L'heure à Erevan: 11:07:36,   4 Juillet

Coronavirus dans le monde : les USA près des 100 000 morts

Coronavirus dans le monde : les USA près des 100 000 morts

EREVAN, 26 MAI, ARMENPRESS: Alors la pandémie de coronavirus, qui a contaminé plus 5,5 millions de personnes dans le monde et tué près de 350 000 malades, apparaît sous contrôle en Europe et ralentit sa progression aux États-Unis, elle accentue ses ravages en Amérique latine qui recense désormais plus de 40 000 victimes, son "nouvel épicentre" selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Particulièrement frappé, le Brésil est le pays le plus endeuillé du continent, avec près de 23 000 morts. Au Mexique, le président Andres Manuel Lopez Obrador a prévenu que son pays se trouvait "au moment le plus douloureux de la pandémie". De son côté, le Pérou a prolongé le confinement jusqu'au 30 juin, et en Argentine, l'isolement social obligatoire a été prolongé jusqu'au 7 juin.


Si l'Amérique latine devient le nouvel épicentre de l'épidémie de Covid-19, et que le bilan approche des 100 000 décès aux États-Unis, le déconfinement se poursuit à travers le monde, et de nombreux pays européens souhaitent à nouveau accueillir les touristes. En Italie, après les bars et les restaurants, c'est au tour des salles de sport et des piscines de rouvrir. La péninsule ibérique pousse d'ailleurs à une reprise coordonnée des déplacements en Europe le 15 juin, qui pourrait devenir le "D-Day" du tourisme, a indiqué lundi soir son ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio. En Espagne, en France et aux États-Unis, la population redécouvre la joie de se promener sur certaines plages. De nombreux restaurants ont rouvert ce lundi en Allemagne, comme certains hôtels dans des zones touristiques, mais quasi tous les bars restent fermés. En Grèce, les terrasses des tavernes et des cafés ont rouvert lundi, une semaine plus tôt que prévu pour soutenir le secteur de la restauration avant un retour espéré des touristes à la mi-juin. Le Japon a levé son état d'urgence. Quant au Royaume-Uni, le pays prévoit d'entamer son déconfinement le 1er juin, avec une réouverture partielle des écoles.


Mais partout, les distances de sécurité et les gestes barrières sont de mise pour éviter une possible deuxième vague, redoutée par l'OMS. Le port du masque est recommandé, voire obligatoire dans de nombreux pays. Par exemple, en France, les usagers des transports en Île-de-France ont l'obligation de porter un masque, et en Espagne, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics, où il n'est pas possible de garder ses distances, à partir de 6 ans.


Coronavirus en Chine

Ce lundi, la Chine a recensé 7 nouveaux cas de contamination au coronavirus, tous provenant de l'étranger a précisé la Commission nationale de la santé dans son point journalier. Toutefois, aucun nouveau décès n'a été déclaré. Les autorités chinoises dénombrent au total 82 992 cas depuis le début de l'épidémie et 4 634 morts. Au total, plus de 3 800 personnes sont décédées des suites de la maladie à Wuhan, ville berceau de l'épidémie, selon le bilan officiel, soit l'immense majorité des décès enregistrés en Chine. La ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, a effectué 6 574 093 tests d'acide nucléique entre le 14 et le 23 mai pour dépister les infections de nouveau coronavirus.


Lors de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP), qui a débuté avec deux mois et demi de retard en raison de la pandémie, la Chine a affiché la semaine dernière son triomphe face au coronavirus, en annonçant être parvenue à endiguer l'épidémie sur son sol. "Nous avons obtenu une réussite stratégique majeure dans notre réponse au Covid-19", a clamé le Premier ministre Li Keqiang. La Chine a été le premier pays touché par le nouveau coronavirus, mais c'est aussi le premier pays à s'en sortir. Le pays est à présent confronté à la "tâche immense" de relancer son économie, en pleine dépression mondiale, a déclaré Li Keqiang aux 3 000 députés réunis. Toutefois, M. Li s'est abstenu de fixer un objectif de croissance pour l'année en cours, signe de l'incertitude à laquelle le pays est confronté face à la crise sanitaire mondiale.



Coronavirus aux USA

Les Etats-Unis se préparent à passer ce mardi la douloureuse barre des 100 000 morts du coronavirus, même si les bilans sont en baisse. Selon le dernier comptage de l'université américaine Johns Hopkins publié dimanche, 532 décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures (contre 638 hier), soit un total de 99 805 morts des suites de la maladie, pour plus de 1,7 millions de cas détectés depuis l'arrivée de la pandémie.


Anticipant le passage de la barre des 100 000 morts et pour honorer la mémoire des victimes, les drapeaux américains ont été mis en berne pendant trois jours sur ordre du président Donald Trump. Le New York Times a consacré toute sa une à la mémoire de 1 000 victimes du nouveau coronavirus, évoquant pour chacune ce qu'a été sa vie: "Joe Diffie, 62 ans, Nashville, star de la country music distingué par un Grammy" ; "Ruth Skapinok, 85 ans, Roseville, Californie, les oiseaux du jardin venaient manger dans sa main"... "Ces 1 000 personnes ici ne représentent qu'à peine un pour cent du total. Aucune d'entre elles n'était un simple numéro", écrit le quotidien américain.


Toutefois, le déconfinement continue aux États-Unis, avec la volonté de relancer au plus tôt une économie qui a été pratiquement arrêtée par l'épidémie. Les New-Yorkais ont ainsi pu redécouvrir la plage dimanche. A Coney Island, une des plages de l'est de New York, de nombreux policiers surveillaient les promeneurs au bord de l'eau pour faire respecter la distanciation physique.

Mais, signe que la vigilance est toujours de mise dans le pays, le président Donald Trump a interdit dimanche l'entrée aux Etats-Unis aux voyageurs en provenance du Brésil. Les non-Américains s'étant rendus au Brésil durant les 14 jours précédant leur demande d'entrée aux Etats-Unis n'y seront pas acceptés, a annoncé la Maison Blanche.


Coronavirus en Espagne

Le bilan quotidien des décès liés au Covid-19 est en forte hausse ce mardi 26 mai, avec 283 morts supplémentaires en 24h, contre 50 la veille. Le pays compte également plus de 236 000 cas recensés. Le gouvernement espagnol a décrété ce mardi dix jours de deuil national à partir de mercredi, en mémoire des victimes du nouveau coronavirus, qui a causé la mort de près de 27.000 personnes dans le pays. "Le deuil officiel en mémoire des victimes du Covid-19 commence demain dans notre pays", a annoncé le chef du gouvernement, le socialiste Pedro Sanchez, sur son compte Twitter. Il a souligné que ce deuil de 10 jours serait "le plus long" de la démocratie espagnole


Le pays continue malgré tout de se déconfiner progressivement et a annoncé samedi la réouverture de ses frontières aux touristes dès début juillet, mais aussi la reprise de son championnat de football. "Je vous annonce qu'à partir du mois de juillet, l'entrée de touristes étrangers en Espagne reprendra en conditions de sécurité", a déclaré le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez. 


Après dix semaines d'un des confinements les plus stricts au monde, Madrilènes et Barcelonais sont à présent autorisés à se retrouver en groupes de dix personnes maximum, chez eux ou aux terrasses des bars et restaurants. Les habitants des deux villes, les plus touchées par la pandémie qui a fait près de 29 000 morts dans le pays, sont parmi les derniers d'Espagne à avoir entamé lundi un déconfinement par phases qui doit s'étaler jusqu'à fin juin-début juillet


Des mesures avaient déjà été prises depuis quelques semaines afin que les Espagnols commencent à renouer avec un semblant de vie sociale et un minimum de liberté de mouvement, mais aussi pour relancer l'économie du pays. Il est désormais possible en Espagne de sortir faire du sport ou se promener, avec des restrictions horaires par catégories d'âges, dans les communes de plus de 5000 habitants, les petits commerces et les coiffeurs ont rouvert, les restaurants peuvent vendre à emporter, et les rassemblements de moins de 10 personnes sont aussi permis.


Mais la prudence est toujours de mise dans le pays. Les écoles ne rouvriront qu'en septembre, et le port du masque est obligatoire dans les transports. Depuis le vendredi 15 mai, l'Espagne a commencé à contrôler les étrangers arrivant dans ses aéroports, prenant leur température et leur enjoignant d'observer une quarantaine de 14 jours pour éviter une résurgence du coronavirus. Jeudi 21 mai, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics, où il n'est pas possible de garder ses distances, à partir de 6 ans.


Coronavirus en Italie

Premier pays à avoir confiné il y a plus de deux mois l'ensemble de sa population pour endiguer la pandémie du nouveau coronavirus, l'Italie comptabilise au total plus de 230 000 cas confirmés de Covid-19 et 32 955 décès des suites de la maladie. Le dernier bilan quotidien des victimes du Covid-19 est passé en-dessous des 100 décès avec 78 décès en 24 heures dans la péninsule, selon la Protection civile italienne (contre 92 la veille).



Depuis le 4 mai, les Italiens profitent d'un peu de liberté grâce à une première levée partielle de restrictions. Le pays débute la "phase 2" de son déconfinement. Depuis lundi, l'Italie a franchi une nouvelle étape dans la levée des restrictions, avec la réouverture des salles de sport et des piscines, une semaine après celle des restaurants. Ce mardi, c'est le site antique de Pompéi, dans le sud qui va rouvrir. "Le pays se remet en route", a commenté le Premier ministre Giuseppe Conte, dans une lettre publiée lundi par la presse locale, alors que l'épidémie semble aujourd'hui maîtrisée dans la péninsule. "Après le premier démarrage du 4 mai, des millions d'Italiens vont reprendre le travail aujourd'hui", s'est-il félicité, tout en prévenant que les prochains "mois seront très durs et complexes". Près de 800 000 commerces sont théoriquement concernés par la reprise d'activité, selon la confédération patronale Confcommercio. 


La prochaine étape du déconfinement est prévue le 15 juin, avec les théâtres et les cinémas. " A partir du 15 juin, les théâtres et les cinémas rouvriront et nos enfants pourront profiter de diverses offres de loisirs " a annoncé le Premier ministre italien. Le 3 juin, le pays, très dépendant du tourisme, lèvera la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers, pour ainsi rouvrir ses frontières aux touristes européens, afin de relancer au plus vite ce secteur clé. Il sera également possible pour les Italiens de voyager librement dans tout le pays.


Source: linternaute.com





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

New Xar

x
Les publications les plus lues au cours de la semaine

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page