penchera sur la situation, notre contre-action, les scénarios possibles et la connectivité entre ces scénarios. En attendant, je dois noter que cette situation a malheureusement donné lieu à des spéculations politiques. Je tiens à réaffirmer qu'il ne faut pas tenter d'utiliser les menaces à la sécurité extérieure à des fins de politique intérieure, car il s'agit d'une question de sécurité nationale, nous devons nous concentrer sur le problème et sa solution.

Je tiens à réaffirmer que toute information sur les fusillades, les hostilités, les blessures et les pertes n'a rien à voir avec la réalité. D'autre part, il convient de noter que la situation, si elle n'est pas critique, est au moins proche de la critique.

Si ce n'était pas le cas, nous n'aurions pas à convoquer une séance du Conseil de sécurité. Quoi qu'il en soit, nous devons garder notre sang-froid dans cette situation. D'autre part, nous devons être cohérents en termes de défense de notre État et de nos intérêts nationaux, et nous devons prendre des décisions sur les mesures à prendre et les outils nécessaires."

 

 








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page