Officielle

Discours du Premier ministre à l'AN lors de la discussion sur la mise en œuvre du plan d'action du gouvernement

72 minutes de lecture

Discours du Premier ministre à l'AN lors de la discussion sur la mise en œuvre du plan d'action du gouvernement

EREVAN, 11 AVRIL, ARMENPRESS. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a prononcé un discours final à l'Assemblée nationale sur le programme gouvernemental (2021-26) pour 2023. Informatin du service de presse du cabinwt du Premier ministre.

“ Honorable Président de l'Assemblée nationale,

Mesdames et Messieurs les députés,

Chers membres du cabinet,

Chers participants,

Cher peuple,

Nous discutons du rapport 2023 sur les progrès et les résultats du plan d'action gouvernemental 2021-2026. L'objectif principal de ce format annuel est de clarifier ce qui nous est arrivé et ce que nous avons atteint ou ce que nous sommes en train de faire.

Ce qui m'a aidé à formuler enfin la réponse à cette question simple, mais tout aussi difficile, c'est la séance de questions-réponses qui s'est déroulée récemment à l'Assemblée nationale, dont les réflexions m'ont fait comprendre que depuis 2021, les débats qui se déroulent dans cette salle, même s'ils peuvent sembler incivils, ne sont pas nécessairement politiques, mais plutôt apolitiques ou parfois sans contenu, apolitiques ou sans contenu aux yeux du public, ont en fait une grande profondeur conceptuelle, structurelle et stratégique, car, dans l'ensemble, deux points de vue, deux visions conceptuelles et stratégiques, s'affrontent dans ces discussions, dont l'un peut être placé sous le concept d'Arménie Historique, et l'autre sous celui d'Arménie Réelle.

En outre, ce débat a commencé après la guerre des 44 jours, car jusqu'à cette guerre, il existait en Arménie un large consensus politico-public selon lequel l'Arménie Historiqueet l'Arménie Réellene peuvent pas seulement coexister, mais peuvent également se renforcer mutuellement : Cette perception était comprise, acceptée et même aimée par la majorité au pouvoir, pour moi personnellement, et elle a été exprimée dans un certain nombre de documents, de déclarations et de positions.

La transformation psychologique, politique et pratique du gouvernement et de moi-même, qui a eu lieu devant vous tous, mais qui n'a pas été formalisée en tant que telle, est basée sur cette compréhension : le gouvernement et moi-même personnellement sommes arrivés à la conviction que l'Arménie Historiqueet l'Arménie Réellene sont pas seulement incompatibles, mais sont souvent en conflit l'une avec l'autre et représentent même de graves menaces l'une pour l'autre, et je vais maintenant essayer d'expliquer pourquoi.

Le gouvernement et moi-même, qui sommes depuis longtemps porteurs de la psychologie et de la tradition de l'Arménie Historique,n'avons constaté qu'en 2022 que le facteur clé pour assurer la sécurité de la République d'Arménie est ignoré, et ce depuis les premières années de la fondation de notre État, et ce facteur, ce sont les frontières internationalement reconnues de la République d'Arménie, le territoire internationalement reconnu de la République d'Arménie. Ce n'est qu'après la guerre de septembre 2022 que j'ai acquis la conviction sans équivoque et sans ambiguïté que la fixation du territoire internationalement reconnu de la République d'Arménie peut devenir un facteur supplémentaire et décisif pour assurer la sécurité à court, moyen et long terme de notre pays.

C'est à partir de ce moment qu'a commencé un processus réel, politique et psychologique que l'on peut qualifier de processus de démarcation entre l'Arménie Réelleet l'Arménie Historique.

D'ailleurs, le processus de délimitation et de démarcation entre l'ArménieRéelleet l'ArménieHistoriquen'est pas plus facile que le processus de démarcation entre la République d'Arménie et la République d'Azerbaïdjan.

Pour être honnête, le processus de démarcation entre l'Arménie Réelleet l'Arménie Historiqueest beaucoup plus douloureux, notamment parce que cette démarcation a lieu à l'intérieur de chacun d'entre nous et révèle des couches et des nuances inattendues.

En conséquence, l'Arménie Historiquene reconnaît pas l'intégrité territoriale de l'ArménieRéelle,parce que l'intégrité territoriale de l'ArménieRéelleest un facteur limitant pour l'Arménie Historiqueet ne lui donne pas l'opportunité de se manifester.

En ce sens, bon gré mal gré, l'Arménie Historiquemarche avec un certain nombre de pays qui ont des ambitions contre la souveraineté, l'indépendance et les territoires de l'ArménieRéelle,parce que l'intégrité territoriale de l'Arménie Réelle, lafrontière internationalement reconnue, est un facteur limitant pour l'appétit de ces pays.

D'ailleurs, l'Arménie Historiquea un impact clé sur nos relations avec un certain nombre de pays. C'est une garantie permanente de notre inimitié envers un groupe de pays, et une garantie que ces pays auront une raison et une explication pour poursuivre une politique agressive à notre égard.

L'Arménie Historique,c'est aussi la garantie que nous n'aurons pas les capacités et les connaissances nécessaires pour vivre dans notre environnement sans aide extérieure et que, par conséquent, nous aurons toujours besoin d'un mécène, d'un ami plus âgé. C'est aussi la garantie que nous n'aurons pas de véritable État, de véritable indépendance, parce que notre vision de l'Arménie Historiquenous conduira toujours au piège du génocide, et nous aurons besoin d'un sauveur et d'un mécène lorsque nous nous retrouverons dans ce piège, sans qui nous ne pourrons pas survivre, nous ne pourrons pas exister. Et la peur du génocide nous maintiendra dans le statut d'avant-poste. Et l'avant-poste n'a besoin d'aucune frontière, d'aucune souveraineté, d'aucune indépendance, d'aucune intégrité territoriale. Tout ce dont il a besoin, c'est d'un mécénat.

Faites attention, que depuis l'indépendance, nous avons adopté une position de résistance chaque fois que nous avons entendu parler du principe international de l'intégrité territoriale et de l'inviolabilité des frontières. Nous avons agi de la sorte parce que, comme je l'ai décrit plus haut, c'était nécessaire pour l'Arménie Historique. Mais nous n'avons même pas remarqué qu'avec cette approche, parfois secrètement et ouvertement encouragée par certains de nos amis, nous avons adopté des pratiques qui rendent inévitable la violation de l'intégrité territoriale et des frontières de l'Arménie Réelle.

Honorable Président de l'Assemblée nationale,

Chers députés,

Chers membres du Cabinet,

Chers participants,

Cher peuple,

En tant que Premier ministre de la République d'Arménie, je crois qu'il est de mon devoir de constater et de dire que nous devons nous attacher à servir les intérêts de l'Arménie Réelle. En outre, il faut enregistrer l'impossibilité de revenir à l'avenir aux pratiques et à la pensée de l'Arménie Historique. Sinon, nous n'aurons même pas la possibilité de relever les défis de la sécurité extérieure parce que nous aurons une source permanente de génération de menaces extérieures en nous-mêmes, dans notre réalité quotidienne, sans une compréhension et une évaluation profondes et complètes de ce fait.

Et plus encore dans ce cas, la question suivante nécessite une réponse claire. et qu'est-ce que l'Arménie Réelle? L'Arménie Réelleest celle qui a un territoire internationalement reconnu et des frontières internationalement reconnues, et, avec la reconnaissance de ce fait, la conscience de soi d'un membre à part entière et respectable de la communauté internationale. Cela suppose un certain comportement, une certaine étiquette et une certaine procédure conformes aux normes internationalement acceptées et reconnues. De plus, ceci est important dans tous les cas et même le comportement inapproprié des autres, de vos voisins ou d'autres acteurs ne peut pas justifier votre comportement inapproprié. Et c'est surtout dans votre intérêt de choisir de vivre avec des règles ou sans règles. S'il n'y a pas de règles, vous pouvez être traité de la même manière. Bien sûr, vous pouvez être traité de la même manière même si vous avez adopté un comportement respectueux des règles. Mais si, dans le premier cas, la règle n'est pas là pour vous protéger, dans le second cas, vous avez la règle comme instrument de protection.

Ainsi, l'Arménie Réelleest le pays internationalement reconnu d'une superficie de 29 mille 743 kilomètres carrés, la République d'Arménie. De plus, le territoire internationalement reconnu de la République d'Arménie n'est pas une nouveauté pour la communauté internationale, qui le reconnaît et l'accepte depuis longtemps. Même si cela peut paraître ridicule, c'est nous qui n'avons pas reconnu, enregistré ou réalisé ce fait depuis longtemps, au moins au niveau social et psychologique, et le temps est venu de le faire, car c'est la seule garantie de l'existence durable de la République d'Arménie. Le moment est venu pour nous de reconnaître l'intégrité territoriale de la République d'Arménie.

Dans ce contexte, la question suivante revêt une importance particulière. Dans quelle mesure le concept d'Arménie Réellegarantit-il la sécurité de la République d'Arménie ? Je dirai que dans le monde moderne, s'il y a des garanties, ce sont des garanties négatives, c'est-à-dire qu'avec certaines garanties, seules les attentes négatives sont satisfaites dans une certaine mesure, et il n'y a tout simplement pas de garanties pour la réalisation des attentes positives.

C'est pourquoi, dans ces conditions, c'est le travail constant de gestion et de neutralisation des garanties négatives qui peut devenir une garantie positive.Il n'y a tout simplement pas d'autre moyen.

Et la neutralisation des garanties négatives n'est possible que sur la base de démarches légitimes, d'attentes légitimes, d'arguments et de contre-arguments légitimes, et en outre, en cas d'action dans un territoire légitime. Il s'agit là de nuances extrêmement importantes qui, prises individuellement, ne signifient peut-être pas grand-chose, mais qui, dans l'ensemble du système, créeront un nouvel environnement de sécurité et de nouvelles conditions pour l'Arménie. Encore une fois, il ne s'agit pas d'une garantie positive, mais elle peut le devenir dans des conditions de gestion cohérente et de neutralisation des garanties négatives.

C'est à partir de ce point de départ que nous abordons un certain nombre de défis actuels. C'est aussi la raison pour laquelle nous ne sommes pas opposés au démarrage du processus de démarcation de la frontière avec l'Azerbaïdjan à partir des sections des quatre villages de la région du Tavush de la République d'Arménie et de la région du Kazakhstan de la République d'Azerbaïdjan. Dans ce contexte, les questions de la logique suivante sont souvent posées.

La démarcation dans ces zones et la mise en œuvre de ses résultats garantissent-elles la sécurité ? Elle ne garantit pas la sécurité, mais le refus d'aborder la question garantit une augmentation continue des menaces à la sécurité, et cette garantie négative doit être neutralisée en premier lieu.

La question suivante est la suivante : cela garantit-il qu'il n'y aura pas de nouvelles attaques sur le territoire de l'Arménie ? Ce n'est pas une garantie, mais l'action contraire garantit une nouvelle attaque contre le territoire souverain de la République d'Arménie, et nous devons d'abord neutraliser cette garantie négative.

La question suivante: la démarcation dans lapartie définie de la frontière du Tavushet la mise en œuvre de ses résultats garantissent-elles que l'Azerbaïdjan restera attaché à lalogiquede la poursuite de la démarcation et de la restitution des zones d'importance vitale de plus de trois douzaines de nos villages ? Cela ne garantit pas, mais le refus de procéder à la démarcation dans la zone mentionnée garantit que l'Azerbaïdjan ne restituera pas les zones d'importance vitale de nos villages, et nous devons d'abord neutraliser cette garantie négative.

Honorable Président de l'Assemblée nationale,

Chers députés,

Chers membres du cabinet,

Chers participants,

Cher peuple,

La conversation que je propose n'est pas facile, elle est même difficile et pleine de souffrances. Au début de mon discours, j'ai dit que la démarcation entre l'Arménie Réelleet l'Arménie Historiquese fait à l'intérieur de chacun d'entre nous et qu'elle est douloureuse, extrêmement douloureuse. Comment puis-je le savoir ? Je ne le sais que par mon propre expérience. Le plus urgent de ces points douloureux est la question suivante : si ce que j'ai dit est la vérité et que c'est la voie de l'avenir, alors à quoi ont servi nos milliers de victimes, à quoi ont servi nos soldats ? J'ai posé cette question à de nombreuses reprises, y compris publiquement, et je considère qu'il est important d'y apporter une réponse très concrète et significative.La réponse est la suivante : nos soldats sont morts au nom de l'État, de l'indépendance et de la souveraineté de l'Arménie.

Quelle est la justification de cette explication ? J'ai eu l'occasion de dire que ma conclusion est qu'après le sommet de l'OSCE à Lisbonne en 1996, la question du Haut-Karabakh a cessé d'exister, la question de la République d'Arménie a existé, en ce sens que l'architecture internationale de jure prédéterminant le contenu de la question du Haut-Karabakh était prête et immuable, notant que le Haut-Karabakhne peutque faire partie de l'Azerbaïdjan.

Et c'est là, dans l'espoir vague et vain d'éviter ce bilan, que certains pays ont utilisé la question du Haut-Karabakh pour mettre un collier sur la République d'Arménie et limiter ses actions en tant qu'État indépendant. Les possibilités de négociation qui ont été offertes depuis 2016 ne concernaient pas une solution à la question du Haut-Karabakh, mais le raccourcissement du collier que la République d'Arménie portait, de sorte que les actions et les tentatives déjà limitées de l'Arménie d'agir en tant qu'État indépendant et souverain sont tout simplement exclues. Attention, il ne s'agit pas d'être encore plus contraint, mais d'être exclu, car la contrainte a eu lieu bien avant, en 1996-1998.

Nous n'avons pas suivi cette voie et, dans les centres géopolitiques que vous connaissez, il a été décidé de résoudre la question militairement et la guerre de 44 jours a commencé. Quand je dis la question, je veux dire la question de la République d'Arménie, car comme je l'ai dit, la question du Haut-Karabakh avait été résolue il y a longtemps et la résolution de la question de la République d'Arménie restait encore à faire, notamment par le biais de conflits civils et d'un coup d'État militaire à l'intérieur du pays.

D'ailleurs, ce scénario a également été mis en œuvre avant la guerre de 44 jours et a été tenté à la fin de la guerre de 44 jours et par la suite. Mais la compréhension par le peuple des messages du gouvernement de la République d'Arménie, la vigilance populaire fondée sur ces messages et la conscience de l'existence d'un État ont mis un terme à ces tentatives de conspiration. Et nos soldats ont sauvé et préservé la souveraineté et le statut d'État de la République d'Arménie au prix de leur vie.

C'est grâce à la vie de nos soldats, ainsi qu'à la transition conceptuelle, d'abord intuitive puis clairement réalisée, de l'Arménie Historiqueà l'Arménie Réelle,que nous conservons notre statut d'État, notre indépendance et notre souveraineté, car après la guerre de 44 jours, les tentatives visant à éliminer la République d'Arménie en tant qu'État indépendant se sont poursuivies.

La première d'entre elles a été les événements de la nuit du 10 novembre 2020, qui ont été accompagnés d'une tentative d'assassinat contre le président de l'Assemblée nationale, d'attaques contre le parlement, le gouvernement et d'autres institutions de l'État. Quelques mois plus tard, en février 2021, une tentative de coup d'État militaire a échoué.

Nous avons tiré les leçons de ce qui s'est passé et devons adopter des mécanismes supplémentaires pour exclure toute nouvelle tentative de politiser les Forces armées.

La tentative suivante d'annuler et de supprimer le statut d'État de l'Arménie a eu lieu le 12 mai 2021, deux jours seulement après la dissolution de l'Assemblée nationale de la République d'Arménie, la démission du gouvernement en vue d'organiser des élections anticipées dans le pays, et l'invasion par les forces armées de l'Azerbaïdjan du territoire souverain de la République d'Arménie dans le secteur de Sotk- Khoznavar.

À l'époque, certaines forces nous demandaient de lancer des opérations militaires pour que, disaient-elles, l'OTSC nous vienne en aide. Selon leur logique, l'OTSC ne pouvait pas faire une telle chose sans opérations militaires, bien que les obligations de jure de l'OTSC indiquaient quelque chose de complètement différent. Il s'est avéré par la suite que l'OTSC ne voulait pas venir en aide à la République d'Arménie en tant qu'allié, mais en tant que garant de la paix, excluant en fait la République d'Arménie de son système de garanties de sécurité.

Quoi qu'il en soit, si le gouvernement avait agi sous le coup de l'émotion, les événements auraient pu se dérouler selon le scénario suivant : opérations militaires au plus profond des territoires souverains de la République d'Arménie, échec des élections à l'Assemblée nationale pour cette raison évidente, absence d'un gouvernement élu, déploiement de l'OTSC non pas en tant qu'alliés, mais en tant que force de maintien de la paix, puis formation d'un gouvernement marionnette et dissolution effective du statut d'État de la République d'Arménie.

Mais le peuple arménien a de nouveau fait preuve d'un exceptionnel sens de l'État et a répondu aux appels du gouvernement et de la majorité au pouvoir. Dans ces conditions difficiles, nous avons réussi à organiser des élections qui ont été jugées libres et démocratiques au niveau international et, en outre, contre toute attente, le peuple a accordé un vote de confiance à la force politique qui a mené la révolution de velours non violente du peuple en 2018. En fait, l'Arménie Réellea reçu un mandat de confiance, peut-être inconsciemment, peut-être intuitivement, mais le peuple de la République d'Arménie a adopté cette même stratégie.

Le rétablissement de jure de l'Arménie Réellea eu lieu à la suite de la guerre de septembre 2022, lorsqu'il est devenu évident que nous étions traînés vers le site d'exécution avec le collier autour du cou mis en 1996-1998 pour décapiter notre statut d'État et notre indépendance.

C'est à cette époque que des décisions extrêmement importantes ont été prises lors de la réunion quadrilatérale de Prague. L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont reconnu mutuellement leur intégrité territoriale et leur souveraineté sur la base de la déclaration d'Alma-Ata de 1991, ce qui signifie que les frontières administratives de jure existant entre l'Arménie soviétique et l'Azerbaïdjan soviétique au moment de l'effondrement de l'Union soviétique, c'est-à-dire enregistrées par la législation de l'URSS et les actes ayant une portée juridique, sont devenues des frontières d'État.

L'autre accord le plus important de Prague est que l'Arménie et l'Azerbaïdjan acceptent de délimiter des frontières entre les deux pays sur la base de la déclaration d'Alma-Ata, ce qui signifie qu'une nouvelle ligne frontalière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan ne sera pas tracée, mais qu'il est nécessaire de reproduire la ligne frontalière existante sur le terrain.

Il est extrêmement important que le président de l'Azerbaïdjan ait récemment réaffirmé son engagement envers les accords de Prague et la déclaration d'Alma-Ata. Cela peut réellement devenir la base d'une paix et d'une stabilité à long terme et nous sommes prêts à nous engager dans cette voie.

Le prochain résultat majeur de la réunion quadrilatérale de Prague du 6 octobre 2022 a été le déploiement d'une mission d'observation de l'UE le long de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, une mission civile qui a d'abord assumé une mission de courte durée, puis a été prolongée de deux ans. Aujourd'hui, nous discutons de la prolongation de la mission pour deux années supplémentaires.

Comme vous pouvez le constater, la réunion quadrilatérale de Prague est d'une importance capitale pour la stabilité et la paix dans le Caucase du Sud et constitue un plan juridico-politique réaliste et, surtout, solide pour établir la paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Jusqu'à présent, je n'ai pas eu l'occasion de le dire, mais je dois maintenant enregistrer que le rôle du président français Emmanuel Macron dans la conclusion de ces accords est tout simplement énorme.

En outre, dans ce contexte, le ciblage du président Macron et de la France est surprenant, incompréhensible et inacceptable pour moi et le gouvernement de la République d'Arménie.

Si Macron est visé pour le mandat à long terme de la mission civile de l'UE, cette décision, comme les autres, a été prise par consensus au sein de l'UE, et je tiens à remercier les dirigeants de tous les pays de l'UE pour cette décision, qui a été prise à la demande de la République d'Arménie.

Je pense qu'au cours de cette période, la mission civile de l'UE en Arménie est devenue une source d'informations objectives pour la communauté internationale, et plus particulièrement pour l'UE et ses partenaires, sur la situation le long des frontières entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et sur la ligne de contact, ce qui est extrêmement important pour nous.

Pourquoi est-ce important ? Il est important que l'UE et ses partenaires reçoivent des informations objectives sur la situation le long des frontières entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et de la ligne de contact pour une raison simple : ces informations montreront clairement que la République d'Arménie est sincèrement attachée au programme de paix et aux accords de Prague, et qu'elle n'est en aucun cas le côté agressif de l'histoire.

C'est également dans ce sens que j'attache de l'importance à la réunion de haut niveau au format trilatéral UE-USA-Arménie du 5 avril. Bien sûr, cette réunion n'a jamais eu de contexte ni d'ordre du jour en matière de sécurité, mais vous devriez être d'accord et il est évident que l'UE et les États-Unis d'Amérique n'auraient jamais accepté de fournir un soutien économique et politique à l'Arménie s'ils considéraient notre politique comme agressive. Le contexte politique de la réunion du 5 avril à Bruxelles est le suivant. Tous les efforts visant à présenter la République d'Arménie à l'Occident comme un État menant une politique agressive ont disparu.

La réunion de Bruxelles elle-même, dont l'ordre du jour et la nature étaient socio-économiques et politiques, était sans précédent, tant par son format que par son importance. Selon les résultats de la réunion de haut niveau, l'UE et les États-Unis expriment leur soutien politique à la souveraineté, à la démocratie et à l'intégrité territoriale de l'Arménie, ainsi qu'à un avenir stable, pacifique, sûr, démocratique et prospère pour l'Arménie et la région.

L'Union européenne et les États-Unis ont salué les réformes entreprises par le gouvernement arménien dans les domaines de la démocratie et de la justice depuis 2018, ainsi que les progrès significatifs réalisés par l'Arménie dans la lutte contre la corruption, et ont exprimé leur engagement à poursuivre leur partenariat et leur soutien à l'Arménie alors que nous continuons à renforcer la démocratie et l'État de droit conformément à des valeurs et principes communs.

L'UE et les États-Unis se sont déclarés prêts à étendre leur coopération avec l'Arménie dans les domaines suivants : réformes politiques, développement économique, mobilité, gouvernance efficace, application effective de la loi, commerce, communications, agriculture, énergie, y compris l'énergie nucléaire, technologie, sécurité aérienne. Ils soulignent qu'ils ont l'intention de fournir un soutien supplémentaire pour aider l'Arménie à atténuer les risques, à diversifier le commerce et à renforcer la résilience économique et institutionnelle.

L'UE et les États-Unis annoncent également qu'ils soutiendront les investissements stratégiques en Arménie, en particulier dans les domaines des infrastructures de transport, de la transformation numérique et de l'énergie, et que des investissements seront réalisés dans le développement des entreprises afin de promouvoir la création d'emplois et la croissance économique.

Je considère également qu'il n'est pas moins important que l'Union européenne et les États-Unis aient salué et soutenu notre initiative "Carrefour pour la paix", qui favorisera la prospérité partagée et la diversification économique et commerciale régionale.

L'UE et les États-Unis se sont également engagés à soutenir la République d'Arménie en termes d'inclusion socio-psychologique de nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh, en répondant à leurs besoins de logement à long terme et de formation professionnelle.

Cette liste ne fait qu'illustrer l'ampleur politique et la signification de ce qui s'est passé à Bruxelles le 5 avril. Cet événement a marqué un nouveau niveau de relations entre l'Arménie et les États-Unis, l'Arménie et l'UE, et ce niveau montre que l'UE et les États-Unis sont prêts à soutenir la République d'Arménie dans les domaines susmentionnés. Il est également important de souligner ce que la réunion trilatérale de haut niveau du 5 avril à Bruxelles ne porte pas sur le sujet. Il ne s’agit pas pour l’UE et les États-Unis de venir résoudre nos problèmes.

Je considère qu'il est important de le dire, parce que parfois des attentes artificielles, mais parfois pas artificielles, sont formées parmi nous pour que des amis ou des alliés viennent résoudre nos problèmes.

La résolution de nos problèmes devrait probablement commencer par là, le changement suivant devrait être apporté à la méthodologie de résolution de nos problèmes : faire comprendre clairement et renforcer la compréhension que c'est nous qui devons résoudre nos problèmes, tous nos problèmes, pour la simple raison qu'il s'agit de nos problèmes.C'est d'ailleurs la formule psychologique de la souveraineté, car la souveraineté signifie la reconnaissance de ses propres problèmes et la volonté de les résoudre.

Le contraire n'a rien à voir avec la souveraineté, l'État, l'indépendance, le contraire s'inscrit dans une logique de vassal, d'avant-poste, et pour avoir un État indépendant, il faut d'abord sortir de cette logique. Nous devons résoudre nos problèmes pour une raison très simple, triviale : ce sont nos problèmes.

En ce sens, nous n'opposons aucunement l'approfondissement et le développement des relations avec les États-Unis et l'Union européenne à nos relations régionales. Au contraire, l'attrait des États-Unis et de l'Union européenne pour nous réside également dans le fait qu'ils ont une culture et des réalités politiques complètement différentes en ce qui concerne les relations avec leurs voisins. Je me souviens d'une autre séance de questions-réponses qui s'est tenue dans cette salle, au cours de laquelle un représentant de l'opposition a réagi à certaines de mes idées sur les processus régionaux en disant : "Vous parlez comme si nous étions entourés de pays européens". Ma réaction a été la suivante :"Êtes-vous sûr de bien connaître l'histoire de l'Europe ?De nombreux pays de l'Union européenne ont connu des guerres sanglantes, des massacres, des inimitiés, jusqu'à ce qu'ils se rendent compte qu'avec la guerre et l'inimitié, ils perdaient leur souveraineté, sans parler de la sécurité, du bien-être et de l'avenir".

Aujourd'hui, je parle de la même chose : notre patrie historique n'est qu'un outil entre les mains des autres pour empêcher notre souveraineté, l'accomplissement et le développement de notre statut d'État, et notre patrie historique devrait être laissée tranquille si nous ne voulons pas perdre notrePatrie Réelle, étant entendu que la patrie est l'État, c'est-à-dire la République d'Arménie.

Car si la patrie n'est pas l'État, l'État national souverain, alors pourquoi, par exemple, le Liban, la Californie, la France ou l'Australie ne sont-ils pas la patrie ?

Par conséquent, la garantie supplémentaire du développement de notre souveraineté et de notre statut d'État est la normalisation et l'approfondissement de nos relations avec nos voisins sur la base des intérêts et de la reconnaissance de l'ArménieRéelle, et non de l'Arménie Historique.Le gouvernement a adopté cette ligne de conduite, bien que nous soyons conscients que cette politique comporte des défis à la fois internes et externes. Le plus important de ces défis est, bien sûr, la politique agressive continue de l'Azerbaïdjan, qui s'exprime par la rhétorique, les provocations frontalières, l'occupation continue des territoires souverains de l'Arménie, l'acquisition d'armes d'une valeur de dizaines de milliards, etc.

Les déclarations de l'Azerbaïdjan sur les réformes de l'armée arménienne, la formation de nouvelles structures de défense et l'acquisition d'armes font également partie intégrante de cette politique agressive.

En d'autres termes, quelle est l'hypothèse de l'Azerbaïdjan, selon laquelle la République d'Arménie ne devrait pas avoir une armée capable de défendre son propre pays ? Je l'ai dit et je tiens à le répéter. C'est le droit souverain de chaque pays de disposer d'une armée compétente. D'autre part, nous pensons également que provoquer une course aux armements dans la région ne mènera à rien de bon, mais la réalité est que nous ne voulons pas entrer dans une course aux armements avec l'Azerbaïdjan.

Et si l'Azerbaïdjan ne le pense pas, nous avons une proposition pour ce cas et nous avons parlé de cette proposition : créer un mécanisme de contrôle mutuel des armes, effectuer un retrait simultané des troupes de la ligne frontalière, ce qui, soit dit en passant, résoudra également les problèmes des 4 villages soulevés par l'Azerbaïdjan et de nos 31 villages, effectuer la démilitarisation des zones frontalières et transférer la protection de l'ensemble de la frontière aux troupes des gardes-frontières, en déplaçant les unités du ministère de la défense vers leurs emplacements permanents. Cette mesure peut également être prise en cas de retrait simultané des troupes.

Toutes ces propositions sont restées sans réponse de la part de l'Azerbaïdjan.

Nous espérons recevoir une réponse positive à notre 8ème édition du Traité de Paix, qui a été livrée à l'Azerbaïdjan le 14 mars de cette année.

J'espère également que nous parviendrons à un accord, sinon complet, du moins partiel, sur la question de la démarcation de la frontière dans la section des villages arméniens de Baghanis, azerbaïdjanais de Baghanis Ayrum, arméniens de Voskepar, azerbaïdjanais d'Ashagh Askipara, arméniens de Kirants, azerbaïdjanais de Khairemli, arméniens de Berkaber, azerbaïdjanais de Kizilhajali, ce qui changera de manière significative l'atmosphère dans notre région.

Pour en revenir à la rhétorique agressive, je voudrais également souligner qu'en Arménie comme en Azerbaïdjan, les gens ne remarquent souvent pas l'interconnexion de ce phénomène, alors que dans de nombreux cas, la rhétorique azerbaïdjanaise prédétermine notre rhétorique, et notre rhétorique prédétermine la rhétorique azerbaïdjanaise. Bien sûr, le dilemme de l'œuf ou de la poule se pose ici, à savoir qui est arrivé en premier, pourquoi, comment et avec quelle logique. Mais il est évident qu'il est dans l'intérêt de nos pays et de la région d'arrêter ce tourbillon, et nous sommes prêts à faire des efforts dans ce sens.

En termes de politique régionale, je tiens à souligner l'importance particulière que nous attachons à nos relations avec la République islamique d'Iran. Nos relations avec ce voisin aux traditions étatiques anciennes sont basées sur des intérêts naturels, ce qui rend ces relations particulières. En outre, nous n'avons pas mis le développement de nos relations avec l'Occident, ne mettons pas et ne mettrons pas en contradiction avec nos relations avec l'Iran, et nos relations avec l'Iran n'ont pas contredit, ne contredisent pas et ne contrediront pas nos relations avec l'Occident.

Dans l'ensemble, cette formule fait référence à nos perceptions stratégiques des relations régionales en général, et nous avons adopté cette ligne politique.

Il s'agit d'une tâche assez compliquée mais qui peut être résolue, il suffit de construire la politique étrangère sur la logique de la souveraineté et certaines nuances peuvent être plus perceptibles. Par exemple, deux de nos quatre voisins sont candidats à l'adhésion à l'UE. La Géorgie a obtenu ce statut il y a plusieurs mois et je voudrais profiter de cette occasion pour féliciter à nouveau notre amie la Géorgie à cette occasion. Je suis également heureux de constater que la déclaration signée à Tbilissi cette année, qui a porté les relations entre l'Arménie et la Géorgie à un nouveau niveau de partenariat stratégique, exprime ces nouvelles réalités.

Dans nos relations avec la Turquie, si l'on peut dire, nous sommes dans une situation d'attente et nous attendons la mise en œuvre des accords officiellement enregistrés, c'est-à-dire l'ouverture de la frontière terrestre entre l'Arménie et la Turquie aux citoyens de pays tiers et aux détenteurs de passeports diplomatiques. D'une manière générale, l'ouverture de la frontière entre l'Arménie et la Turquie sera un événement historique pour notre région, et nous devons poursuivre nos efforts dans ce sens également. Mais je dois aussi évoquer une nuance socio-psychologique. Il est très important de noter que je parle maintenant des relations entre l'Arménie et la Turquie et non entre l'Arménie et la Turquie. Ces deux formulations ont bien sûr des points communs, mais elles ne sont pas pour autant identiques. Il s'agit d'un moment essentiel que nous ne remarquons pas très souvent ou le plus souvent.

Pour résumer le sujet de la régionalisation, je voudrais noter avec regret que certains acteurs étrangers, sur la base de leurs propres objectifs politiques ou militaro-politiques, tentent de déformer la politique étrangère de l'Arménie, en mettant en scène le faux récit de la création de "lignes de division" dans la région.

Je pense qu'il est utile de souligner que l'Arménie a adopté une politique de diversification de ses relations étrangères et de ses partenariats dans toutes les directions, où le développement cohérent des relations non seulement avec la France, l'UE, tous les États membres de l'UE, les États-Unis est un élément important, mais aussi avec l'Inde, la Chine, la Corée du Sud, le Japon, les pays du Moyen-Orient, ce qui n'est pas une question de "lignes de division", mais d'établissement de relations amicales et de coopération avec autant de pays que possible, ce qui, je le répète, ne s'est pas opposé, ne s'oppose pas et ne s'opposera pas à notre région et à nos relations régionales. Un événement historique survenu en 2023 conclut ce sujet : des relations diplomatiques ont été établies entre l'Arménie et l'Arabie saoudite. Pendant toute la période de notre indépendance, nous n'avions pas de relations avec l'Arabie saoudite, et c'est dans le cadre de cette politique de diversification que des relations diplomatiques ont été établies avec l'Arabie saoudite.

Honorable Président de l'Assemblée nationale,

Chers députés,

Chers membres du cabinet,

Chers participants,

Cher peuple,

Le tournant de 2023 et de notre histoire récente en général a été le nettoyage ethnique et le dépeuplement du Haut-Karabakh.

Dans des dizaines de mes discours de décembre 2022 et tout au long de 2023, j'ai fait référence au blocage illégal du corridor de Latchine, à l'épuration ethnique imminente et au dépeuplement imminent du Haut-Karabakh.

Aujourd'hui, je veux regarder ce qui s'est passé d'un point de vue différent, en notant que les espoirs exagérés envers la communauté internationale ou les alliés de jure nous conduisent continuellement à des conséquences désastreuses. Malheureusement, dans certains cercles du Haut-Karabakh, la prise de conscience que les représentants élus du Haut-Karabakh doivent rechercher des solutions, sinon personne ne pourra les aider, n'a pas mûri. La communauté internationale, les acteurs internationaux peuvent faire 10, 20 ou peut-être 30 % du travail. Les 70 % restants dépendent du sujet auquel le problème est lié, si, bien sûr, ce sujet veut être un sujet.

Mais je dois souligner à nouveau que ce qui s'est passé dans le Haut-Karabakh ne concernait pas vraiment le Haut-Karabakh, mais une autre conspiration visant à mettre à genoux le statut d'État de l'Arménie. Il s'agissait d'une tentative de mettre un terme au plan qui restait inachevé après novembre 2020, février 2021, mai 2021, septembre 2022, et dont les objectifs étaient très concrets : entraîner l'Arménie dans la guerre, créer un chaos politique interne à Erevan, faire tomber le gouvernement légitime et mettre en place un gouvernement de marionnettes, essentiellement une commission de liquidation de la République d'Arménie.

Mais cette fois-ci, cela n'a pas fonctionné, et ce pour plusieurs raisons.

La première de ces raisons est l'état d'esprit du peuple de la République d'Arménie, qui a été démontré une fois de plus, lorsque les gens ont fait confiance aux évaluations du gouvernement et de la majorité au pouvoir, les ont lues, ont découvert par eux-mêmes les scénarios qui étaient à la base des processus en cours et qui étaient cachés dans leur profondeur. Une fois encore, je tiens à remercier le peuple arménien pour cela et pour avoir fait preuve d'une solidarité exceptionnelle en accueillant nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh.

Le fait que nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh n'aient pas été impliqués dans la mise en œuvre d'agendas étrangers est également la raison de la non-mise en œuvre répétée du scénario raté dirigé contre le statut d'État de l'Arménie. Ces dernières années, d'ailleurs, ils ont été préparés à cette fin, jusqu'à la dernière seconde, en utilisant même des moyens hybrides et directs pour instiller la haine envers le gouvernement et l'État arméniens. Mais il est nécessaire de respecter et d'apprécier nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh, qui ont fait preuve d'un esprit d'État exceptionnel, même au plus fort de la tragédie.

Malheureusement, nous ne pouvons pas en dire autant de certains représentants de l'ancienne élite du Haut-Karabakh, qui ne semblent pas vouloir renoncer à leur rôle de phares des frappes hostiles contre l'Arménie. Mais je n'ai rien de nouveau à dire sur ce sujet non plus. Je l'ai dit, je le répète : il ne peut y avoir de deuxième gouvernement en République d'Arménie. Il n'y a qu'un seul gouvernement en Arménie et ce gouvernement siège dans cette salle, il n'y a qu'une seule Assemblée nationale en Arménie et cette Assemblée nationale siège dans cette salle.

Une autre raison qui a contribué à l'échec des scénarios anti-étatiques est l'efficacité exceptionnelle dont le gouvernement arménien a fait preuve en acceptant les personnes déplacées de force du Haut-Karabakh et en répondant à leurs besoins vitaux à court terme. Cet épisode important a démontré l'efficacité et le bien-fondé des réformes mises en œuvre par l'équipe dirigeante, le gouvernement et la majorité parlementaire au cours des dernières années. C'est grâce à ces réformes de 2021, 2022 et 2023 que les structures de l'État et l'État arménien ont fait preuve d'une résilience qui en a agréablement ou désagréablement surpris plus d'un.

Il est évident que la prise en compte des besoins à long terme de nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh est à l'ordre du jour et que nous devons trouver des solutions, y compris avec le soutien de nos partenaires internationaux. Mais je tiens à le répéter, l'idée selon laquelle nos partenaires internationaux devraient venir résoudre les besoins en logement de nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh n'est pas souveraine et centrée sur l'État. Nous devons faire le travail de base et plus nous ferons de travail, plus nous obtiendrons de soutien international. Le vice-Premier ministre Tigran Khachatryan présentera un rapport plus détaillé sur nos programmes visant à répondre aux besoins de logement à long terme de nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh.

Mais dans ce contexte également, je tiens à souligner et à remercier les personnes qui travaillent en Arménie, créent des résultats et paient des impôts, qu'il s'agisse de citoyens arméniens ou de non-citoyens. Ils sont le pilier le plus solide et/ou le soutien du concept de l'Arménie Réelle, les premiers à nourrir et à promouvoir l'idée de la souveraineté et de l'État. Je dois également exprimer ma joie à l'occasion du fait qu'à ce jour, 13 400 personnes déplacées de force du Haut-Karabakh ont déjà trouvé un emploi en République d'Arménie, et je veux demander à nos frères et sœurs déplacés de force du Haut-Karabakh de s'impliquer pas à pas dans le renforcement de l'économie et de l'État d'Arménie.

Honorable Président de l'Assemblée nationale,

Chers députés,

Chers membres du cabinet,

Chers participants,

Chers citoyens,

Je tiens à évoquer tout particulièrement les relations interétatiques entre l'Arménie et la Russie, qui ne connaissent manifestement pas les meilleurs moments, mais dont l'importance pour notre État, notre souveraineté, notre sécurité et notre économie est difficile à surestimer. Ces dernières années, j'ai souvent parlé de diverses questions à l'ordre du jour des relations entre l'Arménie et la Russie. Aujourd'hui, je tiens à souligner que nous n'avons pas fait de faux pas dans nos relations avec la Fédération de Russie et que nos partenaires ne peuvent pas nous accuser de ne pas remplir nos obligations. Malheureusement, les cas contraires sont nombreux. Mais je tiens également à souligner que nous ne voulons pas nous disputer avec la Fédération de Russie, non seulement parce que nous n'avons pas la possibilité et la force de le faire, mais aussi parce que nous apprécions les énormes aspects positifs qui ont été et sont encore présents dans nos relations.

Mais il est également important de comprendre ce qui se passe dans nos relations et pourquoi, d'un point de vue profond et conceptuel. À mon avis, la même chose est en train de se produire : les relations entrel'Arménie Historiqueet laFédération de Russiese transforment en relations entrel'Arménie Réelleet laFédération deRussie.C'est parfois aussi douloureux que notre transformation interne de l'Arménie Historiqueà l'Arménie Réelle. Mais c'est en train de se produire, et tout doit être fait pour que cette transformation se traduise par des histoires positives, et nous sommes prêts à travailler dans ce sens avec la Fédération de Russie. L'accord conclu lors de ma première rencontre avec le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine en mai 2018 était que nos relations seraient basées sur le respect de la souveraineté, du statut d'État et des intérêts de chacun. Et je suis prêt à un dialogue de cette nature.

Honorable président de l'Assemblée nationale,

Chers députés,

Chers membres du cabinet,

Chers participants,

Chers citoyens,

En 2023, comme en 2020, 2021 et 2022, nous avons marché sur un fil très fin et fragile, avec le risque parfois non réalisé mais très tangible de perdre notre statut d'État et notre indépendance. Mais je tiens à réaffirmer ma conviction qu'aujourd'hui, nous n'aurions pas ce statut d'État, cette souveraineté et cette indépendance si nous n'avions pas d'abord intuitivement, puis de plus en plus consciemment, fondé toutes nos actions sur le concept de l'Arménie Réelle. Une partie très importante du chemin a été franchie, mais tous les risques sont encore présents aujourd'hui avec toute leur intensité. Aussi étrange que cela puisse paraître, notre mode de conduite de ces dernières années ne devrait pas changer et nous devrions aligner toutes nos politiques, décisions et mesures sur le concept del'Arménie Réelle. Ce qui ne correspond pas à ce concept devrait être revu, réévalué, c'est un impératif découlant des intérêts de notre État.

En 2018, lorsque nous avons pris la tête de l'Arménie, il était important pour moi de formuler notre mission clé et stratégique. Et cette mission a été formulée de la manière suivante : changer le cycle historique du destin de l'Arménie, qui se définit comme suit :acquisition du statut d'État dans le processus d'effondrement des empires, et perte du statut d'État dans le processus de restauration des empires.

C'est un cycle du destin de l'Arménie Historiquequi s'est répété au moins 5 fois, et c'est ce destin que nous devons changer et, je crois, c'est notre mission historique. Et mon message le plus important aujourd'hui est que le changement, encore une fois, doit se produire d'abord dans nos esprits. Car si nous ne nous changeons pas nous-mêmes, nous ne pourrons pas changer le destin historique de l'Arménie Historique. Mais nous devons remplir cette mission, et cette mission est la transition de l'Arménie Historiqueà l'Arménie Réelle. Et c'est ce qui se passe aujourd'hui, en ce moment même.

Gloire aux martyrs et vive la République d'Arménie. Vive la République d'Arménie ! Je vous remercie."

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone

fbtelegramyoutubexinstagramtiktokspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT