L'heure à Erevan: 11:07:36,   25 Octobre

L'interview du Premier ministre au principal journal allemand "Bild "

L'interview du Premier ministre au principal journal allemand "Bild "

EREVAN, 4 OCTOBRE, ARMENPRESS Le Premier ministre Nikol Pashinyan a accordé une interview ", dans lequel il a évoqué la situation à la frontière entre le Karabakh et l'Azerbaïdjan et les actions militaires déclenchées par l'Azerbaïdjan. L'article d'entretien est présenté ci-dessous:

«Le Premier ministre a l'air tendu quand samedi soir à Erevan, la capitale de l'Arménie, il reçoit des correspondants Bild à sa résidence.

Nikol Pashinyan dort à peine, de nouvelles informations sur les victimes et la prochaine escalade sont régulièrement reçues.

Le nombre de victimes est inconnu, il n'y a pas d'informations indépendantes. Cependant, il est évident que les pertes sont beaucoup plus que dans le cas des escalades précédentes.

 Depuis une semaine, la guerre autour du Haut-Karabakh fait rage, des conflits et des affrontements durent depuis des décennies. L'ONU et l'OSCE tentent de jouer un rôle de médiateur depuis 1992. Aujourd'hui, la situation est complètement tendue, car l'Azerbaïdjan, avec le soutien du président turc Erdogan, veut s'emparer du territoire. »

«Je viens d'avoir une conversation téléphonique avec Madame la Chancelière», dit Pashinyan en entrant. L'Arménie attend plus de soutien de l'Europe, des déclarations plus claires.

Bild: Monsieur le Premier ministre, au lieu de parler de l'Arménie, le monde parle de Donald Trump et de son infection par le coronavirus. Cela vous dérange?

PM Nikol Pashinyan: Je pense que les événements qui se déroulent dans notre région reçoivent une attention suffisante de la communauté internationale. Peut-être parce que des mercenaires et des terroristes syriens sont apparus dans la zone de conflit du Karabakh.

Bild :   Comment le savez-vous?

PM Nikol Pashinyan: Ils ont été formés et transférés par la Turquie en Azerbaïdjan pour combattrer contre le Haut-Karabakh et l’Arménie. Je pense qu'aujourd'hui, cette situation n'est plus seulement un problème de sécurité locale, elle fait partie intégrante de l'agenda mondial. Parce qu'en fait, ce qui se passe est très important au niveau international pour 3 raisons.

Premièrement, comme je l’ai dit, la Turquie a formé des terroristes en Syrie et les a transférés en Azerbaïdjan pour combattre contre le Haut-Karabakh et l’Arménie.

Second, les troupes turques sont impliquées dans ce processus, et c'est une manifestation de la politique impériale de la Turquie. Il s'agit d'une opération de reconstruction de l'empire turc, qui fait partie d'une série d'opérations turques en Méditerranée, au Moyen-Orient et en Libye.

Et troisièmement, je pense que la Turquie est retournée dans la région du Caucase du Sud 100 ans plus tard pour continuer le génocide arménien qui a eu lieu en 1915 en Turquie ottomane.

Bild: Vous avez eu une conversation téléphonique avec un responsable de l'administration Trump à propos d'une situation tendue.

PM Nikol Pashinyan: J'ai eu une conversation téléphonique avec le conseiller du Président Trump à la sécurité nationale, M.O'Brien. Et ce soir-là, nous avons appris la nouvelle de l'infection de M. Trump par le coronavirus. Cependant, dans tous les cas, nous restons en contact avec nos partenaires américains, car les États-Unis sont coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, qui s'occupe du règlement du problème du Karabakh.

Bild : L'attitude internationale est la suivante: "Selon le droit international, le Haut-Karabakh appartient à l'Azerbaïdjan, et selon l'ONU" ...

PM Nikol Pashinyan: Vous savez, c'est en fait une déclaration étrange. Si nous regardons l'histoire, nous verrons que c'est lors de la formation de l'Union soviétique que la région autonome du Haut-Karabakh est devenue une partie de l'Azerbaïdjan soviétique, et de plus, cela s'est produit à la suite de la décision arbitraire de Staline au stade de la formation de l'Union soviétique. Et si nous revenons au stade de l'effondrement de l'Union soviétique, nous verrons que tout comme l'Azerbaïdjan, faisant partie de l'Union soviétique, a obtenu son indépendance de l'Union soviétique, la région autonome du Haut-Karabakh, qui fait à nouveau partie de l'Union soviétique, a obtenu son indépendance de l'Azerbaïdjan, tandis que toutes les lois et tous les droits prévus par la Constitution de l'Union soviétique ont été respectés.

Et, par conséquent, pourquoi, par exemple, l'Azerbaïdjan pourrait devenir indépendant de l'Union soviétique, alors que la région autonome du Haut-Karabakh ne pourrait pas devenir indépendante de l'Union soviétique? Beaucoup diront peut-être, mais l'Union soviétique n'existe plus ou n'existait pas. Au même moment, lorsque la région autonome du Haut-Karabakh a accédé à l'indépendance, l'Azerbaïdjan soviétique n'était plus là. Et, par conséquent, si le Haut-Karabakh appartient à l'Azerbaïdjan, alors l'Azerbaïdjan appartient également à l'Union soviétique.

Bild: Pourquoi Erdogan soutient l'Azerbaïdjan?

PM Nikol Pashinyan: J'ai déjà dit que c'était une conséquence des politiques impérialistes de la Turquie et d'Erdogan. Et je pense que, très probablement, la tâche est fixée pour que l'Etat indépendant d'Azerbaïdjan n'existe pas, il a été complètement absorbé par la Turquie. Ainsi, lorsque je parle de la politique de génocide contre les Arméniens, je tiens à souligner qu'il ne s'agit pas simplement d'une expression de haine historique envers les Arméniens. Le problème est que les Arméniens du Caucase du Sud sont le dernier obstacle sur le chemin de la Turquie vers le nord, le sud-est et l'est. Parce que la politique impérialiste de la Turquie va bien au-delà du Caucase du Sud. Jetons un coup d'œil aux activités de la Turquie en Méditerranée, en Libye, au Moyen-Orient, en Irak et en Syrie. Et je tiens à souligner qu'à mon avis, le Haut-Karabakh et l'Arménie sont aujourd'hui à l'avant-garde de la civilisation. Et si la communauté internationale ne répond pas correctement cà ce fait, il faut alors attendre la Turquie près de Vienne.

Bild: L'Allemagne garde-t-elle ses distances, fait preuve de retenue, craignant la réaction d'Erdogan?

PM Nikol Pashinyan : Vous savez, ce n'est pas ma tâche de commenter les positions des politiciens allemands. Je veux simplement profiter de cette occasion pour présenter les informations nécessaires dont les politiciens allemands pourraient avoir besoin pour réagir de manière appropriée.

Bild: Que devrait faire l'Allemagne?

PM Nikol Pashinyan : Je pense que les pays européens devraient clairement condamner la violence, le  déclenchement de la violence et l'attaque conjointe de l'Azerbaïdjan, de la Turquie et des terroristes contre le Haut-Karabakh et l'Arménie.

Bild: La chancelière Merkel peut-elle soutenir?

PM Nikol Pashinyan : Je pense que la voix fondée sur la vérité de ces dirigeants peut avoir un impact considérable sur la réalité. Vous savez, je peux dire que le Président français Emmanuel Macron a déclaré très clairement que l'Azerbaïdjan était l'auteur de l'attaque. Il a clairement déclaré que c'était la Turquie qui avait encouragé l'attaque de l'Azerbaïdjan contre le Haut-Karabakh et l'Arménie. Il a déclaré très clairement qu'il y avait des mercenaires de Syrie, que la Turquie a transférés dans la zone de conflit pour combattre le Haut-Karabakh et l'Arménie. En fait, la Russie a déclaré la même chose en ce qui concerne les activités des mercenaires en Turquie, mais pas aussi directement et sans ambiguïté. En fait, la République islamique d’Iran a également déclaré qu’il y avait des mercenaires. Il est très important.

Bild : L'Allemagne critique le fait que la Russie est votre alliée, et Poutine fait la guerre en Syrie et en Ukraine.

PM Nikol Pashinyan : Je ne commenterai pas les évaluations contenues dans votre question, car différents événements sont considérés très différemment par différents participants et de différents points de vue.

 Bild : Est-il possible que l'armée russe vous aide?

PM Nikol Pashinyan : La 102e base militaire russe est située en Arménie, et nous avons un système de défense aérienne conjoint, l'accord sur lequel indique clairement dans quels cas ces forces peuvent être utilisées pour assurer la sécurité de l'Arménie.

Bild: Quand cela peut-il arriver?

PM Nikol Pashinyan : Ce sont des cas spécifiques envisagés par l'accord, et je suis sûr que ces cas se produisent, la Russie remplira ses obligations contractuelles.

Bild:  Considérez-vous que des pourparlers de paix avec Erdogan sont possibles?

PM Nikol Pashinyan : Je considère ce qui s'est passé comme une attaque terroriste. Et quand une attaque terroriste se produit, naturellement, tout pays doit tout d'abord prendre des mesures pour protéger sa propre sécurité. C'est ce que nous faisons maintenant.

Bild: Avez-vous l'opportunité de résister aux armes de haute technologie utilisées par l'Azerbaïdjan?

PM Nikol Pashinyan : Je pense que l'Arménie et le peuple arménien sont déterminés à se défendre. Nous avons également des produits de haute technologie de notre propre production, qui n'ont peut-être pas peut-être pas autant de capacité de production, mais nous avons également l'intention de développer des technologies pour nous protéger.

Bild: Que peut faire l'Allemagne maintenant?

PM Nikol Pashinyan : Vous savez, je dis déjà que j'attends des positions claires. Et j'ai dit que si la communauté internationale n'évaluait pas avec précision la signification géopolitique de cette situation, alors l'Europe devrait attendre la Turquie près de Vienne.

Bild : Le gouvernement allemand, comme Emanuel Macron, devrait-il clairement indiquer qui a déclenché cette guerre?

PM Nikol Pashinyan : Oui. Et doit évaluer l'implication de terroristes et de mercenaires syriens recrutés par la Turquie dans la région, dans le conflit.

 Bild:  Merci, Monsieur le Premier ministre.








youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]