L'heure à Erevan: 11:07:36,   26 Novembre

L'Arménie et le Haut-Karabagh sont prêts à déployer de réels efforts pour résoudre le conflit

L'Arménie et le Haut-Karabagh sont prêts à déployer de réels efforts pour résoudre le conflit

EREVAN, 15 FÉVRIER, ARMENPRESS: Dans le cadre de la Conférence de Munich sur la sécurité, une table ronde sur la question du Haut-Karabagh a eu lieu, à laquelle ont participé le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev.


Au cours de la discussion, les orateurs ont également répondu aux questions des personnes présentes.


Le modérateur a d'abord donné la parole au Président de l'Azerbaïdjan, puis au Premier ministre arménien. Nikol Pashinyan a dit notamment: «Je conseillerais au Président Aliyev de ne pas descendre si profondément dans l'histoire. Parce que lorsque le roi arménien Tigran le Grand a négocié avec le Commandant militaire romain Pompée, dans le Caucase du Sud et en général dans le monde, il n'y avait aucun État qui s'appellerait l'Azerbaïdjan. Par conséquent, je ne pense pas que ce soit la bonne approche pour aller aussi loin, car je peux aller encore plus loin et commencer, par exemple, à partir de 405 avant JC, mais je ne le ferai pas, car je ne pense pas que ce soit la bonne approche. 


Quant au Haut-Karabagh en tant qu’État, vous savez que je dois dire que je ne suis pas d’accord avec le Président Aliyev. Parce que le Bureau du Caucase a décidé de faire du Karabagh une partie de l'Arménie, et après cette décision, qui était une décision tout à fait légale, à l'initiative personnelle de Joseph Staline, cette décision a été annulée à Moscou. Cela semblait être une conspiration, un accord entre Staline, Lénine et Atatürk. Le Karabagh n'a jamais fait partie d'un État azerbaïdjanais indépendant. Le Karabagh n'a été inclus en Azerbaïdjan que dans le processus de formation de l'Union soviétique. Et lorsque nous parlons d'intégrité territoriale, nous devons décider de l'intégrité territoriale de quel pays nous parlons.  


Ma question est la suivante: si l'Azerbaïdjan respectait l'intégrité territoriale de l'Union soviétique, comment respecterait-elle cette intégrité territoriale si l'Azerbaïdjan se retirait de l'Union soviétique? De la même manière, tout comme le Haut-Karabagh a quitté l'Union soviétique. Vous pouvez dire que je parle maintenant d'un État qui n'existe pas, c'est-à-dire de l'Union soviétique, mais la République soviétique qui comprenait le Haut-Karabagh n'existe pas non plus. Il n'y a pas de République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan, et c'est la vérité. Et tout comme l'Azerbaïdjan a obtenu son indépendance de l'Union soviétique, le Karabagh a également obtenu son indépendance à la fois de l'Union soviétique et de l'Azerbaïdjan soviétique. 


Quant à Khodjaly, au milieu des années 1990, l'ancien Président azerbaïdjanais Aïaz Mutalibov a accordé un interview au journal russe «Nezavisimaya Gazeta», disant que la provocation de Khodjaly avait été organisée par l'opposition azerbaïdjanaise afin de le retirer du pouvoir. Et ils ont réussi, puisque Aïaz Mutalibov a démissionné de son poste de président de l'Azerbaïdjan. Quant aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, quelle est la signification générale de ces documents? La signification générale de ces documents est d'établir inconditionnellement et immédiatement un cessez-le-feu, c'est-à-dire de mettre fin à la violence et aux hostilités. Et lorsque nous examinons la résolution 8.8.4 du Conseil de sécurité de l'ONU, nous voyons qu'elle dit que l'Azerbaïdjan a violé le cessez-le-feu et, par conséquent, l'Azerbaïdjan a perdu les territoires. Et tout d'abord, l'Azerbaïdjan ne respecte pas les termes du document du Conseil de sécurité, et c'est très important à noter. 


Cependant, vous savez, je ne pense pas que cette approche soit correcte, de sorte que les dirigeants arméniens et azerbaïdjanais répètent la même chose à chaque fois. Malheureusement, nous répétons la même chose depuis 25 ou 30 ans, et je crains que la communauté internationale, dans un sens, soit déjà fatiguée d’écouter la même chose. Et je pense que nous devons proposer de nouvelles idées.


Lorsque je suis devenu Premier ministre d'Arménie à la suite d’une Révolution populaire de velours, je me suis rendu compte qu'il est impossible de résoudre un conflit de 30 ans en une ou deux pas. Et je pensais que nous avions besoin de révolutions pour résoudre ce problème, et j'ai commencé le processus des micro-révolutions. La prochaine fois, lorsque j'en aurai l'occasion, je vous présenterai l'importance des micro-révolutions dans le processus de négociation sur le Haut-Karabagh que j'ai initié.


Merci! »


Question: Vous êtes dans cette audience internationale, il y a de nombreux négociateurs expérimentés, dont beaucoup travaillent sur cette question depuis près de 30 ans, essayant d'aider à une résolution pacifique du conflit. Qu'aimeriez-vous que la communauté internationale fasse pour vous aider à développer l'option qui, à votre avis, est une solution juste et pacifique au conflit du Haut-Karabagh?


Premier ministre de la République d'Arménie Nikol Pashinyan: Oui, il y a quelque chose de très concret que la communauté internationale peut faire: déclarer clairement, souligner que le conflit du Haut-Karabagh n'a pas de solution militaire, la communauté internationale doit clairement et sans équivoque le souligner et le dire. Si quelqu'un pense le contraire et dit que le conflit du Haut-Karabagh a une solution militaire, je pense que le peuple du Haut-Karabagh répondra dans ce cas que  ce conflit est déjà réglé. Mais je pense que nous avons besoin d'une paix durable.


L'Arménie ne représente pas le Haut-Karabagh dans le processus de négociation, mais je sais que l'Arménie et le Haut-Karabagh sont prêts à déployer de réels efforts pour instaurer une paix durable dans notre région. Et en tant que Premier Ministre arménien, je considère que cette situation est non seulement ma responsabilité pour la sécurité de mon pays, mais je me rends également compte de ma responsabilité pour la sécurité de la région, pour la sécurité mondiale. Et je propose au Président Aliyev de percevoir cette situation comme notre tâche commune, à faire. C'est-à-dire instaurer une paix et une stabilité durables et considérer cette situation non seulement comme une question de notre programme national, mais aussi comme une question de sécurité mondiale et régionale. Et notre responsabilité, notre devoir est d'exercer nos efforts, de contribuer au maintien d'une sécurité mondiale. Et je vous assure que l'Arménie et le Haut-Karabakh sont prêts pour cela. 


Le Premier ministre Nikol Pashinyan a répondu aux remarques exprimées dans le discours du Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, soulignant notamment:  «Je voudrais faire quelques commentaires. Tout d'abord, les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU ne disent pas «troupes arméniennes», il dit «forces arméniennes locales». Autrement dit, le peuple du Haut-Karabagh a formé des forces d'autodéfense, et il n'est fait aucune mention de «l'armée arménienne». Quant aux victimes, oui, c'est une tragédie, et à la suite de ce conflit, des milliers de personnes, Arméniennes et Azerbaïdjanaises, sont mortes, et c'est un fait. Cependant, j'ai personnellement lu une interview de l'ancien Président de l'Azerbaïdjan, accordé à  «Nezavisimaya Gazeta», et je pense que nous pouvons le trouver sur Internet. En ce qui concerne les faits historiques, il existe un livre «Nagorno-Karabakh: aspects juridiques». Ce que j'ai dit se trouve dans ce livre, dans les manuels d'histoire. Concernant les noms des villes et le nettoyage ethnique. Il y avait une région de Chahoumian, où aucun Arménien ne vit actuellement, bien que la population y soit complètement arménienne. La région de Chahoumian a maintenant une sorte de nom azerbaïdjanais, qui est très difficile à prononcer. En outre, le président Aliyev a noté qu'un soldat azerbaïdjanais avait été tué par un arménien, tandis qu'aujourd'hui un soldat arménien a été blessé par un tireur de précision azerbaïdjanais. Et notre tâche commune et bilatérale est d'arrêter ce processus. » 



Question: Je suis chercheur à l'Institut Max-Planck de droit public et international comparé . Le Président Aliyev a déjà souligné le rôle du droit international. Ma question s'adresse aux deux orateurs. Pourquoi, d'un commun accord, ne soumettez-vous pas ce différend à la Cour internationale de Justice?

Premier ministre de la République d'Arménie Nikol Pashinyan: Nous sommes également attachés aux négociations de paix, comme je l'ai dit, et je pense que les négociations devraient avoir lieu dans le format de la coprésidence du Groupe de Minsk de l'OSCE, et nous travaillons de manière très intensive. Comme je l'ai dit, nous sommes prêts à déployer de réels efforts pour apporter des changements, parvenir à une solution au conflit. Mais personne ne m'a posé de questions sur les mini-révolutions que j'ai faites dans le processus de négociation.

Ma vision fondamentale est la suivante: comme je l'ai déjà indiqué, il est impossible de résoudre ce conflit de longue date en une ou deux étapes. Pourquoi dis-je que nous avons besoin de la micro-révolution? Je pense que nous avons besoin de micro-révolutions, au sens conventionnel du terme, puis nous devons les remplacer par des mini-révolutions, puis marquer un tournant dans le processus de négociation. De quelles microrévolutions je parle? En septembre 2018, j'ai déclaré que toute solution au conflit du Haut-Karabakh devrait être acceptable pour le peuple d'Arménie, le peuple du Karabakh et le peuple d'Azerbaïdjan. Pourquoi cette micro-révolution? Étant donné que je suis le premier dirigeant arménien à avoir déclaré que la solution devait être acceptable également pour le peuple azerbaïdjanais.  Et maintenant, plus d'une année s'est écoulée depuis cette révolution, mais je ne suis pas seulement le seul dirigeant de l'Arménie, je suis le seul des dirigeants de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie à dire que toute solution doit être acceptable pour toutes les parties. Il s'agit d'une micro révolution très importante.

La prochaine révolution est que lors d'une de mes conférences de presse, j'ai appelé les utilisateurs des réseaux sociaux d'Arménie et d'Azerbaïdjan à ne pas utiliser les réseaux sociaux pour s'insulter et se menacer mutuellement. J'ai encouragé l'utilisation des réseaux sociaux et des nouvelles technologies pour mieux se comprendre. C'est également une approche, et j'ai essayé de faire appel directement au peuple azerbaïdjanais. Si Cela ne dérange pas Ilham Aliyev, cela ne me dérangera pas si le Président Aliyev parle avec le peuple arménien.

Mais nous avons un fait très étrange. Le Président Aliyev refuse de parler aux représentants du Haut-Karabagh, ce qui est très étrange. Comment est-il possible de résoudre le conflit du Haut-Karabagh sans en parler aux représentants du Haut-Karabagh? Soit dit en passant, le Haut-Karabagh a été reconnu comme partie au conflit et partie à la négociation par l'OSCE. Cela s'est produit deux fois le 24 mars 1992 et en 1994 lors du sommet de l'OSCE à Budapest.

Merci!

Question: La Russie est l'un des pays qui essaient de trouver une solution. Une suggestion a été que peut-être la question du statut devrait être laissée à plus tard et essayer de faire quelque chose que les parties accepteraient plus facilement. Par exemple, en ce qui concerne les territoires autour du Haut-Karabagh, la création d'un couloir et d'autres démarches. Envisagez-vous une solution provisoire qui laissera la question du statut pour plus tard et résoudra d'autres problèmes maintenant, à ce stade?


Le Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a  d’abord répondu à la question. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a également répondu à ses réflexions en déclarant: «Au fait, nous avons fait une micro-révolution mutuelle, et j'espère que j'aurai l'occasion de le dire. Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois à Douchanbé, la capitale du Tadjikistan, nous avons eu une mini-révolution avec le Président Aliyev, après cette rencontre, la tension est généralement tombée, et nous avons pu créer une ligne directe pour la communication  et l'échange d'informations.


Je dois admettre que dans ce cas, le Président Aliyev est avec moi un co-auteur de cette démarche. Le Président Aliyev parle de territoires et du point de vue de l'Azerbaïdjan, à son avis, ce sont des territoires, mais du point de vue du Karabagh - c'est la sécurité



Nous devons comprendre pourquoi le statu quo d'aujourd'hui a été créé, car lorsque le Haut-Karabagh a tenté d'exercer son droit à l'autodétermination, les hostilités ont commencé contre les Arméniens du Haut-Karabagh et les Arméniens du  Karabagh ont été contraints d'organiser l'autodéfense.  


Le Président Aliyev a parlé de Chouchi et de la capitale du Haut-Karabagh, Stepanakert. Pendant de nombreuses années, la capitale a été bombardée depuis la ville de Chouchi, et des civils ont longtemps vécu dans des abris souterrains, et c'est vrai. Il est impossible pour quiconque de mettre en danger la sécurité, c'est impossible dans le cas du Karabagh.


Le Président Aliyev a mentionné les Forces armées azerbaïdjanaises. Mon fils fait son service militaire dans le Haut-Karabagh, mais il s'est porté volontaire là-bas, il s'est porté volontaire pour y servir. Il est allé défendre ses compatriotes parce qu'il connaît l'histoire, il sait ce qui se passe depuis 1988. J'ai déjà parlé de la région de Chahoumian, où la population était à 100% arménienne, et maintenant il n'y a pas un seul arménien là-bas. Nous connaissons également le cas du Nakhitchevan, où il y avait une énorme population arménienne. Nakhitchevan était également une région autonome au sein de l'Azerbaïdjan, et maintenant il n'y a pas un seul Arménien là-bas.

 

Je dirai encore une phrase: le Président Aliyev a déclaré que le Haut-Karabagh n'est pas partie aux négociations et au conflit, mais que l'Azerbaïdjan avait signé deux fois des accords avec le Haut-Karabagh. Pour la première fois en 1994, il s'agissait d'un accord de cessez-le-feu entre l'Arménie, le Haut-Karabagh et l'Azerbaïdjan. Les ministres de la défense ont signé le document. Trois mois après cela, en juillet 1994, ils ont réaffirmé que le cessez-le-feu serait maintenu jusqu'à la résolution politique du conflit. » 


À l'issue de la discussion, en réponse à une déclaration du Président de l'Azerbaïdjan, le Premier ministre Pashinyan a déclaré: «Monsieur le Président, ce n'était pas très constructif, mais je dirai qu'à l'époque de Tigrane le Grand, il n'y avait que deux nations dans notre région - les Arméniens et les Géorgiens. Et pas seulement à l'époque de Tigran le Grand, mais aussi à l'époque des Bagratids,  Arsacides. Cela peut être trouvé dans n'importe quel livre d'histoire. Je suis très content de cette discussion. Je tiens à réaffirmer que l'Arménie et le Haut-Karabagh sont prêts à déployer de réels efforts pour résoudre ce conflit. » 


Avant la discussion, le Premier ministre Nikol Pashinyan a eu un bref entretien avec le Président azerbaïdjanais.





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page