Projets exclusifs

Le nouveau cycle de négociations avec la Turquie ne peut aboutir que dans un seul cas - si Ankara reconnaît le génocide

7 minutes de lecture

Le nouveau cycle de négociations avec la Turquie ne peut aboutir que dans un seul cas - si Ankara reconnaît le génocide

EREVAN, 27 DÉCEMBRE, ARMENPRESS. Quelles sont les perspectives du nouveau processus de normalisation des relations arméno-turques après l'échec de la « diplomatie du football » ? Les aspirations de la Turquie à la réconciliation avec l'Arménie sont-elles sincères ? Quels risques et avantages l'Arménie peut-elle recevoir en s'engageant dans ce processus ? Dans le pavillon "Armenpress Podcast", nous avons discuté de ce sujet avec l'académicien de l'Académie nationale des sciences d'Arménie, le turkologue Ruben Safrastyan.

Safrastyan, académicien à l'Académie nationale des sciences, a noté qu'il s'agit déjà de la quatrième tentative de normalisation en 30 ans, dont deux ont été initiées par les États-Unis - la "diplomatie de la piste deux" (TARC) et la "diplomatie du football". Il pense que ce nouveau cycle est avancé d'un côté par les États-Unis et de l'autre par la Russie.

Cependant, M. Safrastyan a déclaré qu'il n'attendait pas grand-chose de ce nouveau cycle et qu'il était presque certain que le processus subirait le même sort que les précédents, mais d'un autre côté, il pense que l'Arménie doit participer à ces négociations pour certaines raisons stratégiques, politiques et diplomatiques.

Ruben Safrastyan a souligné que le nouveau processus arméno-turc ne peut réussir que dans un seul cas - si la Turquie - sous la pression des Etats-Unis, de la Russie et de la France - reconnaît le génocide arménien.

"C'est la première fois qu'avant le début du processus de normalisation des relations entre l'Arménie et la Turquie, les trois principales puissances - la Russie, les États-Unis et la France, qui ont des intérêts dans notre région, ont reconnu le génocide arménien. Ce n'était pas le cas dans les derniers temps. Les États-Unis n'ont reconnu que récemment [le génocide arménien]. Et nous devons utiliser cela. Dès le début, nous devons avancer le point suivant dans le processus de négociation : c'est une concession majeure de notre part d'accepter de négocier avec un pays qui est le successeur de l'Empire ottoman qui a perpétré le génocide arménien. Et étant donné la position des États-Unis, de la Russie et de la France sur le génocide arménien, nous devons parvenir à ce qu'ils fassent pression sur la Turquie et à ce que la Turquie reconnaisse le génocide arménien dès le début afin que ce processus avance. Je pense que cela ouvre une nouvelle perspective très intéressante pour nous, nous devons essayer d'utiliser cette chance", a déclaré Safrastyan.

Le spécialiste est sûr que la Turquie n'a pas changé de position à l'égard de l'Arménie et qu'elle présentera à nouveau ses trois conditions préalables bien connues : l'Arménie doit réaffirmer son engagement envers le traité de Kars de 1921 et reconnaître les frontières actuelles avec la Turquie, renoncer à poursuivre la politique de reconnaissance internationale du génocide arménien et refuser de quitter l'Artsakh. Et maintenant une 4ème condition préalable est apparue, le soi-disant "corridor de Zangezur", dont le Président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan a souvent parlé.

Safrastyan a déclaré qu'il était très important pour le gouvernement arménien de rester déterminé sur les questions de principe susmentionnées et de ne pas abandonner ses approches.

"Des relations normales avec la Turquie sont dans l'intérêt de l'Arménie et de toute la région. Mais il s'agit de savoir quel en sera le coût, quel en sera le prix. La Turquie exige de nous un prix très élevé. Ce prix, ce sont ces quatre conditions préalables, ces quatre exigences qui nous sont imposées. C'est un prix très élevé et c'est inacceptable pour nous. Savez-vous pourquoi c'est inacceptable ? Parce que la question du génocide arménien, la question du traité de Kars et la question de l'Artsakh font partie de notre identité moderne. Nous sommes Arméniens parce que ces questions sont importantes pour nous. Si nous devions faire des concessions de principe sur ces questions, cela signifierait l'abandon d'une partie de notre identité. C'est pourquoi nous devons être inébranlables sur les questions de principe, nous ne devons faire aucune concession. Alors que sur d'autres questions, il pourrait y avoir des compromis", a déclaré M. Safrastyan.

AREMNPRESS

Arménie, Erevan, 0002, Martiros Saryan 22

footer.phone
fbtelegramyoutubexinstagramtiktokdzenspotify

La reproduction de tout matériel en tout ou en partie nécessite une autorisation écrite de l'Agence de presse "Armenpress"

© 2024 ARMENPRESS

Créé par: MATEMAT