Officielle

Interview du Premier ministre avec des représentants des médias britanniques

43 minutes de lecture

Interview du Premier ministre avec des représentants des médias britanniques

EREVAN, 22 AVRIL, ARMENPRESS:Le Premier ministre Nikol Pashinyan a accordé une interview à des représentants des médias britanniques. Vous trouverez ci-dessous l'intégralité de l'entretien.

Question - The Guardian : Patrick Wintour - Je voudrais vraiment vous poser une question : vous êtes entouré de quatre grands pays autoritaires: la Russie, l'Iran, la Turquie et l'Azerbaïdjan. Vous avez perdu la récente guerre ? Dans quelle mesure êtes-vous préoccupé par le fait que vous prenez un grand risque en essayant de vous rapprocher de l'Occident ? Est-il probable que l'Arménie rejoigne l'Union européenne au cours de la prochaine décennie ?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Merci, mais nous devons apporter quelques ajustements à votre question. En effet, lors de l'énumération des pays qui nous entourent, les statistiques n'ont pas été exprimées correctement, car nos voisins sont l'Iran, la Turquie, la Géorgie et l'Azerbaïdjan.

Nous n'avons pas de frontière directe avec la Fédération de Russie, mais bien sûr, la Fédération de Russie est un acteur très important et sérieux dans la région du Caucase du Sud. Quant à notre rapprochement avec l'Occident, c'est ce que vous avez dit, nous n'avons jamais été loin de l'Occident pour nous en rapprocher aujourd'hui. Même si beaucoup de gens donnent l'exemple qu'après la révolution populaire non violente de Velours de 2018, les relations avec l'Occident sont devenues très étroites, en fait, même avant la révolution, l'Arménie et l'Union européenne ont signé un accord de partenariat global et renforcé. La responsabilité de la mise en œuvre de cet accord incombe déjà à notre gouvernement.

Bien sûr, nos réalisations démocratiques ont créé et continuent de créer des conditions objectives pour le développement dynamique de nos relations. Mais ce que je veux dire, c'est que si nous dépassons un instant les flux d'informations actuels, rien d'imprévisible ne se produira. Si nous nous fixons sur ce point, après la révolution de 2018, nous avons également dit que la démocratie n'est pas une politique que nous avons adoptée en raison des circonstances, mais une stratégie pour nous. Il existe une autre circonstance essentielle, à savoir la diversification des relations étrangères et de sécurité.

En fait, pour parler franchement et honnêtement, il ne s'agit pas d'une cause mais d'une conséquence, car nous diversifions nos relations étrangères, oui, mais nous ne sommes pas les seuls à le faire. Pratiquement, vous ne trouverez aucun acteur dans le monde d'aujourd'hui qui ne diversifie pas ses relations internationales, même ceux qui sont considérés comme très diversifiés d'ici 2022.

Tout le monde diversifie ses relations extérieures et, bien sûr, l'Arménie ne peut pas se soustraire à cette nouvelle tendance. Quant à la poursuite de notre rapprochement avec l'Union européenne, j'ai dit dans mon discours au Parlement européen que la République d'Arménie était prête à être aussi proche de l'Union européenne que celle-ci le jugeait possible.

Il semble que nous sommes désormais sur cette voie, et il est très important de le déclarer publiquement, parce qu'ils nous attribuent à nous et à l'Union européenne des "accords secrets", notamment après la réunion trilatérale qui s'est tenue à Bruxelles le 5 avril. Il est très important de noter que la transparence est très importante pour nous et que nous avons publié de manière transparente les ordres du jour et les résultats. Et oui, dans une certaine mesure, nous voyons le rapprochement des relations avec l'Union européenne, mais il n'y a rien d'extraordinaire à cela, d'après mes informations, parce que c'est une voie que la République d'Arménie n'a pas adoptée récemment.

Question - The Independent: Kim Sengupta - Permettez-moi de vous poser une question, Monsieur le Premier ministre, sur le soutien international à l'Arménie. Et quelle influence certains pays pourraient-ils avoir sur l'Azerbaïdjan ? "British Petroleum a exporté pour 35 milliards de dollars de pétrole et de gaz depuis l'Azerbaïdjan au cours des quatre dernières années. Cela représente quatre fois le budget de défense croissant de l'Azerbaïdjan. Le Royaume-Uni a donc une certaine influence sur l'Azerbaïdjan par l'intermédiaire de British Petroleum. Souhaitez-vous que le Royaume-Uni utilise cette influence? Et la question suivante sur le soutien, qui en découle : l'Azerbaïdjan reçoit beaucoup d'armes de la Russie, de la Turquie et d'Israël. Je sais que l'Arménie reçoit maintenant des armes de l'Inde et de la France. Souhaiteriez-vous que d'autres pays interviennent pour que l'Arménie ait les moyens de se défendre ?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Tout d'abord, je ne voudrais pas commenter les activités commerciales et les investissements qui ont lieu dans les pays voisins. Je peux dire une chose, je pense qu'en général, tout investissement devrait être intéressé par le fait qu'il y aura une paix dans l'environnement de l'investissement et dans la région, et que la paix sera établie.

De manière générale, je pense que le rétablissement de la paix est dans l’intérêt de la communauté internationale et aussi des investisseurs. Mais je tiens bien entendu à souligner que les premiers bénéficiaires de la paix sont l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Et cette thèse théorique, qui, bien sûr, semble très théorique, peut progressivement prendre une expression objective. Il est particulièrement important qu'au cours des cinq derniers mois, nous ayons conclu deux accords majeurs avec l'Azerbaïdjan. Et il dit qu'en fin de compte, ce sont les peuples d'Arménie et d'Azerbaïdjan qui bénéficient de la paix.

C'est-à-dire, les investisseurs, oui, bien sûr, la stabilité économique mondiale, oui, mais avant tout, nous sommes les bénéficiaires de la paix. À cet égard, nous sommes préoccupés par un certain nombre de déclarations faites par l'Azerbaïdjan concernant les réformes et la modernisation de l'armée arménienne. Après tout, vous l'avez noté à juste titre, si nous examinons le rapport entre les budgets militaires de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie, il y a un grave déséquilibre, et oui, ce déséquilibre se forme également aux dépens des revenus de l'Azerbaïdjan par le biais des opérations que vous avez mentionnées.

Mais ce qui nous inquiète, c'est que même dans ces conditions de déséquilibre, l'Azerbaïdjan réagit de manière très agressive aux réformes des Forces armées arméniennes et à l'acquisition d'armes et d'équipements, bien que nous comprenions tous que ces réalisations ont une signification purement défensive.

D'ailleurs, j'ai dit à plusieurs reprises qu'aucun pays ne peut s'opposer au droit d'un autre pays à disposer d'une armée prête au combat.Je pense que nous devons affirmer qu'une armée compétente est parfois utilisée pour faire la guerre, mais qu'elle est également importante pour la paix, pour créer un bon équilibre des forces. Et c'est aussi la raison pour laquelle, lorsque l'Azerbaïdjan soulève ces questions, en particulier nos achats d'armes, qui ne représentent pas plus de 15 à 20 % des armes achetées par l'Azerbaïdjan, à la fois financièrement et en termes de volume, et qui sont principalement de nature défensive et ont une importance défensive, nous ne laissons pas ces déclarations sans réponse.

Nous avons proposé à l'Azerbaïdjan la mise en place d'un mécanisme bilatéral de contrôle mutuel des armements. En d'autres termes, afin de pouvoir fournir nos armes dans le cadre de ces accords mutuels et de ne pas provoquer une course aux armements dans notre région.

Nous avons proposé et continuons de proposer un retrait miroir des troupes des frontières fixées par la déclaration d'Alma-Ata en 1991. Cette déclaration, cette proposition est toujours d'actualité. Nous avons proposé de signer un traité de non-agression avant même que le traité de paix ne soit conclu, car il s'agit d'un accord très simple que nous pouvons signer, surtout maintenant que nous avons décidé de faire de la déclaration d'Alma-Ata la base de notre processus de démarcation et de démarcation, c'est un document très simple, qui stipule que nous ne nous attaquerons pas l'un l'autre sur la base du fait que nous avons reconnu l'intégrité territoriale de l'autre et que nous n'avons pas d'ambitions territoriales l'un envers l'autre.

Sur la base de cette logique, je pense que nous devrions continuer à travailler, et l'accord conclu vendredi dernier par les commissions de démarcation des deux pays, de tels accords en eux-mêmes peuvent contribuer à la stabilité.

D'une manière générale, vous savez quoi, posons une question similaire. Nous parlons de budgets militaires, mais, bien sûr, une paix stable et à long terme nous donnera à tous la possibilité de dépenser ces moyens au moins dans une moindre mesure, et les moyens restants pourront être investis dans la résolution des problèmes socio-économiques de notre pays.

C'est vrai, cette année, nous avons fait beaucoup de progrès en termes de produit intérieur brut par habitant, mais dans notre pays comme en Azerbaïdjan, il y a beaucoup de problèmes sociaux. Lorsque cela sera possible et que la paix régnera, cela permettra, premièrement, aux gouvernements des deux pays de réaliser ces investissements dans le développement social et économique et, deuxièmement, à un moment donné, nous pourrons également penser au développement économique régional.

Dans le cadre du développement économique régional, nous avons également approuvé et mis en œuvre le programme " Carrefour de la paix ", que vous connaissez bien, je l'espère. Nos réflexions vont dans ce sens. C'est-à-dire que nous ne nous préparons pas à la guerre, nous nous préparons à la paix, mais d'un autre côté, tant que nous n'aurons pas la certitude que la République d'Arménie ne sera pas attaquée, nous devrons naturellement développer nos capacités de défense. En outre, j'ai dit que la République d'Arménie n'avait aucune ambition dans aucune direction: ni au sud, ni à l'ouest, ni au nord, ni à l'est, sur un territoire de 29 743 kilomètres carrés. Et nous pensons que c'est sur cette base que nous devons construire et développer notre souveraineté et notre indépendance.

Question - The Telegraph and The Critic : Michael Mosbacher - Votre système de sécurité actuel n'était pas efficace, l'OTSC n'a pas aidé l'Arménie lors du récent conflit avec l'Azerbaïdjan. Comment pensez-vous que cette relation va se poursuivre, comment l'Arménie va-t-elle bénéficier de l'adhésion à l'OTSC, et comment va être l'avenir des bases militaires russes dans votre pays ?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Vous savez, nous envisageons de résoudre les questions de sécurité régionale dans le cadre du processus de paix. En outre, il est très important de souligner que le processus de paix lui-même n'est pas seulement le travail sur le traité de paix. Il est très important de noter que nous sommes maintenant entrés dans la phase pratique du processus de démarcation, qui est extrêmement important, y compris du point de vue de la réduction des risques pour la sécurité, et nous devons suivre cette voie. Quant à l'OTSC, il y a là un problème fondamental, car, voyez, en fait, même avec l'Azerbaïdjan, nous avons pu parvenir à un accord de principe selon lequel nous reconnaissons mutuellement nos intégrités territoriales sur la base de la déclaration d'Alma-Ata de 1991, et la déclaration d'Alma-Ata de 1991 est considérée comme une base politique pour le processus de délimitation. Je voudrais que nous prenions note de ce que cela signifie dans la pratique.

La déclaration d'Alma-Ata de 1991 contient deux éléments très importants pour les questions dont nous discutons. Premièrement, l'Union soviétique cesse d'exister, ce qui a été convenu par les 12 Républiques de l'ancienne Union soviétique, c'est-à-dire toutes les républiques à l'exception des États baltes, qui étaient alors déjà devenues indépendantes, et les frontières administratives fixées entre les anciennes républiques soviétiques sont devenues des frontières d'État. En d'autres termes, nous savons désormais exactement où se situent les frontières entre la République d'Arménie et la République d'Azerbaïdjan, et il est très important que nous prenions la déclaration d'Alma-Ata comme base politique pour le processus de démarcation. Cela signifie également que nous ne devons pas tracer une nouvelle frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, mais seulement reproduire sur le terrain les frontières qui existaient au moment de l'effondrement de l'Union soviétique et qui avaient une base juridique de jure à l'intérieur des frontières de l'Union soviétique.

Quel est le rapport avec l'OTSC ? Le lien est très direct : selon la déclaration d'Alma-Ata, les frontières fixées comme frontières administratives sont également la zone de responsabilité de l'Organisation de sécurité collective. Qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie qu'en cas de violation de cette frontière, le mécanisme de sécurité de l'OTSC doit être lancé.

Quel est le problème qui s'est posé dans nos relations avec l'OTSC ? Le problème est de savoir quand ces frontières ont été violées en mai 2021, en novembre 2021, en septembre 2022, et l'Arménie a utilisé les mécanismes de réponse aux crises de l'OTSC, mais ces mécanismes n'ont pas fonctionné au motif que les frontières n'étaient pas délimitées. Et la Fédération de Russie a récemment fait une déclaration similaire en disant que l'OTSC n'avait pas fonctionné à ce moment parce qu'il n'y avait pas de frontière délimitée ou qu'il n'y a pas de frontière, mais nos partenaires n'ont pas fixé quelque chose d'important s'il n'y a pas de frontière délimitée là, est-ce que ça signifie qu'il n'y a pas non plus de zone de responsabilité de l'OTSC, parce qu'il y a une frontière et que tout le monde connaît l'emplacement de cette frontière, mais ils disent que nous ne pouvons pas montrer la zone de responsabilité de l'Organisation du traité de sécurité collective dans la République d'Arménie.

Cela, excusez-moi, signifie que l'OTSC n'existe pas vraiment, parce que la frontière n'est pas délimitée, par exemple la frontière entre la Russie et le Japon n'est pas délimitée. Excusez-moi, je sais que nos partenaires n'ont pas une telle intention, mais si tout à coup il y aura une telle situation, l'OTSC, par exemple, la Russie a des frontières non délimitées avec des pays, si tout à coup il y aura une telle intention que les troupes de n'importe quel pays pénètrent sur le territoire de la Fédération de Russie, les frontières non délimitées, alors l'OTSC ne devrait pas réagir de quelque manière que ce soit ? Cela signifie qu'il n'existe pas d'Organisation du traité de sécurité collective en tant que mécanisme sur lequel les États membres, la Russie, l'Arménie et d'autres pays pourraient s'appuyer.

Et notre question est de savoir si nous nous appuyons sur une organisation sur laquelle il ne faut pas compter, car cette organisation n'est pas fiable en principe, et non seulement nous, mais d'autres ne peuvent pas s'appuyer sur cette organisation, ce qui est justifié par la réaction de l'organisation et la déclaration de certains pays membres. Notre communauté nous dit pourquoi vous continuez à être membre de l'OTSC. À vrai dire, je n'ai pas de réponse à cette question.

Question - Adam Smith Institute: James Price - A votre avis, dans quelle mesure les Azerbaïdjanais ou même les Russes sont-ils sincères dans leur désir de normaliser les relations, ou sont-ils simplement en train de préparer le terrain pour de nouvelles actions hostiles ou agressives ?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Lorsque j'ai parlé de la diversification des relations et que j'ai dit que tout le monde diversifiait ses relations, la Russie diversifie également ses relations dans le Caucase du Sud, et elle a commencé à le faire avant nous. D'ailleurs, le problème de l'OTSC est venu de là, car aujourd'hui, au sein de l'OTSC, du point de vue de l'organisation et en général, et depuis assez longtemps, même avant la guerre de 2020, la Russie poursuit une politique d'égalité entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie.

Je tiens à préciser que la politique de diversification des relations dans notre région a été lancée par la Fédération de Russie et qu'elle a, comme nous le disons, une date précise. Si, avant 2012-2013, la politique russe était que l'Arménie est un allié de la Russie dans le Caucase du Sud, l'Azerbaïdjan est un partenaire, de plus dans le cadre de l'OTSC, dont tout le sens devrait être que le Traité de sécurité collective garantit très concrètement la sécurité de la république arménienne, il n'en reste pas moins qu'en 2013, un accord de plusieurs milliards de dollars a été signé entre la Russie et l'Azerbaïdjan.

Je voudrais attirer l'attention de tous sur le fait que le 21 ou le 22 février 2022, la Russie et l'Azerbaïdjan ont signé une déclaration de partenariat stratégique. En fait, la déclaration elle-même parle également de la nécessité d'une coordination des politiques, et il s'agit d'un document public, qui peut enregistrer que ce qui a été déclaré par les pays - coopération dans la sphère de la sécurité, consultations politiques, etc. - est mis en pratique, sinon la déclaration n'aurait aucun sens.

En d'autres termes, pourquoi ces pays ont-ils signé cette déclaration s'ils n'ont pas l'intention de la mettre en œuvre ? Surtout dans des conditions où, avant la signature de cette déclaration, il y a eu au moins deux épisodes de non-respect des obligations de l'OTSC à l'égard de la République d'Arménie.

Et récemment, un fait très intéressant a été enregistré lorsque nos partenaires de la Fédération de Russie ont déclaré qu'ils proposaient d'envoyer des soldats de la paix de l'OTSC à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Je suis désolé, mais cette déclaration détruit la fonctionnalité du traité de l'OTSC, car elle était censée se rendre à la frontière arméno-azerbaïdjanaise en tant qu'alliée de l'Arménie, et non en tant que force de maintien de la paix ou d'instauration de la paix. Beaucoup de gens disent que l'Arménie a dit ceci à propos de l'OTSC, l'Arménie a dit cela à propos de l'OTSC, l'Arménie a fait cela dans l'OTSC, l'Arménie a fait cela dans l'OTSC, mais l'Arménie n'a rien fait à l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC). Tout ce que l'OTSC a fait l'a été par l'OTSC elle-même à travers ses déclarations, ses actions et son inaction.

Et dans ces conditions, nous ne pouvons pas faire comme si nous ne remarquions pas tout cela. Nous avons pratiquement gelé notre participation à l'OTSC aujourd'hui et, à mon avis, si la ligne de l'impossibilité de reprendre notre participation à l'organisation n'a pas été franchie, mais si cela continue, je veux dire les positions politiques qu'ils expriment, il est également évident que la ligne sera franchie. En d'autres termes, du moins si nous le disons, il sera pratiquement impossible de réintégrer l'OTSC.

Question - The Guardian: Lewis Baston - Merci, Monsieur le Premier ministre. J'ai récemment écrit un livre sur les frontières elles-mêmes. Je m'intéresse aux problèmes des personnes déplacées qui vivaient dans le Haut-Karabakh et qui se sont installées en République d'Arménie. La politique à court terme, telle que je la comprends, consiste à aider au logement, à l'éducation, à l'emploi, etc. Cela soulève la question de l'avenir à long terme de ces personnes. Pensez-vous que le droit au retour fait partie d'un règlement global dans la région, ou bien ce chapitre est-il fermé et la société arménienne doit-elle continuer à se développer à l'intérieur de ses frontières actuelles, en incluant les anciens résidents du Haut-Karabakh dans la société arménienne ?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Notre politique est la suivante : si nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh n'ont pas vraiment la capacité ou le désir de retourner en Arménie, nous ferons tout notre possible pour qu'ils restent République d'Arménie. Je tiens également à vous dire que lors de l'une de mes récentes visites régionales, une femme déplacée de force du Haut-Karabakh s'est approchée de moi et m'a posé une question : dans quelle mesure est-il réaliste que nous ayons la possibilité de retourner au Haut-Karabakh et elle a dit : veuillez me répondre directement et honnêtement :

Je lui ai dit : je vais vous répondre directement et honnêtement, dans la situation actuelle et dans les perceptions qui existent dans notre région et dans les perceptions qui existent en Azerbaïdjan et dans les perceptions qui existent parmi les Arméniens du Haut-Karabakh, dans les conditions que ces perceptions je ne considère pas comme réalistes. J'ai dit : je ne peux pas vous mentir, car si c'était réaliste, il n'y aurait pas d'expulsion du Haut-Karabakh.

Mais il faut aussi noter que le gouvernement de la République d'Arménie a essayé de tout faire, donc, dans les tout derniers jours de septembre 2023, nous avons été accusés que cela, bien sûr, n'arrive pas, mais c'est aussi très important. que les autorités agissant dans le Haut-Karabakh à ce moment-là, ainsi que certains cercles nous ont accusés que le gouvernement de l'Arménie ne permettait pas à la population du Haut-Karabakh de s'échapper et de se réinstaller dans la République d'Arménie.

Notre objectif à l'époque était le suivant : nous voulions tout faire pour créer les conditions de notre côté, car il est clair que cela ne relève pas vraiment de notre décision, pour faire tout ce qui est possible afin que le déplacement forcé et le nettoyage ethnique de la population du Haut-Karabakh n'aient pas lieu. Mais nos efforts n'ont pas porté leurs fruits.

Au contraire, il y avait clairement des forces qui voulaient entraîner la République d'Arménie dans une guerre avec des objectifs de grande envergure. En réponse aux questions précédentes, j'ai dit que la République d'Arménie ne va pas faire la guerre pour le Haut-Karabakh. J'ai dit que la République d'Arménie n'avait pas d'ambitions au-delà des frontières internationalement reconnues. Nous espérons que le processus de démarcation permettra de rétablir l'intégrité territoriale de la République d'Arménie.

D'ailleurs, je pense que nous avons déjà démontré notre sincérité par les décisions prises aujourd'hui dans le cadre du processus de démarcation. Nous avons montré notre sincérité parce que nous avons également fait ce qui suit : nous avons enregistré que le gouvernement de la République d'Arménie est prêt à prendre des mesures dans le cadre de sa juridiction pour que dans les villages azerbaïdjanais, c'est-à-dire environ 4 villages : Gezilhajil, Kheyrumli, Ashakh Askipara, Baganis-Ayrum, que dans ces villages où les gens ne vivent pas actuellement, la vie des gens là-bas devienne possible, que la vie devienne possible.

Mais nous constatons également que le même processus devrait permettre aux habitants des villages de Baganis, Voskepar, Kirants, Berkaber de la République d'Arménie de vivre sans stress, de manière à ce qu'ils puissent vivre dans leurs maisons, fonder des familles. D'avoir des enfants sans avoir peur de la sécurité.

C'est à ce stade que les gouvernements d'Arménie et d'Azerbaïdjan devraient être en mesure de transformer un programme de paix théorique en une réalité pacifique concrète. Il est vrai que nous nous sommes mis d'accord sur une question locale dans cette région, mais la qualité de la mise en œuvre des accords sur cette question locale augmentera ou diminuera la confiance dans l'agenda de la paix et la possibilité de la paix.

Je pense que cela augmentera la confiance dans la paix, à la fois parmi les publics d'Arménie et d'Azerbaïdjan, et finalement accumulera également un certain degré de confiance. Disons qu'il existe une profonde méfiance. Je tiens également à saluer le travail accompli par les membres de la commission de démarcation et les deux coprésidents, qui s'efforcent d'instaurer une confiance molécule par molécule, qui peut se développer si elle est manipulée avec soin, mais qui peut s'effondrer si elle est manipulée sans précaution. Ces commissions sont dirigées par le vice-Premier ministre arménien Mher Grigoryan et le vice-Premier ministre azerbaïdjanais Shahin Mustafayev.

Question - BBC : Giles Fraser - L'Arménie est le plus ancien pays chrétien du monde. Pouvez-vous décrire la destruction en cours des églises, des croix, des pierres tombales ?

Premier ministre Nikol Pashinyan - Vous savez, les valeurs spirituelles ont une expression physique et pour le christianisme, ce n'est pas du tout secondaire. En général, le problème de la protection des monuments historiques et culturels est grave et il est particulièrement aggravé dans les zones de conflit. Je pense qu'il est également très important de créer un climat de confiance dans la région afin que nous puissions surmonter cette atmosphère d'hostilité.

Vous savez, en fin de compte, les personnes ayant une attitude négativeà l'égard des monuments culturels et historico-culturels inamovibles expriment en fait leur aversion les uns pour les autres. En d'autres termes, il s'agit essentiellement d'un monument sans vie, n'est-ce pas ? Il ne semble pas y avoir de raison d'attaquer un monument inamovible, n'est-ce pas ? C’est ainsi que les gens expriment leur hostilité les uns envers les autres.

Bien sûr, ces monuments, en particulier les églises, ont une histoire, ils ont un esprit qui découle de cette histoire, ce sont des sanctuaires, mais profaner ou endommager des sanctuaires de quelque manière que ce soit est aussi une expression d'inimitié. Nous ne pouvons donc pas dire : d'accord, laissons l'inimitié subsister, laissons-la s'aggraver, mais assurons la sécurité des monuments, c'est impossible.

Il est possible d'assurer la sécurité des monuments lorsque les gens ne ressentent pas d'hostilité lorsqu'ils regardent un monument, ou du moins lorsqu'ils se sentent encadrés de manière à ne pas viser trop haut immédiatement, et je pense que cela fait partie de l'agenda de la paix. Je devrais également dire, et c'est là un autre terme dangereux, que le mouvement de protection des monuments et la cohérence sur cette question sont très importants, extrêmement importants, mais qu'il est également important que le processus ne soit pas utilisé pour renforcer l'animosité.

En d'autres termes, il s'agit d'une nuance très sensible, même si elle existe objectivement, car si le caractère sacré de quelqu'un est profané, le sentiment de haine s'intensifie naturellement. Et si nous voulons que cela ne se produise pas, nous devons être cohérents dans la mise en œuvre de l'agenda de paix, car il ne s'agit pas d'une question distincte, mais bien d'une question liée à cet agenda de paix.

Je vois la solution à tous les problèmes en revenant à la création de la paix autour des trois principes fondamentaux de l'agenda de paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Il faut noter que les trois principes fondamentaux de la paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont fixés: premièrement, l'Arménie et l'Azerbaïdjan reconnaissent mutuellement leur intégrité territoriale et leur souveraineté sur la base de la déclaration d'Alma-Ata de 1991 ; deuxièmement, L'Arménie et l'Azerbaïdjan prennent la Déclaration d'Alma-Ata comme une base politique pour le processus de démarcation et troisièmement, les communications régionales, les canaux devraient être ouverts sous la souveraineté, la juridiction des pays, sur la base du principe de réciprocité et d'égalité et ce troisième principe nous l'avons exprimé dans le programme "Carrefour de la paix" qui est un outil très important pour surmonter l’hostilité, dans la combinaison avec les deux principes précédents.

Emplacement

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone

fbtelegramyoutubexinstagramtiktokspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT