L'heure à Erevan: 11:07:36,   28 Novembre

Nous n'allons céder la «Tchécoslovaquie» à personne: Nikol Pashinyan

Nous n'allons céder la «Tchécoslovaquie» à personne: Nikol Pashinyan

EREVAN, 30 OCTOBRE, ARMENPRESS. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a répondu à plusieurs questions posées par des médias européens faisant autorité: The Telegraph (Grande-Bretagne), European Post (Bruxelles), Foreign Policy (USA), Tageblatt (Autriche) et Il Giornale (Italie). Voici la transcription des questions et réponses. "Armenpress" a été informé à ce sujet par le Département de l'information et des relations publiques du cabinet du Premier ministre.

Question - Monsieur le Premier ministre, merci tout d'abord de nous recevoir tous ici. Cette guerre a commencé il y a exactement un mois. À quelle étape en êtes-vous maintenant?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Tout d'abord, enregistrons que la Turquie a été le principal instigateur de cette guerre. La Turquie a transporté des mercenaires, des terroristes de Syrie et a transféré une partie de ses forces armées en Azerbaïdjan, y compris du matériel militaire, des groupes armés du Pakistan, qui se sont fixé pour objectif de prendre le contrôle du Haut-Karabakh au moyen d'une blitzkrieg. D'après leurs calculs, la guerre devait durer au maximum une semaine à dix jours, mais le Haut-Karabakh est debout, continue de se battre, continuera de se battre pour ses droits, car il ne s'agit pas en fait d'un différend territorial, c'est un litige juridique, car les Arméniens vivent au Haut-Karabakh depuis plusieurs millénaires, ils ont toujours été majoritaires. Il y a un énorme patrimoine culturel arménien au Haut-Karabakh: une église du 5ème siècle, des églises arméniennes des 8ème, 10ème et 13ème siècles.

La première école arménienne a été fondée au Haut-Karabakh. Et la guerre, en fait, a enregistré la résistance du Haut-Karabakh en ce moment et a enregistré la politique impériale de la Turquie, car j'estime qu'il est important de déclarer que la question a maintenant dépassé la logique et le cadre de la question du Haut-Karabakh. La Turquie n'est pas venue ici pour soutenir l'Azerbaïdjan dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh, mais pour poursuivre sa politique impérialiste. Et ce qui se passe ici est la continuation de la politique que la Turquie mène en Méditerranée à l'égard de la Grèce, de Chypre, de la Libye, de la Syrie et de l'Irak. Et encore une fois, mon bilan est qu'il s'agit d'une politique impériale, car en fait, les Arméniens du Caucase du Sud sont le dernier obstacle pour la Turquie sur la voie de l'extension de sa politique impérialiste au nord, à l'est et au sud-est. Mon point de vue reste le même. Si les sociétés occidentales ne parviennent pas à évaluer correctement les actions de la Turquie, elles devront rencontrer la Turquie à Vienne dans un proche avenir.

Question - Que pouvez-vous vraiment attendre de l'Union européenne, sachant que certains pays européens ne sont pas favorables à l'imposition de sanctions à la Turquie?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Nous essayons de placer nos espoirs sur nos propres ressources et sur les pays qui sont liés par des engagements réciproques avec l'Arménie. Vous m'avez demandé ce qui se passait. Ce que je veux dire, c'est que l'Union européenne doit agir pour elle-même. C'est à vous de prendre une décision pertinente. Je suis censé me soucier de la sécurité d'Erevan, de l'Arménie et du peuple arménien, la sécurité de Vienne n’est pas dans ma logique de travail. Je ne peux que vous mettre en garde contre la menace imminente.

Cette guerre a commencé plus tôt en Europe, et elle se poursuit tous les jours. Le fait que l'artillerie à longue portée ne fonctionne pas là-bas ne signifie pas que la guerre n'a pas encore commencé. Cette guerre est en cours. Il y a des forces qui savent ce qui suit: l'Europe vit dans la prospérité depuis environ 60 ans, et la prospérité les empêche de remarquer la guerre qui se déroule aujourd'hui en Europe, car une personne prospère a tendance à être guidée par une «logique de vœux pieux» jusqu'à ce que des bombes explosent dans les cours, les maisons. Cela ouvre un vaste champ pour de nombreuses forces obscures.

Question - Que voulez-vous dire?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Regardez ce qui s'est passé en France, regardez le ton avec lequel le président turc parle du président français. Pourriez-vous imaginer que le représentant officiel d’un pays puisse parler du Président de la France sur ce ton? Qui aurait pensé cela il y a 15 ans, même pendant la guerre froide? je ne connais aucun cas où n dirigeant de l'Union soviétique ait dit des choses comme ça à propos du dirigeant français ou de tout autre dirigeant européen. Qu'est-ce que c'est sinon la guerre? La question est de savoir si vous souhaitez ignorer la guerre ou non. Si vous continuez à ignorer la guerre en cours, elle deviendra de plus en plus visible avec le temps.

Oui, des gens sont décapités dans les rues d'Europe, les gens sont heureux de ne pas avoir encore été décapités. J'appelle cela la mécanique du génocide. Si cette fois votre tête n'est pas coupée, désolé, pas la vôtre, mais celle de quelqu'un d'autre, cela ne veut pas dire que la même chose ne se produira pas la prochaine fois. Et c'est tout. Sur la base des réactions, nous pouvons clairement voir le centre d'énergie à partir duquel tout cela est encouragé.

Question - Revenons à la guerre, vous avez récemment déclaré qu'il n'y avait pas de solution diplomatique au conflit du Haut-Karabakh, du moins à ce stade. Votre position a-t-elle changé?

Le Premier ministre Nikol Pashinyan - Quel est le moment où les dirigeants des pays coprésidents du Groupe de l'OSCE Minsk - les présidents de la Russie, de la France et des États-Unis - se sont relayés négocier un cessez-le-feu, mais le cessez-le-feu n’est pas entré en vigueur.

Est-il possible de parler de solution diplomatique lorsque les principaux diplomates des deux pays, par la médiation des puissances mondiales, parviennent à un accord de cessez-le-feu qui n’est pas appliqué? Dans ce cas, aucun arrangement diplomatique n'est mis en œuvre. Est-il sérieux d'espérer que des accords diplomatiques plus importants pourront être conclus dans ces conditions? Autrement dit, la solution diplomatique est la centième étape sur la voie du règlement. Je veux dire que nous devrons franchir cette étape avant de parvenir à une résolution. Si nous ne pouvons pas faire le premier pas, comment pouvons-nous arriver à l'étape finale?

Question - Ce conflit n'a pas été vraiment gelé depuis longtemps, mais il a éclaté après votre arrivée au pouvoir. Y a-t-il quelque chose que vous pourriez faire mieux?

Premier ministre Nikol Pashinyan - La situation n'a pas vraiment changé depuis 2011. Le problème est que le conflit ne peut être résolu que par des compromis. Quelle est notre situation depuis 2011? Naturellement, le compromis signifie accepter quelque chose qui n'est pas acceptable au départ pour vous, et nous avons une telle dynamique depuis 2011. Ce qui devient acceptable pour l'Arménie à la suite d'une certaine concession devient inacceptable pour l'Azerbaïdjan à partir de ce moment. Et l'Azerbaïdjan s'attend à ce que la partie arménienne, Karabakh, fasse plus de concessions. C'est la raison du déclenchement de l'agression, dites-vous. Parce que, bien sûr, il y a un compromis, mais d'une part (auteur - arménien), nous ne pouvons pas nous permettre des concessions illimitées, alors que l'autre partie (auteur - azerbaïdjanais) n'est pas prête à un compromis simplement parce qu'elle a plus d'argent pour acheter plus d'armes.

Et je peux répondre à votre question: qu'aurais-je pu faire d'autre pour empêcher cette guerre? Je pourrais renoncer à défendre les intérêts du Haut-Karabakh et de l'Arménie. Mais cela aurait-il empêché la guerre? Non, parce qu'au point le plus bas de notre concession, l'Azerbaïdjan aurait dû exiger plus. J'ai récemment fait un parallèle entre l'accord de Munich et notre situation. Avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les puissances européennes pensaient qu'en cédant la Tchécoslovaquie à Hitler, elles pourraient aiguiser son appétit et il n'y aurait pas de guerre en Europe. Et ce qui s'est passé en conséquence: Hitler a avalé la Tchécoslovaquie, la République tchèque et, comme le dit l'autre dicton, « l'appétit est éveillé en mangeant. » Oui, si les dirigeants européens n'avaient pas capitulé la République tchèque et qu'une guerre avait éclaté, des journalistes comme vous diraient: «Y a-t-il quelque chose que vous pourriez faire mieux? Par exemple, pourquoi n'avez-vous pas rendu la République tchèque? Alors que les dirigeants interrogés diraient, oui, nous aurions dû être un peu plus flexibles dans le cas de la République tchèque. Ils se sont avérés plus flexibles, et quel en est le résultat? Nous n'allons céder la «Tchécoslovaquie» à personne.

Question - Allez-vous demander à Moscou d'intervenir? Si oui,  ce sera au niveau  humanitaire ou militaire?

Premier ministre Nikol Pashinyan - La question de l’intervention de Moscou doit être envisagée de plusieurs manières. Il y a Moscou en tant que coprésident du Groupe de Minsk de l’OSCE, et il y a Moscou, qui est le partenaire stratégique de l’Arménie. Moscou, coprésident du groupe de Minsk de l'OSCE, est un médiateur; il doit agir dans une logique d'équilibrage, ce qui est compréhensible. Et j'ai dit que j'étais en faveur du déploiement de soldats de la paix russes dans la zone de conflit. Mais le problème est que le déploiement de soldats de la paix russes doit être acceptable pour toutes les parties au conflit. En fait, c'est acceptable pour l'Arménie, pour le Karabakh, et cela peut arriver, comme nos collègues russes l'ont déclaré, si l'Azerbaïdjan l'accepte également. Et en général, tout soldat de la paix peut être déployé avec le consentement des parties. En ce qui concerne le partenaire stratégique de l’Arménie, Moscou honorera ses engagements en cas de menace réelle à l’intégrité territoriale de l’Arménie, y compris par des moyens militaires.

Question - Quel autre pays a proposé d'envoyer des soldats de la paix étrangers au Haut-Karabakh?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Il n'y a pas de pays, mais ce sujet a toujours été soulevé dans le processus de négociation.  Mais nous pensons que la solution optimale est le déploiement de soldats de la paix russes.

Question - Le bombardement de cibles civiles à Ganja par les forces du Haut-Karabakh a-t-il affaibli la position de l’Arménie de protéger son peuple? Ne pensez-vous pas que répondre aux bombardements en ciblant des biens civils sape votre position au sein de la communauté internationale?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Non. Parce que la question est de savoir pourquoi Ganja a été bombardée. Et pourquoi Stepanakert a-t-il été bombardé pendant 10 jours et plus? Pourquoi Martakert, Askeran, Martuni et Shushi ont-ils été bombardés? Pourquoi l'église St. Ghazanchetsots de Shushi a-t-elle été bombardée? De plus, si un projectile était tombé, nous aurions pu le considérer comme un accident. Mais l'église arménienne de Shushi a été bombardée deux fois. Pourquoi a-t-il été bombardé?

Question - En répondant de la même manière, n'affaiblissez-vous pas votre position devant la communauté internationale?

Premier ministre Nikol Pashinyan - L'armée de défense du Haut-Karabakh avait identifié des cibles militaires légitimes à Ganja et elle n'a touché que des cibles militaires. Peut-être que les infrastructures civiles ont également été touchées par les bombardements. Mais il n’ya pas de cible militaire dans l’église Saint-Ghazanchetsots de Shushi.

Question - Restez-vous en contact avec les dirigeants iraniens? Quelles sont vos attentes vis-à-vis de l'Iran?

Premier ministre Nikol Pashinyan - L'Iran est notre voisin et un pays ami. Pendant ce temps, j'ai eu un entretien  téléphonique avec le président de l'Iran, notre ministre des Affaires étrangères est en contact avec le ministre des Affaires étrangères de l'Iran, d'autres agences d'État arméniennes coopèrent avec des partenaires iraniens dans le but d'analyser et d'évaluer la situation. Après tout, nous avons une frontière commune et nos gardes-frontières coopèrent également.

Question - Vous avez mentionné 3 cessez-le-feu. Le premier a été convenu par la Russie, le second par la France et le troisième par les États-Unis. Comme vous l'avez mentionné, les trois ont été brisés en quelques minutes. Ne craignez-vous pas qu’il n’existe pas d’autres options pour résoudre pacifiquement le conflit?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Eh bien, maintenant, en fait, vous dites qu’une solution diplomatique n’est pas possible pour le moment.

Question  - Je demande.

Premier ministre Nikol Pashinyan - Il est évident  que vous demandez. Mais maintenant, vous dites réellement ce que vous me demandez. Je peux également vous demander pourquoi dites-vous que les options s'épuisent et qu'est-il arrivé à la solution diplomatique?

Question -  Je ne pense pas qu'il n'y ait pas d'autres options. Trois superpuissances comme la Russie, la France et les États-Unis ont négocié des cessez-le-feu, qui ont été bientôt violés, que peut-on faire?

Premier ministre Nikol Pashinyan - « La Tchécoslovaquie»  doit pouvoir se défendre. Il doit tout faire pour se protéger.

Question - Nous, les journalistes, sommes arrivés de différents pays. Quel est votre message au monde à propos de cette guerre?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Mon message principal est le suivant. Malheureusement, à partir d'un moment «x» - c'était vers les années 2000 - les médias internationaux ont commencé à décrire la question du Haut-Karabakh comme un différend territorial entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

En fait, la question du Haut-Karabakh n'a rien à voir avec le différend territorial. Pendant ce temps, le mouvement du Karabakh, qui a commencé il y a 10 ou 12 ans, était considéré comme le précurseur de l'effondrement du mur de Berlin, car le mouvement du Karabakh était une expression de la démocratisation en Union soviétique.

Les Arméniens de la région autonome du Haut-Karabakh, qui, comme toujours, représentaient 80% de la population locale, ont décidé de défendre leurs droits dans le contexte de la démocratisation de l'Union soviétique lorsque Mikhail Gorbatchev démocratisait et reconstruisait l'Union soviétique.

Et quel droit a été violé? Au début du XXe siècle, lors de la formation de l'Union soviétique, le Caucase du Sud est devenu une partie de l'Union soviétique et des républiques soviétiques se formaient. Suite à la décision arbitraire de Staline, avec sa population arménienne de 80%, le Haut-Karabakh a été remis à l’Azerbaïdjan soviétique et non à l’Arménie soviétique.

En 1988, le Conseil suprême de la région autonome du Haut-Karabakh, le parlement, a décidé d'engager un processus absolument pacifique pour corriger ce processus, auquel l'Union soviétique et l'Azerbaïdjan ont répondu par la force, notamment en organisant des massacres d'Arméniens dans les villes de Sumgait, Bakou, puis à proximité immédiate du Haut-Karabakh. Après l'effondrement de l'Union soviétique, l'Azerbaïdjan a déclaré son indépendance de l'Union soviétique.

Et selon les lois soviétiques, lorsqu'une république a décidé de se séparer de l'Union soviétique, ses affiliés, y compris la région autonome du Haut-Karabakh, pouvaient décider de leur propre statut. Et la région autonome du Haut-Karabakh a décidé d'être indépendante. Et tout comme l'Azerbaïdjan soviétique est devenu indépendant de l'Union soviétique, la région autonome du Haut-Karabakh est devenue indépendante de l'Azerbaïdjan soviétique. À cet égard, les deux jouissaient de droits égaux en vertu des lois soviétiques.

Nombreux sont ceux qui disent que la communauté internationale n’a pas reconnu l’indépendance du Haut-Karabakh et que les Arméniens du Haut-Karabakh se battent simplement pour la reconnaissance internationale de leurs droits. Surtout aujourd'hui, alors que le Haut-Karabakh est devenu en fait la ligne de front de la guerre antiterroriste mondiale, la nécessité de reconnaître ce droit est devenue plus intensifie. Et nous pensons que le principe de  "sécession-remède"  devrait être appliqué au Haut-Karabakh, car être laissé en Azerbaïdjan signifie nettoyage ethnique et génocide des Arméniens du Haut-Karabakh. Autant que je sache, vous avez été au Karabakh, vous avez vu le feu de la roquette. Telle est la réponse à cette question. Quelqu'un peut-il expliquer pourquoi Stepanakert est bombardé? Pour une raison simple : faire renoncer ses habitants à y vivre. C'est une formule très importante pour le nettoyage ethnique et le génocide. Et notre message principal est que le Haut-Karabakh a besoin l’application du principe de  "sécession-remède".

Question - Prenez-vous au sérieux le scénario selon lequel l'Arménie peut être attaquée dans cette guerre?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Nous avons déjà été attaqués.

Question - Vous parlez de la base militaire?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Oui, nous avons déjà vu de telles attaques, et ce scénario ne peut être exclu.

 

 

 





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page