International

Les émeutes en Nouvelle-Calédonie se poursuivent, la France déclare l'état d'urgence

4 minutes de lecture

Les émeutes en Nouvelle-Calédonie se poursuivent, la France déclare l'état d'urgence

EREVAN, 16 MAI, ARMENPRESS: Les voisins de la Nouvelle-Calédonie dans le Pacifique ont appelé à la désescalade et au retour au dialogue entre la France et les partis politiques de l'île, après une troisième nuit d'émeutes violentes qui ont tué quatre personnes et conduit à des centaines d'arrestations, rapporte Reuters.

La France a déclaré l'état d'urgence en Nouvelle-Calédonie, donnant aux autorités des pouvoirs supplémentaires pour interdire les rassemblements et les déplacements sur l'île.

Les émeutes ont éclaté à cause d'un nouveau projet de loi, adopté par les législateurs à Paris mardi, qui permettra aux résidents français ayant vécu en Nouvelle-Calédonie pendant 10 ans de voter aux élections provinciales - une mesure dont certains dirigeants locaux craignent qu'elle ne dilue le vote autochtone kanak, ajoute le rapport.

Le ministre néo-zélandais des affaires étrangères, Winston Peters, a appelé toutes les parties à désamorcer une situation qui « préoccupe sérieusement toute la région des îles du Pacifique ».

Le premier ministre du Vanuatu, Charlot Salwai, a déclaré que la destruction aveugle de biens affecterait considérablement l'économie de la Nouvelle-Calédonie et aurait un effet en cascade sur la vie de tous les Néo-Calédoniens, y compris les Kanaks.

La ministre australienne des affaires étrangères, Penny Wong, a appelé au calme et a déclaré que l'Australie soutenait les discussions entre toutes les parties.

Selon le rapport, dans trois communes de l'île sous domination française, les gendarmes ont fait face à environ 5 000 émeutiers, dont 3 000 à 4 000 à Nouméa. Deux cents personnes ont été arrêtées et 64 gendarmes et policiers ont été blessés.

Les routes principales et secondaires de Nouméa ont été bloquées par des barricades, des voitures ont été incendiées.

Trois jeunes Kanak sont morts dans les émeutes, et un fonctionnaire de police de 24 ans est décédé d'une blessure par balle.

Des renforts de police, soit 500 agents de plus que les 1 800 habituellement présents sur l'île, ont été envoyés après que les émeutiers eurent incendié des véhicules et des entreprises et pillé des magasins, ajoute le rapport.

La France a déployé des troupes dans les ports et à l'aéroport international de Nouvelle-Calédonie.

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone

fbtelegramyoutubexinstagramtiktokspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT