Artsakh

Le Gouvernement fournira une aide publique au logement aux familles déplacées de force du Haut-Karabakh

9 minutes de lecture

Le Gouvernement fournira une aide publique au logement aux familles déplacées de force du Haut-Karabakh

EREVAN, 16 MAI, ARMENPRESS: Une réunion régulière du cabinet s'est tenue aujourd'hui, sous la présidence du Premier ministre Nikol Pashinyan.

Le Gouvernement a approuvé le programme de soutien de l'Etat pour la fourniture de logements aux familles déplacées de force du Haut-Karabakh et les listes d'implantations individuelles en République d'Arménie. Comme l'a indiqué le ministre du Travail et des Affaires sociales, Narek Mkrtchyan, le programme comporte trois volets. « Le premier est l'acquisition d'un appartement ou d'une maison résidentielle individuelle par la délivrance d'un certificat. Le deuxième est la délivrance d'un certificat pour la construction d'une maison individuelle, et le troisième est une aide au remboursement du prêt hypothécaire. Les certificats ont des valeurs différentes en fonction du nombre de membres de la famille et de l'emplacement», a déclaré le ministre, précisant que l'aide s'élèverait à un montant de 2 à 5 millions d'AMD.

Le Premier ministre a noté que le Gouvernement a abandonné la logique de nivellement et la logique d'adoption d'une seule formule et d'un seul principe. Le vice- Premier ministre Tigran Khachatryan a également fait remarquer que « Nous avons estimé que jusqu'à 25 000 familles pourraient bénéficier de ce programme, et si nous calculons simplement le montant moyen de l'indemnisation, alors 500 milliards d'AMD peuvent représenter le coût de la construction ou de l'achat de ces maisons ou appartements, en plus des intérêts que nous paierons tout au long de la période aux institutions financières qui mettront en œuvre ce programme. Selon les calculs les plus modestes, le coût dépasse 700 à 800 milliards d'AMD ».

Le Gouvernement a adopté une décision conditionnée par l'attribution d'un soutien financier aux organisations du système de santé par le biais du remboursement des dépenses, ainsi que par une organisation plus efficace des soins médicaux gratuits et des services garantis par l'État. Comme l'a indiqué le ministre de la santé Anahit Avanesyan, la décision propose de redistribuer 3 milliards d'AMD et d'augmenter le financement des services de santé.

« Avec ces ajouts, nous poursuivons notre engagement à améliorer l'accès aux soins médicaux pour notre population année après année. Permettez-moi de vous présenter quelques données sur la façon dont les volumes de services et de financement ont augmenté ces dernières années. En ce qui concerne l'ajout de seulement deux programmes en 2018 pour les personnes incluses dans l'aide sociale et les groupes spéciaux et en ce qui concerne les examens complexes, au lieu de 28 000 973 cas, en 2023 nous avons traité 46 000 401 cas, en 2024 - 84 000 374 cas, ce qui représente une augmentation de 55 000 cas par rapport à 2018. Ce ne sont que les données du premier trimestre. La tendance à la hausse sera légèrement plus importante au deuxième trimestre. Nous publierons bientôt les données semestrielles. En général, la mise en œuvre de tous les programmes de soins de santé au premier trimestre 2018 n'était que de 14 milliards de drams, en 2023 - 24,7 milliards de drams, en 2024 - 30 milliards de drams », a déclaré le ministre.

Lors de la réunion du cabinet d'aujourd'hui, Nikol Pashinyan a de nouveau fait référence au paiement des impôts et a souligné son importance. « L'impôt n'est pas quelque chose qu'une personne prend dans sa poche et met dans la poche de quelqu'un d'autre, mais qu'une personne prend dans une poche et met dans une autre. Il s'agit là d'une perception de l'État que nous devons approfondir. Les gens ne doivent pas penser qu'ils se font voler lorsqu'ils paient des impôts, ils doivent comprendre qu'en payant des impôts, ils assurent leur bien-être et leur sécurité, ainsi que ceux de leurs enfants et même de leurs petits-enfants et arrière-petits-enfants à naître, sans oublier l'obligation du gouvernement de dépenser l'argent collecté de la manière la plus efficace possible ».

Dans ce contexte, le Premier ministre a mis l'accent sur la mise en œuvre des réformes de l'éducation. « Nous devons revenir sur les réformes de l'éducation. Ce que nous apprenons et ce que nous enseignons à nos enfants. Nous enseignons des connaissances qui apprennent à ne pas vivre, au lieu de vivre. Il enseigne à ne pas vivre et à ne pas profiter de la vie, mais à souffrir. Le cœur de notre tradition éducative est que nous devons apprendre aux enfants à souffrir, même dans des situations où il n'y a aucune raison de souffrir, il faut trouver une raison de souffrir. C'est l'objectif fondamental que nous nous fixons et que nous mettons en œuvre avec succès. C'est là que nous avons un succès inégalé. Mais l'expérience de notre équipe politique et l'expérience de la souffrance devraient nous dire que nous devrions créer un état où la souffrance n'est pas le but ultime. C'est ce à quoi nous nous employons actuellement. C'est à cela que sert la démarcation, à faire en sorte que la souffrance en République d'Arménie ne soit pas l'objectif primordial, mais que la vie, la création, la richesse et l'enrichissement, le développement et l'épanouissement soient l'objectif primordial de la République d'Arménie. Et c'est ce que nous devrions faire de l'idéologie de l'État. C'est ce que nous faisons et c'est ce que nous ferons, et nous ne nous arrêterons pas sur cette voie, soyez-en sûrs ».

Le «Sports Management Center» CJSC sera créé sur décision du gouvernement. Le centre de gestion spécialisé unifié gérera les structures régionales construites et à construire dans la république.

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone
fbtelegramyoutubexinstagramtiktokdzenspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT