Sport

"Olympiens. Paris 2024" : J'ai encore faim de victoires : Artur Aleksanyan

9 minutes de lecture

"Olympiens. Paris 2024" : J'ai encore faim de victoires : Artur Aleksanyan

EREVAN, 14 JUIN, ARMENPRESS: Dans l'histoire du sport mondial, rares sont les athlètes qui ont réussi à remporter toutes les médailles olympiques - or, argent, bronze. L'un d'entre eux est le lutteur Artur Aleksanyan, qui est déjà devenu une légende du sport arménien. Notre prochain héros de la série "Olympiens. Paris-2024" - le lutteur gréco-romain Artur Aleksanyan.

Artur Aleksanyan 

Lutteur gréco-romain (97kg) 

32 ans 

Médaillé d'or, d'argent et de bronze aux Jeux Olympiques 

Sept fois champion d'Europe, quatre fois champion du monde 

Vainqueur des Jeux européens 

Paris 2024 est ses quatrièmes Jeux Olympiques. 

Ses jours de compétition : 6-7 août

- Commençons par le début. Comment vous souvenez-vous de votre premier jour dans la salle de lutte, à l'entraînement ?

- La lutte a toujours été présente dans notre maison, car mon père, mon oncle et mon frère étaient lutteurs. La pratique de ce sport était donc tout à fait naturelle pour moi. Je me souviens encore de mon enthousiasme lorsque je suis entré pour la première fois dans le gymnase.

- Vous pratiquez ce sport depuis si longtemps. N'êtes-vous pas fatigué ?

- Vous savez, il y a des moments où je me sens fatiguée. Mais je sais exactement pour quoi je m'entraîne, le chemin que j'ai parcouru, le chemin que je suis en train de parcourir et comment je vais aller jusqu'au bout pour atteindre mon objectif.

- Y a-t-il eu un tournoi qui a été décisif dans votre choix final de sport ?

- Oui, il y a eu de tels tournois quand j'étais plus jeune. Je pense que le plus décisif a été le Championnat du monde des jeunes de 2010, que j'ai remporté. Après ce championnat, l'année suivante, j'étais déjà dans l'équipe senior.

- Arthur, vous avez remporté toutes les médailles possibles dans votre sport. Vous êtes médaillé d'or, d'argent et de bronze aux Jeux olympiques. Qu'est-ce qui vous retient encore dans l'arène ?

- Honnêtement, on m'a déjà posé cette question. J'ai toujours faim de victoires. Parfois, je me demande d'où vient cette motivation, j'ai tant de médailles et je continue.

 - Vous savez, j'ai beaucoup parlé avec de jeunes lutteurs, et beaucoup d'entre eux vous citent en exemple, voyant comment vous vous entraînez à cet âge, ils sont également inspirés. Est-ce que vous tenez compte de ce fait ?

- Peut-être, il y a des moments où j'en tiens compte. Notre équipe est comme une famille. Nous nous encourageons tous les uns les autres et nous voulons gagner beaucoup, ce qui est important pour notre pays, pour notre peuple.

- Maintenant, avec le recul de ces dernières années, que s'est-il passé à Tokyo ?

- Je me suis gravement blessé lors du combat contre le représentant de l'Iran en demi-finale des Jeux Olympiques de Tokyo. En finale, j'ai combattu avec une seule jambe. Mais même dans cet état, j'étais prêt à gagner, sans la partialité de l'arbitre. Aujourd'hui encore, je dis à tout le monde que je n'ai pas touché la jambe de mon adversaire avec ma main. Personne ne peut prouver que j'ai touché sa jambe avec ma main. Sans ma blessure, je suis sûr que j'aurais gagné. J'essaierai d'atteindre mon objectif à Paris 2024 : devenir double médaillé d'or olympique.

- Vos premiers Jeux olympiques ont eu lieu il y a 12 ans, à Londres en 2012. Qu'un athlète participe à ses quatrièmes Jeux est exceptionnel dans le sport mondial. Avec quelles pensées et quelles attentes allez-vous à Paris 2024 ?

- Je compte sur la victoire, mais l'avenir nous dira ce qu'il en est. J'ai des médailles olympiques de toutes les couleurs. À chaque séance d'entraînement, après chaque séance d'entraînement, j'ai le même sentiment qu'aux Jeux de Rio. Je sens intérieurement que je vais chercher ma première médaille d'or olympique. Et c'est peut-être ce qui me donne de la force et me permet de rester dans ce sport aussi longtemps.

- Les Jeux de Paris 2024 seront-ils vos derniers ?

- Je ne peux pas encore répondre à cette question. Je pense que je terminerai ma carrière après ces Jeux, mais je ne peux pas m'imaginer sans la lutte. J'ai consacré toute ma vie à ce sport et quand je me souviens de moi, je me souviens des couleurs de ce tapis, je me souviens de cette salle. 

- Arthur, dans ce cas, avez-vous quelque chose à vous prouver ?

- Vous savez, je n'ai rien à prouver à moi-même ou aux autres. C'est juste très difficile d'arrêter de se battre. Et je veux terminer ma carrière par une victoire, mais je ne peux pas dire quand cela arrivera.

 

Comment aimeriez-vous que l'on se souvienne de vous lorsque vous prendrez votre retraite ?

 -Comme un double champion olympique (auteur : il rit). Mais j'aimerais que les générations suivantes s'efforcent de dépasser ces résultats.

- En quoi voyez-vous, vous les lutteurs, la beauté de la lutte, qui nous est invisible ?

- Il y a beaucoup de moments douloureux et difficiles dans la lutte, et les victoires sont importantes. Mais pour moi, la lutte est un mode de vie, et ce que j'aime le plus dans ce sport, c'est le sentiment de parenté qui existe entre notre génération et nos aînés.

- Si vous aviez l'occasion de combattre un lutteur de l'histoire du sport mondial, qui choisiriez-vous ?

- Bien sûr, il y aurait une différence dans les catégories de poids, mais probablement Alexander Karelin et Armen Nazaryan.

- Et si vous aviez la possibilité de parler pendant une heure à n'importe quel personnage de l'histoire arménienne, qui aimeriez-vous rencontrer ?

- Nos rois. Et plus près de nous, avec Monté Melkonian.

-Et à la fin de notre conversation, terminez la phrase : Les Jeux Olympiques de Paris seront pour moi...

-         le but ultime.

"Les Olympiens. Paris-2024"

Auteur du projet Hayrapetyan

Photos de Hayk Manukyan

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone
fbtelegramyoutubexinstagramtiktokdzenspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT