L'heure à Erevan: 11:07:36,   25 Septembre

Discours du Premier ministre Nikol Pashinyan à la séance spéciale de l'Assemblée nationale

Discours du Premier ministre Nikol Pashinyan à la séance spéciale de l'Assemblée nationale

EREVAN, 12 JUIN, ARMENPRESS: Honorable Président de l'Assemblée nationale,

Chers vice-présidents,

Chers membres de l'Assemblée nationale,

Chers Compatriotes,

 


Le gouvernement a décidé de prolonger d'un mois encore l'état d'urgence dû à la nouvelle épidémie de coronavirus. Le but de cette décision est que les causes de l'état d'urgence annoncées en mars n'ont pas encore été éliminées et, malheureusement, l'épidémie de coronavirus continue de se propager en République d'Arménie.


À ce jour, nous avons un total de 15281 cas confirmés, 5639 citoyens ont été guéris. 258 personnes sont décédées suite à la maladie, 86 d'entre elles sont mortes d'autres causes, mais elles ont été infectées par le coronavirus. À l'heure actuelle,  le nombre de patients dans un état critique est de 100. Les établissement médicaux sont surpeuplées. Sur les 1857 lits ordinaires, 1551 étaient occupés la nuit dernière. Hier, 204 des 239 lits de réanimation étaient surchargés.


La principale question qui se pose est bien sûr la suivante: quel est le concept   de sortie de crise et de réduction du nombre de citoyens infectés par le coronavirus? A vrai dire, cette perception qui nous avons présenté, n'a pas changé depuis le début. Surmonter le coronavirus, d’ailleur, c’est un constatation importante que peu de gens remarquent, ce n'est pas tant un problème de santé qu'un problème social, comportemental et disciplinaire.


Ma conviction est que la solution est dans nos esprits et dans nos têtes. Et, en fait, cette situation ne peut être surmontée que par des changements de comportement de la société. En même temps, il est important de justifier ces changements de comportement, car selon diverses prévisions, l'épidémie de coronavirus existera non seulement en Arménie, mais dans le monde pendant au moins un an et demi. On estime même que le monde restera dans cette situation  au cours des cinq prochaines années. Bien sûr, il est naturel que beaucoup de travail soit fait pour acquérir, découvrir et créer un vaccin au cours de cette période, et en théorie, ce vaccin peut être créé en trois mois, un mois, mais il peut ne pas être créé dans les trois prochaines années.


Par conséquent, ici aussi, nous devons être guidés par le scénario «Espère le meilleur, mais se prépare au pire». En fait, je voudrais dire que nos chiffres quotidiens  montrent comment nous avons respecté les règles anti-épidémiques pendant les 7 à 14 derniers jours. Pourquoi 7 à 14 jours, car c'est exactement la période d'incubation de la maladie? Autrement dit, l'infection se manifeste en 7 à 14 jours.  


Si nos chiffres sont si élevés, cela signifie que nous n'avons pas tous suivi les règles anti-épidémiques au bon niveau, nous avons introduit la condition obligatoire pour porter des masques le 3 juin, aujourd'hui le 12 juin et si les règles étaient respectées correctement, nous aurions très probablement une diminution du nombre aujourd'hui. Si nous n'avons pas une diminution du nombre, cela signifie que les citoyens de la République d'Arménie, nous ne suivons pas tous les règles anti-épidémiques au niveau approprié. 


Je voudrais dire que quels que soient les efforts du gouvernement, si ces règles ne sont pas largement respectées, il sera impossible de vaincre l'épidémie. Je tiens à répéter que notre stratégie à long terme et notre stratégie devraient être de vivre avec le coronavirus, car, comme je l'ai déjà souligné, personne ne sait combien il sera avec nous. Dans le même temps, lorsque cette idée semble très étrange pour beaucoup, je voudrais souligner que tout au long de son histoire, l'humanité a été confrontée à plusieurs reprises aux règles du changement de comportement pour des raisons artificielles. Par exemple, parlons d'un cas artificiel, lorsque des voitures sont apparues sur la planète Terre, à un moment donné, des gens ont commencé à s'y heurter, ce qui a fait de grandes victimes humaines. En conséquence, des passages pour piétons et des feux de circulation ont été créés et les règles de la route ont été réglementées. Il est vrai qu'aujourd'hui nous continuons à ignorer le feu rouge. Certains d'entre eux ont un sort similaire à celui de coronavirus. Nous avons des cas asymptomatiques, c'est-à-dire que lorsque nous traversons un feu rouge et que rien ne nous arrive, nous pouvons le considérer comme un cas asymptomatique, et lorsque nous sommes dans un accident de voiture, cela peut être considéré comme une  forme grave de Covid-19.


Par conséquent, ma et notre perception est que nous devons vivre, apprendre à vivre avec le coronavirus, car même si nous ne changeons pas notre comportement dans tous les cas, nous aurons de grandes difficultés. Dans notre pays, par exemple, nous savons qu'il existe un régime de restrictions depuis longtemps, mais il n'a pas non plus donné le résultat qui pourrait être enregistré dans un certain nombre de pays, par exemple, nos chiffres ne se sont pas approchés de zéro. Pourquoi? parce que même des restrictions généralisées supposent certaines règles de comportement, et si ces règles   sont observées  dans les rues, les places, les centres commerciaux, les marchés les plus centraux, ces règles ne sont pas observées dans les cours, les bavardoirs, les bâtiments, les entrées et nous avons à nouveau la même situation.  


Mais changer les règles de comportement est crucial même si nous réduisons les nombres à 0 à un moment donné. Si les nombres atteignent 0, cela ne signifie pas que le coronavirus a disparu, cela signifie qu'en gardant certaines règles, par exemple en portant un masque, nous avons pu mettre à zéro ces nombres, mais si nous ne suivons plus les règles après cette réduction, que les chiffres augmenteront à nouveau très rapidement.

Mais je tiens à dire que l'inefficacité du lockdown a déjà été prouvée une fois pour toutes, et notre message reste le même. Nous devons surmonter cette situation en changeant notre comportement individuel. Mais je tiens à souligner qu'il peut y avoir une situation où nous n'avons tout simplement pas d'autre choix que de revenir à l'état de lockdown. En même temps, nous avons des calculs, si nous parvenons à maintenir la situation stable, c'est-à-dire que nous aurons 550 à 600 nouveaux cas par jour, ce fardeau sera lourd, mais il sera tolérable pour notre système de santé, c'est-à-dire que nous serons en mesure de servir tous nos patients. Mais si notre situation est bien pire que cela, nous devrons peut-être simplement instaurer l'etat de lockdown total, ce qui sera un coup sérieux pour la colonne vertébrale de notre économie. 


Mais pour moi et pour nous, cela est d'une grande importance idéologique et, comme la solution de tous les autres problèmes, nous voyons également la solution de ce problème dans la coopération de masse du gouvernement et du peuple. En d'autres termes, il devrait y avoir un dialogue entre le gouvernement et le peuple, et nous devrions tous evaluer  la gravité de la situation et déclarer que le développement futur de cette situation dépend du comportement individuel de chacun de nous.


Et je pense que oui, un mouvement anti-épidémique devrait démarrer en Arménie. Et si, formellement, nous devons à nouveau fixer un point zéro, je pense que notre réunion d'aujourd'hui pourrait être ce point zéro symbolique auquel chacun de nous s'est engagé, en tant que personne qui n'a apparemment pas correctement suivi  ces règles auparavant. La preuve est que moi personnellement, j'ai  été infecté par le coronavirus, je l'ai surmonté, j'ai suivi toutes les règles établies avec une précision inconditionnelle, sans exception, et j'appelle tous les citoyens de la République d'Arménie à suivre cet exemple.


Nous avons besoin que des centaines de milliers de citoyens de la République d'Arménie soient guidés quotidiennement par cette même règle, afin qu'ils créent un environnement où le non-respect de ces règles n'est qu'une honte, un témoignage d'isolement.   


Et donc, chers compatriotes, je vous exhorte à évaluer la gravité du moment et à comprendre que ce n'est pas une question de semaine, ce n'est même pas une question d'un an. Par conséquent, nous avons la tâche de nous adapter aux nouvelles réalités, de nous adapter au nouveau monde, et dans ce nouveau monde, en tant que société, en tant qu’État, en tant que peuple, nous devons prouver notre viabilité. Et je suis convaincu qu'ensemble, nous serons en mesure de surmonter cette crise et d'assurer la viabilité de notre peuple, de notre patrie et de notre pays.


Merci!





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

New Xar

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page