L'heure à Erevan: 11:07:36,   28 Octobre

Le ministère arménien des Affaires étrangères préoccupé par l'ignorance de la négation du génocide

Le ministère arménien des Affaires étrangères préoccupé par l'ignorance de la négation du 
génocide

EREVAN, 25 SEPTEMBRE, ARMENPRESS. En tant que membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, l'Arménie a inscrit parmi ses priorités la contribution aux efforts mondiaux pour prévenir les génocides et à aider à renforcer le Bureau des Nations Unies pour la prévention  et la protection du génocide. Le fonctionnement soutenu et efficace du Bureau demeure aujourd'hui une priorité incontournable, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Zohrab Mnatsakanyan dans son discours prononcée lors de la 12e réunion ministérielle "Armenpress".

«En 2015, l'Arménie a dirigé les efforts mondiaux pour désigner le 9 décembre comme Journée internationale de commémoration et de dignité des victimes du crime de génocide et de la prévention de ce crime.

Ainsi, nous avons fourni collectivement une plate-forme supplémentaire pour développer et investir dans nos efforts collectifs pour l'agenda de prévention. Nous n'avons cessé de souligner l'importance du renforcement des capacités aux niveaux national, régional et international pour détecter et agir sur les signaux d'alerte, qui peuvent conduire à des crimes massifs, et la nécessité de prévenir le génocide et d'autres atrocités de masse à un stade précoce. Tous les génocides auraient pu être évités, qu'il s'agisse du génocide arménien, de l'Holocauste juif, du génocide Rwandais ou d'autres crimes atroces.

La diffusion de la haine, de l'intolérance, du radicalisme, de la propagande de guerre, de l'incitation à la discrimination et de l'incitation à la discrimination raciale, nationale, ethnique, religieuse et toutes les autres minorités, ainsi que les attaques ciblées contre les civils, continuent de façonner les réalités actuelles dans différentes parties du monde. La communauté internationale, les Nations Unies et ses États membres sont encore mal préparés à répondre de manière opportune et décisive à ces signaux de troubles », a déclaré le   ministre des Affaires étrangères arménien.

La propagation de la haine, de l'intolérance, de l'extrémisme, de la propagande militaire, de la discrimination raciale, nationale, ethnique, religieuse et autre contre les minorités, ainsi que les attaques ciblées contre des civils, continuent de façonner la réalité actuelle dans diverses régions du monde. La communauté internationale, l'ONU et ses États membres ne sont pas encore préparés à une opposition opportune et décisive à ces signaux », a déclaré Mnatsakanyan.

Selon lui, il est très préoccupant que la communauté internationale puisse se permettre l'inaction face au langage des menaces, dans lequel le déni et la justification des génocides passés, mêlés au vocabulaire agressif et abusif de certains dirigeants politiques sur les «leçons» dont les victimes sont victimes à travers les générations ne doit pas oublier. «C'est très inquiétant. Les futurs auteurs interprètent le silence comme un tel mépris barbare des normes d'un monde civilisé comme un permis de tuer », a-t-il ajouté.

«En aucun cas, la souveraineté ne peut être un refuge sûr pour commettre des violations flagrantes et graves des droits de l’homme contre ceux qui exercent pacifiquement leurs droits de l’homme, y compris le droit à l’autodétermination. Aucune nation ne peut avoir le droit de tuer derrière l’épais rideau de la souveraineté. La responsabilité de protéger est cruciale à cet égard, car elle rappelle que la souveraineté n'est pas une licence pour l'impunité mais une responsabilité. La souveraineté devrait être exactement le niveau principal et le plus fonctionnel pour la mise en œuvre efficace de la responsabilité de protéger. La coopération internationale pour renforcer les capacités nationales de protection reste plus importante que jamais », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Il a ajouté que le respect des droits de l'homme faisait partie intégrante d'une société démocratique. «Il est important de mettre en œuvre les obligations et engagements en matière de droits humains et de coopérer étroitement avec les mécanismes des droits humains des Nations Unies. Dans ce contexte, il est également important de souligner le rôle de la société civile dans le plaidoyer, l'alerte précoce, la formation et l'éducation. Et encore une fois, je tiens à souligner le rôle important que le Centre mondial a joué en permanence à cet égard. Ces priorités ont été soulignées dans la résolution sur la prévention du génocide présentée par l'Arménie et adoptée à l'unanimité par le Conseil des droits de l'homme en juin 2020.

Depuis 2015, l'Arménie accueille régulièrement des Forums mondial  contre le crime de génocide, rassemblant d'éminents universitaires et praticiens de la prévention du génocide du monde entier. C'est notre engagement et notre contribution inébranlables à la construction d'une communauté mondiale contre le crime de génocide et d'autres atrocités de masse », a-t-il ajouté.





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page