L'heure à Erevan: 11:07:36,   15 Août

Un séance commune des Conseils de sécurité de la République d'Arménie et de la République d'Artsakh

Un séance commune des Conseils de sécurité de la République d'Arménie et de la République 
d'Artsakh

 EREVAN, 19 JUIN, ARMENPRESS: Coprésidée par le Premier Ministre de la République d'Arménie Nikol Pashinyan et le Président de la République d'Artsakh Arayik Haroutiounian, une séance conjointe des Conseils de sécurité d'Arménie et d'Artsakh se tient à Erevan. Les Présidents des Parlements d’Arménie et d'Artsakh, Ararat Mirzoyan et Arthur Tovmassian,  assiste  également  à la séance.


Avant de passer aux questions à l'ordre du jour, Nikol Pashinyan et Arayik Haroutiounian ont prononcé des discours.


Dans son discours, le Premier ministre Pashinyan a notamment déclaré:



«Honorable Président de la République d'Artsakh,


Messieurs les Présidents des Assemblées nationales d'Arménie et d'Artsakh,


Chers membres des Conseils de sécurité,



La 4e séance des Conseils de sécurité d'Arménie et d'Artsakh a lieu aujourd'hui. C'est un autre format bien réussi, où diverses questions à l'ordre du jour de la sécurité de l'Arménie et de l'Artsakh sont discutées. La séance d'aujourd'hui est conditionnée par le fait qu'un nouveau gouvernement a été formé en  Artsakh, un nouveau Conseil de sécurité a été formé, et nous considérons qu'il est important que nos collègues d'Artsakh soient impliqués à ces travaux dès que possible.


Tout d'abord, permettez-moi de féliciter tous les membres du Conseil de sécurité de l'Artsakh pour leur nomination. Le Conseil de sécurité de l'Arménie compte également de nouveaux membres qui participent également pour la première fois aux débats sous cette forme. Je les félicite également à cette occasion.


Au cours de cette séance commune, j'estime qu'il est important de faire quelques remarques sur trois groupes de questions, que je définirais conditionnellement comme la participation de l'Artsakh au processus de négociation, nos approches de la partie substantielle des négociations et l'environnement du processus de paix.


Lors de notre séance commune du 23 décembre dernier, j'ai accordé une importance particulière aux prochaines élections nationales en Artsakh. Les élections en Artsakh avaient trois objectifs principaux. Premièrement, donner au peuple d'Artsakh la possibilité, en exerçant ses droits, d'élire les autorités qui organiseront la vie politique et sociale du pays. Deuxièmement, donner au peuple d'Artsakh la possibilité d'élire les autorités qui doivent assurer sa sécurité. Bien entendu, la République d'Arménie continuera de soutenir les autorités de l'Artsakh dans leur engagement à protéger le peuple de l'Artsakh, en continuant d'être le garant de la sécurité de l'Artsakh. Troisièmement, à la suite des élections présidentielles et parlementaires, le peuple d'Artsakh a dû donner mandat à ses autorités pour représenter l'Artsakh à la table des négociations.


Maintenant que les élections sont terminées et que les autorités sont formées, force est de constater que ces trois objectifs ont été le mieux atteints. À la suite d'élections compétitives et démocratiques, l'Artsakh a un gouvernement qui exprime les aspirations du peuple d'Artsakh pour des réformes politiques, le développement économique et des infrastructures. À la suite des élections et de la formation des autorités qui les ont accompagnées, le processus le plus important de solidarité et de consolidation des forces politiques a eu lieu à l'Artsakh, ce qui a sans aucun doute renforcé la sécurité de l'Artsakh.


Enfin, les élections ont souligné le rôle du peuple d'Artsakh et du gouvernement élu par lui dans le processus de paix.  Il est évident que sans la pleine participation des autorités de l'Artsakh, il ne peut y avoir de progrès significatif dans le processus de négociation, car chaque progrès nécessitant la capacité de conclure et de mettre en œuvre les meilleurs accords, c'est ici que le mandat populaire reçu par les autorités de l'Artsakh est irremplaçable. 


L'implication des autorités de l'Artsakh dans les questions de fond des négociations est une nécessité objective, dont l'évitement prolongera encore le conflit déjà prolongé. Il est évident que les parties au conflit ont des positions contradictoires sur un certain nombre de questions clés et, à vrai dire, il est beaucoup plus facile de dire que nous ne sommes pas d'accord avec l'Azerbaïdjan sur ces questions, parce que nous pouvons nous entendre sur des questions. En apparence, il y a plusieurs raisons à cette situation, mais si nous essayons de les généraliser un instant, il devient clair que nous sommes confrontés à deux problèmes principaux.  


J'ai déjà souligné le premier problème, il fait référence à la réticence des autorités azerbaïdjanaises actuelles à négocier avec les autorités de l'Artsakh. Pourquoi est-ce que j'insiste sur la situation actuelle? Parce qu'il y a des gens dans cette salle qui ont non seulement négocié, mais aussi signé des documents avec les anciennes autorités azerbaïdjanaises, y compris pendant la présidence de Heydar Aliyev.


Deuxièmement, l'Azerbaïdjan ne renonce pas aux attitudes maximalistes et considère le processus de paix comme un moyen de répondre progressivement à toutes ses exigences. En d'autres termes, ce n'est pas un moyen de parvenir à un compromis, mais un moyen de répondre progressivement à toutes ses exigences. Ce ne peut pas être ainsi, ce ne sera pas ainsi, le processus de négociation n'est pas un concert avec un ordre avec une ou deux interruptions, la paix suppose une volonté de parvenir à un compromis et à des solutions globales.


Compte tenu de cette volonté, j'ai présenté une résolution selon laquelle la solution de la question de l'Artsakh devrait être acceptable pour le peuple du Karabagh, pour le peuple d'Arménie et pour le peuple d'Azerbaïdjan. Cette résolution n'est rien d'autre qu'une proposition d'accepter un compromis. Je le répète, une possibilité d'accepter l'opportunité, pas un compromis concret, qui est encore loin d'être justifié par les raisons que j'ai mentionnées.


En n'acceptant pas ma proposition, le Président de l'Azerbaïdjan n'accepte aucun compromis. Il est donc évident que nous ne pouvons pas espérer de réels progrès dans le processus de négociation avec de telles approches, surtout lorsqu'elles sont accompagnées de menaces de guerre ou d'exigences territoriales ou historiques directes ou indirectes contre le peuple arménien.   

 

Je suis convaincu que les tentatives de transformer le conflit du Karabagh en une hostilité à grande échelle arméno-azerbaïdjanaise sans fin, où nos peuples contesteront tout - le passé, le présent, l'avenir et toute la région - ne sont dans l'intérêt ni du peuple arménien ni du peuple azerbaïdjanais.  Le verdict de la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Ramil Safarov a fermement condamné l'incitation aux crimes de haine contre les Arméniens en Azerbaïdjan. Ce verdict devrait définir des lignes rouges claires pour l'Azerbaïdjan, montrant que non seulement l'Arménie, le peuple arménien, mais aussi la communauté internationale est derrière ces lignes rouges.


Étant donné que le président de l'Azerbaïdjan aime faire référence à l'histoire ces derniers temps, je voudrais également formuler mon opinion en faisant référence à un certain schéma historique. Tout au long de son histoire, c'est-à-dire au cours des 100 dernières années, l'Azerbaïdjan a été soumis à deux épreuves majeures: en avril 1920, lorsque l'Azerbaïdjan a perdu son statut d'État qu'il avait acquis il y a deux ans, et en juin 1993, lorsque l'Azerbaïdjan a ré-approché le statut d'État qu'il avait acquis deux ans plus tôt. Au bord de la perte, ce qui nous rappelle aujourd'hui l'existence du Jour du salut national des Azerbaïdjanais, dont le prochain anniversaire a d'ailleurs été célébré il y a quelques jours.


Ces deux épreuves pour l'État d'Azerbaïdjan ont été conditionnés par les guerres de 1920 et de 1991 contre l'Artsakh. Il est clair qu'au début des années 1920 et au début des années 1990, l'Azerbaïdjan a surestimé ses capacités et sous-estimé les conséquences dévastatrices de la guerre. Je suis loin de penser que ce qui est mauvais pour l'Azerbaïdjan est bon pour l'Arménie et l'Artsakh. La perte de l'État d'Azerbaïdjan en 1920 ne nous a rien donné. Et plus important encore, en 1994, l'Arménie et l'Artsakh, avons pu établir un cessez-le-feu avec l'Azerbaïdjan, mettre fin à la guerre et stabiliser la situation dans la région.


Le système de sécurité commun de l'Arménie et de l'Artsakh est plus que prêt à protéger la sécurité du peuple arménien dans chaque partie de notre Patrie. Le recours à la force ne passera pas inaperçu et il sera toujours répondu de manière plus qu'adéquate, tant sur le plan militaire que politique. C'est ce que le Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev comprend, qui s'est en fait mis dans une impasse. Depuis plus de 15 ans, il a promis à son peuple une solution militaire au conflit du Karabagh, dépensant des milliards de dollars sous le couvert du blanchiment d'argent, ce qui entraîne souvent le blanchiment d'argent, ce qui accoste finalement les comptes offshore des célébrités. Et maintenant, il ne peut pas expliquer à son peuple pourquoi la réalité est telle qu'elle est. Il comprend que son éventuelle aventure entraînera des dommages irréversibles non seulement pour l'Azerbaïdjan, mais aussi pour la destruction de son pouvoir anti-populaire. Et afin de détourner l'attention des gens de cette impasse, il augmente la température et la couverture de ses déclarations, essayant de compenser les échecs passés par de nouvelles promesses plus absurdes sur l'avenir. 


Récemment, l'initiative dite de «l'Azerbaïdjan occidental» a été lancée sous la direction des services spéciaux azerbaïdjanais,  considérant la République d'Arménie. Avec cela, la politique régionale de l'Azerbaïdjan devient plus complète et l'initiative absurde de «l'azerbaïdjan occidental» est venue remplacer la série ridicule des «azerbaïdjans du sud, du nord et du nord-ouest», mettant l'accent sur les aspirations déstabilisatrices de l'Azerbaïdjan dans le contexte de toute la région.  

 

Mais je tiens à souligner en ce sens que nous parlons de la stabilité de la zone de conflit du Karabagh, de la sécurité, en fait, nous parlons de la sécurité et de la stabilité de toute notre région, et à cet égard, l'Arménie devient non seulement la zone de conflit du Karabagh, mais notre garant de la sécurité de la région. À cet égard, je pense que nous devons assumer une responsabilité particulière pour notre rôle régional, être fort,  mais pas pour donner des provocations absurdes et dénuées de sens.


Plus encore maintenant que nos sociétés sont aux prises avec un défi mondial, un nouveau coronavirus, nous devons les inviter à s'abstenir de prêcher des actions hostiles. Que cela nous plaise ou non, l'histoire et la géographie ont fait de nous des voisins, et nous devons partir de la simple vérité que nos peuples sont égaux, ne peuvent pas être gouvernés les uns par les autres, et doivent contrôler leur destin selon leur volonté et leur droit à l'autodétermination. L'adoption de cette égalité contribuera grandement à la préparation de la paix pour nos peuples et jettera les bases solides d'un développement à long terme et durable de notre région.  Merci! »

                                 

Dans son discours, le Président de la République d'Artsakh, Arayik Haroutiounian, a noté:


« Honorable Premier ministre de la République d'Arménie,


Chers membres des Conseils de sécurité de la République d'Arménie et de la République d'Artsakh,



Comme je participe pour la première fois à la séance commune des Conseils de sécurité de la République d'Arménie et de la République d'Artsakh, je voudrais saluer ce format de réunions, qui est devenu traditionnel. Il s'agit de la plate-forme la plus importante pour échanger des vues sur les moyens de résoudre les problèmes de sécurité auxquels est confrontée notre patrie unie et la nation arménienne en général, combinant approches et efforts. Les premières réalisations de ce type de travail sont déjà perceptibles, et je suis sûr qu’au fil du temps, ces réalisations continueront d’augmenter, augmentant le niveau de sécurité dans le pays.


Aujourd'hui, la Patrie arménienne unie vit des défis de sécurité sans précédent, qui sont principalement dus à l'incertitude causée par le coronavirus, et l'incertitude elle-même est la principale menace pour la sécurité partout dans le monde. Outre les risques habituels et à long terme, nous avons désormais l'obligation non seulement de protéger efficacement la vie et la santé publiques, mais également d’atténuer les risques externes dans tous les domaines. De ce point de vue, je considère qu'il est important d'avoir un travail harmonieux et uni entre tous les sujets possibles, des départements de la République d'Arménie et de la République d'Artsakh aux citoyens et organisations de nature différente. Je suis convaincu que ce n'est qu'avec la coordination efficace des organes autorisés par l'État et les efforts collectifs de la société que nous pourrons faire face aux défis existants, en utilisant les opportunités offertes par la crise en même temps.  


Bien entendu, dans la lutte contre la menace invisible du coronavirus, nous ne devons pas affaiblir notre vigilance, en particulier contre le danger visible posé par l'Azerbaïdjan. Depuis des décennies, les autorités azerbaïdjanaises représentent une menace ontologique non seulement pour l'Artsakh mais pour l'ensemble de la population d'Arménie. En soutenant le règlement exclusivement pacifique du conflit entre l'Azerbaïdjan et le Karabagh, nous sommes en même temps contraints d'être prêts à la guerre chaque jour. Faisant partie intégrante d'une patrie unie et du même système de sécurité, la République d'Artsakh et la République d'Arménie partagent pleinement les approches et les efforts pour parvenir à la paix et se préparer à la guerre. Cela signifie des efforts conjoints pour améliorer continuellement le potentiel militaire, développer les capacités socio-économiques, utiliser un large éventail d'instruments de politique étrangère pour la bonne protection des droits et des intérêts du peuple arménien et, pourquoi pas, pour assurer la sécurité de l'information ou la sécurité psychologique. 


L'un des principaux piliers du système d'interaction de sécurité est la sécurité alimentaire et énergétique, où les réalisations sont importantes, mais il y a toujours du nouveau travail à faire, avec le changement dynamique des défis environnementaux et de nos objectifs et opportunités. Notre tâche est de créer des systèmes alimentaires et énergétiques aussi autonomes et flexibles que possible pour toutes les situations afin d'assurer la force et la stabilité de la sécurité militaire et socio-économique. À cet égard et à bien d'autres égards, les infrastructures revêtent également une importance stratégique, et je suis heureux que nous lançions déjà la construction de la troisième autoroute reliant l'Artsakh à l’Arménie.


Chers participants,


En bref, les Républiques d'Arménie et d'Artsakh ou la Patrie unie arménienne ont pour tâche d'améliorer continuellement sa résilience stratégique et son influence dans l'environnement de sécurité actuel afin de pouvoir lutter efficacement contre les défis multiformes, multicouches et à long terme. Cette fonction responsable est placée principalement sur les structures incluses dans les Conseils de sécurité, nous devons donc utiliser toutes les mesures et méthodes efficaces pour mener à bien notre mission nationale avec honneur.


Merci! »





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

New Xar

x
Les publications les plus lues au cours de la semaine

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page