L'heure à Erevan: 11:07:36,   23 Juin

PM:"Israël devrait se poser la question - ne combat-il pas de facto aux côtés de mercenaires?"

PM:"Israël devrait se poser la question - ne combat-il pas de facto aux côtés de mercenaires?"

EREVAN, 3 NOVEMBRE, ARMENPRESS. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a accordé une interview au Jerusalem Post. Un article sur l’interview a été publié sur le site Web du périodique, qui est présenté ci-dessous:

«Israël s'est aligné avec la Turquie, les terroristes et les mercenaires syriens pour soutenir l'Azerbaïdjan dans le conflit actuel avec l'Arménie, et finira par souffrir des conséquences de cette alliance », a déclaré le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan au Jerusalem Post dans une interview exclusive.

S'exprimant depuis Erevan via Zoom, Pashinyan a critiqué  Jérusalem pour avoir armé l'Azerbaïdjan, qui, selon lui, est résolue à «commettre un génocide contre les Arméniens au Haut-Karabakh. »

L'Azerbaïdjan et l'Arménie en sont à la sixième semaine de combats dans la région contestée, avec des estimations du nombre de morts des deux côtés allant de 1 500 à 5 000.

Alors qu'Israël n'a pas formellement commenté les combats et que le ministère des Affaires étrangères tente de maintenir Israël hors du conflit, Pashinyan a déclaré qu'Israël était maintenant très activement engagé dans le conflit, «parce que les drones israéliens sont activement utilisés dans la guerre contre le Haut-Karabakh.»

L'Arménie a rappelé son Ambassadeur en Israël pour des consultations début octobre - deux semaines seulement après l'ouverture d'une ambassade à Tel Aviv - pour protester contre les ventes d'armes à son ennemi.

«Je pense qu'Israël devrait réfléchir à ce qui suit», a déclaré le Premier ministre. «Les mercenaires, les terroristes islamiques et Israël sont maintenant du même côté fondamentalement, alors Israël devrait penser, est-ce vraiment une position qui lui convient?»

Israël devrait également se demander s'il veut vraiment être du même côté dans le conflit que la Turquie, qui, selon lui, a déplacé des milliers de mercenaires syriens en Azerbaïdjan pour lutter contre le Haut-Karabakh.

Le président (Israël -Ed.) Reuven Rivlin, peu après que l'Arménie ait rappelé son Ambassadeur, a appelé son homologue arménien et lui a offert une aide humanitaire. Interrogé sur l’intérêt de son pays par l’aide humanitaire israélienne, Pashinyan a répondu amèrement: «L’aide humanitaire d’un pays qui vend des armes à des mercenaires, qu’ils utilisent pour frapper une population civile pacifique? Je propose qu’Israël envoie cette aide aux mercenaires et aux terroristes comme suite logique de ses activités. »

Israël est devenu au cours de la dernière décennie le plus grand fournisseur d’armes de l’Azerbaïdjan, suivi de la Russie et du Bélarus. Israël considère l’Azerbaïdjan, en raison de son emplacement stratégique à la frontière iranienne et du fait que l'Azerbaïdjan fournit à Israël un pourcentage élevé de ses besoins en pétrole, comme l’un de ses alliés stratégiques les plus importants. Les liens d’Israël avec l’Arménie, qui entretient des relations étroites avec l’Iran voisin, ainsi qu’avec la Russie, se sont réchauffés ces dernières années, et avant le rappel de l’Ambassadeur, ils pourraient être qualifiés de «cordiaux».

Nikol Pashinyan a déclaré que l'implication de la Turquie et des mercenaires syriens dans le conflit a gravement compliqué la situation. «Leur présence dans la région constitue une menace non seulement pour le Haut-Karabakh, mais aussi l'Iran a déclaré qu'il la considérait comme une menace, et la Russie a déclaré qu'il la considérait comme une menace. »

Le Premier ministre arménien a déclaré que si dans le passé il n'y avait que des preuves indirectes que la Turquie mobilisait des mercenaires syriens pour combattre en Azerbaïdjan, il existe maintenant des preuves concrètes puisque deux mercenaires ont été récemment capturés par les forces du Haut-Karabakh.

«L'un d'eux a témoigné de manière exhaustive et a déclaré qu'il vivait dans un camp de réfugiés syriens sous contrôle turc. Il a décrit comment il a été recruté, décrit où ils se sont fiancés et comment ils ont traversé la frontière avec la Turquie à un point de contrôle officiel, mais sans que personne ne leur pose de questions ou ne les vérifie.» Pashinyan a déclaré que les mercenaires se voyaient promettre 2 000 dollars par mois.

Le Premier ministre a déclaré que ce qui était si dangereux dans cette situation, et pourquoi la communauté internationale devrait en prendre note et agir contre elle, c'est parce qu'elle représente un nouveau style de travail de la Turquie- ce qu'il a appelé un «mécanisme» - dans son objectif de «rétablir l'empire ottoman, aussi étrange que cela puisse paraître.»

Ce «mécanisme» - recruter des mercenaires parmi la population syrienne sous contrôle turc pour faire avancer les objectifs de politique étrangère d'Ankara - a déjà été utilisé en Libye, est maintenant évident au Haut-Karabakh, «et qui sait où il sera jugé ensuite.»

«Il s'agit d'un mécanisme totalement nouveau qui a été mis en place, et ce mécanisme peut se manifester à différents endroits et de différentes manières» tant que la communauté internationale ne réagit pas.

«Je suis très heureux que de nombreux pays du Moyen-Orient, y compris de nombreux pays arabes, procèdent à l'évaluation appropriée et l'appellent par son nom, comprenant quelle menace cela représente pour la paix et la stabilité internationales», a déclaré le Premier ministre.

Pashinyan a déclaré que certains «changements se produisent dans le système de sécurité international, et que ces changements contiennent également des éléments de guerre hybride. Les mercenaires s'engagent dans cette guerre. Et cette guerre hybride peut s’exprimer de différentes manières - elle peut se manifester de la manière que nous voyons au Haut-Karabakh, ou de la manière dont nous la voyons à Vienne, ou à Nice, en France ou au Canada», où des tentatives d'attentats terroristes ont été commis récemment.

«Le monde doit se pencher sur cette nouvelle activité de la Turquie et tirer les conclusions nécessaires, car la Turquie utilisera également cette nouvelle façon de mettre en œuvre sa politique étrangère ailleurs», a-t-il prédit.

« Israël devrait se poser la question - ne combat-il pas de facto aux côtés de mercenaires contre le Haut-Karabakh? Est-ce une position pratique pour lui? Si c'est le cas, que Dieu soit avec lui. Mais je pense qu'il y aura certaines conséquences, et vous devrez faire face à ces conséquences. »

Pashinyan a déclaré que ce n’était qu’une question de temps avant que «l’ambition impérialiste» de la Turquie ne soit dirigée vers Israël.

Lorsqu'on lui a demandé s''il prévenait ainsi qu'à un moment donné la Turquie mobiliserait des mercenaires syriens pour s'attaquer sur Jérusalem, le Premier ministre a déclaré qu'il ne mettait en garde contre rien de concret, mais plutôt sur la création d'un « environnement politique et d'une atmosphère politique, et des lacunes qui ont émergé dans le système de sécurité international. Et s'il y a des lacunes, des couloirs et des échappatoires, quelqu'un essaiera de les franchir. Et ce ne sera pas nécessairement dans une zone ou dans deux zones, il y aura du trafic dans toutes les directions possibles. »








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page