L'heure à Erevan: 11:07:36,   26 Novembre

Des questions liées au développement des régions discutées au gouvernement

Des questions liées au développement des régions discutées au gouvernement

EREVAN, 22 JANVIER, ARMENPRESS: Sous la présidence du  Premier ministre Nikol Pashinyan, le gouvernement a tenu aujourd'hui une réunion avec la participation des gouverneurs de la République d'Arménie, qui  a porté sur les plans pour l'année 2020 et les questions inscrites à l’ordre du jour, informe le Cabinet du Premier ministre.


Ouvrant la réunion, le Premier ministre Nikol Pashinyan a noté que 2020 est une bonne année pour aborder des questions plus ciblées de développement territorial. « À cet égard, à mon avis, nous n'avons pas trouvé, mais nous nous sommes orientés vers la formule à suivre et à réaliser le développement territorial. Avec les résultats de 2018 et 2019, je pense que nous pouvons dire que le système de subventions devrait devenir le principal moteur de développement de ce sujet. Pourquoi le système de subventions est-il attrayant parce qu'il crée vraiment un champ de coopération très spécifique et donne une nouvelle qualité et un nouveau niveau aux relations, parce qu'en fait, ces programmes impliquent les communes le gouvernement aussi.  


C'est-à-dire que la commune est plus motivée par ses propres ressources, ce qui nous permet de voir en termes très concrets comment les impôts qu'ils paient reflètent la réalité et comment ils changent leur vie. La participation du gouvernement, bien sûr, est un très grand essor. 


J'ai reçu aujourd'hui une référence selon laquelle nous avons alloué 16 milliards de drams pour les  programmes de subventions dans les régions, et pourtant les communes ne sont pas en mesure de réaliser pleinement ces 10 milliards de drams par an. Mais, comme je l'ai dit à plusieurs reprises, le principe sera le suivant: lorsque nos communes réalisent 10 milliards de drams, l'allocation budgétaire de l'État augmentera et augmentera de 1 milliard de drams, 2 milliards de drams autant que nos communes  peuvent mettre en œuvre ces subventions. Quelle conclusion avons-nous tirée pendant cette période? Notre conclusion est claire: les projets subventionnés réussissent mieux dans les grandes communes où il y a une certaine concentration de fonds, et nous parlons ici à la fois de volume et de qualité.


Et, comme vous le savez, j'ai également visité différentes communes pour tirer des conclusions sur cette question afin de prendre connaissance du processus des programmes de subventions.   La mise en œuvre de ces programmes de subventions devrait également nous aider à montrer aux citoyens l'impact de la qualité des choix qu'ils font dans les élections des collectivités locales sur leur vie, car il est clair que parfois, malheureusement, le lien de causalité n'est pas perçu par nos concitoyens. Ce système nous permet également d'avoir un nouveau niveau de dialogue avec nos concitoyens au sens purement économique et politique en termes de qualité de travail des collectivités locales.  


Cette année, nous avons ajouté un autre élément important au programme de subventions: le tiers a également la possibilité de participer au programme de subventions. c'est le secteur privé, les bienfaiteurs, les gens qui veulent participer au développement communautaire. Il y a ici un changement philosophique très important: De nombreux hommes d'affaires et philanthropes travaillent à la mise en œuvre de projets dans leur commune natale.  Naturellement, quelles que soient les possibilités de ces personnes, elles ont certaines limites. Dans de nombreux cas, l'argent du secteur privé est dépensé pour des travaux symboliques et sort de la logique de développement. Dans ce cas, lorsque trois entités - le secteur privé, le gouvernement et la commune- peuvent se mettre en place, cela signifie que nous pouvons, pour ainsi dire, passer d'une logique caritative purement symbolique à une logique de développement.  Par conséquent, la pierre angulaire de notre stratégie de développement territorial devrait être les programmes de subventions, et nous devrions également nous assurer que les programmes mis en œuvre par le gouvernement et le secteur privé dans les communes soient maximisés en termes de financement, afin que la réalisation de ces fonds nous donne des résultats plus visibles et tangibles. Aujourd'hui, nous discuterons également des problèmes actuels auxquels les gouverneurs sont confrontés dans leur travail et nous essaierons également de trouver des solutions à ces problèmes. »


Le ministre de l'Administration territoriale et des Infrastructures, Souren Papikian, a présenté les résultats des programmes de subventions 2019 dans les régions. Au cours de la dernière année, 16 milliards 378 millions de drams de programmes de subventions ont été mis en œuvre au cours de la coopération État-commune, dont le cofinancement public est de 9 milliards 597 millions de drams.  «En 2019, sur la base des performances mais également du critère de qualité, nous avons transféré 6 milliards 366 millions d'AMD. Nous n'avons pas transmis le reste aux communautés, mais avons donné l'occasion de faire et de corriger les erreurs en 2020, et seulement cette année, si le travail est fait correctement, le reste sera transféré. C'est un message très important pour les exécuteurs, les sous-traitants, pour faire comprendre à tout le monde que la norme de qualité est très importante pour nous. Autrement dit, nous devons respecter les normes exigées par l'État, et les entrepreneurs sont tenus de s'acquitter de leurs obligations énoncées dans l'exigence préliminaire », a indiqué le ministre. 


Comme principales questions liées aux programmes de subventions, le ministre a mentionné la qualité des projets, la disponibilité qualitative des exécuteurs. Selon Papikian, dans le cadre de la coopération avec le PNUD cette année, il prévoit d'investir pour environ 9 millions de dollars de systèmes d'économie d'énergie dans les régions, ce qui permettra à tous les bâtiments en panneaux d'être économes en énergie, ce qui comprend la réparation des toits, des sous-sols, des murs extérieurs. 


Le Premier ministre a noté que les programmes de subventions et de développement en général devraient avoir une composante civilisationnelle et découler de la logique de la pensée du développement, non seulement la création ou l'amélioration d'infrastructures concrets, mais aussi la création d'une atmosphère et d'un environnement favorables.  


Les questions liées à la formation d'un environnement pour attirer les investissements dans les régions du pays, les réformes mises en œuvre dans différentes directions, les opportunités des programmes d'infrastructure ont été discutées lors de la réunions. La situation des abattoirs a également été évoquée. Les questions de coopération entre les mairies régionales et les agences d'État ont été discutées. 


Le Premier ministre Pashinyan a souligné l'importance d'un travail coordonné et a noté que la transition de la gouvernance actuelle aux solutions stratégiques devrait être faite et que les plans pour 2020 devraient suivre cette logique.





https://zen.yandex.ru/id/5dee07a31e8e3f00ae3051c1


youtube

Toutes les nouvelles    

Tomorrow  Demain

Sur l'agence

Adresse Armenia, 22 Saryan Street, Yerevan, 0002, Armenpress
Tél.: +374 11 539818
Courriel: [email protected]
settings Configrations de la page