L'heure à Erevan: 11:07:36,   26 Octobre

Nous devons gagner: Allocution du Premier ministre à l'Assemblée nationale

Nous devons gagner: Allocution du Premier ministre à l'Assemblée nationale

EREVAN, 27 SEPTEMBRE, ARMENPRESS. Le peuple arménien n'est pas à genoux, la patrie ne cédera pas un millimètre. Comme le rapporte «Armenpress», le Premier ministre de la République d'Arménie Nikol Pashinyan l'a assuré dans son discours à l'Assemblée nationale, faisant référence aux actions déclenchées par l'Azerbaïdjan en direction de l'Artsakh.

 Cher président de l'Assemblée nationale,

 Chers députés de l'Assemblée nationale,

Comme vous le savez, ce matin, à 7h10, les forces armées azerbaïdjanaises ont lancé une offensive à grande échelle sur les positions de l'armée de défense de l'Artsakh. Tout d'abord, une attaque d'artillerie et de roquettes a été lancée, après quoi un équipement militaire lourd a été utilisé et presque toutes les positions de l'armée de défense, le long de toute la ligne de contact, ont été ciblées. C'est une tentative de l'Azerbaïdjan de résoudre le conflit  de l'Artsakh par des moyens militaires et de l'occuper, et  c'est un acte d'agression évident.

 

Compte tenu du fait que la situation militaire et politique actuelle comporte une menace immédiate d'attaque également aux frontières de l'Arménie, le Gouvernement de la République d'Arménie a déclaré la loi martiale et la mobilisation générale. Je tiens à vous informer qu’en ce moment, une mobilisation partielle est en cours, afin que nous soyons prêts à avoir une réponse efficace et opérationnelle à la situation en cas de besoin.

Je voudrais également vous informer qu’en ce moment, l’Armée de défense de l’Artsakh se bat sur toute la ligne de contact, en particulier dans les régions du nord, du nord-est et du sud-est de l’Artsakh. La situation est tendue. Je comprends que nous sommes tous intéressés par les détails de la situation. Malheureusement, nous avons des victimes. En effet, comme les infrastructures civiles ont également été ciblées dès le début, nous avons des pertes non seulement parmi les militaires, mais aussi parmi la population civile. Stepanakert, la capitale de l'Artsakh, et d'autres colonies ont également fait l'objet d'attaques violentes - l'armée de défense résiste aux attaques et à l'agression azerbaïdjanaises. La situation évolue. En ce qui concerne l'évaluation de la situation actuelle, nos militaires ont déclaré que la situation était tendue, mais il est trop tôt pour donner une évaluation complète.

Nous devons reconnaître que d'un point de vue stratégique, il n'y a rien d'inattendu dans ce qui s'est passé. Pourquoi? Parce qu'en fait, le contexte de l'histoire est le suivant: notre peuple est confronté à un dilemme, et le même dilemme continue et continuera d'exister - on nous présente le choix, soit de renoncer aux droits du peuple d'Artsakh, soit pour combattre une guerre. En d'autres termes, je veux que nous déclarions très clairement que pendant tout ce temps, telle a été la position de l'Azerbaïdjan dans le processus de négociation, depuis de nombreuses années. Soit nous renonçons aux droits du peuple d'Artsakh, à son droit d'être arménien, à son droit à l'autodétermination, soit nous combattons une guerre. Et c'est ce contexte qui nous amène à un tel conflit aujourd'hui.

La République d'Arménie et le peuple arménien doivent se tenir fermement et sans équivoque pour protéger les droits du peuple d'Artsakh et les droits du peuple arménien en général. Il n’est pas exagéré de dire qu’il s’agit là d’une autre étape, et peut-être la plus importante de nos années de lutte pour la survie. Nous devons répondre à une question simple: avons-nous la capacité de défendre le droit de notre peuple à exister ou n'avons-nous pas la capacité? Avons-nous la détermination, qu'en dépit de toutes les intentions et de tous les changements dans les rapports de force, nous défendrons le droit du peuple arménien à exister dans sa patrie historique, ce qui est contesté depuis des siècles par des forces que vous connaissez tous?

Chers députés,

Chers compatriotes,

            C'est un moment décisif, nous devons être fermement aux côtés de l'Artsakh aujourd'hui, nous devons être fermement aux côtés de nos forces armées aujourd'hui, nous devons démontrer que nous avons suffisamment de volonté et de détermination pour défendre notre droit à la vie, et je tiens à souligner que la volonté et la détermination sont ici les plus importantes. La volonté et la détermination sont les plus importantes ici, tous les Arméniens doivent s'unir pour défendre l'Artsakh. Tous les Arméniens doivent s'unir pour défendre notre histoire, notre patrie, notre identité, notre avenir et notre présent. Et nous gagnerons. Nous devons gagner, et pour cela, il n'y a qu'une prérogative, que nous nous promettons de ne pas reculer d'un millimètre pour défendre notre histoire, notre peuple, notre Artsakh, notre avenir, notre passé, notre identité, nos valeurs.

            Vive la République d'Artsakh!

            Vive la République d'Arménie!

            Vive la diaspora arménienne!

            Et vive la glorieuse Armée arménienne qui défendra le droit du peuple arménien à vivre, à gagner      et à prospérer.

            Et nous sommes unis. Et nous devons gagner. Et aujourd'hui, il n'y a pas de soldat, pas de général, pas d'adjoint, pas de militaire. Nous sommes tous les soldats de notre peuple.

Même les échecs locaux ou non locaux ne doivent pas nous distraire. Nous devons nous tenir fermement debout, défendre notre droit de vivre sur cette terre, sur cette terre sacrée.

            Aujourd'hui, je ne suis pas venu vous dire, en tant que commandant en chef, à quoi nos soldats et nos généraux sont prêts. Aujourd'hui je viens vous dire ce pour quoi je suis prêt. Je suis prêt à mourir pour notre patrie. Le peuple arménien n'a pas été mis à genoux et ne sera jamais mis à genoux. Le peuple arménien doit se tenir sur cette terre avec une solide colonne vertébrale et un esprit clair. Et quand nous disons que nous sommes tous des soldats, lorsque nous applaudissons ces mots, nous voulons dire une chose - vieux ou jeune, homme ou femme, employé ou chômeur, aujourd'hui nous n'avons qu'un seul message à nous transmettre et au monde, nous devons se regarder dans les yeux et dire: nous sommes prêts à mourir pour notre patrie, nous n'abandonnerons pas notre patrie d'un millimètre, nous n'abandonnerons pas nos droits d'un millimètre.

            Nous devons gagner parce que nous n'avons pas d'autre choix à perdre. Le peuple arménien doit exister pour toujours. La République d'Arménie doit exister pour toujours. L'Artsakh doit vivre, l'Artsakh doit être autodéterminé, l'Artsakh doit être indépendant, puissant et fier, comme il l'est aujourd'hui, comme il l'a toujours été. Et alors que nous sommes réunis aujourd'hui, notre session ici porte sur l'unité, la détermination et la victoire.

            Préparez-vous à la victoire.

            Préparez-vous au dévouement.

            Préparez-vous au sacrifice, car c'est un moment crucial. Et nous sommes plus unis que jamais.

            Et donc, vive la liberté!

            Vive la République d'Arménie!

            Vive la République d'Artsakh!

            Vive nous et nos enfants, qui vivrons dans une Arménie libre et heureuse, dans un Artsakh libre et heureux.

            Gloire à l'Armée arménienne,

            Gloire au soldat arménien.

            Je vous remercie.





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page